AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2075099944
Éditeur : Gallimard (08/03/2018)

Note moyenne : 3.89/5 (sur 845 notes)
Résumé :
Peter Pan est un petit garçon bien étrange. Il est vêtu de feuilles, ne connaît pas son âge, et ignore ce qu'est un baiser. Wendy est intriguée par ce petit bonhomme qui lui rend visite la nuit, accompagné d'une lumière tintinnabulante nommée Clochette. D'où vient-il donc ?
« Je me suis enfui le jour de ma naissance », répond Peter Pan. « Je ne veux pas devenir un adulte, alors depuis, je vis au pays des fées. Sais-tu d'où viennent les fées ? Lorsque le prem... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (141) Voir plus Ajouter une critique
LiliGalipette
  17 décembre 2013
M. et Mme Darling sont les heureux parents de Wendy, John et Michael. Sous la bonne garde de Nana, la chienne nounou, les enfants grandissent comme tous les enfants, en faisant des rêves et en imaginant des mondes merveilleux. Et voilà qu'un soir, l'imaginaire frappe à la fenêtre de la chambre des enfants. Voilà Peter Pan et la fée Clochette qui viennent les chercher. le jeune Peter a refusé de grandir et s'est enfui au pays imaginaire où le rejoignent régulièrement des garçons perdus. Peter Pan et les garçons sont heureux de leur vie sans adultes, mais ils aimeraient bien avoir une maman qui s'occuperait d'eux et leur raconterait des histoires. Wendy devient cette petite maman et tout pourrait être merveilleux si l'infâme capitaine Crochet ne cherchait pas à avoir la peau de Peter Pan. Et puis, Wendy et ses frères aimeraient bien revoir leurs parents, restés à Londres et désespérés d'avoir perdu leurs enfants.
Ce conte est un classique des histoires enfantines. Je connaissais le dessin animé de Walt Disney et je suis très surprise de constater que, pour une fois, la machine américaine a respecté presque intégralement le texte original. Ce dernier est peut-être plus véhément quand il s'agit de montrer l'égoïsme de Peter Pan et son refus farouche de devenir un adulte. J'aime cette histoire qui est un hymne aux mamans et qui insiste sur l'importance des mères dans le coeur et sur la vie des enfants, même les plus butés et les plus polissons.
Un bémol toutefois : au pays imaginaire, Wendy joue à la maman en s'occupant seule d'une bande de gamins braillards et indisciplinés. Peter Pan se veut le chef de cette remuante marmaille, mais il ne veut en aucun cas occuper la place du père et exige d'être traité par la petite fille comme un enfant. Et Wendy, bonne poire, se plie à ses exigences capricieuses et assume la tenue du ménage. Voilà comment l'auteur présente la vie de Wendy. « Je suppose que Wendy devait trouver son séjour particulièrement enchanteur, car sa turbulente famille lui donnait fort à faire. Elle n'avait même pas le temps de monter prendre le frais, sinon le soir et encore, avec une chaussette à la main. » (p. 60) Ainsi, que l'on soit dans le monde réel ou au pays des rêves, la place des femmes est toujours la même et elle est forcément épanouissante…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
gill
  30 novembre 2016
Qui peut jurer, que l'esprit encore ensommeillé par une belle nuit étoilée, il n'a jamais rêvé de survoler Londres, Paris ou sa propre vie ?
Quelle petite fille, rêvant secrètement d'être une fée, n'a jamais songé avec émotion au fabuleux Pays Imaginaire ?
Quel jeune garçon n'a jamais rêvé d'en découdre, à la tête d'une bande de copains dépenaillés, avec de terribles pirates ?
"Peter Pan" est une féerie en cinq actes et huit tableaux.
C'est une adaptation pour la scène française, par Claude-André Puget, de la pièce originale de James Matthew Barrie.
Le rideau se lève, une première fois, sur une chambre d'enfants, sur trois lits et une grande niche à chien.
Car Nana, la bonne d'enfant, est une chienne de Terre-Neuve.
Wendy, John et Michel vont vivre la plus merveilleuse des aventures qui va les mener jusqu'au Pays Imaginaire.
Peter Pan va surgir dans leur vie.
Peut-être veut-il récupérer son ombre, peut-être entretient-il un regret secret d'avoir perdu son enfance ...
Publiée en 1945, l'adaptation de Claude-André Puget est une fine réussite.
Elle entremêle savamment la poésie et le merveilleux.
Et la lecture de la pièce, m'a-t-il semblé, doit se faire lentement, attentivement.
Car son texte est lourd du symbolisme qu'il recèle.
Peut-être y trouvera-t-on même quelques sens cachés qui, s'étant égarés, ne devraient pas y être mais, qui s'y sentant légitimes, y sont pourtant.
La pièce, sous la plume de Claude-André Puget, se pare de quelques légers reflets féministes.
N'y évoque-t-on pas une femme qui, à son mari Henry, demandait tous les jours un compte en banque à elle avec un carnet de chèques ?
N'y dit-on pas qu'un fille vaut plus de vingt garçons ?
Le texte de la pièce lui-même doit être un peu magique et contenir un peu de poudre de fées.
Le charme opère.
Le rideau se lève, à nouveau, sur le Pays Imaginaire ...
Sur la forêt, sur une clairière, sur une lagune, sur une rivière ...
Mais je tiens à vous prévenir qu'il y a des pirates ! ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
coquecigrue
  26 août 2012
Sommée de le lire par ma fille (une grande fée de 25 ans), empêchée de le faire par l'esprit facétieux des objets qui veut que précisément celui que vous cherchez demeure introuvable, j'ai fini par mettre la main sur "Peter Pan" caché sous une pile de livres, et j'ai enfin lu ce court roman pour les petits... mais et surtout pour les grands.
C'est un délicieux et savoureux conte philosophique, psychanalytique, poétique, subtil, profond, drôle, grave, gentiment moqueur, juste, mêlant adroitement l'imaginaire et la réalité, tout en racontant une histoire à dormir debout (ou en volant) ou à rester éveillé pour en avoir le fin mot au plus vite.
Commenter  J’apprécie          374
Crossroads
  18 juin 2011
Walt Disney ou l'art d'émasculer un heros de jeunesse , un enfant qui plus est ... Pas bieeeen...
En effet , si la version cartoonisée présentait un Peter Pan gentil , genereux et courageux , il en est tout autre dans la version écrite originale et c'est tant mieux ! Personnage beaucoup moins lisse , decrit par Barrie , ou le heros se montre tour à tour prétentieux , égoiste , retors , buté , affublé d'une fée Clochette jalouse comme un pou qui fera tout ce qui est en son pouvoir pour garder à son usage exclusif son Peter adoré !
L'on y retrouve avec plaisir ce monde onirique , ce pays de l'imaginaire , uniquement perceptible par les enfants . Crochet y tient une place prépondérante et ne serait pas Crochet sans son crocodile attitré dont l'unique but est de faire du capitaine un sac à main : le monde à l'envers ! L'on y découvre un Crochet beaucoup plus faillible , beaucoup plus humain . le manichéisme , ici , est beaucoup moins prononcé rendant , du coup , ce récit bien plus interessant . Les themes abordés sont plus profonds qu'il n'y parait dans un récit empreint de légèreté : l'abandon d'une mere , la peur de vieillir , de mourir..
Peter Pan , à découvrir ou redécouvrir pour tous ceux qui ont conservé une part d'enfance . Quelqu'un veut faire une marelle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Junie
  16 décembre 2012
Peter Pan tient à faire savoir à tous ses lecteurs passés, présents et à venir, qu'il n'a RIEN à voir avec un certain personnage de dessin animé.
Mais qu'il doit tout à James Matthew Barrie, écrivain Ecossais qui créa ce personnage d'enfant perdu du pays de Jamais-Jamais, et dont Kathleen Lainé à tiré une saisissante biographie, mettant en parallèle la vie de Peter, celle de l'auteur, et la sienne.
Lisez Peter Pan. le vrai, l'original, pas un ersatz.
Et ensuite, si ça vous questionne, lisez Peter Pan ou l'enfant triste, qui porte un regard plein de compassion sur les enfants sans mère qui veulent écouter des histoires.
Commenter  J’apprécie          260

critiques presse (1)
LaPresse   15 décembre 2014
Hymne à l'enfance, ce célèbre classique est offert ici dans une adaptation splendide, un grand format illustré par le très atmosphérique Quentin Gréban.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation
wilhelminawilhelmina   22 novembre 2009
"Mme Darling eut vent de Peter pour la première fois alors qu'elle était occupée à mettre de l'ordre dans l'esprit de ses enfants. C'est une habitude nocturne de toute bonne mère, de fouiller dans l'esprit de ses enfants dès qu'ils sont endormis et de remettre toute chose d'aplomb pour le lendemain, rangeant à leur place de nombreux objets égarés pendant la journée.
Si vous pouviez rester éveillés (mais c'est impossible, bien sûr), vous verriez comment s'y prend votre maman et trouveriez très intéressant de l'observer à ce moment. Vous la surprendriez à genoux, je pense, se demandant perplexe où diable vous aviez bien pu dénicher ce machin, faisant des découvertes agréables et d'autres qui le sont moins, pressant cette chose contre sa joue comme si c'était aussi doux qu'un petit chat, et faisant vivement disparaitre cette autre de la vue. Quand, le matin, vous rouvrez les yeux, votre méchanceté et les passions mauvaises qui vous accompagnèrent au lit, vous les retrouvez pliées en une pile serrée, et repoussées tout au fond de votre conscience. Par-dessus sont rangées vos plus jolies pensées, attendant que vous les enfiliez."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
WictorianeWictoriane   12 février 2008
Bien plus que la douleur elle-même, ce procédé déloyal laissa Peter hébété, complètement désarmé. Il contemplait l’adversaire avec des yeux horrifiés. Tous les enfants éprouvent cette révolte, la première fois qu’on les prend par traîtrise. Lorsqu’ils viennent vers vous pour vous appartenir, ce qu’ils attendent de vous, c’est que vous vous comportiez loyalement. Si vous trichez, ils vous aimeront encore mais ne seront plus jamais les mêmes. Aucun enfant ne guérit jamais de cette première trahison. Aucun hormis Peter qui en faisait souvent l’expérience mais oubliait toujours. Je suppose que c’est cela qui le distinguait vraiment des autres. On aurait pu rêver plus charmant tableau mais il n’y avait personne pour le voir, si ce n’est un étrange garçon qui regardait derrière la fenêtre. Il lui arrivait de connaître des félicités inouïes, interdites aux autres enfants, mais en ce moment, il regardait à travers la vitre la seule joie qui lui était à jamais refusée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
GwenawebGwenaweb   13 janvier 2014
Madame Darling eut vent de Peter pour la première fois, alors qu'elle était occupée à mettre de l'ordre dans l'esprit de ses enfants. C'est une habitude nocturne de toute bonne mère, de fouiller dans l'esprit de ses enfants dès qu'ils sont endormis, et de remettre toute chose d'aplomb pour le lendemain, rangeant à leur place les nombreux objets égarés dans la journée. […] Vous la surprendriez à genoux, je pense, se demandant perplexe où diable vous avez bien pu dénicher ce machin, faisant des découvertes agréables et d'autres qui le sont moins, pressant cette chose contre sa joue comme si c'était aussi doux qu'un petit chat, et faisant vivement disparaître cette autre de la vue. Quand, le matin, vous rouvrez les yeux, votre méchanceté et les passions mauvaises qui vous accompagnèrent au lit, vous les retrouvez pliées en une pile serrée et repoussées tout au fond de votre conscience. Par-dessus sont rangées vos plus jolies pensées, attendant que vous les enfiliez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
LefsoLefso   24 janvier 2011
Non seulement il n'avait pas de mère mais il n'avait même pas le plus petit désir d'en avoir une. Il pensait même qu'elles étaient très surestimées. Wendy, toutefois, crut de suite qu'elle se trouvait en pleine tragédie.
-Oh Peter ! pas étonnant que tu pleures, dit-elle.
Et elle sauta de son lit pour se précipiter vers lui.
- Je pleurais pas à cause des mères ! dit-il d'un ton passablement indigné. Je pleurais parce que j'arrive pas à me recoller mon ombre. Et en plus, je pleurais pas !
- Elle est détachée ?
- Oui.
Alors Wendy vit l'ombre sur le plancher. Elle semblait tellement pitoyable qu'elle se sentit toute triste pour Peter.
-C'est terrible ! dit-elle.
Elle ne put pourtant pas s'empêcher de sourire quand elle remarqua qu'il avait essayé de la coller avec du savon. C'était bien d'un garçon !
Heureusement, elle savait déjà ce qu'il fallait faire.
- Il faut la coudre, dit-elle, sur un ton peut-être un petit peu protecteur.
- C'est quoi coudre ? demanda-t-il.
- Tu es terriblement ignorant !
- Non, pas du tout !
Mais elle fût enchantée de cette ignorance.
- Je vais te la coudre, mon petit homme, dit-elle bien qu'il fût aussi grand qu'elle.
Elle prit son nécessaire de couture et se mit en devoir de coudre l'ombre au pied de Peter.
- Je te préviens que ça te fera un petit peu mal, l'avertit-elle.
- Oh ! je ne pleurerai pas, dit Peter qui s'était déjà convaincu qu'il n'avait jamais pleuré de sa vie.
Il serra les dents et ne pleura pas. Bientôt son ombre se comporta normalement. Elle était juste un peu froissée.
- Peut-être que j'aurais dû la repasser, se demanda Wendy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
angie22angie22   20 novembre 2013
Tout enfant est ainsi confondu la première fois qu'on le traite arbitrairement. S'il vient à vous, il estime avoir droit, par-dessus tout, à la justice. Si vous vous montrez injuste envers lui, il ne cessera pas de vous aimer mais il ne sera plus jamais le même. Nul n'oublie la première injustice (...).
Commenter  J’apprécie          391
Videos de J. M. Barrie (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. M. Barrie
Livres mentionnés dans la vidéo :
- le Viking qui voulait épouser la fille de soie (Katarina Mazetti) - Dolores Claiborne (Stephen King) - La Maîtresse de Rome (Kate Quinn) - L'Oeil de la Lune (Anonyme) - Kinderzimmer (Valentine Goby) - Un été sans les hommes (Siri Hustvedt) - Golden Boy (Abigail Tarttelin) - Peter Pan (James Matthew Barrie) - La Voleuse de livres (Markus Zusak) - L'Assassin du Roi (Robin Hobb)
Où me trouver :
Blog : http://tetedelitote.canalblog.com Facebook : https://www.facebook.com/TetedeLitote Twitter : https://twitter.com/Cyri_F Instagram : http://instagram.com/cyri.f Livraddict : http://www.livraddict.com/profil/tetedelitote/ Mail : blogtetedelitote@gmail.com
Intro : John Williams - Star Wars Theme
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les Chefs-d'oeuvre de la littérature

Quel écrivain est l'auteur de Madame Bovary ?

Honoré de Balzac
Stendhal
Gustave Flaubert
Guy de Maupassant

8 questions
7461 lecteurs ont répondu
Thèmes : chef d'oeuvre intemporels , classiqueCréer un quiz sur ce livre
.. ..