Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jacqueline Huet (Traducteur)
> Jean-Pierre Carasso (Traducteur)

ISBN : 275781298X
Éditeur : Points (2009)


Note moyenne : 3.28/5 (sur 18 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Imaginez un très vieil immeuble de l’Upper West Side, le Preemption, au coin de la 82e Rue et de Riverside Drive. Une de ces tours mythiques, presque gothiques, avec gargouilles, clochetons et mâchicoulis – on croit parfois y voir rôder le spectre de John Lennon ou le d... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par OhOceane, le 19 avril 2011

    OhOceane
    Ce roman est curieux et si court (303 pages dévorées d'une traite) et tellement sensible, vous savez au sens photographique du terme : il imprime quelque chose en vous.
    Alors, de quoi s'agit-il ? L'histoire… Il est écrit roman, et c'en est un. Au début j'ai été perturbé, car chaque chapitre était tellement indépendant du précédent qu'on aurait plus dit un recueil de nouvelles, avec parfois un rappel furtif d'un personnage précédemment vu.
    Donc chaque chapitre nous présente un habitant de l'immeuble Preemption, avec la galerie de personnages qui gravite autour de lui. Les personnages principaux d'un chapitre deviennent les héros secondaires d'un autre, et les intrigues entamées à un point, sont dénouées à un autre point. Ce sont des entrelacs étranges de lieux et de personnages. Les caractères font l'objet de profondes descriptions, l'auteur remonte loin dans la psyché de ses personnages, on ne peut que les comprendre et les appréhender comme des connaissances proches, intimes… leur quotidien est fait de bizarrerie, d'étrangeté, de surnaturel presque, comme ce bijoutier imaginaire au fond d'une arrière boutique de sex shop, qui remet un bijou à l'un des personnages. Bijou qui semble prédestiné à LA femme que trouvera ce personnage timide et peu sur de lui.
    L'immeuble Preemption est le personnage central du roman, il nous est présenté au début, avant de voir défiler la galerie des personnages.
    Il y a donc James, ancien bégayeur qui garde au fond de sa poche les boucles d'oreilles en opale attendant la femme idéale. Il y a Checkers qui séduira Donna, parce qu'il ne veut pas être de ces « affligés » de la vie… Il y a Patrick, qui toutes les nuits invite chez lui une belle femme qu'il pare de la plus belle robe, avant de la lacérer sur elle et de la forcer à se regarder nue…. Il y a en d'autres encore, tous ont un même point commun. La recherche ou la préservation de l'amour.
    L'écriture est magnifique, simple, claire. Je me suis sentie si tranquille en le lisant, malgré les situations parfois scabreuses. C'est que l'auteur n'use pas de formules alambiquées ou de subterfuges de mauvais écrivains pour décrire des situations pourtant si peu courantes !
    Voilà. C'est compliqué pour moi de dire pourquoi j'ai apprécié un roman en général. J'aime ou je n'aime pas. J'ai aimé. C'est simple, évident.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par OhOceane, le 19 avril 2011

    Les choses se passent parfois ainsi, cela peut arriver. Il peut arriver que la ville fasse un petit signe de la main, qu’elle laisse deux êtres s’éprendre aussi totalement que James et Rally s’éprirent l’un de l’autre. Cette nuit là, ils ne montèrent pas seulement à l’assaut d’une pizzeria, ils prirent un taxi pour faire tout le tour de l’île. En l’honneur de la nouvelle année, le chauffeur leur offrit des buvards d’acide mais ils refusèrent. Leurs propres langues leur suffisaient, ils s’embrassèrent doucement, parlèrent peu. A trois heures du matin, ils étaient chez Rally, dans son appartement de SoHo, dans son lit, apprenant lentement à connaître le corps de l’autre. Ils se caressèrent, se taquinèrent, se sourirent, retardant la consommation. Ils échangèrent des murmures et des orgasmes. Elle lui chanta une chanson qu’elle se rappelait de son enfance. Au lever du soleil, ils sortirent devant la fenêtre sur le palier de l’escalier d’incendie, enveloppés de couvertures, pour regarder la lumière.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par OhOceane, le 19 avril 2011

    Leonard Bunce désirait une femme mais manigança de se servir d’une autre. Léonard travaillait à Manhattan, il était avocat dans le cabinet Spuck et Hardison. Les deux femmes y étaient assistantes juridiques. Celle que Leonard désirait était Hannah Glorybrook, celle dont il manigançait de se servir, Alison Shippers.

    Alison avait trente-cinq ans et mesurait un mètre cinquante-huit. Elle était rebondie, avec de gros seins, et un corps vigoureux, mais les hommes l’intimidaient. Elle avait grandi dans le Maine et semblait bâtie pour devenir gardienne de phare ou ouvrière dans une conserverie. Elle avait un appartement à Gramercy Park et portait au bureau des tailleurs qui ne tablaient pas sur sa féminité. Le jeudi soir, elle s’offrait des sushis, unique plaisir citadin qu’elle se permit, puis s’appliquait un masque d’argile et regardait la télévision. Le samedi soir, Alison s’endormait en sanglotant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
1,37 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Comédie new-yorkaise par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (38)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz