AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369424753
Éditeur : Nouveau Monde (26/01/2017)

Note moyenne : 2.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
La décolonisation de l'Afrique a été synonyme, pour la France gaullienne, de lutte anticommuniste et de défense de son domaine réservé. En 1960, le Congo devient le point de fixation de la guerre froide. Face aux Américains, aux Soviétiques et à la Tricontinentale (organisation regroupant les forces anti-impérialistes d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine), la France entend mener sa politique depuis Brazzaville.
Dès la fin des années 1950, le SDECE prépare ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
koalas
  28 février 2017
Avis Mitigé
J'ai été plutôt emballé par les portraits des barbouzes au passé trouble comme ces Monsieurs Charles, Philippe, Vincent, Bob et les autres,  qui officient dans l'ombre du ministre de l'intérieur Foccart et du Général de Gaulle au coeur de l'action en Afrique. Leurs missions en temps de guerre froide,  faire barrage aux communistes qui souhaitent se positionner en Afrique, influencer en toutes discrétions les chefs d'États et les élites africaines, préparer la décolonisation des années 60.
En revanche, plus que barbé par la forme universitaire, le sujet trop pointu qui m'a largué en cours de route à Brazzaville au Congo en pleine barbouzades !
je laisse l'histoire aux initiés et aux spécialistes de la politique africaine qui se délectent des anecdotes, archives et autres sources potables ou non.
En conclusion, si vous aimez la vulgarisation, passez votre chemin ou  choisissez la parodie d'anthologie avec le film Les Barbouzes du duo  Lautner-Audiard
A contrario, si vous êtes un féru d'histoire amateur de thèse publiée, vous allez vous régaler !
Je remercie Babelio, Masse critique et Nouveau Monde éditions pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
YvesParis
  26 mai 2015
Jean-Pierre Bat a acquis une certaine notoriété. D'abord en publiant fin 2012 une synthèse monumentale sur l'histoire de la Françafrique (Le syndrome Foccart, Folio Gallimard, 838 p.). Ensuite en organisant à Paris fin mars 2015 un colloque rendant compte de l'analyse et de l'exploitation du Fonds Foccart dont il a la charge aux Archives nationales. La publication de la fabrique des « barbouzes » coïncidait avec cet événement. le Monde en avait publié les bonnes feuilles. Son titre et son sous-titre laissaient augurer une histoire générale des réseaux Foccart en Afrique. Son contenu est beaucoup plus ciblé, qui renoue avec la thèse qu'il avait soutenu à l'Ecole des Chartes en 2006 et se focalise sur le Congo-Brazzaville et les années de l'indépendance.
En s'intéressant au Congo-Brazzaville, Jean-Pierre Bat met en lumière les deux priorités de la France gaulliste. La première est de maintenir son influence dans une colonie qui avait joué un rôle fondateur dans la geste de la France libre. La seconde est d'endiguer l'extension communiste qui menace l'ex-Congo belge. L'homme choisie pour mener à bien cette double politique est l'abbé Fulbert Youlou élu maire de Brazzaville en 1956 grâce au vote des Laris de la région du Pool. La France le préfère à Jean Félix-Tchicaya, pourfendeur du colonialisme à l'Assemblée nationale où il siège pendant toute la IVème République, et à Jacques Opangault, président de la section congolaise de la SFIO et chef du gouvernement jusqu'en 1958.
Fort de l'appui de Félix Houphouët-Boigny, Youlou fédère autour de lui les chefs d'Etat modérés d'Afrique francophone. Il prend la tête en décembre 1960 du « groupe de Brazzaville », ancêtre de l'Organisation commune africaine et malgache (OCAM). Cette association a un ennemi désigné : le nouveau Premier ministre de la jeune République démocratique du Congo, Patrice Lumumba. Youlou conspirera à sa perte, encourageant la balkanisation de son immense voisin via les sécessions du Katanga et du Kasaï. Quelques années plus tard, la France changera de politique et, faute d'avoir réussi à faire éclater ce territoire, cherchera à l'intégrer au pré carré. Elle soutiendra dans ce but Moïse Tshombé dans ses tentatives de prendre le pouvoir – qu'il occupera de 1964 à 1965 avant d'en être chassé par Joseph Mobutu, l'homme de la CIA.
Pour mener à bien cette politique, la France a entouré l'abbé Youlou de « barbouzes ». Jean-Pierre Bat en croque les portraits avec une gourmandise communicative. Maurice Bat alias « Monsieur Maurice » est un ancien policier, condamné à l'indignité nationale à la Libération que recrute le SDECE – l'ancêtre de la DGSE – pour approcher l'abbé Youlou dès 1956 et l'accompagner dans sa conquête du pouvoir. Emile Bougère alias « Monsieur Vincent », communiste repenti devenu expert de la propagande anti-communiste est chargé de la communication du nouveau président congolais. Alfred Delarue alias « Monsieur Charles », compromis pendant l'Occupation, monte sur pied le premier service de renseignement congolais de 1959 et tente en vain de créer une école des cadres. Ces personnages sulfureux, auxquels il faut rajouter Antoine Hazoume, Jean Mauricheau-Baupré et Philippe Lettéron accompagnent l'abbé Youlou jusqu'à son renversement à l'été 1963 et, plus tard, dans ses vaines tentatives de reprendre le pouvoir.
L'auteur du « Syndrome Foccart » cherche à écrire une « histoire à hauteur d'homme » (p. 491) qui rende compte, à travers l'exemple des premières années de la jeune république congolaise, du rapport entre la stratégie élaborée par Foccart et de la tactique déployée sur le terrain. Il y parvient haut la main. le chapitre qu'il consacre aux « Trois Glorieuses » de Brazzaville, ces trois journées d'août 1963 qui sonnèrent le glas du régime Youlou, est un modèle de reconstruction d'un événement historique au tamis d'archives discordantes. A partir du transcript des entretiens téléphoniques entre De Gaulle et Youlou – en l'absence de Foccart qui était allé pêcher en mer pendant le week-end de l'Ascension – Jean-Pierre Bat explique l'absence de la réaction de la France. Archiviste paléographe de l'Ecole des chartes, il relève le défi des sources, jonglant entre les archives officielles souvent épurées, les archives privées difficiles d'accès, les Mémoires pas toujours sincères, les entretiens oraux auprès des rares protagonistes survivants (nombreux ont disparu dans des conditions obscures tels Monsieur Vincent ou Monsieur Charles), les rares photographies, etc.
Cette critique a été publiée dans le numéro 253 de la revue "Afrique contemporaine" de l'AFD
Lien : http://www.cairn.info/revue-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lechristophe
  18 février 2017
Mais quelle déception ! Lors de la Masse Critique de janvier, j'avais coché entre autres "La fabrique des barbouzes" car le sous-titre "Histoire des réseaux Foccart en Afrique" et la quatrième de couverture promettaient une foultitude d'anecdotes sur les agissements clandestins anticommunistes de la France gaulliste en Afrique pendant la décolonisation. En fait, les presque 500 pages de cet ouvrage, qui ressemble plutôt à une thèse, se concentrent sur le Congo-Brazzaville, la montée en puissance de l'abbé Fulbert Youlou depuis 1956 jusqu'à son arrivée à la présidence en 1959 puis sa chute en 1963 lâché par la France qui lui préféra ensuite Moïse Tshombé.
Ouvrage très (trop) fouillé qui peut intéresser quelques spécialistes de la période de la décolonisation africaine, mais qui m'est tombé des mains, rempli qu'il est d'acronymes comme CGAT, UJC, BUDES, UDDIA... Je suis désolé pour son auteur mais je n'ai pas trouvé mon intérêt dans son livre.
Commenter  J’apprécie          30
Babelette
  22 février 2017
Ce document est une version françafrique de la trilogie américaine de James Ellroy ! Ici pas d'argot, seulement des faits, tous plus incroyables les uns que les autres.
La richesse des références est impressionnante, une somme pour des experts sans doute, mais aussi très instructif pour des néofites dont je fais partie.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
lechristophelechristophe   18 février 2017
On prête toutefois au cardinal Tisserant une colère en apprenant que l'abbé [Fulbert Youlou] est... marié. Les paroles suivantes lui sont prêtées : "Je me suis renseigné sur votre protégé... Une femme passe encore ! Mais figurez-vous que le bougre en a au moins trois !..."
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Pierre Bat (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Bat
Conférence « Les diamants (de Bokassa) sont éternels » par Jean-Pierre Bat à l'Ecole des Chartes.
autres livres classés : anti-communismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox