AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.42 /5 (sur 217 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 09/05/1946
Biographie :

Denis Grozdanovitch est un écrivain français, amateur éclairé de philosophie.

Il est diplômé de l'IDHEC (Institut des Hautes Études Cinématographiques).

C'est aussi un grand amateur d'échecs et un ancien joueur de tennis (champion de France junior en 1963), de squash (champion de France de 1975 à 1980) et de courte paume (plusieurs fois champion de France).



Ajouter des informations
Bibliographie de Denis Grozdanovitch   (22)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'académicien Erik Orsenna publie «Géopolitique du moustique», chez Fayard, dans lequel il entraîne les lecteurs dans un grand voyage pour tenter de mieux comprendre la terre et la mondialisation. À ses côtés, René de Obaldia, de l'Académie française, évoque la sortie de son ouvrage «Perles de vie», publié chez Grasset, un recueil de pensées et de citations. Cinq grands noms du théâtre - François Morel, Jean Rochefort, François Berléand, Bernard Murat et Michel Bouquet - rendent hommage à son oeuvre. La biologiste Emmanuelle Pouydebat publie «L'Intelligence animale», chez Odile Jacob, tandis que Denis Grozdanovitch fait paraître «Le Génie de la bêtise», chez Grasset. L'émission propose également un entretien, enregistré aux Etats-Unis, avec la romancière américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993.

+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (75) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosse   12 octobre 2022
Petit éloge du temps comme il va de Denis Grozdanovitch
En fin de compte, c'est peut-être au cours de mes parties d'échecs que j'ai le mieux éprouvé le relâchement de la vitesse du temps. La sensation était à chaque fois de m'être penché avec tant d'attention sur les figurines que j'avais fini - à l'instar d'Alice - par passer à travers le miroir pour intégrer l'étrange et merveilleux monde-échiquier imaginé par le révérend Dodgson. Un monde dans lequel non seulement le temps coutumier n'a plus cours mais où tout est inversé : pour atteindre un but il faut d'abord s'en éloigner, pour rester sur place il faut courir très vite, il est impossible de se "souvenir du futur", un simple fantassin peut devenir reine et enfin, au moment d'étancher votre soif on vous offre un gâteau sec ! Oui, aussitôt que nous nous sommes égarés, nous autres bienheureux naufragés des soixante-quatre cases, dans le labyrinthe enchanté (et sans doute infini) des combinaisons potentielles de nos chères armées de bois, dont la vitesse de déplacement - lente ou foudroyante - est fonction de nos perspectives mentales conjuguées aux fulgurances de notre imagination, il est assez évident que le temps coutumier s'interrompt. Le temps de l'échiquier qui commence alors, et cela en dépit des coups d'œil anxieux que nous pouvons glisser de temps à autre à la pendule chronométrique, est d'une texture toute carrollienne.



Bienheureuses temporisations

- p108 -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          481
ninosairosse   30 septembre 2022
Petit éloge du temps comme il va de Denis Grozdanovitch
S'il est un domaine où Bergson excelle particulièrement à mes yeux, c'est bien celui qui concerne la question du temps !



Le temps de la liberté intérieure

p 82
Commenter  J’apprécie          282
Missbouquin   10 juillet 2012
L'art difficile de ne presque rien faire de Denis Grozdanovitch
"la littérature véritable, à savoir celle qui, en deçà ou au-delà de l'écume des événements immédiats, relie entre elles, dans le temps et dans l'espace, les âmes fraternelles, n'a sans doute pas sa source dans le langage ni dans l'habileté rthéorique mais plutôt au plus profond de l'âme communautaire des peuples et fatalement donc (qu'on le sache expréssement ou non) dans les plus vieux mythes consacrés par les traditions et que l'imagination moderne réinvente, bref que l'esprit du temps habille de parures nouvelles, combine de façon inusitée, sans jamais en modifier pourtant la teneur pérenne."
Commenter  J’apprécie          170
aleatoire   27 août 2012
Petit traité de désinvolture : Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport et ... aussi des chats, des tortues et des Chinois de Denis Grozdanovitch
Ce n'était pourtant qu'un simple chat, me direz-vous ! Oui, bien sûr. Mais n'est-ce pas précisément la muette fragilité du lien qui nous rattache à nos compagnons animaux, qui fait que lorsqu'il se rompt, nous nous sentons touchés au plus secret du coeur ; d'une curieuse façon en vérité, toute différente mais pas moins vive qu'avec les humains ? Et puis ce sentiment puissant, soudain, d'être en prise directe, sans artifice consolateur, avec la matière même du néant ! de nous sentir investis d'une extravagante et dérisoire mission : sauver de l'immense oubli une mince, évanescente, identité féline !...
Commenter  J’apprécie          131
pgremaud   16 septembre 2014
Petit éloge du temps comme il va de Denis Grozdanovitch
A vrai dire, il m'a toujours semblé que la météorologie climatique induisait en nous, selon les variations de l'atmosphère, une météorologie plus subtile : celle de nos états d'âme. La joie ou la gaieté, la tristesse ou la mélancolie, l'impatience, l'humeur vagabonde ou la paresse de certains jours paraissent bien en effet (du moins en majeure partie) être reliées au temps qu'il fait.
Commenter  J’apprécie          110
saphoo   23 mars 2011
La secrète mélancolie des marionnettes de Denis Grozdanovitch
Les chats sont à la fois nos compagnons et nos maîtres discrets dans l'art d'apprivoiser le temps, des funambules dilettantes en équilibre sur le fil du présent, et leur langueur associée à leurs réflexes foudroyants devrait nous enseigner la bonne manières de réagir aux sollicitations des événements. Au lieu de nous agiter frénétiquement (la plupart du temps en pure perte), nous devrions apprendre d'eux comment économiser notre énergie. Celui-ci s'appelle Fulvio, il est venu un matin stationner devant ma porte, de toute évidence abandonné, et puis il n'est jamais reparti; les vrais chats de compagnies surgissent ainsi un jour dans notre vie, de façon assez décisives ; c'est troublant.

Commenter  J’apprécie          90
pgremaud   27 septembre 2014
Petit éloge du temps comme il va de Denis Grozdanovitch
Et puis surtout, lorsque la pluie avait commencé tôt le matin et menaçait de durer, il y avait les lectures ! Ces longues lectures des jours de pluie dans lesquelles on s'embarquait, ma soeur et moi, chacun à un bout de la pièce, nous adressant de temps à autre des commentaires sur nos émerveillements respectifs (que nous n'écoutions d'ailleurs qu'à demi, tellement nous étions "pris" par nos aventures livresques respectives), et qui demeurent pour moi l'un des cadeaux les plus somptueux que la vie m'ait offert !
Commenter  J’apprécie          80
saphoo   23 mars 2011
La secrète mélancolie des marionnettes de Denis Grozdanovitch
Pour ma part, repris-je , j'aime la grisaille parisienne. C'est difficile à expliquer mais certains jours, à Paris, quand le temps est gris-bleu (au bord de la pluie, mais on sait qu'il ne pleuvra pas), remonter le long des quais à vélo en observant les péniches qui ronronnent sur la Seine, les mouettes qui virevoltent et font des loopings, les amoureux qui s'étreignent sur un banc, les innombrables terrasses de café emplies d'une foule apparemment insouciante, on en arrive à oublier la rage imbécile des automobiles tout autour et si, en outre, on a un rendez-vous avec une éventuelle conquête dans un musée pour une exposition Bonnard, et rien d'autre à faire pour le reste de la journée que de fureter dans les librairies, lire ou participer à quelques parties d'échecs au jardin du Luxembourg, puis baguenauder dans les rues sans but bien précis, alors la névrose occidentale prend des allures de plaisir raffiné, ne crois-tu pas ?

Commenter  J’apprécie          70
renelle   12 septembre 2012
Rêveurs et nageurs de Denis Grozdanovitch
Van Gogh avait fait le portrait d'un paysan d'Arles qui était son ami.

En plus du portrait lui meme- remarquable dans sa vigoureuse expression monolithique : comme si les paysans possédaient la dureté de certains rochers inexpugnables et inatteignables au temps lui-meme - le nom de cet homme me frappait : Patience Escalier !

Seule la savoureuse vieille France paysanne, à la profondeur culturlle désuette et presque oubliée désormais, avait pu produire un patronyme aussi évocateur et humoristique.Et surtout, ce prodigieux rapport- peut-etre hasardeux entre le nom et le prénom ! Ne fallait il pas effectivement une "patience d'Escalier" pour gravir chaque marche vers la sagesse et la sérénité dont le visage de cet homme semblait témoigner ?
Commenter  J’apprécie          50
baladin   26 septembre 2015
La Puissance discrète du hasard de Denis Grozdanovitch
Établir un contact amical avec l'immense complexité du monde est, en filigrane, le dessein que je me suis fixé en me laissant porter par cette promenade philosophico-littéraire.
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les années '80

François Mitterrand est devenu président de la République dans les années ’80.

oui
non

12 questions
126 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoireCréer un quiz sur cet auteur