AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2377352405
Éditeur : Archipoche (06/02/2019)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Sylvie a vingt ans et elle n'a quitté Cally, son bébé d'un mois et demi, que cinq minutes. Cela a suffi pour qu'un ravisseur pénètre dans l'appartement et transforme la vie de Sylvie en cauchemar.
Plus le temps passe, plus les chances de retrouver l'enfant s'amenuisent. Il y a aussi ce terrible soupçon qui pèse sur la jeune femme : et si elle s'était débarrassée de son bébé ? Sa propre mère en viendrait presque à le penser. Quant au FBI et à Peter, le père d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
livrement_ka
  10 mars 2019
Titre :  LE BERCEAU VIDE
Auteur : Jessica AUERBACH
Editions : Archipel
Genre : Thriller
Nombre de pages : 340
Date : 2019
Prix : 7,95 €


Présentation physique du livre :
Un livre de petit format  et qui comprend environ  pages
La couverture représente un berceau vide.

Résumé : 
Sylvie ne s'est absentée que cinq minutes et cela a suffi pour qu'on enlève son bébé.
Avec le temps, les chances de le retrouver s'amenuisent mais il y a pire:Sylvie est soupçonnée, par le FBI et Peter, le père de la petite fille, de s'être débarrassée de son enfant.
Une seule solution reste à Sylvie: mener sa propre enquête pour retrouver le bébé...

Sur l'auteur et son univers :
Nationalité : États-Unis 
Biographie : 
Jessica Auerbach est diplômée de Vassar College et Wesleyan University en littérature anglaise et musique. Elle a écrit quatre romans : Catch Your Breath (Putnam, 1996); Sleep, Baby, Sleep (Putnam, 1994); Painting on Glass (Norton, 1988); et Winter Wife (Ticknor & Fields, 1983). Elle a aussi écrit un scénario , Swing Time. 
Son dernier livre, Writing in Chocolate, s'inspire de son travail dans une boutique de chocolat, et tient du documentaire, du roman policier et du livre de mémoires.

Sur les éditions :
Une maison d'édition est un archipel de collections
Pourquoi l'Archipel ? À cette question, qui m'est souvent posée, j'apporte toujours la même réponse : une maison d'édition est un archipel de collections ; chaque collection, un archipel de livres. J'aurais pu me prévaloir de précédents connus, sans remonter à Archipel, recueil de nouvelles de Pierre Louÿs, ou à un excellent roman de Michel Rio, paru en 1987, qui porte ce titre. En créant cette maison d'édition en 1991, je souhaitais offrir, comme un créateur de mode propose sa collection d'hiver ou d'été, une collection, un archipel de livres, à chaque saison renouvelés, susceptibles d'offrir à tous les publics détente, émotion, évasion.
En quelque vingt ans d'activité – et plus de mille livres publiés – notre éclectisme a parfois pu surprendre.
« Comment, vous publiez tout à la fois des romans du terroir, des suspenses, des romans historiques, mais aussi des essais politiques ou de société, des enquêtes, des biographies, des ouvrages de psychologie, et même des livres illustrés ! Vous n'avez pas le tournis ? » Eh bien non ! le tournis, nous tentons de nous en préserver en maintenant le cap d'une politique éditoriale cohérente. Moitié fiction, moitié non-fiction, nos cent nouveautés annuelles abordent certes des rives éloignées les unes des autres, mais ont un point commun : elles ont toutes pour mission de donner envie. Envie de connaître, envie de se cultiver, de se détendre ou de se passionner… Il est vrai que nos thrillers – « porter sur les nerfs », en anglais – sont choisis de façon à faire trembler… de peur ou de plaisir !
Depuis deux décennies, le « grand » public, qui n'est pas « un » mais multiple, a découvert un archipel où faire escale. Une nouvelle raison de délaisser, l'espace d'un livre, le petit écran dévoreur de temps, pour tourner la (ou les) page(s) et palper le velours 80 grammes porteur de promesses…

AVIS
Un grand merci aux Editions l'Archipel et notamment à Mylène pour l'envoi de ce livre.
Un thriller rondement mené avec une intrigue à la hauteur et un dénouement spectaculaire et émouvant.

Début du livre : 
Dans un premier temps, pendant moins de trois minutes, ainsi qu'elle le dira plus tard à la police, Sylvie fut tout à fait calme.

Sylvie, jeune femme de vingt ans, souffrant de troubles de l'attention rencontre Peter, un homme de 13 ans son aîné et tombe sous son charme.
Ensemble ils vont vivre insouciants, et très vite Sylvie tombe enceinte au grand dam de sa mère Hannah, qui ne voit pas cela d'un très bon oeil.
A neuf ans tu savais que cela n'avait aucun rapport avec le destin, les fées et la magie.
Après quelques mois de brouilles, Sylvie invite sa mère à déjeuner pour son anniversaire. Cette dernière constate que sa fille est sur le point d'accoucher.
- Bon anniversaire....
- Visiblement, lui dit Hannah, tu n'as pas eu recours à l'avortement...
A sa naissance Calida, surnommée Cally est un beau bébé quoique née avant terme, donc pas très grosse.
Pendant six semaines, le couple vit comme tout le monde, avec les déplacements fréquents de Peter à l'étranger pour son travail.
Mais un jour, alors que Sylvie laisse sa fille endormie seule cinq minutes pour aller faire les courses, cette dernière disparaît.
Je ne suis partie que cinq minutes.
Malheureusement les recherches de la police et du FBI ne donnent rien et les preuves vont s'accumuler contre Sylvie.
Même Peter commence à douter et préfère partir chez son frère.
Sylvie est désemparée et va mener son enquête de son côté pour découvrir la vérité et surtout retrouver sa fille.
Une enquête extraordinaire qui va plonger Sophie dans une absurdité à la limite de la folie. Comment tout cela a t'il pu arriver. Comment une telle machination a pu se mettre en route sans qu'elle ne s'en rende compte.
Une histoire qui tient en haleine et provoque chez le lecteur une incompréhension. 
Pour ce qui est de la nature de l'histoire, on n'est pas dans quelque chose de super original, ce genre de thème est régulièrement traité; néanmoins  le caractère de Sylvie , ainsi que la difficile relation avec sa mère, permettent de trouver un peu d'originalité à ce livre.
Enfin les sujets du récit sont l'instinct maternel dans toute sa splendeur, la trahison, la suspicion. J'ai vraiment apprécié la vision de l'auteur sur l'instinct maternel. Elle décrit cela comme si elle le vivait elle-même. Et le rapprochement de Sylvie et Hannah face à ce drame, on devine la complicité qui peut exister entre une mère et sa fille, au delà de toutes brouilles passées. Ce petit être n'a que six semaines mais est déjà primordial à leurs yeux.
Je n'aurai plus de lait..... Ce sera tari.
Le style de l'auteure est très bien posé. L'intrigue est très bien ficelée. Et le fait que l'auteure soit une femme, permet je pense d'accentuer l'instinct maternel du personnage principal. Une vraie prouesse cette description du manque de son enfant, de cette quête par tout moyen et surtout de cette pugnacité dont fait preuve Sylvie.
Les personnages principaux sont :
. Sylvie : très jeune femme devenue mère un peu par hasard et sous l'influence de son compagnon. Souffre de troubles de l'attention et donc est prise un peu pour une personne fragile mentalement par sa mère...A tort..
. Hannah : mère qui a élevé sa fille seule et la considère comme une personne de faible nature. Mène sa vie un peu égoïstement jusqu'à l'enlèvement de Calida.
. Peter : personne mormone qui a attiré Sylvie dans son giron pour vivre avec elle.
. Martinson : inspecteur avec une humanité incroyable et ayant un petit faible pour Sylvie

Sur la forme de l'histoire :
Le livre est divisé en trois parties , elles mêmes divisées en plusieurs chapitres.
Le texte très aéré et la plume très fluide en font une lecture agréable.
Le texte est à la portée de tous.

Conclusion :
Un livre de suspense avec un sujet peu original mais qui tire son épingle du jeu grâce à sa vision des choses et aux caractères des personnages principaux.
J'ai vraiment aimé la plume de l'auteure et sa capacité à restituer son ressenti face à à un drame de cette nature.
A lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sami33
  06 mars 2019
Sylvie est une jeune maman âgée de vingt ans. Elle va laisser son bébé de six mois et demi, Cally, seule, seulement cinq minutes pour aller faire une petite course sauf que voilà, ce sont cinq minutes de trop car c'est le temps qu'il a fallu pour le ravisseur de pénétrer dans son appartement et partir avec son bébé sous le bras, ni vu, ni connu... La vie de Sylvie va se transformer en son pire cauchemar à partir de ce terrible moment de son existence...

Comme vous le savez, plus le temps passe, plus il sera difficile de retrouver la victime surtout quand les enquêteurs perdent leur temps si précieux à vous soupçonner du pire ! Telle une épée de Damoclès au-dessus de sa tête, cette question légitime selon où l'on se place est : et si elle s'était débarrassée de son bébé ? Comment une jeune mère pourrait se débarrasser de la chair de sa chair ? Ce n'est pas possible, en tout cas pour moi mais quand sa propre mère commence à douter de sa progéniture, la confiance commence à vivement s'ébranler et le peu de soutien qu'elle avait se volatilise... Surtout que pour le FBI et le père de l'enfant, Peter, cela ne fait aucun doute que Sylvie ait elle-même commis un acte abominable... Quand Sylvie comprend qu'elle ne peut compter sur l'aide de personne pour retrouver son enfant chérie, elle décide de mener elle-même les investigations pour retrouver Cally, en tout cas, elle est déterminée à la retrouver ; elle n'est pas prête à perdre son bébé...

Sylvie s'en veut affreusement d'avoir laissée sa fille, quelques minutes, ce sont des minutes de sa vie qu'elle va regretter amèrement jusqu'à la fin de ses jours, surtout si elle ne la retrouve pas... A temps ! D'un naturel optimiste lorsqu'il s'agit d'une histoire qui mêle un enfant, est-ce que j'ai eu raison de me fier à mon instinct de maman ?

D'entrée de jeu nous sommes plongés dans l'angoisse qu'éprouve la pauvre Sylvie. Elle ne réalise pas bien ce qui c'est passé, que son bébé a disparu. La culpabilité, les questions, le poids des remords, le regard accusateur des autres lui font comme un électrochoc. Au lieu de se concentrer sur Cally, les enquêteurs perdent du temps à l'interroger, à la faire craquer...

Pour bien nous faire comprendre la situation, l'auteur nous fait faire un bond dans le passé, pour nous montrer la rencontre entre Sylvie et Peter, la conception de Cally, la relation mère/fille qu'elles avaient. Sylvie est déterminée plus que jamais à retrouver sa fille, elle va y mettre toute son énergie dans cette enquête, et ce qu'elle va trouver ne sera pas forcément à son goût...

La plume de l'auteur est belle, agréable à lire avec des passages inutiles pour ma part. L'auteur nous a fait perdre un temps précieux pour retrouver Cally ! J'ai été happé dès le début par les lignes de ce récit, l'auteur a su me prendre dans ses filets, j'ai été touché par cette pauvre Sylvie que je voulais aider mais ne pouvais le faire. Elle est touchante, émouvante, déchirante d'émotions, dans sa détresse. J'ai été soufflé, bluffé, épuisé par les révélations que nous fait l'auteur.

Tout ça pour vous dire que le combat d'une mère pour retrouver son enfant, ça n'a pas de prix ! A découvrir de toute urgence !


Lien : https://leslecturesdeladiabl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zabeth55
  12 juin 2012
Le bébé de Sylvie a été kidnappé.
Police, FBI, les recherches sont vaines et les soupçons se portent sur elle.
Thriller psychologique, à l'américaine, c'est très long à démarrer, ça s'éternise, puis la tension monte.
le dénouement est inattendu
Commenter  J’apprécie          70
mhboillot1
  02 juin 2019
La fameuse disparition d'enfants....encore ! Les pauvres gosses, qu'est ce qu'ils ramassent dans les thrillers quand même... Bon là, on a la mère qui laisse le bébé pour aller faire ses courses, pourquoi pas. Ça ne fait pas parti des actes recommandés par la PMI. du coup, le bébé disparait ! Ô malheur ! Bon. Alors la mère a des troubles du comportement. Classique. C'est ce que j'ai retenu de ce livre, on reste dans la classique de la disparition d'enfant. Au départ, effectivement, une grosse négligence de la mère, hein, parce qu'on ne laisse pas un bébé seul dans un appartement (ni dans sa voiture d'ailleurs) le temps d'aller faire des courses, c'est un peu limite tout de même. Et après, du classique, une petite note d'originalité quand même sur les explications de cette disparitions, mais c'est très très tiré par les cheveux. du coup, je reste mitigée et un peu sur ma faim. Bien écrit, bien tourné, angoissant parce qu'on se fait du souci pour ce tout petit bout de bébé, mais voilà quoi. Rien de transcendant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NatachaEN
  29 décembre 2016
Un roman bien construit, on rentre direct dans l'histoire puis viennent les détails (Certaines longueurs tout de même...) on devine assez vite l'auteur du kidnapping mais le doute est la malgré tout car on ce questionne sur le pourquoi, un roman qui ce lit rapidement!
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   29 mai 2019
Il s'appelait Martinson - l'inspecteur Martinson. Il était celui sur qui comptaient tous les services quand il s'agissait de calmer quelqu'un. Tout le monde l'avait vu à l'œuvre : il parvenait à changer en sérénité une crise d'hystérie. Mais personne ne savait exactement comment il s'y prenait. Il ne pratiquait pas l'imposition des mains - il ne touchait jamais les gens, il ne s'en approchait même pas. On prétendait qu'il y avait quelque chose dans sa voix, profonde comme la voix de basse d'un Noir, tout en sachant pertinemment que ce n'était pas cela : Marty pouvait se révéler d'une rare brusquerie quand son interlocuteur était déchaîné.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 mai 2019
Cela le rendait fou de voir des gens hurler et s'agiter en tout sens, et il ne faisait rien d'autre que de leur dire de se calmer, oui, c'était cela. Il avait l'impression qu'ils ressentaient sa peur. Ils n'étaient pas réconfortés, ils ne se sentaient pas non plus en de bonnes mains, non, ils se rendaient simplement compte qu'il était sur le point de perdre son sang-froid si eux-mêmes ne se calmaient pas. Et, par désespoir, ils se pliaient à sa volonté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   29 mai 2019
Elle n'était jamais sortie avec quelqu'un d'aussi vieux - il avait treize ans de plus qu'elle - et ne pouvait s'empêcher de penser que les gens comme lui devaient avoir des règles bien à part, qui la faisaient passer à ses yeux pour une ravissante idiote. « J'ai ce qu'on appelle des troubles de l'attention », dit-elle à un moment, et elle se sentit rougir. Comme si lui avouer cela allait faciliter les choses, comme s'il allait l'aimer même si elle était un peu niaise. Elle savait qu'elle aurait dû attendre : les gens, les hommes surtout, n'aiment pas quand vous leur expliquez que vous avez un problème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NatachaENNatachaEN   28 décembre 2016
.... personne ne laisse un bébé tout seul, Sylvie. Quand on a un peu de jugeote, on ne laisse pas son bébé, parce que le monde qui nous entoure est un endroit effroyable.
Commenter  J’apprécie          20
NatachaENNatachaEN   28 décembre 2016
Hannah vit Sylvie vaciller au dessus du berceau et redouta un instant qu' elle ne s'évanouit. Quel salaud ! Pourquoi lui faisait il toucher ses draps ?
Commenter  J’apprécie          20
autres livres classés : thriller psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1709 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre