AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jorge Luis Borges (Éditeur scientifique)Nino Frank (Traducteur)
EAN : 9782755701265
141 pages
Éditeur : FMR (02/10/2006)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :

J'ai lu Papini et je l'ai oublié. Sans m'en douter, je me comportais de la manière la plus sagace - peut-être l'oubli est-il une forme profonde de la mémoire.

Quoi qu'il en soit, je veux rapporter une expérience personnelle. A présent, en relisant ces pages si lointaines, je découvre en elles, avec reconnaissance et stupéfaction, des fables que j'avais cru inventer et que j'ai élaborées de nouveau à ma façon en d'autres circonstances de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Marpesse
  15 juillet 2015
Avant de tomber sur ce livre qui, rien qu'à la couverture, attire, je ne connaissais pas Giovanni Papini. Je ne savais pas non plus que j'allais lire des nouvelles de cet auteur en ouvrant le miroir qui fuit.
Dès les premières lignes, j'ai compris que ça allait être de la vraie littérature et que j'avais affaire à un héritier de Poe ou d'Hoffmann. Les histoires de ce livre abordent toutes un problème métaphysique : il est question du temps, du rêve, de l'être, de la mort... La narration, à la première personne, nous invite à partager la folie des personnages.
Voici, sans trop en dire, de quoi parle chacune de ces nouvelles :
Le miroir qui fuit
Dans une gare, deux hommes échangent quelques paroles. le premier dit que les hommes sont fous de vivre pour un futur qui leur échappera toujours :
L'avenir ressemble à un miroir qui fuit.

Deux images dans une conque
Un homme revient sur les endroits de son passé. Alors qu'il se penche sur l'eau où il aimait se mirer, il voit derrière lui un visage qui n'est autre que lui-même quand il était jeune. Cet autre soi-même ne veut plus le quitter, mais il l'agace avec ses manières et ses passions. Comment a-t-il pu ressembler à cet homme?

Histoire totalement absurde
Un étrange individu vient frapper à la porte du narrateur. Il tient une petite mallette et lui dit que le livre qui est à l'intérieur est l'oeuvre de sa vie. Il propose de la lui lire et, s'il ne l'aime pas, il ira se tuer. Il se trouve que l'histoire est l'exacte relation de ce qu'a vécu et pensé toute sa vie celui qui l'écoute...

Une mort mentale
Le personnage de cette nouvelle refuse de se suicider. il trouve que tous les moyens sont sales. Il se prépare donc au meilleur suicide qui existe : la mort mentale.

La dernière visite du Gentleman malade
Ce gentleman a un aspect étrange. Pour ceux qui le voient, il ne semble pas de ce monde et pour cause : il est la création onirique de quelqu'un dont il ignore l'identité et n'existe que par son rêve.
Je ne veux plus être ce que je suis
Le narrateur explique combien cela lui est intolérable qu'il sera toujours lui-même toute sa vie.

Qui es-tu?
Un homme, habitué à être très entouré et recevant énormément de lettres chaque jour, se retrouve un matin sans aucun courrier dans sa boîte. le lendemain, c'est la même chose. Très inquiet, il tente de voir avec la Poste qui le prend pour un fou. Mais très vite, il se rend compte que ses proches semblent ne plus le connaître non plus.

Le mendiant d'âmes
Un écrivain à court d'idées pour un soir décide de raconter la vie de l'homme le plus banal qu'il puisse trouver dans la rue à cette heure tardive.

Suicidé en lieu et place
L'homme va sur ses trente-trois ans, l'âge du Christ. Il prévient son ami qu'il va se suicider pour lui donner une chance de vivre mieux et de s'accomplir. Par le choc du suicide, il espère que celui-ci se rendra compte qu'il doit faire quelque chose de sa vie.

La journée non rendue
Une vieille princesse raconte à un jeune homme un secret qu'elle n'a jamais dit à personne : quand elle avait 22 ans, un père lui a acheté une année de jeunesse pour sa fille malade, en faisant la promesse de la lui rendre sous forme de jours ou de semaines...

J'ai aimé toutes ces histoires, même si ma préférence va à la dernière qui a un goût de conte, à celle de l'homme rêvé et du double envahissant. C'est vraiment une belle découverte!
Je vais lire Gog du même auteur.
Lien : http://edencash.forumactif.o..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DidishaDidisha   23 février 2015
J'avais dépensé, en ce début de soirée, les derniers vingt-cinq centimes qui me restaient, pour boire un café, sans que ce breuvage trop habituel parvienne à me donner l'inspiration que je cherchais et dont j'avais un besoin urgent. En ce temps-là, j'avais accoutumé de mourir de faim, faim de pain et de gloire, et nul père, nul frère, dans le monde entier, pour m'aider. Le directeur d'une publication - un gros bonhomme pâle et taciturne - agréait mes contes lorsqu'il n'avait rien de mieux à imprimer et, chaque fois, il m'alignait cinquante lires, jamais plus, jamais moins, quelles que fussent la valeur et la dimension de ce que je lui apportais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MarpesseMarpesse   15 juillet 2015
J'existe parce que quelqu'un me rêve : il est quelqu'un qui dort et rêve, et il me voit agir et vivre et remuer ; en ce moment précis, il rêve que je dis tout ce que je dis. Quand ce quelqu'un a commencé à rêver de moi, j'ai commencé à exister : il lui suffira de se réveiller pour que je cesse d'exister.”

Commenter  J’apprécie          20
mouette_liseusemouette_liseuse   12 novembre 2014
O hommes ! C'est pour la mort que nous perdons notre vie, et nous gaspillons le réel pour l'imaginaire; nous apprécions nos jours que parce qu'ils nous mènent à d'autres jours qui n'auront de prix que par le fait qu'ils nous mèneront à des jours à eux-mêmes semblables ... Hommes, toute votre vie est une fraude que vous ourdissez vous-même à vos propres dépens : seuls les démons peuvent froissement rire de votre course vers le miroir qui fuit ! (Page 24)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Giovanni Papini (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giovanni Papini
Histoire du Christ. L'excrément du démon.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : littérature italienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
607 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre