AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782355260254
205 pages
Éditeur : Nouvelles Editions Lignes (07/04/2009)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Dans son livre, De quoi Sarkozy est-il le nom ?, Alain Badiou proposait de nommer " hypothèse communiste " ce qui, depuis la Révolution française, a animé les politiques révolutionnaires, ou politiques d'émancipation. Le jugement que l'histoire officielle tente d'imposer est que toutes les tentatives de réalisation de cette hypothèse s'étant soldées par de tragiques échecs, l'hypothèse elle-même serait invalidée par l'Histoire. Le présent volume veut envisager direc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
chartel
  20 mai 2009
J'ai découvert Alain Badiou un peu par hasard. Mon intérêt pour le théâtre m'a fait connaître les créations d'une compagnie catalane, la Llevantina, "dirigée" par Marie-José Malis. Cette metteur en scène ayant travaillé avec Alain Badiou lors de sa dernière pièce, "Le Prince de Hombourg", ma curiosité m'a logiquement poussé à connaître les textes de ce philosophe. Mon choix ne s'est pas porté sur son dernier grand succès, "De quoi Sarkozy est-il le nom ?" (Editions Lignes 2007), mais sur son dernier livre, "L'hypothèse communiste". Alors que l'une des plus terribles crises économiques et financières a fait vaciller le dogme tout puissant du capitalisme (fait vaciller mais malheureusement pas fait tomber), Alain Badiou remet à l'honneur l'idée communiste. L'humanité n'a probablement jamais connu de telles inégalités dans sa courte histoire, et c'est dans cette période de révoltante barbarie que, paradoxalement, il est de bon ton d'annoncer que le communisme fut et est un échec. Plutôt que d'acquiescer béatement à ces discours présomptueux, Alain Badiou montre que c'est le concept de parti et d'Etat communiste qui est synonyme d'échec, non pas le communisme lui-même. Pour étayer sa thèse, il revient sur trois événements historiques : Mai 1968, la Révolution culturelle en Chine et la Commune de Paris de 1871.
L'ensemble est clair, remarquablement argumenté, et bien que parfois trop catégorique et trop optimiste quant aux comportements humains – je veux dire qu'il satanise constamment les nantis, la bourgeoisie et les classes possédantes (ce que je ne lui reproche pas, au contraire) mais oublie aussi de sataniser ceux qui subissent ces inégalités (ou aussi s'en accommodent, s'en contentent et s'en satisfont) - l'ensemble réussit à nous convaincre.
Enfin, et il s'agira de ma plus vive critique, je reproche une certaine illisibilité dans la dernière partie du livre consacrée à la définition de l'Idée du communisme. Alain Badiou nous égare par une explication trop abstraite et trop complexe, bien qu'il nous prévienne en début de chapitre qu'il souhaite être le plus clair possible. le problème vient du fait qu'au lieu de s'appuyer sur des notions concrètes et nettement définissables (sans l'aune d'une ambiguïté) pour nous amener à définir un concept abstrait, il ne fait appel qu'à des termes tout aussi vagues et polysémiques. Mais je ne voudrais pas clore ces quelques remarques sur une impression négative, car la pensée de Badiou est si rare et ô combien enthousiasmante à l'ère du tout argent que l'on doit clamer haut et fort l'utilité et la nécessité des lectures de son oeuvre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
chartelchartel   20 mai 2009
Les idées libertaires de 68, la transformation des mœurs, l’individualisme, le goût de la jouissance, trouvent leur réalisation dans le capitalisme post-moderne et son univers bariolé de consommation en tout genre. Finalement, le produit de Mai 68 c’est Sarkozy en personne.
Commenter  J’apprécie          40
chartelchartel   20 mai 2009
Le philosophe que je suis vous dit quelque chose qui a été répété depuis Platon, quelque chose de très simple. Il vous dit qu’il faut vivre avec une idée, et que, avec cette conviction, commence ce qui mérite d’être appelé la vraie politique. »
« Contre la révolution, rien ne vaut une élection : la maxime sera reprise telle quelle par De Gaulle, Pompidou et leurs alliés de la gauche officielle en juin 1968.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
chartelchartel   20 mai 2009
Le dispositif classique du parti, appuyé sur des relais sociaux et dont les "combats" les plus importants sont en fait les combats électoraux, est une doctrine qui a donné tout ce qu’elle pouvait. Elle est usée, elle ne peut plus fonctionner, malgré les grandes choses qu’elle a pu donner.
Commenter  J’apprécie          20
chartelchartel   20 mai 2009
Mai 68, et plus encore les années qui suivent, sont une mise en cause massive de la légitimité des organisations historiques de la gauche, des syndicats, des partis, des leaders connus.
Commenter  J’apprécie          30
chartelchartel   20 mai 2009
Tout échec est une leçon qui finalement s’incorpore à l’universalité positive de la construction d’une vérité.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Alain Badiou (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Badiou
Payot - Marque Page - Alain Badiou - Dialogue avec Alain Badiou sur l'Art et sur Pierre Soulages
autres livres classés : essai philosophiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
545 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre