AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781926745237
720 pages
Éditeur : Transit Editeur (30/11/-1)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 24 notes)
Résumé :
« La liberté n existe pas... Souviens-toi de ça, salope... » Un crissement de sable croquant dans la bouche. Une dent. Le bruit sec et définitif sur l émail du lavabo. Le son brillant et des mouchetis de sang qui s éparpillent. La dent tourne, puis tombe dans le néant du tuyau. Elle tousse, crache. Il y a comme une main dans ses boyaux qui la pousse de l intérieur. Elle étouffe. Respire bruyamment et vomit de la bile rougie. Mais elle lutte. Ferme la bouche. Elle ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  23 février 2017
Un nouvel éclairage qui vient bouleverser nos certitudes de lecteur ... Habilement machiavélique dans sa construction, il offre une nouvelle lecture du premier opus. On le referme avec une drôle d'impression, un goût bizarre dans la bouche ... Où est le bien, le mal? On ne sait plus vraiment. Des personnages hauts en couleurs rejoignent la galerie de cette trilogie implacable! Petit bémol dans la seconde partie de l'ouvrage qui à certains moments m'a parue un peu trop "académique" dans la façon de traiter les dialogues. Un petit manque de naturel au profit de l'aspect"psychique"... Mais une envie de lire le troisième tome qui viendra conclure en beauté je l'espère la trilogie ...
Commenter  J’apprécie          100
Bibliozonard
  30 janvier 2012
T2 PLASMA (2010)
« Pour exister, tu dois apprendre à accepter que ce qui t'entoure ne te convient pas. En changeant, tu es obligé de décevoir tes parents, tes amis, afin de leur révéler qui tu es vraiment » JB p236
Lisa Gaspini, inspecteur franche, belle, sur la défensive face aux hommes. Un en particulier, dû à sa récente séparation d'avec l'égocentrique pervers, manipulateur Régis Demaistre. Son capitaine. Elle est affublée d'un coéquipier, beau gosse, introverti à première vue mais quelqu'un de sûr de lui qui ne le montre pas et qui en pince pour elle. Richard Norias. Ils sont tout les deux sur l'enquête de multiples corps retrouvés décomposés sans aucun lien apparent entre eux et à des endroits différents, des victimes d'une espèce de combustion intérieur. de vrais carnages qui ne laissent que cendre, sang et restes humains comme trace.
Un vétéran narre son travail de prédateur et propose du chocolat avant d'exécuter ses victimes.
Marc Dru est à la recherche des origines de son fils adoptif, la proie qui attendait sa mort dans Cicatrices. Franck Marshall s'est reclu chez lui, en pleine crise identitaire, il fuit le passé. Il choisit d'aider son ami Dru. Il part en Corse…Dru est mit sur l'affaire de Gaspini et Norias. Miller est à la retraite en bord de mer, informé de l'affaire par le légiste Alvarez.
La mémoire morte, Kader Abbuz, décrit sa vie depuis le Maroc jusque Paris.
Tout le monde se retrouve et quelles retrouvailles. Un dénouement perspicace et qui part dans tout les sens.
J'ai bien ressenti que se sont les réminiscences, les cicatrices du passé qui bouffent chacun des acteurs qui dominent l'histoire. C'est un mélange de psychologie, d'histoire et de technique scientifique macabrement révolutionnaire, comme le vortex qui a pour but de développer une arme nouvelle, le plasma. Une intrigue qui pousse le bouchon aux firmaments de l'impressionnante imagination de l'auteur. Ce n'est pas tout, faut ajouter des vérités sur la condition humaine, les pulsions meurtrières, sexuelles, la remise en question à travers chaque individu. Et pour couronner le tout il y a de la télékinésie et de la voyance. Incroyable quand même.
C'est une oeuvre fouillée, précise nourrie en rebondissement. C'est bien plus qu'un thriller psychique. C'est aussi un thriller avec serial killer digne d'un Thomas Harris avec son Hannibal lecter. de la SF, du surnaturel à la S king. Un techno thriller à la F Thilliez avec son Syndrome (E). L'auteur est un caméléon. Il a tout prit. A l'aise. le principe des impressions vues par chacun des personnages par le « je » est présent comme dans le premier tome. Histoire d'être secoué un peu plus.
Ce qui est intéressant, c'est qu'au moment où je trouvais que Dru avait trop tendance à trouver une explication à chacune de ses réactions, de ses actions, à la limite de la paranoïa. Je découvre, à ce titre, que je pense comme Miller : « Je ne suis pas fou de Dru. Obstiné à toujours trouver la vérité ». Dru a eu une analyse trop rapide des gens après une seule rencontre, par exemple pour Demaistre… Il prend vite la main par rapport à plusieurs flics désabusés qui, eux aussi, ont l'air de beaucoup s'auto-analyser. Trop bien même. J'ai bien compris qu'il n'y avait pas de super héros. Au contraire que chacun devait faire face à ses faiblesses. Mais malgré tout j'ai eu une sensation de trop de psychologie qui prenait le dessus sur l'ambiance. le décor a été un peu effacé face à l'intrigue.
Cela dit, le tout est tellement bien agencé que ces impressions de trop psychique et de manque de décoration passent au second plan. Une aventure effrayante et maligne qui se lit très rapidement et que j'ai beaucoup appréciée. Quel renversement de la situation, on ne s'attend absolument pas à ce que l'affaire prenne de telle proportion...Et surtout, l'histoire n'est pas finie. Je serais au rendez-vous pour la suite. Obligé !


Lien : http://lirecrire.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Fredo_4decouv
  21 juin 2012
Rarement le second tome d'une trilogie aura autant remis en perspective un premier opus. Après les ténèbres, nous voici littéralement consumés par la lumière. Jac Barron hypnotise et fascine son lecteur pour lui faire dévorer 720 pages en un clin d'oeil.
Si l'opus un "les Cicatrices" installait un univers avec un cadre bien particulier, sa suite "Plasma" opère un gigantesque travelling arrière qui permet de revoir, prolonger et poursuivre les événement de cette première histoire mais sous un autre angle. Qu'on se le dise, dans cette "Trilogie des Pulsions", rien n'est aussi simple que ce qu'il y paraît. On croyait avoir à faire à une simple histoire de psychopathes mais Jac Barron « complique » le mécanisme de son horloge en rajoutant toutes une série d'engrenages qui vont justifier et sublimer les mouvements précédents. "Les Cicatrices" est un roman qui peut se suffire à lui même, mais éclairée sous un nouveau jour via "Plasma", l'histoire prend de l'ampleur et acquiert une autre dimension...
Et cet éclairage, cette raie de lumière trouve toute son importance dans ce nouvel opus. Autant le précédent tome était baigné dans une ambiance sombre et oppressante, autant là on a immédiatement la sensation de naviguer en plein jour, de découvrir de nouveaux espaces, de nouveaux recoins. Cette image est intéressante puisque outre la place importante de cet intense éclat dans le décor, on peut tout aussi bien faire un parallèle avec la mise en lumière des faits évoqués dans "les Cicatrices" et qui ici vont trouver des réponses assez fascinantes. On serait même tenté de résumer le livre via ces quelques mots : "Plasma" est une mise en lumière du thriller psychique dans la Trilogie de l'auteur.

Le jeux des ombres et de la lumière, Jac Barron sait y faire. Au lieu de se contenter d'écrire une suite, il va non seulement prolonger ce qu'il a précédemment mis en place mais il va surtout nous montrer la partie immergée de l'iceberg. Toujours en alternant les points de vue, il va littéralement plonger son lecteur dans un état second en lui faisant dévorer les 720 pages du livre. Un chapitre en appelant un autre, on ne sait plus quand s'arrêter. Et du coup, on s'arrête rarement.
Pour conclure, c'est aussi un réel plaisir de découvrir de nouveaux personnages, tel que celui de Lisa Gaspini, qui contribue grandement à la touche fraicheur de "Plasma". On fait aussi la connaissance de Camilla, un travesti fascinant, de Zacharie, un ado très attachant et de Norias, qui va prendre de l'ampleur au fil des pages. Sans oublier les habitués, Miller, Marshal et Dru. Une véritable petite famille que l'on aura du mal à quitter au terme de cette lecture. Vivement 2011 que l'on puisse les retrouver dans "Impulsions", conclusion de "la Trilogie des Pulsions".
Après "les Cicatrices", l'auteur confirme avec "Plasma" l'arrivée de sang neuf dans les rayons thrillers français.
Lien : http://www.4decouv.com/2010/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Amnezik666
  29 juillet 2013
Comme dans le premier opus, Les Cicatrices, on retrouve le même style qui ne s'encombre pas de bla-bla superflu pour nous plonger au coeur de l'intrigue. C'est du brut de décoffrage, trash certes mais pas gratuit, on a véritablement en main un thriller aussi percutant que passionnant. Les habitués retrouveront le même genre de découpage, chaque chapitre propose de voir la scène à travers les yeux d'un des personnages, outre nos trois "habitués", Marc Dru (le psy), Frank Marshall (le profiler) et Serge Miller (le flic), on aura aussi le droit aux points de vue de Lisa Gaspini et Richard Norias, sans oublier celui du tueur (Le Vétéran) ; et comme précédemment l'immersion dans la peau et l'esprit des personnages est complète.
Si l'intrigue n'est pas directement liée au précédent opus je vous recommande vivement de les lire dans l'ordre. Ce second tome apporte un regard nouveau (recul oblige) et complémentaire (les deux affaires cohabitent tout au long du roman) sur les faits décrits dans le précédent (entre les deux intrigues il s'est écoulé un peu moins d'un an), les personnages ont été fortement ébranlés par leur expérience commune (et chacun surmonte à sa façon le traumatisme) mais surtout, et ce serait de loin le plus regrettable, vous perdriez tout effet de surprise en lisant Les Cicatrices après celui-ci.
Je pense être quelqu'un de très ouvert en matière de paranormal, parapsychologie et tutti quanti, aussi un soupçon de ces petites choses dans un thriller ne me dérange pas mais là il y en a juste trop. Si j'étais plongé dans un thriller fantastique ça ne me dérangerait pas outre mesure, seulement voilà en ouvrant ce bouquin j'attendais un thriller fortement ancré dans le réel, comme son prédécesseur, ici la surenchère parapsychique nuit à l'ensemble plus qu'autre chose (c'est en tout cas mon opinion personnelle). Hormis ce petit bémol je tiens à préciser que vous aurez entre les mains un thriller aussi riche (et richement documenté) qu'efficace, rythmé et bourré de rebondissements, du haut de gamme ; disons qu'au lieu d'un brillant 5/5 je me contenterai de lui attribuer un 4 plus qu'honorable.
Il est indéniable que même l'intrigue globale est trop énorme pour que l'on y croie un seul instant mais malgré tout l'auteur parvient à nous faire entrer dans son jeu, du coup, bien sachant tout cela hautement improbable, on se laisse balader au fil des pages et plus on avance plus on brule d'impatience de connaître le fin mot de l'histoire.
Lien : http://amnezik666.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lopes_c
  08 novembre 2012
On monte d'un cran, et on ajoute le registre "fantastique" en petites touches. Et on descend également dans des abîmes encore plus profonds de perversion et d'imagination morbide. Mais on retrouve aussi un peu de lumière, cette étincelle qui fait que l'espoir n'est pas totalement perdu ...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Amnezik666Amnezik666   23 juillet 2013
Un drogué, qu’il soit noir ou blanc, du 16e ou de la banlieue, reste un drogué. Qu’il soit vêtu en Lacoste ou en Armani, en Nike ou en Reebok, n’y change rien. Le dealer, c’est le magasin, la marque et le prix. Le shoot et la jouissance d’un monde de junkies accros qui se pavanent de vitrine en vitrine, se gavent de choses qui font envie, en pensant à tous ceux qui ne peuvent pas se les offrir, histoire d’y voir une possibilité de supériorité passive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
catscicatsci   12 août 2012
Le bruit des vagues est la copie conforme du premier son qu'un enfant entend dans le ventre de sa mère: le reflux du sang. (p 705)
Commenter  J’apprécie          40
catscicatsci   04 août 2012
Réagir. Aider. Faire face. Aimer. Guérir. (p 235)
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1910 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre