AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Céline-Albin Faivre (Éditeur scientifique)
EAN : 9782843623097
299 pages
Éditeur : Terre de brume (28/09/2006)

Note moyenne : 4.52/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Ce roman est inédit en France. Un seul fragment de ce récit, les cinq chapitres centraux consacrés à Peter Pan, a été publié, il y a quelques années, sous le titre Peter Pan dans les Jardins de Kensington. La démarche n'est pas tout à fait illégitime, si l'on considère que Barrie lui-même les édita sous cette forme. Toutefois, cela sous-entendrait que Peter Pan est l'amande de ce roman et que le reste - soit vingt et un chapitres - n'est que coquille. Rien de plus f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Malice
  15 mai 2010
Le Petit Oiseau Blanc annonce Peter Pan son oeuvre emblématique. Mais le Peter Pan du Petit oiseau blanc n'est pas le même du roman et de la pièce de théâtre. Dans ce livre là, le réel (la vie de James Matthew Barrie) se mélange à la fiction. Les effets de miroir sont nombreux. La féerie, l'imaginaire, le jardin de Kesington sont les éléments principaux que je retiens de ma lecture.
Le capitaine W aime se promener en compagnie de son chien Porthos dans les jardins de Kensington. Il fait la connaissance de David un petit garçon dont la maman se prénomme Marie. David est un personnage fictif mais David est le prénom ne sont frère mort à l'âge de 13 ans. C'est le jeune ami de l'auteur le capitaine W. Mary est la mère de David elle donnera naissance à Barbara la soeur de David.
Dans le réel Mary s'est Mary Ansel la femme de Barrie, mais c'est aussi Sylvia Llewelyn Davies la mère de Georges qui a influencé le personnage de David.
Le narrateur s'est inventé un enfant Timothy. le thème de la maternité est présent dans ce livre, la question de l'enfantement, le monde perdu celui de l'enfance.
Le blanc symbolise la pureté, mais c'est la couleur des tulipes blanches (le berceau des fées et des oiseaux dans lesquels sont nés les enfants). Ce livre est étrange, et attachant à la fois, intéressant. Mais ma lecture a du mal à se fixer, elle est décousue, par bribes, du mal à suivre. le réel est mélangé à la féerie : Fiction et réalité sont mêlées, mélange du naturel et du surnaturel. de belles images : les enfants nés dans les oiseaux blancs.

Lien : http://livresdemalice.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Wictoriane
  12 février 2008
Le petit oiseau blanc existe en plusieurs instants et revêt plusieurs formes.
C'est bien sûr le titre du roman tenu entre nos mains. Un homme, le capitaine W., fait le récit d'une histoire. Observateur des choses, des humains et de ses propres rêves. Il s'adresse au lecteur comme le ferait un metteur en scène. Mais il brouille les pistes, les identités.
Lire la suite :
http://monbiblioblog.blogspot.com/2007/01/le-petit-oiseau-blanc.html
Commenter  J’apprécie          10
ClarissaDalloway
  16 avril 2010
Quand j'ai appris, un peu par hasard, en découvrant le magnifique JIACO d'Holly (ici) consacré à James Matthew Barrie, qu'elle avait mis la dernière touche à son édition française du« Petit oiseau blanc » (traduction, mais aussi introduction et notes), j'ai aussitôt fondue, oserais-je dire à tire d'ailes pour le dénicher chez mon libraire préféré. Il est resté quelque temps dans ma PAL à me faire de l'oeil, je le regardais de côté, bien intriguée… Je ne connaissais pas encore Barrie, à peine Peter Pan, surtout celui de Walt Disney, ce qui n'est pas une référence…
Et me voilà ensorcelée par ce livre « hors norme », intemporel, où le lecteur navigue à vue dans un monde poétique teinté de merveilleux, entre rêve et réalité, une bonne dose d'humour et une certaine mélancolie.
« Il s'agit d'une fantaisie quotidienne, d'un exercice d'équilibre entre le réel et le rêve : lire Barrie, c'est partir ailleurs. Je ne sais où, mais ailleurs, Never Land, le pays du Jamais. » écrit Céline-Albin Faivre dans son introduction.
L'histoire est suffisamment complexe (d'ailleurs on pourrait parler d'histoires dans l'histoire, de petites boites dans la petite boite) pour que je ne la résume pas – impossible de le faire sans l'abîmer, la déflorer.
Quelques indices…
(......)
Lien : http://lily-et-ses-livres.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Miney
  04 novembre 2016
Un récit sublime, vraiment très touchant, mélancolique mais parsemé de quelques touches d'humour, et mené d'une plume de maître.
Comme il est dit dans le résumé, on se surprend à se sentir coupable et voyeur de le lire tant on a l'impression que l'auteur couche son âme sur le papier. On ne sait où commence le narrateur fictif et où finit J.M. Barrie.
Commenter  J’apprécie          00
Carciofi
  08 janvier 2020
Fair winds Peter!
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ClarissaDallowayClarissaDalloway   16 avril 2010
Peter cria « Mère ! Mère ! » Mais elle ne l’entendit pas. En vain, il frappa avec ses petits bras contre les barreaux en fer. Il dut retourner en pleurant aux Jardins et il ne revit jamais plus son adorée. Quel glorieux enfant avait-il eut l’intention d’être pour elle ! Ah, Peter, nous qui avons commis de graves erreurs, comme nous agirions différemment si nous avions une seconde chance ! Mais Salomon avait raison : il n’y a pas de seconde chance, pas de seconde chance pour la plupart d’entre nous. Quand nous atteignons la fenêtre, l’Heure de la Fermeture a sonné. Les barreaux en fer sont mis pour la vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WictorianeWictoriane   12 février 2008
…il vola tout droit jusqu'à la fenêtre, qui était toujours ouverte pour lui. Mais la fenêtre était fermée et il y avait des barreaux et, à travers eux, il vit sa mère qui dormait paisiblement, les bras enlacés autour d'un autre petit garçon.
Commenter  J’apprécie          40
ClarissaDallowayClarissaDalloway   16 avril 2010
C’est la raison pour laquelle il y a des barreaux aux fenêtres des nurseries et un pare-feu : les très petites personnes oublient quelquefois qu’elles n’ont plus d’ailes et essaient de s’envoler par la fenêtre ou par la cheminée.
Commenter  J’apprécie          30
ClarissaDallowayClarissaDalloway   16 avril 2010
Les seuls fantômes qui se glissent dans notre monde sont de jeunes mères décédées qui reviennent voir comment se portent leurs enfants ? Il n’y a pas de motivation assez forte pour ramener ceux qui sont partis. Elles entrent sans bruit dans la chambre bien connue, quand, de jour et de nuit, les geôliers sont occupés. Elles murmurent : « Comment vas-tu mon enfant ? ». Mais, toujours, de crainte qu’un visage étranger ne l’effraie, elles murmurent si doucement qu’il ne peut entendre. Elles se penchent sur lui pour voir s’il dort paisiblement, et replacent son bras mignon sous la couverture, puis ouvrent les tiroirs afin de compter combien de petites vestes il possède. Elles aimeraient faire ce genre de choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MineyMiney   04 novembre 2016
Cependant, maintenant que le moment était arrivé, je n'étais pas disposé à le laisser partir. Il me semblait me souvenir l'avoir porté ce soir-là (celui qui précéda le coucher du soleil, qui devait l'emporter) à la fenêtre avec une tendresse inhabituelle et lui dire avec une amertume non forcée qu'il devait me quitter parce qu'un autre enfant avait besoin de toutes ces jolies choses. Et, alors que le soleil son véritable père, le prit dans ses bras dansants, il envoya son amour à une dame qui depuis longtemps l'appelait par les noms les plus tendres, ne sachant pas dans son innocence que les petits oiseaux blancs sont les oiseaux qui n'ont jamais eu de mère.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de J. M. Barrie (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. M. Barrie
Bande annonce de Finding Neverland (2005) qui relate la genèse de Peter Pan.
autres livres classés : peter panVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre