AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213601305
Éditeur : Fayard (23/09/1998)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Voilà ce que l'on appelle un pavé ! Et pourtant, il fallait bien cela, car, ainsi que le souligne Georges Minois, la littérature traitant de l'athéisme compte pour quantité négligeable face à l'abondance d'ouvrages propageant la "bonne nouvelle". Les religions, qui sont par essence des phénomènes de masse, se doivent de chercher à rallier les hommes à leur cause, quitte à manier le bâton (l'évangélisation par l'épée) et la carotte (la promesse d'un visa pour le Para... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Luniver
  25 juin 2015
L'athéisme a-t-il vraiment une histoire ? On sait que quelques philosophes grecs ont soutenu cette idée quelques siècles avant notre ère, et qu'elle a refaite son apparition à la fin du dernier millénaire. Mais entre les deux, le vide total, le monde est entièrement religieux. Georges Minois conteste cette idée simpliste : en observant attentivement les documents historiques, on retrouve des traces d'incroyance à toutes les époques.
Il y a tout de même plusieurs difficultés à soulever. Tout d'abord, les incroyants ne sont connus pendant longtemps qu'à travers les récits des croyants. Avec les dangers qui menacent les athées, ces derniers ne se réunissent en effet pas et laissent peu de traces écrites. le terme d' « athée » lui-même désigne beaucoup de populations très différentes selon les époques : les déistes, les théistes, les indifférents ou encore les agnostiques. Les hindous seront qualifiés d'athées parce que ne croyant pas au « vrai » dieu, et les catholiques et protestants s'entre-accuseront mutuellement d'athéisme.
On peut imaginer que l'incroyance croît dans la population quand les religieux s'en inquiètent : on multiplie les sermons sur les dangers qui menacent les incroyants, on tente d'apporter des preuves sur l'existence de Dieu, on réfute les arguments forts du moment, etc. Preuves que l'existence de Dieu est remise en question, et que les arguments s'échangent dans la rue, sinon pourquoi lutter contre des remises en cause inexistantes ? Mais difficile là encore de savoir en quelle proportion : dans les périodes troublées, on peut vite brandir un ennemi imaginaire pour motiver les troupes, d'autant que la discrétion des athées peut alimenter bien des fantasmes.
Des indices plus concrets proviennent des plaintes de curés sur la désertion de leurs ouailles : les églises se vident, la fréquentation des sacrements et des confessionnaux diminuent, les excommunications sont vécues dans l'indifférence, certains dogmes sont publiquement niés. Ces plaintes m'ont d'ailleurs beaucoup surpris car je pensais que ces phénomènes s'étaient seulement développés très récemment. Certains milieux sont désignés comme des foyers d'incroyance à surveiller de près : les marins, les soldats, les taverniers, les voyageurs et les livres trop en contact avec les coutumes étrangères, les campagnes isolées où l'instruction religieuse, y compris celle du curé en place, est extrêmement pauvre.
J'ai été particulièrement intéressé par la conclusion de l'auteur, qui n'oppose pas athéisme et religion, mais montre au contraire que des formes différentes de croyances et d'incroyances cohabitent au fil des époques. On a ainsi des périodes rationnelles, où l'être humain fait confiance à sa raison pour comprendre le monde, qui produiront de nombreux débats, des échanges de preuves et d'arguments, qui donneront l'avantage à un camp. En Europe, on peut signaler l'antiquité classique, le cartésianisme et le matérialisme scientifique. Et puis on se lasse de toutes ces guerres, physiques et métaphysiques, et l'irrationnel prend le pas. Toute forme d'autorité dans le domaine est rejetée, seule l'expérience individuelle compte. Ce sont les époques des « religions à la carte », où chacun se concocte son petit cocktail religieux en puisant allégrement dans tous les courants existants. On ne cherche plus à convaincre l'autre, et les critiques sont très mal reçues. Toujours en Occident, on peut relever la fin de l'Empire romain, l'époque de Rabelais, la période post-révolutionnaire en France, et notre monde actuel.
J'ai trouvé l'essai très enrichissant et instructif, comme tous ceux qui présentent un univers avec toute une palette de couleur alors que j'avais l'habitude de le voir en noir et blanc. Quelques petits reproches à faire tout de même : tout d'abord, un militantisme (l'auteur est athée) qui pointe le bout de son nez lors de quelques commentaires. Et un recentrage de la situation aurait été nécessaire de temps en temps : on voit tellement l'athéisme se développer dans certains milieux qu'on est parfois surpris de voir qu'il existe encore des prêtres qui défendent leur religion. C'est vrai que le sujet du livre est l'athéisme, et que développer en parallèle les progrès de la religion est un travail trop conséquent pour un seul livre, mais un point rapide de la situation avant chaque bouleversement aurait été le bienvenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3310
pve735
  16 novembre 2017
Voici des notes de lectures pêle-mêle
La première affirmation qui m'étonne est qu'il y a eu des athées dans tous les temps, que l'incrédulité a été répandue même au IVe et IIe siècle. Que 2500 ans avant Jésus, les bouddhistes avaient des réflexions qui ressemblaient fort à de l'athéisme. Ensuite, on comprend que l'on taxe d'athée toute personne qui ne croit pas strictement aux canons catholiques, mais à ce compte presque tout le monde est athée. Ma définition de l'athéisme est beaucoup plus restrictive, est athée celui qui ne croit pas aux dieux, mais d'un point de vue scientifique, logique et critique.
C'est Platon, le père de l'intolérance et de l'Inquisition qui a préfiguré la chute de la raison dans deux millénaires d'obscurantisme avec sa distinction du monde idéal et du monde réel. Traiter Luther d'athée est une figure de style. Des athées au sens moderne, il y en a peu eu dans l'histoire. Aussi, on parle des croyances, sans les mettre en contexte historique. Il y a des guerres, des épidémies de pestes, la déliquescence du clergé, des injustices flagrantes qui ébranle la foi. On les évoque, mais on dirait que les croyances existent dans le vide la plupart du temps, ce qui n'est pas le cas. Au XIXe siècle, celui de la "mort de Dieu", il reste que la plupart des gens sont profondément croyants, malgré quelques exception comme Nietzsche. Aujourd'hui encore au XXIe siècle, il est difficle de trouver des gens qui n'ont pas peur de la mort, qui ne croient pas à quelque forme supérieure d'"énergie", à une forme de métempsychose ou de réincarnation.
Finalement, au XXe siècle, on s'éloigne de Dieu au nom de la liberté, avec les philosophies analytiques, évolutionnistes et la science. Dieu tombe dans l'indifférence. J'ai beaucoup aimé ces deux derniers chapitres qui résument les réflexions d'aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   23 juin 2015
Dans leur désir de supplanter la religion, les libres penseurs, obsédés par leur haine de l'Église, sont guidés à leur insu par un véritable mimétisme : mise en place de baptêmes, de mariages et d'enterrements civils, organisation de fêtes et d'anti-sermons. Toutes ces cérémonies ne sont pas sans suggérer un phénomène d'inversion, une volonté de créer une anti-Église qui illustre plus une dépendance à l'égard de cette dernière qu'une vraie liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
LuniverLuniver   17 juin 2015
L'expression explicite de l'athéisme est évidemment rare en dehors des grands courants philosophiques. Sans culte, sans rites, sans temples, sans textes liturgiques ou dogmatiques, quelles traces l'athée ordinaire laisserait-il de son absence de foi religieuse ? Bien souvent, son existence n'est attestée que par ses adversaires, les croyants, qui le maudissent.
Commenter  J’apprécie          192
LuniverLuniver   20 juin 2015
L'attitude face à la mort devient le test, l'épreuve suprême qui garantit l'authenticité de l'incroyance ou qui, au contraire, marque le revirement final, la victoire ultime de la foi. C'est le moment de vérité, que l'on va guetter des deux côtés avec une certaine avidité. On assistera parfois à de véritables combats au chevet des mourants, dont l'enjeu est de marquer un point contre le camp adverse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LuniverLuniver   22 juin 2015
[L]a lutte contre les superstitions menées par les autorités religieuses garde [un] caractère ambigu : interdire aux fidèles de crier au miracle à tout propos et en même temps lui ordonner de croire au miracle permanent de l'eucharistie est un exercice difficile, que la propagation de l'esprit critique va rendre encore plus compliqué. [...] À trop tempêter contre les superstitions, n'est-ce pas tout le surnaturel qui risque d'être englouti ? Le clergé devra faire des concessions à ce sujet, d'autant plus que dans sa lutte contre les superstitions il rencontre un allié encombrant : les philosophes, qui, eux, rejettent tout en bloc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
LuniverLuniver   21 juin 2015
Ce sont donc les théologiens qui prennent le risque de lier atomisme et athéisme, ce qui est très imprudent de leur part. Car les partisans de l'atomisme ont beau se proclamer bons chrétiens, le fait qu'ils soient refoulés par l'Église au rang des incrédules, déistes ou panthéistes amènera l'opinion publique à associer le succès de leur physique au progrès de l'incrédulité des scientifiques.
Commenter  J’apprécie          140
Lire un extrait
Videos de Georges Minois (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georges Minois
Charlemagne | 2000 ans d’histoire | France Inter
Dans la catégorie : AthéismeVoir plus
>Philosophie et théorie de la religion>Concepts de Dieu>Athéisme (15)
autres livres classés : atheismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre