AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.69/5 (sur 242 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Provins, Seine-et-Marne , le 06/10/1968
Biographie :

Dominique A, de son vrai nom Dominique Ané, est un auteur-compositeur-interprète français.

Après le baccalauréat, il étudie les lettres modernes pendant un an et, parallèlement, il fait quelques petits boulots dont celui d'homme à tout faire dans une radio FM de la ville de Nantes, où vit sa famille.

Dominique A commence sa carrière au début des années 1990 en composant et enregistrant des chansons de manière très minimaliste, quoique dans un esprit clairement rock.

À partir de 1992, il commence à se produire sur scène et y prend vite goût, soit en groupe, soit en solo. Sa notoriété s'accroît en 1995 avec "Le Twenty-Two Bar", titre issu de l'album "La Mémoire neuve".

Il est considéré comme l'un des fondateurs de la nouvelle scène française au début des années 1990.

L'académie Charles-Cros récompense Dominique A du prix In Honorem Interpretes pour l'ensemble de son œuvre le 7 janvier 2010.

En 2012, pour fêter ses vingt ans de carrière, Cinq sort l'intégrale de Dominique A, soit huit albums réédités, augmentés chacun de titres supplémentaires dont certains inédits. En mars de la même année, il sort son neuvième album, "Vers les lueurs".
En 2013, il obtient la Victoire de la musique dans la catégorie "Artiste masculin de l'année". En 2018 sortent deux albums contrastés répondant aux"envies de son et d'écriture contradictoires" de l'artiste.

Artiste polyvalent, Dominique A est aussi un écrivain et a publié plusieurs livres. Il a également inspiré diverses publications autour de sa musique et de son personnage.

site officiel : http://www.dominiquea.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Dominique A   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Brigitte Giraud et ses invités, Didier Castino et Nine Antico. Oh les beaux jours ! est heureux d'accueillir à Marseille la lauréate du prix Goncourt 2022, Brigitte Giraud. Si cette récompense suprême l'a particulièrement mise en lumière ces derniers mois, elle est l'autrice depuis 1997 d'une oeuvre conséquente – romans, récits, recueil de nouvelles – que ce rendez-vous privilégié avec elle nous propose de découvrir. Au cours de ce grand entretien, il sera aussi question de sa passion pour la musique, particulièrement pour Rachid Taha, qui lui rappelle son adolescence dans la banlieue de Lyon, où ils ont grandi tous les deux ; du chanteur et écrivain Dominique A, complice de longue date, dont elle a édité un texte et que nous sommes allés interviewer pour l'occasion ; de son lien à l'Algérie, son pays natal (elle est née à Sidi Bel Abbès en 1960), et de la manière dont les relations complexes entre l'Algérie et la France continuent de jouer un rôle dans nos sociétés. L'écrivaine évoquera également l'adolescence et la difficulté à trouver sa place dans un monde fragilisé et, bien sûr, le deuil, thème qui parcourt son dernier roman, Vivre vite. Plus de vingt ans après ce drame intime, elle y fait le récit, à partir d'une succession d'hypothèses qui interrogent intelligemment la notion de destin et de choix, des événements qui ont précédé la mort en 1999 de son mari, Claude, dans un accident de moto alors qu'il allait chercher leur fils à l'école. Sur le plateau de la Criée, Brigitte Giraud a souhaité s'entretenir avec deux auteurs dont elle apprécie le travail et les engagements, tous deux marseillais : l'écrivain Didier Castino, par ailleurs professeur à Marseille, et l'autrice, dessinatrice et réalisatrice Nine Antico. Une rencontre passionnante avec une écrivaine dont la langue au tempo musical sonde avec émotion les fractures du temps et celles des âmes, car, dit-elle, «l'intime, la décence, c'est ce qui relie au collectif». À lire (bibliographie sélective) — « Vivre vite », Flammarion, 2022 (prix Goncourt). — « Nous serons des héros », Stock, 2015. — « Avoir un corps », Stock, 2013. — « Une année étrangère », Stock, 2009 (prix du jury Jean Giono). — « L'amour est très surestimé », Stock, 2007 (prix Goncourt de la nouvelle). Un grand entretien animé par Olivia Gesbert et enregistré en public le 27 mai 2023 au théâtre de la Criée, à Marseille, lors de la 7e édition du festival Oh les beaux jours ! Podcasts & replay sur http://ohlesbeauxjours.fr #OhLesBeauxJours #OLBJ2023
+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (83) Voir plus Ajouter une citation
Mes livres se sont envolés
une fois dans leur vie de livres
Ils auront quitté la terre ferme

Dans un virage
Ils se sont écrasés au sol
certains sont écornés

J'ai presque l'impression
d'entendre l'un d'eux dire
"j'ai mal"

Pourvu qu'on n'apprenne pas
que les objets souffrent aussi
pourvu qu'on n'apprenne pas
Commenter  J’apprécie          340
Dans l'encadrement
tu te tiens
droite
et tu appelles le chat
absent ce matin

Assis à la table
je te regarde de profil
et je pense qu'il va falloir
quitter ce moment
comme tant d'autres
sans y être jamais
préparé
Commenter  J’apprécie          280
 Dominique A
Je ne t'ai jamais dit mais nous sommes sommes immortels
Pourquoi es-tu parti avant que je te l'apprenne ?
Le savais-tu déjà ? Avais-tu deviné ?
Que des dieux se cachaient sous des faces avinées

Extrait Immortels. Album En Amont (2018) Alain Bashung.
Paroles Dominique A
Commenter  J’apprécie          174
Je n'ai pas toujours fait du rock n'roll, jai commencé en fait avec des doutes terribles... J'avais signé un contrat et il fallait enrgistrer un disque, c'était encore le stade où on foutait un mec derrière un micro et c'était terrifiant ce qui fait que j'ai commencé presque comme un crooner. Je ne dédaigne pas les crooners mais je n'étais pas tout à fait crooner non plus, j'ai donc fait quelques trucs qui ne me ressemblaient pas.
Commenter  J’apprécie          120
Quand je pense à une mort idéale, je m'imagine sur un banc face à l'océan, ou derrière la vitre d'un bar en bord de mer. Seul.
Commenter  J’apprécie          120
"Jean-Philippe Peyraud : Les hauts quartiers de peine
La raison de votre choix ? Dés la première écoute, Les hauts quartiers de peine est devenu une des dix chansons françaises incontournables de ma discothèque. C’est quasi inexplicable, comme un coup de foudre. Lorsque le projet d’illustrer les chansons de Dominique A s’est mis en place, il était tout à fait impensable que je choisisse un autre morceau. Même si, au final, je suis resté trop « illustratif ». Sûrement parce qu’il évoque chez moi des choses très personnelles. Le spleen, la mélancolie, quelque soit le nom qu’on lui donne, est une émotion difficile à traduire en dessin- encore pire en bande dessinée !-. En disant ça, je me rends compte que Les hauts quartiers de peine est peut-être une sorte de » modèle étalon « musical à mon travail en bande dessinée. Un peu comme peuvent l’être les nouvelles de Raymond Carver en littérature ou le cinéma de Claude Sautet.
Quel lien peut-on faire entre votre travail et celui de Dominique A ? Ouch ! Je suis bien incapable de répondre à cette question. Une certaine fragilité et la stylisation, peut-être ?
Quelle est votre couverture préférée de sa discographie et pour quelle raison ? Remué. Mes premiers émois discographiques (les années 80) ont également été graphiques, avec les pochettes de Peter Saville, par exemple. J’ai beaucoup de mal avec cette vieille habitude française de mettre la tronche de l’artiste sur la pochette.
Si vous l'avez déjà vu en live, racontez nous votre premier concert de Dominique A. En 1995 au Théâtre de la Ville à Paris. Sûrement un de mes premiers concerts assis ! J’y ai compris qu’une nouvelle génération avait enfin réussi le lien entre chanson française et rock. Le set était composé en deux parties, la première avec un groupe et la suivante où Dominique A était seul en scène. La densité d’énergie et d’émotion lors de cette soirée était telle que j’en ai encore des frissons en y repensant. Aucune captation ne peut rendre ça. Et c’est tant mieux. Cerise sur le gâteau, à la fin du concert le public s’est vu offrir un single de Le twenty two bar."

http://www.commentcertainsvivent.com/actualite/textes-illustres/page-7
Commenter  J’apprécie          70
Beaucoup de gens ne goûtent pas à cette liberté qu'on leur donne, elle les rebute. Ils veulent qu'on les prenne par la main, qu'on leur dise où s'asseoir. Avec Bashung, c'était placement libre. (Préface de Dominique A)
Commenter  J’apprécie          90
Acquis

Je retiens peu des jours passés
et je veux bien
retenir encore moins

Mais qu'on n'en déduise pas
que je n'ai rien appris

J'ai chaque jour une idée
de ce qui se perd en chemin
Commenter  J’apprécie          90
Ce chat n'est pas å nous
mais vient nous visiter
tous les jours

Il nous a choisis
la maison et nous
l'odeur

Le matin il est là
posté dans le jardin

Il entre
choisit la chambre
et dort
toute la journée

Nous, nous sommes pris
dans l'élan des jours
l'étau des tâches
inquiets
affairés

seulement apaisés
par la présence
du chat qui dort

et dès qu'il sort
des heures durant
nous l'espérons

(Le chat qui dort)
Commenter  J’apprécie          81
 Dominique A
C’est une musique inépuisable, dont on ne fait jamais le tour, parce qu’on ne peut pas comprendre comment elle a été conçue... Elle s’assène, elle contemple. Elle amène à contempler...

À propos de l’album Laughing Stock de Talk Talk, cité dans Mark Hollis ou l’art de l’effacement de Frédérick Rapilly
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Dominique A (276)Voir plus

Quiz Voir plus

Les prénoms d'écrivains

Quel est le prénom de l'auteur de Voyage au centre de la Terre publié en 1864.

Jule
Jules
Jérémie
John

20 questions
23 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..