AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849460583
Éditeur : Soleil (21/06/2006)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 32 notes)
Résumé :
La bataille la plus sanglante de l’histoire de l’Ordre des Chevaliers Dragons !
Des dizaines de milliers de créatures déformées par le Veill déferlent sur le pays, comme une marée de morts. Après avoir balayé les troupes de l’empire, les monstres ne sont plus qu’à quelques journées de la capitale.
Seules les Chevaliers Dragons sont assez fortes pour s’interposer, et l’Ordre ne peut ignorer la demande de l’Empereur. La bataille de la passe de Brisken, r... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  03 décembre 2014
La saga des vierges guerrières tueuses de dragons continue avec ce tome 5 intitulé "Brisken" et consacré au thème du sacrifice. Beaucoup de sacrifices donc au court du récit, individuels ou collectifs, l'Ordre de Messara devant ainsi sacrifier sa vengeance sur l'autel du devoir…

ANGE recours ici à un de se ses schémas narratifs préférés : débuter par un flashforward qui annonce dès le départ une amère et inéluctable fin, avant que le récit ne rattrape le flashforward pour aboutir à la véritable fin.
Et ici on nous raconte une des plus vieilles, une des plus efficaces et une des plus universelles histoires du monde : le combat héroïque mais désespéré de peu contre beaucoup. Bref, ici on nous refait la Bataille des Thermopyles et c'est vachement cool ! (le « 400 » d'ANGE est sorti du même moule que le "300" de Zack Snyder… ^^)
L'empereur de Messara, dépassé par l'avancée de l'avancée de l'aura de corruption d'un nouveau dragon, demande au premier ordre des chevaliers dragons de tenir la passe de Brisken pour protéger la capitale en attendant l'arrivée des renforts. Dès le départ cela pue le traquenard à plein nez, mais la matriarche et les anciennes convoquent le ban sonne le ban-arrière ban de l'ordre et chevalières, écuyères et apprenties partent sauter à pieds joints dans le piège qui leur ait tendu.
A travers les yeux de la chevalière Alia (sur le principe du journal utilisé par Glen Cook dans sa très dark fantasy "Compagnie noire"), on suit donc siège, assaut, contre-assaut, charge désespéré, retraite sinon fuite désespéré et dernier baroud d'honneur avec les renforts de l'ordre d'Ishtar commandé par la chevalière Orin (et qu'on retrouvera dans le tome 2 avec son amie de petite taille spécialiste du combat à la hache)… Bref, c'est la totale pendant qu'on suit en parallèle les instigations d'une ancienne chevalière de l'ordre de Narak concernant le dragon par qui le malheur est arrivé et qui est censé être mort… (Dragon que par ailleurs on ne verra jamais, ce qui tord à ceux qui critiquent la série comme étant un monster of the week).
Vaste complot ou machination incroyable derrière tout cela ? Non, juste un dirigeant comme les autres dont l'ego ne peut pas supporter qu'il existe en son royaume des individus qui ne lui obéissent pas au doigt et à l'oeil, pire des individus qui soient peut-être plus puissant que lui donc hors de portée de ses caprices d'enfant pourri gâté. On connaît bien la chanson, puisqu'on subi les mêmes IRL chaque jour qui passe... VDM

Passons aux choses qui fâchent : les dessins de Philippe Briones. Autant l'humour espiègle des apprenties chevalières Akanah et Eleanor pouvait bien s'accommoder des graphismes comics un peu cartoon dans le tome 2, autant là avec autant de pathos et de tragédies je dis non (ben oui, les goûts et les couleurs, les attentes et les exigences hein). Je n'ai rien contre lui ou son travail, mais il est clairement plus à l'aise avec le monde des comics qu'avec celui de la bande-dessinée à l'européenne, et là pour cette histoire epicness to the max il nous offre des personnages visuellement interchangeables qui ne dégagent pas grande chose (sauf peut-être la commandante Asten) et des créatures qui ne ressemblent pas à grande chose (des espèces de chat-gobelins-garous bondissants qui visuellement font plus rire que peur). Et puis les chevalières qui changent de visages ou de morphologie toutes les pages, cela m'a sorti constamment du truc ! La palme revient sans du chevalier Tora, héroïne du récit qui ressemble à un clone bodybuildé de Grace Jones sans aucune grâce et sans aucune classe, à moins qu'elle ne revienne à la jeune Naëlle dont le charadesign change à chaque case où elle apparaît (page 44 elle passe de nonne en communion à garçon manquée narquoise en 2 cases… n'importe quoi !!!)
Il y a bien quelques planches très heroic fantasy qui essayent de tirer l'ensemble vers le haut à l'image des couleurs de Stéphane Paitreau (qui peuvent difficilement s'exprimer ici), mais les partis pris comics / cartoons / kawaitchoupi sont une Erreur Terrible de Casting qui ne colle pas du tout à l'esprit Dark Fantasy de l'univers et de la série. Un coup d'épée dans l'eau quoi. du coup ma note est sévère voire salée, mais relève du coup gueule contre le choix de dessinateur… (Qui doit sans doute être imputé à l'éditeur Soleil qui a tenté l'aventure américaine avec ce tome et ce dessinateur qui constitue le premier épisode de "Tales of the Dragon Gard". Pour pénétrer le marché américain, on a pris un dessinateur très proche du monde comics qui suit les codes des comics pour ne pas trop dépayser les lecteurs de comics.) Quand on voit les autres dessinateurs de la série, je pleure un peu quoi ! Varanda, Sieurac Démarez, Vax et cie sont carrément bien meilleurs, et là ce n'ai pas une question de goûts et de couleurs…

Cette série est capable du bon comme du moins bon, du meilleur comme du pire, donc ce tome-ci ne reflète pas la valeur d'ensemble de "La Geste des chevaliers dragons".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          206
Skritt
  12 août 2015
Ce quatrième tome est le plus épique de tous. L'ordre est appelé par l'empereur pour protéger l'empire d'une grande invasion de monstres touchés par le veill. Les Chevaliers se rendent alors à la passe de Brisken où vont se dérouler de difficiles combats.
Cet album s'éloigne un peu des combats avec le gros monstre final pour se concentrer un peu sur les conséquences de ce pouvoir néfaste sur fonds de politique. Les Chevaliers sont là pour se battre pour l'empire avant tout.
Le scénario est un peu simple et basé principalement sur la violence des combats et l'honneur de l'ordre. Cet album est rempli de sang et de cris, de charges et de morts.
Quant au graphisme, il est propre et bien réalisé mais j'ai une grande préférence pour le précédent dessinateur, bien que Briones fasse du bon travail, il ne maîtrise pas les gestes et postures de combat faisant de certaines cases un dessin un peu brouillon. En revanche, certaines planches au niveau de la mise en page sont bien pensées.
En somme, un bon album même si l'ensemble est assez moyen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tatooa
  20 juillet 2014
J'ai trouvé ce tome 4 excellent, tant au niveau scénario, qu'au niveau dessins.
Un peu plus rudes et aiguisés que dans les tomes précédents, les dessins collent à une histoire sombre (et très humaine) de trahison.
J'ai beaucoup aimé !
Commenter  J’apprécie          81
JulyF
  30 décembre 2012
"Brisken" raconte l'histoire de cette grande bataille qui a marqué l'ordre des chevaliers dragons en général et celui de la capitale Messara en particulier.
L'ordre de Messara est chargé de défendre la passe de Brisken, qui se dresse entre la ville et une horde de créatures du Veill. Toutes les guerrières de l'ordre en âge de combattre (de 14 à 60 ans) sont envoyées au front. C'est une boucherie, que l'on suit via le journal de bord d'une des quatre responsables de la troupe.
On retrouve dans cette BD tous les ingrédients de la série : amitié, sens du devoir et du sacrifice, avec une bonne dose de combats épiques et toujours l'incertitude du succès au bout. On comprend enfin quelle est cette bataille qui marque les esprits des novices des trois premiers tomes.
Commenter  J’apprécie          20
meygisan
  23 novembre 2014
Place à l'action dans ce tome et c'est une armée entière de chevaliers dragons qui assurent le spectacle; spectacle pas très jouissif car il prend une tournure de sacrifice capricieux. Et ici caprice rime avec complot car l'histoire nous démontre bien que l'ordre des chevaliers dragons n'attise pas seulement que les plus belles émotions mais bien la jalousie et la bêtise. Et il est bien question de jalousie qui véhicule ici le massacre de la presque totalité de l'ordre. Mais c'est également l'occasion de mieux comprendre le fonctionnement de cet ordre et de constater comment il s'est construit et pourquoi il dure malgré les pertes, les massacres, les complots et toutes les autres actions visant, sinon à le faire disparaître, à l'affaiblir.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
archi19archi19   12 août 2015
Tu vois, Naelle, tu crois voir des guerrières avancer ici.
Mais ce ne sont pas simplement des guerrières. C'est un passé, et un avenir. Tout ce que nous avons fait pour cet empire... Depuis ce jour où, il y a trois mille ans, celle-qui-n'a-pas-de-nom s'est agenouillée devant le roi de Messara et lui a demandé la permission de fonder le premier ordre des Chevaliers Dragons.
Notre simple présence a permis de pacifier les royaumes. De les organiser.
Nous étions là au couronnement du premier doge, à la signature des premiers traités. Nous avons sauvé Messara lors de la Grande Invasion, en 853.
Nous avons aidé à prévenir et à contenir les épidémies. Nous avons fondé des forts, encouragé le commerce et fait construire des routes pour pouvoir soulager au plus vite les réfugiés du Veill.
Nous avons gagné des batailles et nous en avons perdu très peu. Nous avons éduqué des milliers de filles et de femmes. Les meilleures sont devenues chevaliers, les autres s'arrachent à prix d'or dans les cours des puissants. Elles deviennent préceptrices, militaires, conseillères... et des mères exceptionnelles pour leurs enfants...
Et puis accessoirement... nous avons tué quelques dragons...
Tu crois voir des guerrières avancer, Naelle. Mais c'est l'histoire qui est en marche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
AlfaricAlfaric   05 décembre 2014
Je me trouve là, devant la page blanche de ce journal… et je ne sais pas. Comment raconter ? Comment raconter une charge, la charge de quelques dizaines de guerrières contre des milliers d’ennemis ? Comment raconter le désespoir, la démence, l’héroïsme ? Comment raconter la folie ?
Commenter  J’apprécie          80
TatooaTatooa   20 juillet 2014
J'ai perdu toutes celles que j'aimais. J'ai vu périr celles que j'admirais, à qui j'aurais aimé ressembler. (Alia)
Commenter  J’apprécie          60
AlfaricAlfaric   03 décembre 2014
Jour un
Mortes : dix-sept
Blessées : quinze
J’espère que ce seront les dernières…
Commenter  J’apprécie          50
Lire un extrait
Videos de Ange (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Ange
Présentation et critique du livre par le Scribouillard.
autres livres classés : dragonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Toutes les vies de Benjamin d'Ange

En quelle année se déroule l'histoire ?

1022
2022
2023
2032

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Toutes les vies de Benjamin de AngeCréer un quiz sur ce livre