AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.74 /5 (sur 452 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 6/06/1984
Biographie :

Johann Zarca, qui écrit sous le pseudonyme Zarca, est un écrivain français.

Il grandit à Bry-sur-Marne, dans le Val-de-Marne. Après des études de journalisme, interrompues, et une succession de "petits jobs alimentaires", il écrit en autodidacte. Ses romans se caractérisent par leur transcription du "parler de la rue" et leur exploration ou décodage d'un milieu "underground", notamment parisien.

Selon Radio France, Zarca "écrit depuis l'enfance, avant d'aller trainer dans le bois de Boulogne, sans noircir pour autant son casier judiciaire". Elle le décrit comme ayant les "les attributs du jeune banlieusard qui aime se promener à la marge de son époque, le passé trouble et la langue". 20 minutes note "l’argot juste [et] le style frontal" de ses écrits.

Johann Zarca est "remarqu[é]" à partir de 2014 pour "son blog Le Mec de l'Underground puis [pour] son premier roman "Le Boss de Boulogne", aux éditions Don Quichotte, roman" glauque, trash, fascinant", narré dans un "langage très parlé, que Johan Zarca cisèle pour le passer à l'écrit". Son écriture est alors qualifiée de "crue, brute, rythmée, enrobée de l’univers urbain et hip-hop".

Son quatrième roman, "Paname Underground", est récompensé du prix de Flore 2017.
+ Voir plus
Source : Don Quiichotte
Ajouter des informations
Bibliographie de Johann Zarca   (11)Voir plus


Entretien avec Zarca, à propos de son ouvrage Paname Underground, prix de Flore 2017



Paname Underground est votre dernier livre, après Le Boss de Boulogne paru en 2014, Phi Prob paru en 2015 et P`tit monstre paru début 2017. Qu`est-ce qui vous pousse à continuer d`écrire ? Qu`est-ce qui vous inspire pour trouver de nouveaux thèmes ?

Je continue à écrire, tout simplement parce que j`en éprouve le besoin. J`écris depuis tout gamin, je n`ai jamais arrêté, je suis simplement dans la continuité de ce que j`ai toujours fait. Les thèmes abordés dans mes livres dépendent de mon obsession du moment. Ça a été le bois de Boulogne, Bangkok, les enfants tueurs et les coins chauds de Paname, le prochain sera la came.



Paname Underground marque aussi le retour à quelque chose de plus personnel, moins dans la fiction, comme ce fut peut-être déjà le cas pour le Boss de Boulogne. Qu`est-ce qui a pu motiver cette décision ?

Le Boss de Boulogne, nan, c`était une pure fiction, dans un endroit certes que je connaissais bien, mais une fiction quand même. Paname est ma seule autofiction. Pour Paname je me suis dit, quitte à porter l`étiquette de "Mec de l`Underground", autant m`en servir. En me faisant narrateur et personnage principal de cette histoire, je pouvais jouer davantage sur le côté fiction/réel.



Vous décrivez dans votre livre un Paris de la rue, un Paris nocturne, un Paris du bitume et des bas-fonds. Est-ce que tout ce qui est raconté ressort de votre vécu ou avez-vous gardé une certaine part de fiction dans votre récit ?

Non, bien sûr, il y a les deux. Je parle de ce que je connais, mais j`invente aussi. Je suis romancier, pourtant ceux qui connaissent bien ces milieux underground savent que je ne raconte pas de conneries.



La langue utilisée dans votre livre est aussi celle de la rue d`aujourd`hui. Qu`est-ce qui vous a donné envie de donner une telle oralité à vos livres ? Certains auteurs en particulier ?

Je ne crois pas avoir été influencé dans ce sens-là par des auteurs, encore que, c`est compliqué à savoir. Cette façon d`écrire me parait instinctive, elle m`est venue spontanément lors de l`écriture de mon premier roman le Boss de Boulogne. Je réfléchis sans doute mon texte à l`oral, comme si je racontais l`histoire à un pote, avant de la transposer à l`écrit.



Votre livre a été récompensé par le prix de Flore (à égalité avec L`invention des corps de Pierre Ducrozet). Comment avez-vous vécu cette reconnaissance ?

Très bien, pour une fois qu`on me file un prix et un verre gratos pendant un an, je ne peux être que ravi, sans compter que j`ai la reconnaissance de la rive gauche où je ne traine jamais les pieds.



Est-ce une difficulté supplémentaire pour continuer à écrire avec cette attente qui pèse désormais sur vous ?

C`est vrai que ça peut mettre la pression mais j`essaye d`accepter le fait que la vie de romancier est fluctuante. Là, on me kiffe bien, puis on va sans doute un jour me dire que mon travail a baissé en qualité, pour me dire ensuite que c`est cool, et ainsi de suite. Je crois qu`il faut que je m`habitue à ça.



Zarca et ses lectures



Quel est le livre qui vous a donné envie d`écrire ?

Sans doute un livre de la collection "J`aime Lire", appuyé un peu plus tard par les "Chair de poule".



Quel est l`auteur qui vous a donné envie d`arrêter d`écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?

Aucun, je ne crois pas aux dieux, ni aux maitres.



Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Sans doute Flash ou le grand voyage de Charles Duchaussois. Un pote m`avait filé ce bouquin, c`était générationnel.



Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

Pimp d`Iceberg Slim.



Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Retour à Brooklyn de Hubert Selby Jr.



Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Spartacus de Romain Ternaux.



Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Sur la route de Kerouac.



Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

Cogito Ergo Sum. Nan, franchement j`en sais rien, je ne suis pas fétichiste.



Et en ce moment que lisez-vous ?

En ce moment, rien.



Découvrez Paname Underground de Zarca aux éditions Goutte d`Or :





Interview réalisé par Rémy Watremez

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Johann Zarca - La nuit des hyènes


Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
isajulia   01 mars 2014
Le Boss de Boulogne de Johann Zarca
Il existe une phrase de chez nous qui dit : "Ici, si tu t'embrouilles avec une pute, tu t'embrouilles avec tout le bois de Boulogne."
Commenter  J’apprécie          230
isajulia   03 mars 2014
Le Boss de Boulogne de Johann Zarca
La rabla tourne au bois d'Boubou

Et le crew BDB casse des chebous

Ensemble on bicrave, on bédave, on pillave

Pendant qu'ton daron Reine-Margot se fait bouillave

Qui qu'tu sois : clasher, dealer, Karlouche, Manouche ou dicsa

Pute, mac, tox, trav, trans, skin ou scarla

Teste pas le BDB

Bande de barbares, barbares de Boulogne

Bicraveurs de bédo du bois d'Boulogne.
Commenter  J’apprécie          210
Christophe_bj   27 mai 2022
La nuit des hyènes de Johann Zarca
J’ai rencontré Chicha au service addicto de l’hôpital René-Muret, à Aulnay-Soub’. En vrai, c’est Zyed que j’ai rencontré ce jour-là. Quelque chose m’a tout de suite touché chez ce gars, je ne sais pas, sa tronche de mec qui a dégusté, de type qui s’entête à vivre ou, plutôt, à survivre. De manière générale, j’aime bien les acharnés, qui ne respirent pas le bonheur mais persévèrent, crachent sur la faucheuse, trinquent mais rêvent de dévier leur trajectoire de vie, d’enculer le déterminisme, de sortir de l’impasse, d’arrêter de se détruire, mais ne savent pas comment faire. Les espérants, les résilients, les survivors.
Commenter  J’apprécie          180
Pecosa   30 décembre 2018
Paname Underground de Johann Zarca
Lui même le dit: "Les Kalashnikovs, pour nous les Afghans, c'est un peu comme vous et le camembert."
Commenter  J’apprécie          191
isajulia   03 mars 2014
Le Boss de Boulogne de Johann Zarca
Sur ma vie, Booba, c'est l'duc de Boubou, et toi, t'es l'boss de Boulogne !
Commenter  J’apprécie          170
isajulia   01 mars 2014
Le Boss de Boulogne de Johann Zarca
Assez rapidement, j'ai fait le constat suivant : si je ne bicrave que du shit, sûr que je n'irai pas loin. Le chichon, c'est bon pour les putes de temps à autre et les clients venus s'offrir une soirée underground au bois de Boulogne.
Commenter  J’apprécie          90
Christophe_bj   27 mai 2022
La nuit des hyènes de Johann Zarca
Zyed s’écarte du sentier, se noie dans les abysses du bois de Boulogne. Il s’arrête au pied de son arbre, enfin celui qu’il a décrété sien. Il dépose son sac de sport à terre et, vite, il se désape. Dans son kes, il récupère sa jupe jaune flashy et son débardeur rose bonbec. Il enfile ses fringues et fixe sa perruque brune en carré plongeant sur son crâne rasé. Il chope son sac à main, range son flash, ses clopes, son vieux téléphone et sa maille dedans. Son sac de sport restera toute la nuit au pied de son arbre – personne ne vient jamais là. Zyed troque ses baskets contre des escarpins et il se maquille à l’aveugle, dans l’obscurité du bois. Pas la peine de s’emmerder à faire dans le détail, ses clients le verront mal dans les ténèbres, et puis ils cherchent rarement la grâce et la subtilité auprès de lui. Il s’étale un rouge brillant sur les lèvres, se paillette un peu la ganache, foire le mascara. Et Zyed se transforme en Chicha. Et Chicha regagne le trottoir.
Commenter  J’apprécie          52
Rattus   05 février 2017
P'tit monstre de Johann Zarca
Qu'est ce que tu crois, Kévin ? Que je ne sais pas qui tu es ? Je te connais, tu es mon fils. Je sais c'que tu as dans la tête, Kévin. Tu n'approches plus tes sœurs maintenant ! S'il leur arrive quoi que ce soit, je te tue. Tu as compris, mon lapin ? Je te tue.
Commenter  J’apprécie          50
Christophe_bj   27 mai 2022
La nuit des hyènes de Johann Zarca
Chicha n’est pas comme certaines femmes de l’allée de la Reine-Marguerite, belles et hormonées, parfois opérées et dont les taros pour une passe peuvent grimper à quarante dolls. Non, Chicha casse les prix en fonction du micheton, accepte beaucoup de choses, à peu près tout. Ses yenclis veulent du sale, du hardcore, du ce-qu’ils-font-pas-chez-eux.
Commenter  J’apprécie          40
YvPol   22 janvier 2014
Le Boss de Boulogne de Johann Zarca
Le bois de Boubou. La cour des vices. Le deuxième Brésil. Le terre-terre des chlagues. Le coupe-gorge aussi. Glauque. Hardcore. Trash. Tout le monde connaît le bois de Boulogne ou en a déjà entendu parler. Sans sa nuit, le Bois n'est rien. Sans sa nuit, on n'en parlerait pas. Vite fait du jardin d'Acclimatation, et encore. (p.43)
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quel est le bon titre des livres de Bernard Werber ?

Demain les … ?

Papillons
Chats
Fourmis
Abeilles

10 questions
42 lecteurs ont répondu
Thème : Bernard WerberCréer un quiz sur cet auteur