AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.64 /5 (sur 293 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Tours , le 25/06/1858
Mort(e) à : Paris , le 15/06/1929
Biographie :

Georges Courteline, de son vrai nom Georges Victor Marcel Moinaux, était un romancier et dramaturge français.

Il était le fils de Jules Moinaux (1815-1896), humoriste, journaliste, chroniqueur, écrivain et librettiste.

Après avoir effectué son service militaire, il devient fonctionnaire au ministère des Cultes. Il passe quatorze ans dans la fonction publique, ayant tout loisir d’observer ses collègues, avant que le succès de ses œuvres lui permette de se consacrer exclusivement à l’écriture. Ces premières expériences lui ont fourni ses principales sources d’inspiration littéraire.

Dans ses premières pièces – Les Gaietés de l’Escadron (1886), Lidoire (1891) – il s’amuse à tourner en dérision l’armée. Messieurs les Ronds-de-Cuir (1893) s’attaque aux employés de bureau et aux bureaucrates. Boubouroche (1893), sa célèbre nouvelle qu’André Antoine lui demande d’adapter pour son Théâtre-Libre, prend pour cible la petite bourgeoisie. Les œuvres suivantes, récits ou pièces de théâtre, sont des croquis pertinents de différents milieux, saisis sur le vif, mais sans vraie méchanceté. Un Client Sérieux (1896) et Les Balances (1901) visent le milieu de la justice et des tribunaux. Le Commissaire Est Bon Enfant et Le Gendarme Est Sans Pitié (1899) dénoncent la bêtise et la méchanceté des forces de l’ordre. Enfin, La Peur des Coups (1894), Monsieur Badin (1897) et La Paix Chez Soi (1903) n’ont d’autre prétention que d’amuser en montrant les ridicules du couple.

Dans son œuvre, servi par un style admirable, Courteline a donné une remarquable description des travers de son époque. Pour sa peinture des caractères, il a notamment su utiliser les dialogues dont il a fait un des ressorts essentiels de son comique.

Représentants d’une classe sociale déterminée – le magistrat, le sous-officier – ou types d’individu – la bourgeoise, l’avare –, ses personnages sont tous d’une médiocrité rare et remarquable. Ils apparaissent dans des intrigues inspirées du quotidien, mais d’où surgit l’absurde.

Auteur apprécié en son temps pour sa verve satirique propre à dépeindre les travers de la petite bourgeoisie, Courteline est décoré de la Légion d’honneur en 1899 et élu à l’académie Goncourt en 1926.
+ Voir plus
Source : www.alalettre.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Courteline   (49)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« Toutes les pensées et maximes qui ont quelque valeur sont fortement pessimistes. Quand on étudie ses semblables et soi-même avec quelque sincérité, on en rapporte rarement des observations avantageuses. » Henry Maret (1837-1917) « […] L'art des maximes est vieux comme l'homme. de tout temps […], l'homme aima ces formules, concises, abstraites peu ou prou, dans lesquelles il porte un jugement sur lui-même, sur ses semblables ou sur le monde. […] […] les Français, parmi les autres peuples, se sont signalés dès le XVIe siècle, par un goût très prononcé pour cette manière spéciale de s'exprimer qui, par ailleurs, trouvait sa formule naturelle dans les proverbes, manifestation générale de la pensée humaine qui est de toutes les époques, de tous les climats, de toutes les races. […] la profondeur, l'originalité De La Rochefoucauld, de Pascal ou… de l'Ecclésiaste ne seront vraisemblablement jamais dépassés ni même égalées. Mais, ce que ces penseurs de génie ont dit autrefois peut-être redit sous une forme nouvelle, à la mesure du temps présent. […] […] nous avons recueilli une grande quantité d'ouvrages de maximes, nous les avons lus attentivement et sans parti-pris et nous avons constaté […] qu'il en était très peu qui fussent absolument médiocres. Pas un où le lecteur ne pût découvrir une valeur, une note sérieuse, quelque observation typique. Pas un, surtout, qui ne décelât de la sincérité et quelque sensibilité. […] Près des héros, dans leur ombre parfois, se pressent des hommes qui les valent, qui valent mieux, souvent, et qui, cependant, par quelque défaut de caractère ou, simplement, par quelque cruauté des événements, demeurent voués aux seconds rôles. Philosophes par goût naturel ou par dépit, joyeux ou bien amers selon leur tempérament, ils se consolent de ne point agir en pensant ou en jouant au penseur : ainsi sont nées, naissent et naîtront encore bien des maximes ! [...] « L'homme est toujours le même ! » Tant qu'il sera nécessaire de proclamer cet axiome, le genre des maximes ne sera pas épuisé ! [...] » 0:00 - Remy de Gourmont 0:15 - Courteline 0:26 - Jules Laforgue 0:52 - Albert Guinon 1:08 - Louis Dumur 1:21 - Paul Brulat 1:34 - Princesse Karadja 1:44 - Aurel 1:54 - Georges Faillet 2:05 - Marcel-Lenoir 2:14 - Jeanne Landre 2:29 - Natalie Clifford Barney 2:42 - Charles Régismanset 2:51 - Étienne Rey 3:01 - Albert de Bersaucourt 3:10 - Henry Asselin 3:23 - Alain Chauvilliers 3:33 - Jean Ythier 3:45 - Lucie Paul-Margueritte 3:54 - Jeanne Broussan-Gaubert 4:12 - Pierre Aguétant 4:33 - Générique Images d'illustration : Remy de Gourmont : https://leseditionsdeparis.com/collection/litterature/le-chateau-singulier-et-autres-textes-rares Georges Moinaux, dit Courteline : https://www.edition-originale.com/fr/litterature/envois-autographes-dauteurs-manuscrits/courteline-photographie-originale-dedicacee-de-1925-60004 Jules Laforgue : https://www.babelio.com/auteur/Jules-Laforgue/2537/photos Albert Guinon : https://www.abebooks.com/LILLUSTRATION-SUPPLEMENT-3119-SAMEDI-DECEMBRE-1902/30869087159/bd#&gid=1&pid=1 Louis Dumur : https://www.tdg.ch/societe/histoire/geneve-redecouvre-louis-dumur/story/25740549 Paul Brulat : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Brulat#/media/Fichier:Paul_Brulat,_1918.jpg Princesse Mary Louise Smith Karadja : https://sv.wikipedia.org/wiki/Mary_Karadja#/media/Fil:Princesse_karadja_1899.png Aurélie Octavie Gabrielle Antoinette de Faucamberge, dit Aurel : https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/35/Aurel_writer_photo.png Georges Faillet : https://www.youtube.com/watch?v=J2IrgM3yyms Jules Oury, dit Marcel-Lenoir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Marcel-Lenoir#/media/Fichier:Mrs._Julian_

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (175) Voir plus Ajouter une citation
Georges Courteline
Ptitgateau   29 novembre 2015
Georges Courteline
"Seul les idiots n'ont pas de doute."

-Vous en êtes sûr ?

-Certain !

Commenter  J’apprécie          752
Georges Courteline
Beasaaa   21 janvier 2013
Georges Courteline
L'alcool tue lentement, on s'en fout on est pas pressé!
Commenter  J’apprécie          440
Fabinou7   26 mai 2021
Messieurs les ronds-de-cuir de Georges Courteline
“le Directeur prit le dessus, car sa science était de dire comme personne des choses qui ne signifiaient rien”
Commenter  J’apprécie          380
Georges Courteline
petch   27 novembre 2013
Georges Courteline
Il est exact que ça porte malheur de se marier un vendredi 13, car il n'y a pas de raison pour que ce jour fasse exception.
Commenter  J’apprécie          374
Georges Courteline
Stockard   21 mars 2017
Georges Courteline
Pour savoir qu'un verre était de trop, encore faut-il l'avoir bu.
Commenter  J’apprécie          320
Georges Courteline
Snail11   21 août 2020
Georges Courteline
L’alcool tue lentement.

On s’en fout.

On n’est pas pressé.
Commenter  J’apprécie          306
Nastasia-B   29 mai 2015
Boubouroche - Lidoire et Potiron de Georges Courteline
« Ouvrez la bouche, tirez la langue, voyons ce pouls. Très bien, vous êtes un fricoteur ; vous aurez deux jours de prison.

— Mais, major… »



POTIRON.
Commenter  J’apprécie          281
Georges Courteline
claudeparis   05 juin 2014
Georges Courteline
A partir d'un certain moment, on n'a plus le droit de se laisser emmerder gratuitement.
Commenter  J’apprécie          270
FredMartineau   28 mai 2016
Les Femmes d'Amis de Georges Courteline
Pauvre petite, je lui dois bien les plus grandes douleurs de ma vie, mais aussi les heures les plus douces, et, en somme, toute la question est de savoir si nous devons garder plus rancune aux femmes, du mal qu'elles nous auront fait, ou plus de reconnaissance des joies qu'elles nous auront procurées.
Commenter  J’apprécie          222
Nastasia-B   29 mai 2015
Hortense, couche-toi - Monsieur Badin - La Conversion d'Alceste - Les Boulingrin de Georges Courteline
LA BRIGE (rapportant à M. Saumâtre son parapluie et son chapeau) : Le Christ a dit : " Rends à César ce qui appartient à César. " — Voici votre pépin et votre tube. — Et maintenant, toi, Hortense, couche-toi !

HORTENSE (ahurie) : Que je me couche ?

LA BRIGE : À l'instant même. Monsieur Saumâtre… serviteur !

MONSIEUR SAUMÂTRE (abasourdi) : Comment !…

LA BRIGE : Veuillez vous retirer.

MONSIEUR SAUMÂTRE : Ah çà ! mais, qu'est-ce que cela veut dire ?

LA BRIGE : Cela veut dire, monsieur Saumâtre, que madame, enceinte, est à terme, et que la loi lui donne neuf jours pour accoucher.

MONSIEUR SAUMÂTRE : Neuf jours !

LA BRIGE : Oui, neuf jours.

MONSIEUR SAUMÂTRE : Ce n'est pas vrai.

LA BRIGE : Oh ! mais pardon !… Soyez poli, ou je vais avoir le regret de vous mettre à la porte.

MONSIEUR SAUMÂTRE : Monsieur, j'ai pour habitude d'être poli avec tout le monde. Seulement vous me permettrez de vous le dire : vous me faites rire avec vos neuf jours. Et mon nouveau locataire ?

LA BRIGE : Vous n'avez pas la prétention de le coucher dans le lit d'Hortense ?

MONSIEUR SAUMÂTRE : Non ! Mais encore faut-il qu'il couche quelque part.

LA BRIGE : Il couchera où il voudra

MONSIEUR SAUMÂTRE (avec finesse) : À vos frais.

LA BRIGE : Pourquoi à mes frais ?



HORTENSE, COUCHE-TOI !, Scène III.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les citations de Georges Courteline

« ---- est un lieu où les gens qui arrivent en retard croisent dans l'escalier ceux qui partent en avance. »

L’administration
L'aérogare
L'entreprise
Le cimetière

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thème : Georges CourtelineCréer un quiz sur cet auteur