Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2070360210
Éditeur : Gallimard (1972)


Note moyenne : 4.02/5 (sur 321 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
"Nous habitons une planète errante." Saint-Exupéry, qui vient d'être nommé pilote de ligne, découvre, admire, médite notre planète. Assurant désormais le courrier entre Toulouse et Dakar, il hérite d'une vaste responsabilit&#... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (34)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Nastasia-B, le 08 novembre 2012

    Nastasia-B
    Je me souviens encore le trouble et l'embarras qui furent les miens lorsqu'un jour mon directeur de thèse, avec un coin de regard malicieux, me demanda, sous ses petits airs naïfs et anodins : " Qu'est-ce qu'une théorie ? "
    N'était-ce point ce par quoi j'aurais dû commencer toutes mes réflexions avant que d'essayer de les tester, ces théories, voire d'en créer de nouvelles ? Il me fallut pas mal de temps et d'échauffements cérébraux pour parvenir à définir en moins de dix mots et autrement que par des exemples ce que l'on entend communément par " théorie ".
    Avec les années, je la définis de plus en plus simplement. Personnellement, je considère une théorie comme l'expression d'une certaine vision du monde, une représentation du monde. En ce sens, pour moi, un essai est une théorie. D'ailleurs, Darwin n'a pas écrit autre chose pour exprimer, ce que l'on appelle maintenant sa " théorie ".
    Pourquoi ce long laïus à propos d'un livre de Saint-Ex ? Tout simplement parce que selon moi, ce livre est probablement la plus belle expression des conceptions de l'auteur, sa vision de la vie, de l'humanité, de la planète. En somme, la " théorie " d'Antoine de Saint-Exupéry.
    De l'autobiographie baignée dans un halo d'histoires plus ou moins vraies, plus ou moins féériques, tout acquises au dieu aéropostale. Un lyrisme des espaces doué d'une fibre humaniste très développée, un relent d'optimisme derrière chaque montagne, une allégorie sous chaque fable, la plus belle étant peut-être celle de l'orange dans le désert, le symbole de l'espoir, quand le savoir et la science ont échoué, reste ce menu trésor, naturel, tout simple, brillant comme le soleil, rond comme la petite Terre des hommes.
    Un petit livre admirable, superbement écrit, tout en caresses, tout en légèreté, sur le dos des nuages. Un sublime morceau de littérature française, du moins c'est ma théorie, c'est-à-dire, pas grand-chose.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 63         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par araucaria, le 23 avril 2012

    araucaria
    Livre superbe. Grande réflexion sur l'aventure des hommes, sur leur humanité.
    Enorme coup de coeur pour cette oeuvre qui est un grand classique.

    Lien : http://araucaria.20six.fr/

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 21 septembre 2011

    brigittelascombe
    Terre des hommes:un livre autobiographique tissé de souvenirs et d'expériences qui montre "la voie pour devenir vaste", "qui crée des liens" et "apprivoise" comme l'affirmait le Renard du Petit Prince.
    1926.Baptème professionnel.Liaison Toulouse Dakar.
    Antoine de Saint Exupéry,le pilote, apprend son métier et écoute les conseils d'anciens, "compagnons à l'étrange noblesse" qui laissent "sous leur dure carapace percer l'ange qui a vaincu le dragon" lorsqu'ils reviennent vivants de leur vol face aux intempéries.
    Guillaumet (l'ami au fil du temps auquel d'ailleurs Terre des hommes est dédié) lui livre "les clefs de l'Espagne" car les cartes n'expliquent pas "le champ gâté par le ruisseau",les moutons innattendus. Il balise les refuges et les pièges".
    La fraternité est de mise dans le transport postal par voie des airs.On s'entraide. Et justement, en hommage à Guillaumet, Saint Exupéry nous transmet sa célèbre marche(j'ai vu le film, tiré de ce passage,en 3D au Futuroscope de Poitiers:impressionant!!) où perdu dans les Andes,après un atterrissage en catastrophe,soutenu par le seul fait que sa femme l'en sait capable Guillaumet se surpasse et marche sans fin jusqu'aux habitations.Superbe,on a envie d'applaudir le héros!
    Il est "l'homme courageux qui lutte au coeur de sa Création contre la mort".
    L'avion relie la planète à l'univers et l'homme peut prendre ainsi conscience de sa conscience.Voilà un peu la philosophie de Saint EX.
    Autres beaux souvenirs,ceux du désert, de la solitude,du thé servi dans les tentes,de l'écoulement du temps,du goût du vent du soir,de l'esclave "fait de l'orgueil du maître" racheté et libéré,de la vie qui sourd malgré tout.
    "C'est extraordinaire d'être vivant".
    C'est encore dans le désert,en Lybie que Saint Exupéry avec son camarade Prévot va se trouver confronter à la mort.
    Le souffle du désert a "le réveil d'un fauve" et dessèche tout.L'orange trouvée devient alors miraculeuse,la rosée recueillie la nuit,providentielle.Rage.Impuissance face à la soif qui taraude,la faim qui mine.Découragement jusqu'à écrire une lettre d'adieu.Vertige.Mirages.Délires.Et la sensation d'être le désert. Et le ressenti que Prévot est un Homme car il ne se plaint pas.Et la certitude que le bédouin, le frère qui sauve est l'Homme.
    C'est ça Terre des hommes.
    Beau,beau,beau,beau...
    Antoine de Saint Exupéry, aviateur courageux,dont l'errance existentielle a fécondé l'oeuvre,fauché par la mort en mission en 1944, est un grand écrivain qui prône une morale de l'action et du devoir fondée sur la croyance en la grandeur de l'homme(cf Hachette).
    Il est l'auteur de superbes ouvrages autobiographiques comme Vol de nuit(1931),Pilote de guerr(1942)Lettre à un otage(1943) et le célèbre conte philosophique du Petit Prince(1943) qui est connu du monde entier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par zhivago, le 27 avril 2011

    zhivago
    Pas vraiment un roman: simplement un livre, où l'auteur nous fait part de sa vision de la vie et de son sens, illustré par des histoires (inventées ou non, c'est sans importance). J'ai relu ce livre récemment et j'ai été étonné de constater à quel point il m'avait influencé et m'avais mis sur des pistes de réflexions qui ont façonné ce que je suis devenu. Ma citation préférée est : "Être un homme, c'est sentir, en posant sa pierre qu'on contribue à bâtir le monde" . Quel beau plaidoyer pour la simple décence. le mot clé est "sentir", plutôt que "savoir". Tout est dans nos intentions, dans quel esprit nous agissons.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Soleney, le 24 juin 2014

    Soleney
    Terre des hommes, c'est un classique de la littérature française. C'est aussi un livre qui parle des dangers de l'aviation aux temps de la Seconde Guerre mondiale et qui nous permet de découvrir le quotidien des aviateurs, leurs peurs, leurs joies, leur vie, quoi.
    Il n'y a pas vraiment d'histoire à proprement parler, car la narration se fait au fil de la pensée. Saint-Exupéry évoque sans linéarité la plupart des événements marquants qui ont ponctué son expérience de l'aviation en les rattachant souvent à une ou deux pensées philosophiques sur la condition de l'homme, la puissance de la nature, la solitude, les grands espaces déserts, les besoins matériels…
    Tout ceci fait que le ton de l'auteur est empreint d'une certaine gravité – je dirais presque : une curieuse maturité. Ses métaphores, son analyse de l'Homme, toute son écriture est au service d'une réflexion philosophique assez poussée. Par conséquent, j'ai trouvé que le style est un peu difficile à lire, et je ne le conseillerais pas à un lecteur néophyte. Même moi j'ai eu du mal, alors que je lis très (très) régulièrement. J'étais perdue par certaines tournures de phrases, par des changements brutaux de sujet, etc.
    C'est pourtant une œuvre riche d'enseignement sur les conditions de vie de ces aviateurs qui risquent leurs vies pour transmettre le courrier de milliers de personnes qu'ils ne connaissent pas. Et ces réflexions philosophiques sont souvent caractéristiques d'un optimisme particulier. Il y a tellement plus grand que l'homme ! Tellement plus beau, tellement plus incroyable ! Nous ne savons pas regarder la vie correctement, c'est tout. C'est une nouvelle manière de voir les choses qui est rafraichissante. Saint-Exupéry évoque toutes les belles choses qu'il a pu voir en voyageant autour du monde. Les effets changeants du ciel, la Cordillère des Andes, les tempêtes, les nuits, les jours, et surtout, le désert du Sahara.
    À plusieurs reprises, il a frôlé la mort dans ce désert. Car les moteurs de l'époque n'étaient pas comme ceux d'aujourd'hui, à tout moment, la panne pouvait paralyser le moteur. Et là, personne ne pouvant venir en aide avant quelques jours, le pilote devait se débrouiller seul. Pire, il suffisait de s'être légèrement écarté de sa route pendant quelques temps à cause d'un nuage, et il était égaré, peut-être pour toujours. de nombreux aviateurs sont morts de cette manière.
    L'auteur, lui, raconte la soif, déchirante, le combat pour survivre, le fait que, si proche de la mort, l'homme devient une véritable machine capable de marcher 60 kilomètres dans la sable brûlant pendant trois jours sans rien à boire ni à manger. Au final, nous n'avons conscience des ressources exceptionnelles de notre corps que lorsque nous sommes confrontés à notre mort. Moi, j'ai été impressionnée de voir qu'Antoine de Saint-Exupéry n'a jamais baissé les bras (parce qu'il n'y a rien d'autre à faire que de marcher, marcher pour trouver de l'eau), de lire les exploits dont il a été capable pour survivre. Et je me pose une question : mon corps serait-il capable de faire la même chose ?
    Mais outre ces passages de survie, j'ai eu du mal à accrocher à la narration. À de multiples reprises, j'ai été obligée de me faire violence pour me concentrer, pour ne pas perdre le fil dans ses réflexions. Peut-être que je devrais relire cette histoire quand je serai plus mature ? (Je sais que c'est un des livres préférés de mon père.) En tout cas, j'ai eu l'impression d'avoir raté plusieurs choses, et c'est bien dommage.
    En attendant, mon œuvre préférée de cet auteur restera Le Petit Prince encore quelques années :D
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (167)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nastasia-B, le 23 août 2013

    Il est deux cents millions d'hommes, en Europe, qui n'ont point de sens et voudraient naître. L'industrie les a arrachés au langage des lignées paysannes et les a enfermés dans ces ghettos énormes qui ressemblent à des gares de triage encombrées de rames de wagons noirs. Du fond des cités ouvrières, ils voudraient être réveillés.
    Il en est d'autres, pris dans l'engrenage de tous les métiers, auxquels sont interdites les joies du pionnier, les joies religieuses, les joies du savant. On a cru que pour les grandir il suffisait de les vêtir, de les nourrir, de répondre à tous leurs besoins. Et l'on a peu à peu fondé en eux le petit bourgeois de Courteline, le politicien de village, le technicien fermé à la vie intérieure. Si on les instruit bien, on ne les cultive plus. Il se forme une piètre opinion sur la culture celui qui croit qu'elle repose sur la mémoire de formules. Un mauvais élève du cours de Spéciales en sait plus long sur la nature et sur les lois que Descartes et Pascal. Est-il capable des mêmes démarches de l'esprit ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 25         Page de la citation

  • Par leluez, le 10 janvier 2013

    L’usage d’un instrument savant n’a pas fait de toi un technicien sec. Il me semble qu’ils confondent but et moyen ceux qui s’effraient par trop de nos progrès techniques. Quiconque lutte dans l’unique espoir de biens matériels, en effet, ne récolte rien qui vaille de vivre. Mais la machine n’est pas un but. L’avion n’est pas un but c’est un outil. Un outil comme la charrue.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 19         Page de la citation

  • Par leluez, le 11 janvier 2013

    Heureux les pays du Nord auxquels les saisons composent, l’été, une légende de neige, l’hiver, une légende de soleil, tristes tropiques où dans l’étuve rien ne change beaucoup, mais heureux aussi ce Sahara où le jour et la nuit balancent si simplement les hommes d’une espérance à l’autre.

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par Poiesis, le 18 septembre 2012

    Que connaître d'une jeune fille qui rentre chez elle à pas lents, les yeux baissés et se souriant à elle-même, et déjà pleine d'inventions et de mensonges adorables ? Elle a pu, des pensées, de la voix et des silences d'un amant, se former un royaume, et dès lors il n'est plus pour elle, en dehors de lui, que des barbares. Mieux que dans une autre planète, je la sens enfermée dans son secret, dans ses coutumes, dans les échos chantant de sa mémoire. Née hier de volcans, de pelouses ou de la saumure des mers, la voici déjà à moitié divine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par leluez, le 12 janvier 2013

    Liés à nos frères par un but commun et qui se situe en dehors de nous, alors seulement nous respirons et l’expérience nous montre qu’aimer ce n’est point nous regarder l’un l’autre mais regarder ensemble dans la même direction. Il n’est de camarades que s’ils s’unissent dans la même cordée, vers le même sommet en quoi ils se retrouvent.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
3,21 € (neuf)
0,96 € (occasion)

   

Faire découvrir Terre des hommes par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (871)

> voir plus

Quiz