AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221190742
Éditeur : Robert Laffont (07/11/2019)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
" Je serai journaliste ", se promet très tôt la jeune provinciale de Périgueux. Pourquoi ce métier ? Par goût de l'écriture ? Pour partir en reportage et raconter le monde ? Non, pour être libre.

Après une enfance heureuse au sein d'une famille aimante et protectrice, Catherine Nay accomplit peu après son arrivée à Paris un rêve qui fut celui de tous les journalistes débutants dans les années 1960 : entrer à L'Express, la meilleure école de presse à c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Verdure35
  08 décembre 2019
Comme l'indique le titre qui rappelle une chanson, C.Nay raconte et se raconte sur un ton léger non dépourvu d'ironie et de quelques rosseries délicieuses., (la pingrerie des présidents et des Giscard en particulier , Madame inclus ) Catherine a donc eu une enfance provinciale et bourgeoise heureuse. Puis elle part à Paris , elle veut être journaliste, atterrit , en 67 à L Express à la grande période JJSS, F.Giroud. Puis, plus tard, EuropeI l'a accueillie.
Envoyée à l'Assemblée pour scruter la droite, (Michelle Cotta, sa grande copine ,la gauche), elle apprend à connaître les dessous de la politique et ses artisans. Ne suivant pas les conseils de sa maman, elle tombe amoureuse d'Albin Chalandon, marié et bien marié. Elle ne l'épousera qu'en 96 après la mort de son épouse.
Et la grande Catherine traverse une grande partie de la Vième République, elle raconte Pompidou, Giscard-Chirac, Mitterrand, Balladur-Chirac, et tous les requins qui accompagnaient ces batailles féroces avec l'esprit mordant qu'on lui connaît , chez Y.Calvi entre autres.Elle y ajoute ses souvenirs de journaliste invitée à suivre avec ses collègues les déplacements des "Grands Hommes"et pas toujours dans des conditions confortables.C'est très drôle et mélancolique parfois. Faisant partie du -monde d'avant- j'ai retrouvé avec plaisir les personnages flamboyants ou de l'ombre, féroces certes , forts en gueule pour certains, politiques ou journalistes , mais dont aucun nom ne m'était inconnu.
Lu sur Kindle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
Bigmammy
  11 janvier 2020
« Les Français sont un peuple sans mémoire. » disait François Mitterrand. Il avait bien raison puisque ceux-ci ne lui ont jamais tenu rigueur de ses anciennes amitiés et de ses volte-faces. Catherine Nay en fait l'un des principaux personnages de ses souvenirs de journaliste politique avec en vedette aussi Giscard et Chirac, naturellement …
Avec Catherine Nay, c'est toute ma génération qui défile. Comme Catherine Deneuve, elle est née en 1943. Comme elle, elle est une star dans sa partie. Elle a inauguré un type de journalisme nouveau en France : une escouade de jolies femmes envoyées à l'assaut des politiques pour leur soutirer des infos, des traits d'humour, des vacheries … Une idée lumineuse des ré-inventeurs de L'Express, le New's magazine à la française conçu par l'équipe de Jean-Jacques Servan-Schreiber et François Giroud au début des années 60, où elle commence sa carrière avec Michèle Cotta, Josette Alia …
Issue d'une famille bourgeoise et catholique de province, Catherine Nay se voit confier le suivi des politiques de droite. Cela lui va comme un gant : grande, svelte, toujours tirée à quatre épingles, toujours la même coiffure … On dirait qu'elle ne vieillit pas. C'est une adepte de la constance : l'amour de sa vie, Albin Chalandon – qui fêtera ses cent ans au mois de juin prochain – la rencontre en 1968 et l'épouse en 2006, peu après la disparition de son épouse. Dans ces familles-là, Monsieur, on ne divorce pas …
Voici donc la chronique des vicissitudes de la vie politique française vue à travers le prisme des petitesses des hommes de pouvoir, ou d'opposition, selon l'alternance. Ce n'est pas très brillant, de mon point de vue, cela remet bien des souvenirs et des idées reçues en place … En fait, j'avais lu dès sa parution en 1984 le deuxième livre de Catherine Nay « le Noir et le Rouge » et tout y était déjà … Cela n'a pas découragé la majorité des français de réélire Tonton en 1988. Va comprendre, Charles !
C'est vache, souvent croustillant, les portraits sont ressemblants, les saillies cocasses. Peu de bienveillance, sauf peut-être à l'égard de Pierre Mauroy ou Ghislain de Bénouville … Je crois entendre la voix traînante de Catherine au micro d'Europe 1. J'attends avec gourmandise le second tome qui commencera avec l'élection de Jacques Chirac.
Lien : http://www.bigmammy.fr/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JRB
  29 décembre 2019
Ce livre a bien servi à m'endormir pendant toutes les soirées de la semaine.
C'est parfait pour son usage de somnifère que je lui destinais. Un style ( où plutôt une absence de ) léger, très léger avec quelques anecdotes déjà connues et le tour est joué ! Merci Catherine pour ce substitut au Stylnox...
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
omarechalomarechal   15 décembre 2019
Elle n'avait qu'un seul but, l'intérêt du lecteur.
Consignes à tous : l'écriture devait être alerte, pimpante, non alambiquée.
Elle avait même édicté un certain nombre de règles : soigner la première phase.
L'attaque était capitale.
"Inutile d'avoir du talent à la cinquième ligne si le lecteur vous a lâché à la quatrième."
Et encore : "Si on peut couper dix lignes dans un article sans en enlever une idée, c'est qu'elles étaient de trop."
Faire court, soigner la chute.
La conclusion du papier devrait répondre à la promesse implicite faite au lecteur à la première ligne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
dechosaldechosal   23 décembre 2019
De Gaulle était une évidence pour ma famille (...). Je me souviens combien ma grand-mère avait été choquée d'entendre Henri Tisot dans ses imitations du Général. Mes frères avaient acheté le 45 tours et mis le son à plein volume. Pour elle, c'était du blasphème. Il ne fallait pas se moquer du grand homme.
Commenter  J’apprécie          31
JRBJRB   20 décembre 2019
À Périgueux, jusqu’à la fin des années 1960, les portes des maisons n’étaient jamais fermées à clé durant la journée. Les voitures ne l’étaient pas non plus la nuit. Je n’ai pas le souvenir d’un cambriolage dans le quartier ni de conflits de voisinage.
Commenter  J’apprécie          32
omarechalomarechal   15 décembre 2019
Le Président lui avait répondu "on verra", ce qui dans sa bouche voulait dire non.
Chaban avait cru entendre oui.
L'un de ses premiers gestes allait être de mettre au placard quatre-vingt-dix journalistes restés fidèles au pouvoir en mai 1968.
A l'Elysée, depuis les bureaux voisins du Président on entendait paraît-il ses éclats de voix. "Vous avez nommé un ennemi".
Et Chaban de rétorquer : "Mais l'ennemi c'est l'étranger. En France, on a que des adversaires".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
omarechalomarechal   15 décembre 2019
Sanguinetti ?
....
Gaulliste fervent, chabaniste, il avait peu de considération pour Chirac.
"Il tout de l'officier de cavalerie, ironisait-il. On lui donne un ordre, on croit qu'il a compris. Il part et il revient à fond de train car il a oublié l'ordre et le cheval."
Il faisait rire avec ses formules à l'emporte-pièce, dont Chirac était souvent la victime. "Il faut que les petits chiens mangent du cirage pour savoir que ce n'est pas comestible."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Catherine Nay (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Nay
Catherine Nay - Souvenirs, souvenirs...
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox