AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.85 /5 (sur 76 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Alger , le 03/01/1954
Biographie :

Michèle Audin est une mathématicienne et écrivaine française.
Professeur à l'Institut de recherche mathématique avancée (IRMA) de Strasbourg, elle travaille notamment dans le domaine de la géométrie symplectique. Née en 1954, elle est ancienne élève de l'École normale supérieure (Sèvres), et a été cooptée à l'Oulipo en 2009.

En 2009, elle a refusé la Légion d'honneur, en raison du refus du président de la République, Nicolas Sarkozy, de répondre à une lettre de sa mère à propos de la disparition de son père durant la guerre d'Algérie.



Source : wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Michèle Audin   (18)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« C'est la fin de l’affaire Audin, mais seulement le début d’une histoire apaisée »

Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   23 janvier 2019
Oublier Clémence de Michèle Audin
En 1879, plusieurs grands hommes sont nés, parmi lesquels Albert Einstein, Paul Klee, Joseph Djougachvili, qui devinrent un physicien, un peintre, un dictateur .

Des naissances de femmes célèbres ?

Du côté de la fiction, 1879 est l'année de la création de la pièce - Une maison de popée- , de l'écrivain norvégien Henrik Ibsen, dans laquelle sont évoqués la condition, le rôle, la vie d'épouse d'une femme de la bourgeoisie. L'année aussi de la parution en feuilleton de -Nana-, un roman d'Emile Zola dont l'héroïne, fille d'une blanchisseuse et d'un couvreur, essaie de sortir de la misère par la prostitution de luxe, et meurt, si je compte bien, à l'âge de dix-huit ans.

En 1879, un congrès ouvrier socialiste se réunit à Marseille, au cours duquel Hubertine Auclert fit adopter une résolution qui proclamait l'égalité absolue des deux sexes. (p. 16)
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   25 février 2016
Mademoiselle Haas de Michèle Audin
Elles ont vingt ans, ou trente, ou un peu plus, en 1934 et un peu après. Elles s'appellent Mademoiselle Haas. Elles sont bibliothécaire, concierge, cuisinière, coiffeuse, première main flou, fraiseuse, infirmière, écrivaine, femme de chambre, institutrice, journaliste, femme de ménage, chef de travaux, ouvrière métallurgiste, libraire, pianiste, physicienne, ourdisseuse, sage-femme, vendeuse (...)



Elles travaillent. Presque toutes avec leurs mains – mains de sage-femme, mains d'ouvrière, mains de pianiste. Elles sont auxiliaires, adjointes, temporaires, mademoiselles. Elles rêvent. Elles vivent, dans la joie et dans la peine, une histoire qui, au fil des ans, s'emplit de bruit et de terreur.

Elles rêvent. Elles vivent, dans la joie et dans la peine, une histoire qui s'emplit de bruit et de terreur. Leur travail est ignoré des livres d'histoire.

Elles y sont invisibles. Oubliées. Omises, plutôt. (p.9-10)
Commenter  J’apprécie          40
VincentGloeckler   14 mars 2021
Josée Meunier, 19, rue des Juifs de Michèle Audin
Un jour ils ont parlé de M. Flaubert, ce bourgeois réactionnaire dont Georgette aime tant les livres, et, en regardant le lit d’enfant dans ce qui est devenu la chambre d’Albert, elle lui a raconté la mort du petit Félix, le premier enfant des Meunier. Il avait deux ans, il toussait, les parents avaient d’abord cru à un rhume, mais il toussait trop, sa respiration était de plus en plus courte. Josée s’était affolée, elle avait pris son enfant dans les bras, enroulé dans une couverture, c’était en décembre, un décembre glacial, et elle avait couru, oui, couru, jusqu’à l’hôpital Sainte-Eugénie, deux kilomètres à perdre haleine, le petit Félix, le visage bleuâtre, pendu à son cou, le regard désespéré. C’est le croup, avait dit l’officier de santé. L’enfant avait détourné la tête pour repousser la cuillère d’ipécacuana, et il avait cessé de respirer. Des années après, nous avons lu L’Éducation sentimentale et elle m’a dit qu’elle trouvait les femmes riches bien heureuses, elles ne tombent amoureuses que parce qu’elles s’ennuient, leurs enfants ne tombent malades que lorsqu’elles tombent amoureuses, et, dans ces histoires de riches, les enfants qui ont le croup ne meurent pas, et nous, les travailleurs manuels, nous ne pouvons pas avoir des états d’âme comme en ont les bourgeois dans ces romans ? (p.52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Annette55   07 août 2014
Cent vingt et un jours de Michèle Audin
116800

Reichsmark, aurait coûté un malade mental si on l'avait entretenu pendant quarante ans.

157034

Le numéro tatoué sur le bras d'un rescapé et noté sur une page d'un cahier bleu.

491 hommes et femmes du convoi 60 furent emmenés par des SS et des chiens et immédiatement gazés.

479 est un nombre premier et le quart de 1916.

1933

Celle, où les livres de Heinrich Heine furent joyeusement brûlés sur les places.

1000

Le nombre de juifs dans les convois.
Commenter  J’apprécie          30
Romain28   23 juillet 2020
Une vie brève de Michèle Audin
Pas plus que vous ne trouverez ici d'exotisme, vous n' y trouverez la nostalgie, l’écœurante nostalgie-pied-noire, avec les couleurs et les saveurs, l'anisette, le cabanon,la fatma,la mer, le ciel et le soleil.Le monde dans lequel il a vécu n'existe plus, c'est dit, et avec lui a disparu ce dont il avait souhaité la disparition, les fatmas, les colons, la pacification, les enfants analphabètes, dans ce qu'il faut bien appeler l'apartheid colonial.
Commenter  J’apprécie          30
py314159   02 février 2020
Cent vingt et un jours de Michèle Audin
La disparition de tous les livres les affligea davantage que celles des fauteuils, des lits, du linge ou de la vaisselle.
Commenter  J’apprécie          40
martineden74   20 mars 2021
La semaine sanglante : Mai 1871. Légendes et comptes de Michèle Audin
Peu de témoignages sur la Commune :

La littérature de l’époque fourmille de textes dont les auteurs écrivent comme s’ils avaient été présents, comme s’ils avaient vu – l’ambassadeur des États-Unis, Elihu B. Washburne, parmi des dizaines d’autres, vous raconte, dans ses Recollections, le 18 mars comme s’il avait été à Montmartre au petit matin de ce jour-là… Devinez s’il y était !

Pourtant, il y a peu de témoignages sur la Commune écrits par les acteurs de cet événement. Bien sûr, des Parisiens « lettrés » ont tenu leur journal ou écrit des souvenirs, mais la plupart étaient hostiles à la Commune (voir La Commune de Paris racontée par les Parisiens de Jean-François Lecaillon) et surtout étaient des spectateurs. Je cite quelques-uns de ces témoignages dans ce texte, comme celui de Paul Du Boys à propos des cours martiales ci-dessus.

Il nous manque le témoignage des gardes nationaux, des ouvrières parisiennes. Beaucoup de raisons à ceci : le confinement – les protagonistes sont enfermés ensemble dans Paris –, le peu de durée – soixante-douze jours –, l’analphabétisme – l’enseignement n’est ni gratuit ni obligatoire –, la dureté de la répression – ne détruisait-on pas les documents de peur d’une fouille ou d’une perquisition ? Détruire les papiers qu’il a dans les poches, c’est la toute première chose que fait Maxime Vuillaume, au tout début de Mes cahiers rouges. Il n’est pas le seul :

"Mon portefeuille, plein d’autographes précieux, entre autres une lettre de Delescluze, de cartes civiques, de documents nombreux pouvant me servir à faire plus tard l’histoire de cette époque, fut jeté dans les lieux avec mon képi."

C’est ce qu’écrit Sutter-Laumann dans son Histoire d’un trente sous (p. 319). Les archives de la préfecture de police regorgent de listes de képis, morceaux d’uniforme, armes, jetés dans les « lieux » et retrouvés lors de vidanges de fosses septiques. La Bièvre et les égouts ont aussi été mis à contribution – mais le papier ne survit pas à cette épreuve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mimo26   03 octobre 2018
Oublier Clémence de Michèle Audin
Le prénom Clémence n’a été donné que quatre fois, en 1879, à des fillettes nées dans le quartier lyonnais de Vaise. On préférait Jeanne, Claudine, Marie ou Joséphine.



Pourquoi Clémence ?



Janet, le patronyme de Clémence, n’est pas un nom rare. Un psychologue, un philosophe, un mathématicien et même un baron d’empire ont porté ce nom. Des hommes. Mais il n’y a aucun mathématicien, ni d’ailleurs aucun intellectuel, il n’y a aucun baron, même d’empire, dans l’ascendance de Clémence.



La même année que Clémence, presque cent mille enfants sont nés en France. Naître était une chose, vivre en était une autre : dix-sept mille de ces cent mille bébés sont morts avant leur premier anniversaire. Les raisons de ne pas survivre étaient nombreuses. Un peu d’espoir pourtant : si les antibiotiques étaient encore loin, Pasteur commençait à avoir l’idée des vaccins.



On naissait à la maison. Les femmes accouchaient seules, avec l’aide d’une sage-femme, ou d’un médecin pour les plus aisées. C’est une sage-femme qui est allée déclarer la naissance de Clémence.



Le 2 septembre n’est pas une date célébrée de l’histoire de France. C’est celle de la défaite de l’armée impériale à Sedan, neuf ans avant la naissance de Clémence, en 1870.



Né en 1850, le père de Clémence, qui a été soldat, a certainement fait cette guerre. Il fut même peut-être de « la plus belle armée que la France ait connue », celle qui ensanglanta Paris en mai 1871.



La mère de Clémence a participé à l’histoire de France elle aussi. Figurante de l’exode rural, elle fut de cette main-d’œuvre féminine facilement exploitable qui vint former la classe ouvrière des villes au cours de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
steka   21 février 2019
Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871 de Michèle Audin
Consultez l’histoire et vous verrez que tout peuple comme toute organisation sociale qui se sont prévalus d’une injustice et n’ont pas voulu entendre la voix de l’austère équité sont entrés en décomposition ; c’est là ce qui nous console, dans notre temps de luxe et de misère, d’autorité et d’esclavage, d’ignorance et d’abaissement des caractères, de pervertissement du sens moral et de marasme, de pouvoir déduire des enseignements du passé que tant qu’un homme pourra mourir de faim à la porte d’un palais où tout regorge, il n’y aura rien de stable dans les institutions humaines.
Commenter  J’apprécie          20
granada   25 mars 2013
Une vie brève de Michèle Audin
Je voudrais aussi me souvenir d'une habitude,d'une expression,de la manière qu'il avait de porter tel ou tel vêtement, de choses inessentielles, banales, insignifiantes. J'aimerais lui connaître des défauts.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..