AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264052285
240 pages
10-18 (16/06/2011)
3.03/5   35 notes
Résumé :
Au lendemain du décès de Georges Pompidou, la mort s'invite à Cordouan.

Le fils d'un des gardiens du célèbre phare que Séraphin Cantarel est venu expertiser est découvert noyé au pied d'un carrelet. Sa fiancée, quant à elle, demeure introuvable. Tandis qu'en mer le ciel se fait de plus en plus incertain, sur la côte, une chose est sûre : la tempête qui se prépare ne laissera pas la Gironde indemne...

Une enquête haletante entre terre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,03

sur 35 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

Croquignolle
  28 mai 2016
Difficile d'émettre une critique de ce roman tant mon avis
est contrasté !
J'ai aimé passionnément la manière dont Jean-Pierre Alaux décrit ce majestueux phare de Cordouan, ce "Versailles de la mer" que je n'ai jamais eu l'occasion de découvrir de mes propres yeux. Sous la plume experte de l'auteur j'ai découvert petit à petit son histoire. J'ai gravi les 309 marches menant à la lanterne. J'ai tremblé sous les assauts et le bruit assourdissant des vagues claquant contre ses murs. J'ai ressenti la solitude et le privilège des gardiens de ce trésor. Je me suis réchauffée grâce au café de mes compagnons d'infortune (ou de fortune, justement). Au fil des pages, les images sont devenues concrètes. Et mon phare imaginé s'est mis à ressembler réellement aux photos que j'ai découvert par la suite sur internet.
Jean-Pierre Alaux aime l'histoire et la mer. Cela se ressent tout au long des pages. Et c'est un bonheur d'apprendre à ses côtés. Je me suis imaginée, assise en tailleur sur des coussins, l'auteur contant ses connaissances et son amour pour "Le roi des phares".
Un grand moment !
Grâce à lui, la Gironde risque d'être l'une de mes prochaines destinations de vacances.
Ce qui m'a moins plu par contre dans ce roman, c'est l'histoire policière qui m'a semblé être un prétexte. Peu de suspense, des personnages alibi, des éléments d'enquête tombés comme un cheveu dans la soupe. Là, vraiment, je n'ai pas croché et suis passée complètement à côté.
Mais ce n'est pas grave.
Ce qui me reste au final, c'est ce coin de terre, de bout du monde, ce coin d'océan qui m'a laissée complètement sous le charme.
Je suis une montagnarde. Mais l'océan n'a décidément pas fini de me séduire et de m'émerveiller.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Duzbo
  21 juillet 2019
Une lecture agréable et une intrigue sympathique à suivre, même si contrairement à ce qui est écrit sur la 4e de couverture, je n'ai rien trouvé d' "haletant" dans ce roman, d'autant plus que l'enquête policière ne se déroule qu'en arrière plan.
Jean-Pierre Alaux nous plonge donc dans les années 70, au lendemain de la mort de Pompidou, pour une visite du phare de Cordouan, également surnommé le "Versailles des mers". Malmené par les éléments, Séraphin Cantarel, en charge des Monuments au Ministère de la Culture, a pour mission d'en dresser un état des lieux. Mais à peine débarqué au phare, il apprend en compagnie des gardiens que le fils de l'un d'entre eux est décédé, alors qu'il devait se marier le lendemain. Un décès d'autant plus suspect par sa forme et par le fait que la fiancée de ce dernier a disparu.
C'est avant tout Cantarel que l'on suit, dans son inspection en compagnie de son assistant Théo, mais aussi sur terre dans sa vie personnelle, avec sa femme Hélène, et c'est au gré des hasards, en toile de fond, que l'on assiste à la résolution de l'enquête.
J'ai dans l'ensemble aimé ce roman intéressant, notamment du point de vue historique (on découvre l'histoire de Cordouan), avec de très belles descriptions de la mer et de la nature. J'ai trouvé agréable de suivre ces personnages aux caractères et personnalités différents (Cantarel, sa femme, Théo), mais l'enquête n'a vraiment rien de palpitant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nina
  03 août 2021
En vacances en face du célèbre phare de Cordouan, lire ce livre était de circonstance et a aussi piqué ma curiosité.
Ce roman fait partie d'une série policière qui se passe en Charente-Maritime. le personnage principal "Séraphin Cantarel" est conservateur des monuments historiques de France. Il est accompagné de son assistant Théodore dit Théo et de sa femme Hélène qui est archéologue. Séraphin Cantarel est missionné pour faire l'expertise du phare de Cordouan afin de mettre en place un projet de rénovation. le meurtre du fils d'un des gardions du phare va faire se côtoyer le commissaire qui mène l'enquête et Séraphin Cantarel.
Nous sommes en 1974, le président Georges Pompidou vient de décéder. Des nouvelles élections se préparent.
L'auteur nous offre un petit flash bach dans cette France des années 70 et nous fait revivre un peu de ce qui caractérise cette époque. Les passages consacrés á la politique, la musique, la vie sociale, les émissions de télévision... sont assez réussis. Par contre les passages très misogynes m'ont beaucoup fait grimacer. J'espère que l'auteur a juste voulu nous remémorer le climat de cette époque. C'est avec consternation qu'on lit que les filles sont appelées "des pisseuses" mais aussi des 'Marie couche-toi là". Il y a beaucoup de clichés comme par exemple "à la campagne les filles sont plus délurées qu'en ville" et des réflexions medisantes sur une femme bigote et très laide. Sans oublier la femme de Séraphin qui s'inquiète et s'occupe de son mari comme une mère de son fils. S'il n'y avait pas eu l'histoire du phare de Cordouan, ce livre n'aurait eu aucun intérêt pour moi.
Les points forts de ce roman sont les souvenirs que génèrent les passages qui racontent cette époque. Mais c'est surtout l'histoire du phare qui m'a intéressée. Elle est racontée à travers d'infinis détails sur sa construction, l'origine de son nom, son emplacement et par exemple ses premiers gardiens du phare. Ces ermites qui alimentaient le feu en haut de la tour. Unique signal pour guider les marins. C'est aussi intéressant de savoir que c'est grâce à Henry IV que Cordouan est devenu cette citadelle grandiose et unique au monde. Mais il doit aussi son salut au gouvernement de Mitterand qui a mobilisé des fonds pour sa rénovation et sa sauvegarde. Sinon le phare de Cordouan n'existerait plus. L''enquête policière n'a pas suscité un vif intérêt pour moi ni la recherche généalogique sur Léonie la tante d'Hélène. Peut-être que l'ancienne actrice Margarita, la logeuse de Théo permet de rappeler la vie culturelle royannaise à une certaine époque avec Picasso, Samy Frey...
Le style d'écriture est celui des romans régionalistes. C'est facile à lire...
"Avis de tempête sur Cordouan" est un bon roman de vacances pour celles et ceux qui s'intéressent un peu à l'histoire du phare de Cordouan. Pour les autres, les documentaires sont là pour approfondir le sujet...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
collectifpolar
  17 avril 2021
Quand Séraphin Cantarel débarque dans l'estuaire de la Gironde pour expertiser le phare de Cordouan, il ne sait pas qu'une tragédie se joue dans la presqu'île de Talmont. Killiam, le fis de l'un des gardiens du phare est retrouvé noyé au pied d'un carrelet et sa fiancée est portée disparue. A Royan, Mme Cantarel renoue avec son passé. La cité balnéaire recèle des mystères bien peu avouables.
Homme de radio et de télévision, Jean-Pierre Alaux se consacre désormais à l'écriture. Il est l'auteur, avec Noël Balen, d'une série oeno-policière, le Sang de la Vigne (Fayard), qui compte une vingtaine de volumes, et aujourd'hui adaptée en série télévisée avec Pierre Arditi. Après Toulouse-Lautrec en rit encore, il signe Avis de tempête sur Cordouan, confrontant le roman policier au monde de l'art.
C'est dense, parfois même assez touffu mais ça se lit avec plaisir. Et en plus on apprend des choses sans se prendre la tête. Alors oui, un titre à découvrir.
Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          90
gromit33
  14 mars 2019
Le phare de Cordouan est l'un des plus beaux phares de France et je ne le dis pas cela car je suis girondine ; Ce phare est classé monument historique, le Versailles des Mers et c'est pour cela que Seraphin Cantarel part inspecter l'édifice. Il va alors enquêter car un des fils du gardien vient d'être retrouvé mort. Il va alors mener une enquête dans les murs de ce Versailles des Mers et sur les bords de Gironde.
Un roman policier plaisant, avec le portrait de personnages succulents. Que ce soit les parisiens, qui viennent enquêter ou les locaux et les traditions du coin. Nous allons déambuler sur les berges et les carrelets face au phare de Cordouan mais aussi à Royan.
Un roman policier qui nous entraîne dans notre terroir et dont la lecture est plaisante même si l'intrigue policière n'est pas palpitante et sanglante ! J'ai donc apprécié le côté local mais aussi la description de l'atmosphère de l'époque, la veille de la mort de Pompidou et de l'évolution de l'administration et du ministère de la culture et du Patrimoine. Car notre héros, Séraphin est conservateur des monuments historiques au ministère du patrimoine et pas inspecteur de police, mais il s'avère qu'il va être entraîné dans des enquêtes, que ce soit à Cordouan dans celui-ci ou dans le musée De Toulouse Lautrec à Albi, dans « Toulouse en rit encore ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Sceneario   26 septembre 2016
Fusionnant avec un art consommé de l’intrigue l’histoire du phare et le récit policier (...) Corbeyran nous apporte un récit dense, peut-être un peu trop.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   30 août 2014
Figurez-vous que, juste avant la guerre de 14-18, les œufs d’esturgeons, on les foutait à la baille pour ne garder que la chair du poisson. Fallait que l’on soit un peu fêlé, quand même ! C’est une princesse russe qui, passant par Saint-Seurin, alerta les pêcheurs sur ces trésors, semblables à des perles de jais, qui remplissaient les ventres de nos foutus créacs. C’est comme ça que nous sommes devenus la capitale du vrai caviar de Gironde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   30 août 2014
Je préfère, et de loin, que ce soit des gens du cru qui prennent en main leur destinée plutôt qu’un classement de site arraché de haute lutte auprès d’un ministre aux ordres de l’Élysée !
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   30 août 2014
À l’époque, on faisait du vrai cinéma ! Ce n’est pas comme aujourd’hui où il suffit de montrer son derrière pour être en haut de l’affiche.
Commenter  J’apprécie          80
rkhettaouirkhettaoui   30 août 2014
Les hommes sont extrêmement portés à espérer et à craindre, et une religion qui n’aurait ni enfer, ni paradis, ne saurait guère leur plaire .
Commenter  J’apprécie          70
DuzboDuzbo   17 juillet 2019
Comme par enchantement, l'Océan ce matin-là si tumultueux, était apaisé. Soudain, Cantarel fut pris d'un léger vertige. Comment la nature pouvait-elle se révéler en quelques minutes si changeante, si imprévisible ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean-Pierre Alaux (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Alaux
Interview de Jean-Pierre Alaux par Gérard Meudal lors de la soirée inaugurale du festival "Parcours d'auteurs : de l'écrit à l'écran" du 15 novembre 2013
autres livres classés : girondeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2362 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre