AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264050700
240 pages
Éditeur : 10-18 (18/03/2010)
3.26/5   31 notes
Résumé :

Tout le Palais de la Berbie à Albi est en émoi. Logé dans une forteresse du Moyen Age, le célèbre musée semblait inviolable ! Pourtant, en ce matin d'avril 1975, deux toiles de Toulouse-Lautrec, considérées comme " inestimables ", ont été subtilisées. A l'évidence, les voleurs ont neutralisé le système d'alarme, à moins que ces derniers n'aient bénéficié de quelque c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
DOMS
  03 octobre 2014
L'ombre du peintre Toulouse Lautrec est présente tout au long de ce roman policier qui mêle culture, peinture, et savoir vivre et bien manger comme on sait si bien le faire dans nos régions, à une intrigue policière bien menée.
Séraphin Cantagrel, conservateur de musée, arrive à Albi pour aider son ami le conservateur du musée Toulouse Lautrec, à dénouer les fils du vol de trois tableaux du célèbre peintre. Les mentions et les anecdotes sur la vie et sur l'époque De Toulouse Lautrec sont souvent présentes, mais restent malgré tout assez fluides pour ne pas perturber la lecture et l'intrigue. Les échanges verbaux sont ceux de connaisseurs des belles oeuvres artistiques et d'amateurs de bonne cuisine, l'enquête se déroule en parallèle et les coupables sont démasqués.
C'est agréable à lire et on a l'impression d'en sortir un peu moins ignorant de la vie du peintre et de cette belle région d'Albi et de Toulouse.
Commenter  J’apprécie          50
Mimimelie
  03 décembre 2016
Je ne suis pas une lectrice de romans policiers. J'ai lu celui-ci uniquement parce que l'intrigue se situait à Albi où j'ai élu domicile depuis 4 ans et avait pour cadre son musée De Toulouse-Lautrec. Pour être très honnête, je n'ai pas beaucoup accroché à cette intrigue aux accents pater familias et cousue de fil blanc, à l'écriture correcte mais sans grand relief, pour ne pas dire fade. Pour qui connaît très peu Henri de Toulouse Lautrec, et pas davantage Albi et entre autre sa somptueuse cathédrale Sainte-Cécile, sans doute le contexte de cette intrigue apprendra quelques bribes et l'envie d'en savoir plus, du moins peut-on l'espérer, encore que je n'en suis pas absolument certaine, tant le contexte historique m'a semblé par trop bâclé pour ne pas dire inexistant.
Au final une petite intrigue policière distrayante sans plus.
J'ignore si Toulouse-Lautrec en rit ou en pleure....
Commenter  J’apprécie          50
Sharon
  06 janvier 2011
Mon avis :
 
Ce roman est le premier de ce qui va sans doute devenir une nouvelle série policière. Et, comme pour tout début les contacts ont été un peu difficile. En effet, l'auteur choisit de présenter ses deux personnages principaux dans un prologue, qui tient plus du document figé destiné à se rappeler les caractéristiques des personnages qu'il vient de créer que du réel récit romanesque.
 
Dès que nous entrons dans l'intrigue, c'est à dire très rapidement (p. 25), tout s'éclaircit fort heureusement. sauf pour Dorléac, conservateur de la Berbie, qui vient de se faire voler deux tableaux De Toulouse-Lautrec, alors que son cher musée s'apprêtait à recevoir l'exposition Monet. J'adore ce personnage, tellement naïf, et tellement attachant par son dévouement à sa tâche et son indéfectible honnêteté.
 
Ce que Séraphin et Théo vont découvrir n'est pas joli joli, et les trafics de toute sorte qui gangrènent le palais. Entre une veuve joyeuse, un gardien gigolo, un autre travesti, ils ont largement de quoi démentir leurs prénoms très catholiques. A leur décharge, percer les secrets honteux et patauger dans une affaire scabreuse n'est pas vraiment leur tasse de thé. Défenseur de l'art, ils veulent avant tout retrouver les tableaux et permettre à ce pauvre Dorléac de retrouver sa sérennité et sa chère exposition Monet.
 
L'enquête policière proprement dite est confiée au commissaire Coustot qui accentue à plaisir son côté terrien. Sous ses airs bourrus mais non bornés, il sait mener son enquête de manière efficace, sans négliger aucune piste et sans se laisser abuser par les apparences.
C'est avec plaisir que je retrouverai ces personnages pour une nouvelle enquête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
gromit33
  14 mars 2019
Deux tableaux De Toulouse Lautrec viennent d'être dérobés dans le Palais de la Berbie, palais qui accueille à Albi le musée du peintre local, Toulouse Lautrec. le système d'alarme n'a pas fonctionné, mais y a-t-il pas eu des complicités.. Séraphin Cantarel, notre conservateur en chef des monuments historiques, qui venait à Albi pour la préparation d'une grosse exposition et alors une nouvelle fois, entraîné dans une enquête policière. Nous allons alors déambuler dans les rues d'Albi, dans les salles du musée De Toulouse Lautrec.
Un roman policier qui nous entraîne dans les oeuvres De Toulouse Lautrec et dans la région d ‘Albi.
Une lecture plaisante. A lire également le « Avis de tempête sur Cordouan » où on retrouve notre trio d'enquêteurs-conservateurs
Commenter  J’apprécie          10
Thoxana
  21 juin 2010
'avais dégusté les romans de la série le sang de la vigne avec un réel plaisir. J'ai donc pensé qu'il en serait de même avec ce nouvel ouvrage de Jean-Pierre Alaux. Hélas !!... Si je suis maintenant incollable sur la ville d'Albi, sur la vie De Toulouse-Lautrec et sur l'excellent vin de Gaillac, ce roman n'a pas grand-chose d'un bon roman policier. L'enquête ne semble être qu'un prétexte pour l'auteur à l'inventaire de ses connaissances. Ce n'est pas inintéressant, mais si j'avais voulu en savoir plus sur ces 3 sujets, je n'aurais pas choisi un roman policier. J'attendais de passer un moment divertissant, mais on est ici loin du compte...
Par ailleurs, le choix de faire vivre cette énigme dans les années 70 n'apporte rien. Ca aurait pu se passer à n'importe quelle époque du XXe siècle.
Bref, je suis très déçue par cet ouvrage.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SharonSharon   23 mai 2013
Depuis que ce provincial dans l'âme avait décroché cette haute fonction à la capitale, son rendez-vous hebdomadaire avec les bouquinistes du quai Voltaire relevait d'une drogue librement consentie, comme le gâteau du dimanche acheté religieusement dans la meilleure pâtisserie du quartier.
Commenter  J’apprécie          30
MimimelieMimimelie   01 décembre 2016
J'ai toujours préféré, il est vrai, l'enfer au paradis, les relations y sont à n'en pas douter plus sympathiques.
Commenter  J’apprécie          90
MimimelieMimimelie   03 décembre 2016
Quand Hélène Cantarel, s'approchant de Théo, le pria d'avoir la bonté d'aller lui chercher un verre d'eau, l'insolent Trélissac lui fit remarquer :
- Voyons, Hélène, de l'eau au pays du gaillac ! Vous savez ce que faisait Toulouse-Lautrec quant il invitant des amis à sa table ?
- Non que diable !
- Eh bien, il remplissait les carafes d'eau... de poissons rouges !
Commenter  J’apprécie          20
MimimelieMimimelie   03 décembre 2016
- Le Tarn prisonnier des glaces ? s'étonna Théo.
- Le phénomène est assez rare, mais j'ai déjà connu cela lors de l'hiver 1956. C'était en février. le thermomètre était descendu jusqu'à - 30°. Le Tarn était un ruban blanc sur lequel on patinait.
Commenter  J’apprécie          30
pit31pit31   01 mai 2019
Au pontié, c'était l'heur de l'apéritif. L'orage avait converti la terrasse en un champ de bataille désert. Parasols repliés, chaises renversées, cendriers brisés. Coustot se dirigea donc vers le comptoir, commanda une bière blanche et, d'un coup d'œil circulaire, déplora l'absence des trois autres collègues de Dorval, pressés certainement, eux aussi, d'en finir avec ces "sales histoires".
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean-Pierre Alaux (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Alaux
Interview de Jean-Pierre Alaux par Gérard Meudal lors de la soirée inaugurale du festival "Parcours d'auteurs : de l'écrit à l'écran" du 15 novembre 2013
autres livres classés : albiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pièces de théâtre, poèmes et romans français du XIXième siècle !

Laquelle de ces pièces ne s'inscrit pas dans ce qu'on appelle vers la fin du XIXième comme "drame romantique" ?

Ruy Blas, Victor Hugo
La Dame aux Camélias, A. Dumas fils
Lorenzaccio, Musset
Ubu Roi, Alfred Jarry

10 questions
181 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , xix-xxè , romantismeCréer un quiz sur ce livre