AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.11 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , le 01/01/1943
Biographie :

Catherine Alix Françoise Nay est une journaliste politique française.

Après avoir fait ses études primaires et secondaires à Périgueux (Dordogne), elle entame des études de droit sans finir sa licence, pour épouser la carrière de journaliste. Elle est engagée en 1968, à 25 ans, au service politique de L'Express de Jean-Jacques Servan-Schreiber, chargée de la droite. Catherine Nay effectue ensuite l'essentiel de sa carrière à Europe 1 à partir de 1975.

En 2005, elle devient conseillère auprès du président d'Europe 1 Jean-Pierre Elkabbach. En 2008 et 2009, elle intervient de temps en temps le vendredi dans Le Grand Journal de Canal+ en donnant son avis sur l'actualité politique, en compagnie d'Alain Duhamel, Philippe Val et Jean-Michel Aphatie.

Depuis 2007, la journaliste intervient régulièrement dans l'émission politique Les grandes voix d'Europe 1 chaque samedi sur Europe 1. Depuis la rentrée 2011, elle fait partie de l'émission Il n'y en a pas deux comme Elle présentée par Marion Ruggieri sur Europe 1. En avril 2012, elle fait partie du jury de l'émission Qui veut devenir président ? sur France 4, elle intervient régulièrement dans l'émission C dans l'air sur France 5.

Catherine Nay est devenue une spécialiste de la vie politique parisienne, notamment grâce à sa proximité avec plusieurs hommes politiques : Jean-Jacques Servan-Schreiber, Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Édouard Balladur…

Elle a longtemps vécu avec Albin Chalandon (1920), ancien dirigeant d'Elf Aquitaine (1977-1983) et homme politique, qui fut député et ministre et qu'elle rencontra aux assises politiques de l'UNR à Lille.

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Nay   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Intégrale 6 à la maison - 2 novembre 2020 Angélique Kidjo, Raphaëlle Bacqué, Catherine Nay, Jul, Philippe Besson Artistes, humoristes, intellectuels, acteurs de l'actualité : chaque soir, quatre invités se réunissent autour d'Anne-Elisabeth Lemoine et Patrick Cohen pour proposer aux téléspectateurs une émission à la fois sérieuse et légère autour de la culture et de l'actualité, dans une ambiance chaleureuse et moderne.

+ Lire la suite

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Arthore   31 mars 2020
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
Je n'ai jamais acheté de bijoux d'occasion. Car je percevais qu'il y avait derrière une histoire qui avait toujours mal fini. Manque d'argent, divorce, maladie, décès. Pour moi les pierres et le métal conservaient la mémoire de ces malheurs.
Commenter  J’apprécie          70
Arthore   04 avril 2020
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
Je comprendrais plus tard qu'en politique, lorsqu'on envoie des bouquets, ce sont toujours des chrysanthèmes.
Commenter  J’apprécie          70
Mysterfool   28 avril 2020
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
Mais j’étais fascinée par ce visage ferme et plein, son regard vert, admirable et si étrange, qui vous fixait à la manière des chats, c’est-à-dire sans vous voir, comme si elle s’absentait en elle-même. ( en évoquant Simone Veil)
Commenter  J’apprécie          50
omarechal   15 décembre 2019
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
Elle n'avait qu'un seul but, l'intérêt du lecteur.

Consignes à tous : l'écriture devait être alerte, pimpante, non alambiquée.

Elle avait même édicté un certain nombre de règles : soigner la première phase.

L'attaque était capitale.

"Inutile d'avoir du talent à la cinquième ligne si le lecteur vous a lâché à la quatrième."

Et encore : "Si on peut couper dix lignes dans un article sans en enlever une idée, c'est qu'elles étaient de trop."

Faire court, soigner la chute.

La conclusion du papier devrait répondre à la promesse implicite faite au lecteur à la première ligne.
Commenter  J’apprécie          30
dechosal   23 décembre 2019
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
De Gaulle était une évidence pour ma famille (...). Je me souviens combien ma grand-mère avait été choquée d'entendre Henri Tisot dans ses imitations du Général. Mes frères avaient acheté le 45 tours et mis le son à plein volume. Pour elle, c'était du blasphème. Il ne fallait pas se moquer du grand homme.
Commenter  J’apprécie          31
ArnoT   20 décembre 2019
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
À Périgueux, jusqu’à la fin des années 1960, les portes des maisons n’étaient jamais fermées à clé durant la journée. Les voitures ne l’étaient pas non plus la nuit. Je n’ai pas le souvenir d’un cambriolage dans le quartier ni de conflits de voisinage.
Commenter  J’apprécie          32
Christie71   07 février 2021
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
Sanguinetti ? Un personnage, une gueule : mâchoire carrée, front large, des cheveux drus et ras, un nez plat et épaté. Né au Caire, de parents corses et gaullistes, il s’était engagé dans la France libre, avait participé à la prise de l’île d’Elbe ; il y avait perdu sa jambe droite. Il marchait à l’aide d’une prothèse, conduisait lui-même sa DS que Citroën avait adaptée pour lui en inversant les pédales du frein et de l’accélérateur. Il racontait en riant qu’on avait voulu la lui dérober une nuit.

Le voleur surpris avait fait une embardée dans la vitrine d’un commerce : le fracas avait réveillé le quartier… Gaulliste fervent, chabaniste, il avait peu de considération pour Chirac : « Il a tout de l’officier de cavalerie, ironisait-il. On lui donne un ordre, on croit qu’il a compris. Il part et revient à fond de train car il a oublié l’ordre et le cheval. » Il faisait rire avec ses formules à l’emporte- pièce, dont Chirac était souvent la victime. « Il faut que les petits chiens mangent du cirage pour savoir que ça n’est pas comestible. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Catherine Nay
ArnoT   20 décembre 2019
Catherine Nay
Mère Scolastique, professeur de français, elle, nous expliquait les ressorts de l’âme humaine en nous faisant lire Racine et Corneille. Elle aimait beaucoup ces deux chantres de la Provence Giono et Henri Bosco dont j’avais été chercher les ouvrages à la bibliothèque municipale
Commenter  J’apprécie          20
Christie71   07 février 2021
Souvenirs souvenirs... de Catherine Nay
En janvier 1976, Jacques Chirac se rendit en voyage officiel en Inde pour rencontrer Indira Gandhi. Europe 1 m’y avait envoyée. Quelque chose m’avait frappée : lui souvent si gauche pour s’exprimer en public montrait une aisance incroyable avec les chefs d’État ou ses homologues étrangers, comme s’il les connaissait depuis toujours. Je me ferais la même réflexion lors de sa rencontre avec Mikhaïl Gorbatchev, l’homme de la Perestroïka, qu’il voyait pour la première fois lors du dîner dans les salons du Kremlin. Je les voyais rire ensemble, comme s’ils s’étaient connus sur un foirail en Corrèze. Quant à la Première mininstre indienne, elle était sous le charme, c’était visible. A l’époque, il entretenait une liaison avec notre consœur Jacqueline Chabridon. Elle était du voyage flanquée de son mari le journaliste Alain Fernbach. Une visite au mausolée Taj Mahal était organisée pour la délégation française. Un car affrété pour les journalistes suivait le convoi officiel. Nous en étions tous descendus pour admirer cette splendeur de marbre blanc. Jacques Chirac avait bondi de sa limousine, Jacqueline était elle aussi descendue la première. Tous deux s’étaient rejoints, ils marchaient devant nous, vite, les yeux dans les yeux, comme s’ils étaient seuls au monde. Un scène incroyable. Loin derrière, Bernadette. Des confrères et des collaborateurs du Premier ministre un peu gênés lui faisaient la conversation. Un quart d’heure plus tard, la visite terminée, nous retournions tous vers nos véhicules. Jacqueline était remontée dans le car, Jacques Chirac dans sa limousine qui sous nos yeux démarrait. Il avait oublié Bernadette sur le trottoir. Il avait la tête ailleurs. Tous cela sous nos yeux éberlués.  
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Catherine Nay
ArnoT   20 décembre 2019
Catherine Nay
Je choisissais toujours une tête-de-nègre, cette meringue ronde, constellée de pépites de chocolat, sans songer qu’en la dégustant je pouvais commettre là un acte présumé cannibale et raciste.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le parti pris des choses Francis Ponge

Francis Ponge a écrit "Le pain"

VRAI
FAUX

5 questions
66 lecteurs ont répondu
Thème : Le parti pris des choses de Francis PongeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..