AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 220726100X
Éditeur : Denoël (19/02/2009)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 32 notes)
Résumé :
Vivre à son propre rythme, lire des auteurs oubliés, jouer au tennis sans esprit de compétition, faire la sieste au fond du jardin, contempler un vol de grues, repenser aux rêves de la nuit : autant d'expériences mystérieuses que le bruit assourdissant de la planète rend aujourd'hui presque impossibles.
Dans l'esprit du Petit traité de désinvolture, L'art difficile de ne presque rien faire aborde avec un humour délicieux l'une des questions insolubles de l'ex... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
plotin
  27 octobre 2009
Stop ! Je suis arrivé péniblement à la 55° page de ce livre. Il en reste 275. J'abandonne !!
Cela m'arrive très rarement de ne pas terminer la lecture d'un livre. le titre m'avait accroché : « L'art difficile de ne presque rien faire ». La préface écrite par Simon Leys m'avait plu. le papier du livre et la typographie m'avaient convaincu d'acquérir ce livre.
Quelle déception !
Au 6° chapitre, incapable de me souvenir du contenu des chapitres précédents, je laisse tomber. Mais pourquoi écrire des phrases aussi longues, bien souvent incompréhensibles, dans un style lourd et alambiqué ? Comment un éditeur peut-il investir dans un tel ouvrage ? Je serais curieux de connaître la diffusion de ce document et encore plus curieux de connaître des lecteurs qui auraient eu du plaisir à la lecture de ce livre.
Extrait d'un paragraphe tiré de page 39 :
C'est pourquoi, dans le but avoué – pourquoi écrit-on après tout ? – de me faire de nouveaux amis (et inévitablement aussi de nouveaux ennemis), j'aimerais poursuivre au long de ses pages la dérive déjà insensiblement amorcée et qui devrait m'amener – selon la pente avérée de mon tempérament – à des considérations mêlées concernant les choses du temps présent, mais, pour le coup, dans un style assez anachronique, celui, pour paraphraser le poète Léon-Paul Fargue, du fantôme occidental actif que je pense être en réalité. Des commentaires effectués, en fait, par un être resurgi inopinément du passé dans le temps présent et considérant les choses à travers une structure mentale résolument inactuelle – étonné, voire effaré, pour tout dire, par la tournure prise par les évènements. Et cela sans jamais trop m'éloigner du cher common sense qui m'a été instillé dès la plus tendre enfance par la branche anglo-saxonne et normande de ma famille.
Cet extrait donne une petite idée. Les 330 pages sont écrites dans le même style. « L'art facile d'en faire beaucoup trop » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          122
Marti94
  11 août 2019
Contrairement à toutes attentes, je pense que "L'art difficile de ne presque rien faire" n'est pas un traité sur la paresse mais plutôt un recueil de textes philosophiques sur le "vivre bien" (ce qui semble aller ensemble d'après l'auteur).
Contre un activisme frénétique, Denis Grozdanovitch prône une certaine forme d'oisiveté ou plutôt une nouvelle façon de perdre son temps pour mieux le gagner. Il constate que ce n'est pas drôle de ne rien faire quand on n'a rien à faire et qu'il est impossible d'apprécier la paresse si on n'a pas une masse de travail devant soi.
Alors, perdre son temps peut devenir une véritable occupation.
Denis Grozdanovitch à l'habitude d'écrire dans de grands carnets tout ce qui se passe autour de lui au moment où ça se passe. Ces notes prises sur le vif plus ou moins anciennes lui servent de socles pour étayer son opinion.
Ce recueil recouvre donc un nombre de sujets assez variés. C'est comme une promenade où le marcheur découvre son chemin ; il va au hasard, sans but, juste pour le plaisir.
Je m'y suis donc promenée et même si je n'ai pas tout lu (c'est un recueil où l'on peut piocher des idées dans n'importe quel sens, c'est comme on veut et c'est ce qui est bien) j'ai trouvé certains textes d'un grand d'intérêt.
J'ai noté un certain nombre de propos en lien avec la nature et le respect des autres. J'ai apprécié particulièrement ses idées sur la décroissance, la récession pouvant être une perspective face à l'urgence écologique pour sauver la planète.
Pour autant on y trouve d'autres sujets comme l'éloge de la pêche où la marchandisation du sport, entre autres.
On se sent forcément beaucoup plus intelligent après avoir lu un livre de Denis Grozdanovitch dont les références littéraires sont impressionnantes. D'ailleurs, il utilise beaucoup de citations et fait souvent appel aux poètes et philosophes chinois.
Lu en août 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
Margotte
  21 octobre 2010
L'ouvrage propose, au travers d'une série de courts articles de quelques pages, dont certains ont été publiés dans des revues, une réflexion sur cet art qui consiste à ne presque rien faire. de nombreuses questions épineuses sont abordées : comment vivre à son propre rythme ? Peut-on lire, plutôt que les sacro-saints auteurs de la rentrée littéraires, des auteurs anciens ou pire, oubliés ? Comment faire la sieste dans de bonnes conditions ? Est-il plus utile de contempler un vol de grues ou de se ruer sur la première chose “à faire” ? Dans le contexte social, reconnaissez que ces questions détonnent un peu… Mais l'auteur, plein d'humour, nous propose ses réponses, entre philosophie orientale et détachement assumé.
Je ne suis pas enthousiaste, surtout à cause du côté “disparate” des articles en question. le fil directeur n'est pas toujours présent et l'on se demande parfois “mais que vient faire ce texte ici ?”. Enfin, je l'avoue ici, ma maîtrise de l'art de ne pas trop en faire m'a autorisée à éviter joyeusement les passages qui ne m'intéressaient pas, et j'ai pris grand plaisir à lire certains des articles. Je ne résiste pas à vous donner quelques titres :
- “Sommes-nous plus heureux que nous ne le croyons ?”
- “Le bunker de papier”
-”Le cercle des poètes hermétiques”
-”Frisson panique à l'Académie”….
J'ai également apprécié la culture littéraire de l'auteur qui nous propose de nombreuses citations délectables, surtout celles des auteurs d'extrême-Orient. Par exemple :
“La méthode authentique consiste à ne rien faire de spécial
pour faire du feu
le vent m'apporte
assez de feuilles mortes.”
Tao Hsin (579-651)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
madameduberry
  27 octobre 2013
Je ne connaissais pas ce chroniqueur très spirituel, mais j'adopte définitivement un des axiomes de son ouvrage: "N'importe qui peut accomplir n'importe quelle tâche, pourvu que ce ne soit pas celle qu'il est censé accomplir à ce moment là"
Si vous en doutez, que faites-vous sur ce site à lire cette critique ? :-)
Commenter  J’apprécie          21
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
MissbouquinMissbouquin   10 juillet 2012
"la littérature véritable, à savoir celle qui, en deçà ou au-delà de l'écume des événements immédiats, relie entre elles, dans le temps et dans l'espace, les âmes fraternelles, n'a sans doute pas sa source dans le langage ni dans l'habileté rthéorique mais plutôt au plus profond de l'âme communautaire des peuples et fatalement donc (qu'on le sache expréssement ou non) dans les plus vieux mythes consacrés par les traditions et que l'imagination moderne réinvente, bref que l'esprit du temps habille de parures nouvelles, combine de façon inusitée, sans jamais en modifier pourtant la teneur pérenne."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
cheminvert7cheminvert7   09 août 2011
Et les jours de mauvais temps? me demanderez-vous.
Il vous est sans doute facile de deviner qu'au fil du temps j'ai fini , comme mes congénères, par me constituer mon propre antre aux livres, ma grotte aux imprimés, ma crypte de lecture, dont les parois sont tapissées de livres bien serrés où je savoure de précieux instants ôtés de la course chronophage des heures mécaniques, merveilleusement abandonné à mon succédané d'éternité jusqu'à la fin de l'après-midi....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   11 août 2019
On raconte que lorsque la reine Victoria eut invité l'un des plus prestigieux maharadjahs de l'empire des Indes à venir assister à une sacro-sainte course de chevaux britanniques, celui-ci, après s'être ennuyé poliment, déclara après coup à son hôtesse (qui venait de lui demander quelle impression lui avait procuré le spectacle) qu'il n'avait pas "attendu l'âge de cinquante-quatre ans pour savoir qu'un cheval pouvait courir plus vite qu'un autre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cheminvert7cheminvert7   04 août 2011
et si le temps gagné par l'entremise de la vitesse était inutilisable pour le bonheur
Commenter  J’apprécie          50
MissbouquinMissbouquin   10 juillet 2012
"nous devenions inéluctablement stériles par crainte obsessionnelle de ne pas être assez productifs"
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Denis Grozdanovitch (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Denis Grozdanovitch
L'académicien Erik Orsenna publie «Géopolitique du moustique», chez Fayard, dans lequel il entraîne les lecteurs dans un grand voyage pour tenter de mieux comprendre la terre et la mondialisation. À ses côtés, René de Obaldia, de l'Académie française, évoque la sortie de son ouvrage «Perles de vie», publié chez Grasset, un recueil de pensées et de citations. Cinq grands noms du théâtre - François Morel, Jean Rochefort, François Berléand, Bernard Murat et Michel Bouquet - rendent hommage à son oeuvre. La biologiste Emmanuelle Pouydebat publie «L'Intelligence animale», chez Odile Jacob, tandis que Denis Grozdanovitch fait paraître «Le Génie de la bêtise», chez Grasset. L'émission propose également un entretien, enregistré aux Etats-Unis, avec la romancière américaine Toni Morrison, prix Nobel de littérature en 1993.
+ Lire la suite
Dans la catégorie : EssaisVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Essais (404)
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
424 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre