AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.62 /5 (sur 166 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1988
Biographie :

Valentin Gendrot, alias Thomas Morel, est un journaliste et auteur.

Diplômé en 2011 de l'IUT de journalisme de Bordeaux Montaigne, il fait ses débuts dans la presse locale. Heurté par l’opacité des grandes entreprises et par le sort que celles-ci réservent à leurs employés peu qualifiés, il décide d’infiltrer durant dix-huit mois cinq d’entre elles, dans le nord de la France (Cémoi, Clictel, Ranger, Créatis et Toyota) dans le but de prouver la précarisation et l’ubérisation de l’emploi.

Admirateur de l’écrivain et journaliste d’investigation allemand Günter Wallraff (1942), il décide de suivre son chemin à l’été 2014. Cette plongée le conduit à publier "Les Enchaînés. Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés" (2017) sous le pseudonyme de Thomas Morel.

Valentin Gendrot est le premier journaliste à avoir infiltré la police pendant près de deux ans. Après avoir suivi une formation de 3 mois à l’école de police de Saint-Malo, il est nommé ADS (adjoint de sécurité), policier contractuel avec permis de port d’armes et droit d’appréhender.

Après une première affectation de quinze mois à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police de Paris, il intègre le commissariat du 19ème arrondissement, un quartier populaire de l’Est parisien. Là, où il souhaitait aller pour exercer son métier de journaliste et témoigner. Il y restera 6 mois.

Il en a tiré un livre intitulé "Flic" (2020).

+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Valentin Gendrot   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Valentin Gendrot, un journaliste infiltré dans la police parisienne - L'Instant M


Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Sebthocal   29 septembre 2017
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
Ceux que j'ai côtoyés sont seuls, juste livrés au mouvement global, souvent hypnotisés sur leur portable par leurs smartphones durant les pauses. Parfois, ils ne se parlent même pas sur leur lieu de travail, qui les en empêche. Leurs huit heures effectuées, de jour comme de nuit, ils se séparent pour se retrouver comme ils se sont quittés, sans rien avoir à se dire ni à partager. Un isolement voulu et organisé dans l'optique, à terme, d'une parfaite soumission individuelle à la technologie. C'est peut-être le constat le plus glaçant de mon expérience. Alors, si l'amélioration des conditions du travail industriel, espérée en 1937 par Simone Weil, peut s'apprécier quatre-vingt ans plus tard, c'est bien le défi de cette résistance-là qui présente aujourd'hui à nous. Et là aussi, comme par le passé, il ne suffit pas d'attendre, il faut le faire.



Page 14, Les Arênes, 2017.
Commenter  J’apprécie          210
Sebthocal   05 octobre 2017
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
Fabien revient, des bières fraîches à la main. Dans ce cadre familier, je me hasarde à lui poser quelques questions sur sa relation à son travail et les raisons qui l'y font rester depuis dix ans.

– J'avais eu mon bac ES. Et puis, j'ai fait une année de maths à Lille 3, à la fac. J'ai eu mon premier semestre, pas l'autre. J'ai arrêté. Et mon père m'a dit : « Je veux bien t'arrêtes mais pas que tu restes à rien faire. » Alors, deux mois après, j'étais chez Toyota.

Puis, la rencontre avec sa compagne, leur désir d'enfant, l'achat de la maison l'ont peu à peu ancré dans cet emploi devenu durable qu'il n'aime évidemment pas, qui l'empêche, dit-il, de penser. Il sourit en clignant de l'œil.

– Des fois maintenant, je fais des fautes de conjugaison. Ma femme me dit : « Bah, qu'est-ce-qui t'arrive ? » Avant, c'est moi qui corrigeais ses fautes, là, c'est l'inverse...

Sur l'écran, la France vient de marquer un second but, celui de la victoire. Matteo a regagné sa chambre car il doit se lever tôt le lendemain. Son petit ballon de foot est resté au milieu du salon. Au grand dam de sa femme, Fabien a repris la clope. Il en allume une, emplissant l'espace de ses volutes de fumée. L'œil fixé sur l'écran, il soupire doucement.

– Putain, heureusement que j'ai ma femme et mon fils.



Pages 260-261, Les Arênes, 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
Sebthocal   29 septembre 2017
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
« Aujourd'hui, nul ne peut ignorer que ceux à qui on a assigné pour seul rôle sur cette terre de plier, de se soumettre et de se taire plient, se soumettent et se taisent seulement dans le mesure précise où ils ne peuvent faire autrement. Y aura-t-il autre chose ? Allons-nous enfin assister à une amélioration effective et durable des conditions de travail industriel ? L'avenir le dira ; mais cet avenir, il ne faut pas l'attendre, il faut le faire. »



Simone Weil, La Condition ouvrière, Gallimard, 1937



Page 9, Les Arênes, 2017.
Commenter  J’apprécie          180
Sebthocal   05 octobre 2017
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
De fil en aiguille, je découvre "La Condition ouvrière" de la philosophe Simone Weil, qui, en 1934, s'est fait embaucher comme manœuvre dans une usine. Bien qu'agrégée de philosophie, elle entendait vivre une expérience in vivo et exposer sa personne pour approcher la réalité des ouvriers de l'époque. Cette lecture me conforte dans le bien-fondé de mon initiative. À plus de quatre-vingts ans d'écart, je constate qu'au troisième millénaire certains pans entiers de la condition ouvrière n'ont pas évolué autant qu'on pouvait l'imaginer. Au contraire, la précarité grandissante enclenche un mouvement inverse de régression.



Pages 58-59, Les Arênes, 2017.
Commenter  J’apprécie          130
Bazart   07 octobre 2020
Flic de Valentin Gendrot
"Je rentre mon ventre pour fermer mon pantalon bleu marine.Après 15 ans d'inaction à l'I3P, mon corps affuté post école s'est alourdi de quelques kilos. Le froc me serre les hanches . Il est 13h40, samedi 9 mars 2019. Dans vingt minutes, je prendrais mon poste pour la première fois au commissariat du 19eme arrondissement de Paris."
Commenter  J’apprécie          90
Valentin Gendrot
steka   07 septembre 2020
Valentin Gendrot
Les flics sont censés lutter contre la violence, en pratique, ils en sont souvent un avant-poste.
Commenter  J’apprécie          80
steka   07 septembre 2020
Flic de Valentin Gendrot
C’est l’une de mes premières journées avec le groupe, et ils en tiennent enfin un. Ils les appellent « les bâtards ». Et quand ils sortent, ils partent à la chasse aux « bâtards ». Celui-là, Toto n’a pas trop galéré à le choper. Il s’agit d’un mec chétif, un gringalet sans doute mineur. Un « petit bâtard », quoi.
Commenter  J’apprécie          60
ladesiderienne   08 juillet 2019
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
Car, après les concepts américains du taylorisme (organisation rationnelle des tâches) et le fordisme (parcellisation de ces tâches, en clair : le travail à la chaîne), un ingénieur japonais, Taiichi Ono, a conçu le toyotisme au sein même de l'entreprise Toyota. L'idée maîtresse est de répondre aux besoins du marché. La production est donc guidée par la demande et fonctionne à flux tendus en s'appuyant sur "les cinq zéros" : zéro stock, zéro défaut, zéro papier, zéro panne et zéro délai. L'ouvrier, censé être encore plus responsable de sa tâche, participe - on le verra plus loin - au diagnostic des problèmes et à leur résolution. Il est surtout prié de s'ajuster à cet objectif de perfection en étant lui-même d'une fiabilité de robot.
Commenter  J’apprécie          40
julienleclerc45   23 octobre 2017
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
Voilà, deux semaines après avoir quitté l’usine, j’ai un nouveau boulot ! J’en ressens un enthousiasme que, plus tard, je trouverai stupide. Mais l’idée d’en avoir fini avec le rangement saccadé des chocolats à raison de deux pièces toutes les deux secondes — Tac. Tac — plus de sept heures par jour me transporte. J’ai quitté le vieux monde des ouvriers à la chaîne pour pénétrer bientôt dans l’univers feutré, à la lumière tamisé, d’une plate-forme téléphonique. Enfin un travail de ma génération avec d’autres jeunes partageant mes goûts et mes préoccupations ! Même si je vais devenir un smicard 2.0 au casque posé sur les oreilles, je n’imagine pas vivre quelque chose de plus abrutissant que ma première expérience.
Commenter  J’apprécie          40
ladesiderienne   08 juillet 2019
Les enchaînés : Un an avec des travailleurs précaires et sous-payés de Valentin Gendrot
L'aliénation au travail a toujours existé, parfois consentie par des passionnés ou des névrotiques qui l'assument. Le plus souvent subie. Les mineurs du Nord peuvent en témoigner en termes de pénibilité, risques et mortalité précoce qui ont heureusement disparu. Mais autre chose s'est effacé qui tenait ces hommes debout : la solidarité, la camaraderie, l'unité culturelle et sociale, garantes d'une certaine forme de bonheur. Ceux que j'ai côtoyés sont seuls, livrés au mouvement global, souvent hypnotisés par leur smartphone durant les pauses.
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Harry Potter à l’école des sorciers

À quel numéro de la rue Privet Drive habitent l’oncle et la tante de Harry ?

Le n°14
Le n°4
Le n°10
Le n°7

15 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur