AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 42 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 2/04/1959
Biographie :

Yves Lavandier est un cinéaste français né le 2 avril 1959.

Après des études scientifiques et un diplôme d'ingénieur des Travaux Publics, il part en 1983 à l'université Columbia à New York pour y apprendre le cinéma. Ses professeurs y sont Milos Forman, Brad Dourif, Frantisek Daniel, Stefan Sharff. Il écrit et réalise une dizaine de courts métrages (dont Yes, Darling, Mr. Brown?, The Perverts). De retour en France en 1985, il collabore brièvement au magazine Mad Movies[1] et il tourne un dernier court métrage (Le Scorpion). Puis il commence à gagner sa vie comme scénariste, essentiellement pour la télévision. Il écrit des épisodes de Tribunal, Paire d'as (Diamonds), Bordertown et crée la série Cousin William. Il écrit également des contes pour enfants et met en scène du théâtre de marionnettes.

Parallèlement à ses activités artistiques, il se met à enseigner le scénario un peu partout en Europe, anime des ateliers d'écriture (pour le CEEA, la Fémis, la RTBF, les programmes EAVE et SOURCES) et publie en 1994 un ouvrage aujourd'hui réputé dans les milieux du théâtre, de l'audiovisuel et de la bande dessinée : La Dramaturgie. À cette occasion, il fonde sa propre société d'édition et de production, Le Clown & l'Enfant. Il acquiert au fil des ans une réputation internationale de « script doctor ».

Le 18 avril 2001 sort son premier long métrage en tant que scénariste et réalisateur : Oui, mais... avec Emilie Dequenne et Gérard Jugnot, récompensé de Prix du Public dans plusieurs festivals.

Il a également fait une courte apparition dans Monsieur Batignole où il tenait le rôle de Léon, le frère d'Edmond Batignole joué par Gérard Jugnot, qui est le réalisateur de ce film sorti en 2002.

Yves Lavandier est marié et père de quatre enfants.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   27 novembre 2016
Construire un récit de Yves Lavandier
Dans The healing brain, Robert Orstein et David Sobel rapportent une expérience : la vision d'un documentaire sur Mère Térésa accélérant l'activité du système immunitaire des spectateurs. Inversement, on sait que le fait d'entendre parler d'insécurité ou de terrorisme tous les jours à la télévision peut finir par rendre les gens craintifs et, par exemple, influencer leur vote.



Partie 2. Le sens : sur le pouvoir du drama et des images.
Commenter  J’apprécie          531
Sirenna   17 avril 2018
La dramaturgie : Les mécanismes du récit de Yves Lavandier
L'immense majorité des histoires d'amour décrivent en effet le moment qui précède ou qui suit immédiatement la rencontre.

La suite, comme dans les contes de fées, implique que le couple vivra uni et heureux jusqu'à la fin de ses jours.

On sait tous que dans la vraie vie, cela se passe rarement ainsi.

Commenter  J’apprécie          309
Yves Lavandier
Walktapus   07 juillet 2015
Yves Lavandier
Juger les autres, c'est se placer dans une position de supériorité. Ce qui déjà est le monde à l'envers ! Ceux qui produisent du sens, du plaisir et des émotions, même s'ils ratent leur coup, me paraissent bien au-dessus de ceux qui produisent des jugements.
Commenter  J’apprécie          252
Walktapus   29 juillet 2015
La dramaturgie : L'art du récit de Yves Lavandier
Le hasard existe dans la vie mais pas en dramaturgie. Le spectateur sait que le hasard n'est autre que l'auteur. Or, celui-ci a intérêt à se faire oublier.
Commenter  J’apprécie          180
Walktapus   28 juillet 2015
La dramaturgie : L'art du récit de Yves Lavandier
Je me souviens d'une projection de Rambo 2 édifiante. Au moment où le Capitaine Vinh (...) est littéralement pulvérisé par Rambo à l'aide d'une flèche explosive, la salle s'est mise à applaudir. Elle était pleine de journalistes qui, bien sûr, le lendemain, allaient débrancher leur cerveau reptilien au profit du cortex et critiquer l'aspect fasciste du film.
Commenter  J’apprécie          170
Bouldegom   21 juillet 2017
La dramaturgie: Les mécanismes du récit : cinéma, théâtre, opéra, radio, télévision, B.D de Yves Lavandier
On le voit, même dans les circonstances les plus terribles, l'être humain a besoin qu'on lui raconte des histoires. Ce n'est pas un besoin superflu. On peut vivre sans faire de sport, sans voir du pays, sans faire d'enfant...On ne peut pas vivre sans histoire. Le récit, qu'on l'adresse à soi-même ou aux autres, qu'il soit rapporté de la réalité ou inventé, que sa forme soit littéraire ou dramatique, réaliste ou symbolique, (...) est aussi vital à notre psychisme que l'oxygène à notre organisme.
Commenter  J’apprécie          160
Walktapus   20 juillet 2015
La dramaturgie : L'art du récit de Yves Lavandier
On verra ainsi que Tcheckhov faisait du « script doctoring », que les Grecs étaient habitués aux « remakes » et aux « sequels », qu'on trouve des « happy ends » chez Euripide ou Corneille, des « scrimmages » chez Molière, du « suspens » chez Brecht, du « milking » chez Rostand ou Shakespeare, des « cliffhangers » chez Racine ou Ibsen, etc. En bref, que les sources de ce scénario à l'américaine craint et vilipendé se trouvent en Europe. Comme souvent, c'est plus un problème d'orgueil que de culture.
Commenter  J’apprécie          110
Walktapus   22 juillet 2015
La dramaturgie : L'art du récit de Yves Lavandier
Dans les années 1930, pour intégrer le très britannique Detection Club, les auteurs de whodunit devaient prêter serment : « Promettez-vous que vos détectives résoudront correctement et véritablement les crimes qui leur sont présentés, en utilisant les compétences dont il vous aura plu de les affubler et non en vous reposant sur la révélation divine, l'intuition féminine, un galimatias quelconque, un tour de passe-passe, une coïncidence ou une catastrophe naturelle ? »
Commenter  J’apprécie          112
TristanPichard   15 décembre 2013
Construire un récit de Yves Lavandier
Red Smith, journaliste sportif américain, a eu un jour ce mot, assez célèbre dans le monde anglo-saxon : "écrire, c'est facile. Il suffit de s'asseoir à sa machine à écrire et de s'ouvrir les veine". La formule est jolie mais incomplète. Il ne suffit pas de s'ouvrir les veines, il faut aussi canaliser le flot.
Commenter  J’apprécie          60
Walktapus   27 juillet 2015
La dramaturgie : L'art du récit de Yves Lavandier
Peut-on encore parler d'oeuvre dramatique dans le cas de Godard ? On peut apprécier son langage filmique, éventuellement son audace, mais il ne viendrait à l'idée de personne de lui demander de raconter une histoire.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Grace Kelly

Dial M for Murder est un film américain réalisé par Alfred Hitchcock en 1954 d'après la pièce de théâtre de Frederick Knott dans lequel Grace Kelly tient le haut de l'affiche. Quel est son titre français?

Mogambo
La Main au collet
Le Crime était presque parfait

8 questions
40 lecteurs ont répondu
Thèmes : grace kelly , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , hollywood , alfred hitchcock , monacoCréer un quiz sur cet auteur