AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781091902176
Éditeur : Editions Fario (20/05/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Paru en 1965, ce recueil d'aphorismes puise des scènes dans le quotidien pour les relier à un fait historique ou à une tendance de l'évolution de la société. Il forme une introduction à l'oeuvre d'anthropologie philosophique du penseur allemand à l'ère technologique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
deuxquatredeux
  06 août 2015
Le 6 août 1945, le bombardier B-29 Enola Gay* lance sur Hiroshima la première bombe atomique appelée Little Boy.
C'est un 6 août que je finis la lecture des Sténogrammes philosophiques de Günther Anders qui a, à plusieurs reprises, écrit "sur la bombe et les causes de notre aveuglement face à l'apocalypse" (titre de la dernière partie de "L'Obsolescence de l'homme. Sur l'âme à l'époque de la deuxième révolution industrielle").
Ces Sténogrammes philosophiques sont des aphorismes sur quelques-uns des thèmes philsophiques chers à Anders. Dans certains des sténogrammes, Anders fait, ici et là, référence à des dictons et proverbes molussiens, du nom de ce pays imaginaire inventé par Anders, la Molussie.
Qu'il est bien dommage que "Les catacombes de Molussie" n'aient pas (encore) trouvé de traduction chez un éditeur français.
Les Sténogrammes philosophiques constituent une excellente introduction à la lecture d'Anders - une espèce de préparation à la lecture des deux tomes de "L'Obsolescence de l'homme".
* L'évocation d'Enola Gay m'a fait penser au titre d'OMD:
"Enola Gay
You should have stayed at home yesterday
Ah-ha words can't describe
The feeling and the way you lied
These games you play
They're going to end in more than tears some day
Ah-ha Enola Gay
It shouldn't ever have to end this way
It's eight fifteen
And that's the time that it's always been
We got your message on the radio
Conditions normal and you're coming home
Enola Gay
Is mother proud of little boy today
Ah-ha this kiss you give
It's never ever going to fade away
Enola Gay
It shouldn't ever have to end this way
Ah-ha Enola Gay
It shouldn't fade in our dreams away
It's eight fifteen
And that's the time that it's always been
We got your message on the radio
Conditions normal and you're coming home
Enola Gay
Is mother proud of little boy today
Ah-ha this kiss you give
It's never ever going to fade away"
(https://www.youtube.com/watch?v=szIx2hOiVWs)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   18 janvier 2017
Les grandes inventions de la communication se contentent de surmonter les distances réellement grandes. Elles négligent les petites. Pour la distance qui sépare Vienne de Wiener Neustadt, les avions à réaction ne valent pas la peine. Conséquence : la faible distance reste aussi grande qu'elle l'était auparavant. Non, celle-ci devient même maintenant plus grande parce qu'elle doit être mesurées aux grandes distances rétrécies par les moyens techniques. Plus d'une fois il m'est arrivé ici à Vienne de recevoir en même temps des lettres qui avaient été postées le même jour à New York et à Wiener Neustadt. Cela ne signifie pas que New York est désormais aussi proche que Wiener Neustadt mais que Wiener Neustadt est désormais aussi loin que New York.

Vengeance - p. 121
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 juillet 2015
La croyance universellement répandue selon laquelle la peur de la mort physique est la plus mortelle des peurs de l'homme est hautement contestable. Incomparablement plus mortelle est sa peur de la mort sociale, c'est-à-dire la peur d'être discrédité, ignoré ou même raillé. La décision de continuer à vivre seul ou même en contradiction avec tout son entourage exige beaucoup plus d'autonomie et d'audace que l'acceptation de la mort des autres. Même lorsqu'elle mène à une mort certaine, l'action en commun semble être comprise à tort comme une sorte d'assurance-vie. Parmi cent personnes qui se jettent aveuglement dans le feu, il y en a tout au plus trois qui sont assez intrépides pour déserter une action de masse insensée ou immorale.

Une plus grande peur - p. 30
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   27 juillet 2015
"Le blues, ai-je lu quelque part, est la contribution des nègres à la culture américaine." Cette phrase n'est pas seulement fausse, elle est aussi odieuse. Fausse, parce que le blues était la plainte des esclaves, bien trop asservis pour avoir le droit de contribuer en quoi que ce soit à la culture américaine. - Et odieuse , parce qu'elle aboutit au mépris, lorsqu'on minore la plainte en l'admirant. La phrase me rappelle la coutume molusienne d'archiver les marques des coups de fouet laissés sur les corps des prisonniers en tant que "contributions à l'art national de l'ornementation".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   11 août 2015
Rien n'est plus factice que l'effet prétendument amplificateur des mots accompagnant le mot principal. "Sombre" est plus sombre que "très sombre". "Important", plus important que "hautement important", "gracieux", plus gracieux que "inhabituellement gracieux". Le mot simplement posé agit comme pure qualité; le mot renforcé, comme une affirmation véhémente : et déjà on lui refuse tout crédit.

Factice - p. 146
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   31 juillet 2015
Il n'est pas possible d'héroïser Ulysse. Et ce parce qu'il est parvenu, après tant de souffrance, à rentrer chez lui - et non pas, comme on pourrait croire, malgré ce retour. Seul celui qui finalement échoue au Ciel des héros. L'effort d'atteindre les deux : c'est-à-dire rentrer chez soi aussi bien qu'entrer dans le mythe, n'est pas reconnu. - Même une intelligence rusée ne saurait être héroïsée. Car je tiens pour invraisemblable qu'il dût son retour au pays à sa ruse. Je crois à l'inverse, tirant profit de la théorie de l'inversion de Reinach, qu'il fut considéré comme rusé uniquement parce qu'il est rentré chez lui. Qui sait à quel stupide ouragan de hasard il dut finalement son naufrage chanceux sur les rivages d'Ithaque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Günther Anders (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Günther Anders
Le 29.04.18, Claire Nouvian était l'invitée de Zoé Varier pour faire le récit d'une ??Journée particulière?? (France Inter) :
"Ce jour-là, la journaliste et future activiste navigue en famille dans le sud du pays. Suite à une avarie, le voilier mouille dans une crique protégée de l?île de Koh Phi Phi. de l'autre côté, s?étend la longue plage de sable blanc très prisée des touristes. Soudain, la mer se retire comme aspirée par un siphon...
Un sauveteur au milieu des débris de stations balnéaires et bungalows sur la plage de Khao Lak en Thaïlande, le 30 décembre 2004, après qu'un tsunami ai frappé les côtes du pays le 26 décembre.
Après la vague destructrice, le bateau parti au large pour éviter le naufrage, revient vers la côte. L'île a disparu sous les eaux, coupée du monde extérieur. A perte de vue un paysage apocalyptique. Un magma de débris, de cadavres et de gens blessés appelant à l'aide. « Je voulais me rendre utile, j?étais dans l?action », se souvient Claire Nouvian. Mais sans information fiable, la rumeur enfle qu'une seconde vague va survenir et ordre est donné par le skipper de remonter à bord, au grand désespoir de la jeune femme qui n?a pas réussi à convaincre l?équipage de rester sur place.
Claire Nouvian s?est trouvée une « béquille philosophique » pour mettre des mots sur le traumatisme vécu : Gunther Anders, juif allemand, élève de Martin Heidegger, comme Hannah Arendt dont il fut le premier mari. Il abandonna l?enseignement de la philosophie pour lutter contre le nazisme, puis milita contre la bombe nucléaire juste après Hiroshima et Nagasaki. Günther Anders est le théoricien du catastrophisme éclairé : si on ne nomme pas la catastrophe, on y va tout droit. Or l?Homme, doté d?un esprit en escalier, être de croyance plutôt que de connaissance, n?est pas capable d?appréhender le pire. La preuve avec les décisions iniques des pouvoirs publics face au changement climatique.
Une évidence pour Claire Nouvian face à la catastrophe. Un an plus tard, en 2005 elle décide d?appliquer ce précepte en fondant l?association Bloom pour la défense des océans et des fonds marins, auxquels elle a d'ailleurs consacré un film. Depuis, quelques victoires ont été remportées en bataillant à Bruxelles contre les lobbies tout puissants : en 2016, le parlement européen interdisait le chalutage en eaux profondes, et début 2018, la pêche électrique.
Le 23 avril 2018, Claire Nouvian recevait le Prix Goldman pour l'environnement, considéré comme le « Prix Nobel de l?écologie »."
+ Lire la suite
autres livres classés : bombe atomiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
328 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre