AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Gide (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070360040
Éditeur : Gallimard (1972)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.79/5 (sur 740 notes)
Résumé :
Quatrième de couverture - Ainsi les trois avions postaux de la Patagonie, du Chili et du Paraguay revenaient du sud, de l'ouest et du nord vers Buenos Aires. On y attendait leur chargement pour donner le départ, vers minuit, à l'avion d'Europe.
Trois pilotes, chacun à l'arrière d'un capot lourd comme un chaland, perdus dans la nuit, méditaient leur vol, et, vers la ville immense, descendraient lentement de leur ciel d'orage ou de paix, comme d'étranges paysan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
12 octobre 2015
  • 4/ 5
Ce livre m'apparaît plus comme une nouvelle que comme un roman, mais peu importe les classifications et les critères qui s'y appliquent. de toute façon, cela ne retire ou n'ajoute en rien des qualités à un ouvrage.
Et justement, il est assez surprenant cet ouvrage, car on s'attendrait davantage à lire un commentaire émanant du pilote directement embarqué dans le cockpit, un peu comme dans Terre Des Hommes (que personnellement j'avais encore mieux aimé), or, pas du tout. Ce sont plutôt les personnes qui gravitent autour du monde de l'aviateur qui sont le coeur de l'ouvrage.
Le patron de l'aéropostale, par exemple, le véritable héros de ce livre, dont le portrait est réalisé tout en finesse, et qu'on ne saurait ni aimer ni détester. Il fait courir des risques aux pilotes pour sauver son bébé, l'aéropostale, mais il n'en a pas moins une profonde humanité et un quasi amour de ses pilotes. Il leur impose des cadences infernales non pas pour les briser, mais pour justement éviter des relâchements des équipes de maintenance. Il est intraitable avec les mécanos, mais il veut faire des exemples afin qu'aucune négligence ne vienne entraver la fiabilité.
Lu avec un regard du monde de l'entreprise actuel, cela peut faire grincer, car beaucoup d'entreprises font désormais trimer leurs équipes de la sorte et imposent de tels niveaux de stress sans qu'il y ait rien de louable derrière. La confusion est possible. Mais je ne pense pas qu'il faille comparer cela avec le temps des pionniers de l'aviation où l'objectif était tout autre : prouver que l'avion est fiable, rentable et a de l'avenir.
On entre aussi dans la psychologie du contrôleur ou de la femme du pilote et l'on vit par procuration un peu de l'envers du décor de l'aviateur, — de l'aviateur de cette époque-là —, une époque révolue à jamais certes, mais qui demeure un vibrant témoignage, à n'en pas douter.
En somme, un livre assez étonnant mais furieusement humain, dans tout ce que l'humain peu avoir de magnifique ou d'horrible, de magnanime ou de mesquin. À mettre entre toutes les mains, mais ce n'est là que mon avis pris dans les turbulences, c'est-à-dire, bien peu de chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1130
domisylzen
07 septembre 2016
  • 4/ 5
Vol de nuit c'est l'envers du décor. C'est la conquête de l'aéropostale vue de l'autre côté, du côté des hommes et des femmes restés à terre : des responsables comme Rivière ou d'une femme de pilote ou d'un contrôleur par exemple. Saint-Exupéry nous décrit les rouages mis en place pour que ce service puisse survivre face au bateau ou au chemin de fer. Les vols de nuit, c'est sont idée, pas question que ses responsables lui tombent dessus pour une avarie ou une catastrophe. La réussite des vols de nuit ne doit plus tenir du miracle ou de l'aventure mais doit être maitrisée dans tous le process pour garantir le meilleur service et s'imposer comme une évidence. Les cadences infernales exigées, la rigueur du règlement, l'intransigeance, les primes enlevées pour tous retards ... Non non, nous sommes bien dans un livre paru en 1931 et non pas dans une entreprise de nos jours, même si leurs combats sont les mêmes : être les meilleurs et écraser la concurrence. Ne manque plus que l'autoévaluation devant son responsable hyérarchique.
Pourtant au travers des mots Saint-Exupéry nous rapporte des comportements humains, d'amour même entre les décideurs et les exécutants, car chacun est un rouage nécessaire au bon fonctionnement de l'entreprise, chacun doit se sentir concerné par la réussite du projet encore balbutiant.
Nous sommes en Amérique du Sud, à Buenos Aires. Rivière attend sur le tarmac, l'arrivée de trois avions postaux en provenance de Patagonie, du Chili et du Paraguay. L'avion qui réembarque le courrier doit repartir pour l'Europe. Mais ce soir la nuit est étrange les étoiles sont trop luisantes, une tornade est en formation du côté de la cordillère des Andes. Fabien est pris dedans ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
carre
07 juillet 2012
  • 4/ 5
« Vol de nuit » est avant tout et surtout un magnifique hommage aux pionniers de l'aéropostale. St Ex raconte aussi le quotidien de ceux restés à terre, l'épouse qui tente d'apprivoiser peur et solitude, Rivière le patron, intransigeant, dur avec les équipes au sol, qui vit constamment dans l'angoisse de passer à côté d'une problème technique qui serait fatale à ces pilotes. Justement, l'un deux Fabien est en grande difficulté…
St Exupéry décrit de façon méthodique la tension de ces personnages, au fil de la nuit alors que l'inquiétude grandit. C'est en cela que le roman de St Ex est une réussite.
Le style est simple, direct, St Exupéry décrit les émotions avec une grande justesse, le choix de raconter « un vol de nuit » rajoute une intensité dramatique au texte. Un vrai plaisir de lecture. Grand classique, récompensé en 1931 par le Fémina.
Commenter  J’apprécie          400
Sly
24 décembre 2011
  • 4/ 5
Ce livre tente de retranscrire ce qu'était le quotidien de ces aventuriers du ciel qui chaque jour risquaient leurs vies dans le seul but de faire parvenir à bon port votre courrier. Antoine de Saint-Saint-Saint-Exupéry ayant travaillé pour l'aéropostale, il est donc très bien placé pour nous en parler.
Il est facile de reconnaître le côté poète de l'écrivain dans les descriptions qu'il nous fait partager. J'ai trouvé la lecture très agréable, l'histoire très courte n'est composée d'aucunes fioritures inutiles. On va droit à l'essentiel.
Le personnage le plus marquant est Rivière qui tente de tout mettre en oeuvre afin que ces pilotes est le plus de chance de rester en vie pour leur mission. Il n'épargne aucune erreur et la punie très sévèrement lorsque cela arrive. le moindre relâchement de sa part pouvant entraîner le démarrage d'un engrenage qui conduit inévitablement vers la mise en danger de ses pilotes. C'est lui qui leur insuffle le courage quand il leur manque, lui qui leur transmet ses valeurs.
L'auteur nous délivre ici un hommage a tous ces hommes qui n'ont pas hésité à mettre en balance leur vie afin d'accomplir quelque chose qui pour eux était d'une importance plus grande. Il n'y a pas a douter que de nos jours de tels hommes sont devenus très rares.
Inutile de vous dire donc que j'ai apprécié cette lecture qui m'a fait découvrir un peu plus une page d'histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
BrunoA
14 avril 2013
  • 4/ 5
Vol de nuit fut le livre qui fit connaître Saint Exupéry dans les années trente.
Moins un roman qu'une longue nouvelle, ce livre est un magnifique hommage aux pilotes de ce temps, ceux qui partaient à l'aventure à chaque décollage et qui allaient se mesurer physiquement aux éléments.
C'est un très beau témoignage de l'Aéropostale qui, dans les années trente, avait un parfum d'aventures.
On y vit les conditions de l'époque et on approche un peu ces héros anonymes qui, aujourd'hui encore, font rêver.
Commenter  J’apprécie          330
Citations & extraits (95) Voir plus Ajouter une citation
JcequejelisJcequejelis31 mai 2012
... Puis, comme rien ne vacillait, ni ne vibrait, ni ne tremblait, et que demeuraient fixes son gyroscope, son altimètre et le régime du moteur, il s'étira un peu, appuya sa nuque au cuir du siège, et commença cette profonde méditation du vol où l'on savoure une espérance inexplicable.

Et maintenant, au cœur de la nuit, comme un veilleur, il découvre que la nuit montre l'homme : ces appels, ces lumières, cette inquiétude. Cette simple étoile dans l'ombre : l'isolement d'une maison. L'une s'éteint : c'est une maison qui se ferme sur son amour.

Ou sur son ennui. C'est une maison qui cesse de faire son signal au reste du monde. Ils ne savent pas ce qu'ils espèrent ces paysans accoudés à la table devant leur lampe : ils ne savent pas que leur désir porte si loin, dans la grande nuit qui les enferme. Mais Fabien le découvre quand il vient de mille kilomètres et sent des lames de fond profondes soulever et descendre l'avion qui respire, quand il a traversé dix orages, comme des pays de guerre, et, entre eux, des clairières de lune, et quand il gagne ces lumières, l'une après l'autre, avec le sentiment de vaincre. Ces hommes croient que leur lampe luit pour l'humble table, mais à quatre-vingt kilomètres d'eux, on est déjà touché par l'appel de cette lumière, comme s'ils la balançaient désespérés, d'une île déserte, devant la mer.

426 - [Folio n° 4, p. 22-23]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PetitebijouPetitebijou06 mai 2011
Sans avoir à lutter, il serrait les mains sur les commandes. Quelque chose se préparait qu'il ne comprenait pas. Il bandait ses muscles, telle une bête qui va sauter, mais il ne voyait rien qui ne fût calme. Oui, calme, mais chargé d'un étrange pouvoir. Puis tout s'est aiguisé. Ces arêtes, ces pics, tout devenait aigu : on les sentait pénétrer, comme des étraves, le vent dur. Et puis il lui sembla qu'elles viraient et dérivaient autour de lui, à la façon de navires géants qui s'installent pour le combat. Et puis il y eut, mêlée à l'air, une poussière : elle montait, flottant doucement, comme un voile, le long des neiges. Alors, pour chercher une issue en cas de retraite nécessaire, il se retourna et trembla : toute la Cordillère, en arrière, semblait fermenter.
"Je suis perdu."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
zorazurzorazur15 mars 2012
"Il s'agit de les rendre éternels". Où avait-il lu cela ? "Ce que vous poursuivez en vous-même meurt". Il revit un temple au dieu du soleil des anciens Incas du Pérou. Ces pierres droites sur la montagne. Que resterait-il, sans elles, d'une civilisation puissante, qui pesait, du poids de ses pierres, sur l'homme d'aujourd'hui, comme un remords ? Au nom de quelle dureté, ou de quel étrange amour, le conducteur des peuples d'autrefois, contraignant ses foules à tirer ce temple sur la montagne, leur imposa-t-il de dresser leur éternité ? Rivière revit comme un songe les foules des petites villes, qui tournent le soir autour de leurs kiosques à musique. "Cette sorte de bonheur, ce harnais, pensa-t-il". Le conducteur de peuples d'autrefois, s'il n'eut peut-être pas pitié de la souffrance de l'homme, eut pitié, immensément, de sa mort. Non de sa mort individuelle, mais pitié de l'espace qu'efface la mer de sable. Et il menait son peuple dresser au moins des pierres que n'ensevelirait pas le désert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OrpheaOrphea26 octobre 2016
Pourtant la nuit montait, pareille à une fumée sombre, et déjà comblait les vallées. On ne distinguait plus celles-ci des plaines. Déjà pourtant s'éclairaient les villages, et leurs constellations se répondaient. Et lui aussi, du doigt, faisait cligner ses feux de position, répondait aux villages. La terre était tendue d’appels lumineux, chaque maison allumant son étoile, face à l'immense nuit, ainsi qu'on tourne un phare vers la mer. Tout ce qui couvrait une vie humaine déjà scintillait. Fabien admirait que l'entrée dans la nuit se fît cette fois, comme une entrée en rade, lente et belle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
domisylzendomisylzen17 juin 2016
Et voici qu'il ne sentait plus ses mains endormies par l'effort. Il voulut remuer les doigts pour en recevoir un message : il ne sut pas s'il était obéi. Quelque chose d'étranger terminait ses bras. Des baudruches insensibles et molles.
Commenter  J’apprécie          220
Videos de Antoine de Saint-Exupéry (135) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antoine de Saint-Exupéry
Antoine de Saint-Exupéry parle...New York 1941 Extraits de l'enregistrement, pour Jean Renoir, d'un projet de film, d'après "Terre des Hommes".
autres livres classés : aviationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Avez vous lu Le petit prince

Quelle est la profession du narrateur qui rencontre le petit prince dans le désert?

Journaliste
Aviateur
Berger
Taxidermiste

9 questions
4769 lecteurs ont répondu
Thème : Le Petit Prince de Antoine de Saint-ExupéryCréer un quiz sur ce livre