AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alan Burgess (Collaborateur)Éric Diacon (Autre)
EAN : 9782253030201
667 pages
Le Livre de Poche (15/10/1990)
3.82/5   11 notes
Résumé :
Lorsque, au printemps 1948, elle envoya ce billet à Roberto Rossellini, Ingrid Bergman, alors au faîte de sa gloire, ne se doutait pas qu'il allait déclencher un des plus grands scandales qu'ait jamais connus le monde du cinéma : moins de deux ans plus tard, quand elle quitta son mari Petter Lindstrom, sa fille Pia ut les studios d'Hollywood pour aller rejoindre Rossel liai en Italie, la jeune Suédoise découverte par David Selznick, « l'ange d'innocence », héroïne d... >Voir plus
Que lire après ma vieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MA VIE (1 980)

Auteurs : Ingrid Bergman et Alan Burgers (collaborateur).

Traducteur : Éric Diacon

Genre : Autobiographie.

Pages : 670, Police d'écriture petit.

Résumé :

À soixante-cinq ans, à la prière de ses enfants, Ingrid Bergman a décidé de dire la vérité. Si ses mémoires retracent, avec autant de simplicité que d'humour, la turbulente carrière d'une star anticonformiste qui refuse le maquillage et la chirurgie esthétique, ils éclairent aussi et surtout la personnalité d'une femme qui est allée jusqu'au bout d'elle-même, qui n'a pas hésité à sacrifier sa carrière pour suivre l'homme qu'elle aimait, et qui n'a jamais cessé de se battre contre une morale étriquée, contre l'injustice et contre la maladie.

Mon avis : "Cher Monsieur,

"J'ai vu vos films : Rome, ville ouverte et Paisa, et je les ai beaucoup aimés. Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien l'anglais, qui n'a pas oublié son allemand. Qui n'est pas très compréhensible en français et qui, en italien, ne sait dire que « ti amo », je suis prête à venir faire un film avec vous.

"Ingrid Bergman"

Lorsqu'au printemps 1948 elle envoya ce billet à Roberto Rosselini, Ingrid Bergman, alors au faîte de sa gloire, ne se doutait pas qu'il allait déclencher un des plus grands scandales qu'ait jamais connus le monde du cinéma : moins de deux ans plus tard, quand elle quitta son mari Peter Lindström, sa fille Pia et les studios d'Hollywood pour aller rejoindre Rossellini en Italie, la jeune Suédoise découverte par David Selznick, « l'ange d'innocence » : héroïne de Casablanca, de Pour qui sonne le glas et tant d'autres productions célèbres, était devenue aux yeux de l'Amérique puritaine un monstre d'amoralité, une mère dénaturée, une femme perdue. Il allait se passer presque dix ans – années de bonheur et d'orages avec Rosselini, de démêlés avec la presse, de procès, d'inquiétudes maternelles – avant qu'Ingrid, cédant aux supplications de ses admirateurs américains, ne retourne aux États-Unis pour y commencer une nouvelle carrière, celle d'une actrice de grand talent qui devait aboutir, vingt ans plus tard, à Sonates d'automne.

Ce que je vous ai fait lire est la première page de cette autobiographie sur cette grande dame, partie trop tôt en 1982 suite à un récidiviste de cancer qui se déclencha une première en 1973, elle fut opérée d'un sein. Deux ans plus tard en 1979 devant un public américain, elle déclarait dans une émission consacrée à un hommage à Casablanca, lorsqu'un présentateur lui demandait : « En voulez-vous à l'Amérique de vous avoir jugée… ? »

Elle répondit

- « le bonheur c'est d'avoir une bonne santé et une mauvaise mémoire »

Autrement dit : elle pardonnait à ses tortionnaires.

J'ai lu quelques critiques sur ce livre, où j'étais carrément scié par certains détails de gens qui se permettent de la juger sans connaître son histoire.

Ce livre montre bien son parcours depuis sa jeunesse, même sept ans avant sa naissance où ses parents se rencontraient. Son père était artiste peintre et photographe. Ses parents donnaient naissance à ses deux frères qu'elle n'a pas connus, ils sont morts avant sa naissance.

Comme la plupart des actrices légendaires, Ingrid Bergman évitait de trop parler de ses rencontres avec les acteurs, réalisateur, écrivain, (Erich Maria Remarke et Ernest Hemingway avaient écrit leur livre l'Arc de Triomphe et Pour qui sonne le glas pour elle). Ingrid préfère raconter les souvenirs des gens qu'elle aimait que d'éviter de parler de leur mort (d'autres biographes plus incisives en parlent dans leurs biographies consacrées à l'actrice suédoise).

Certains on a reproché que cette biographie soit romancée : on sait maintenant que c'est faut, depuis le documentaire que ARTE lui avait consacré, et de nouveaux biographes ont confirmé la thèse suite à ses nombreuses lettres.

Ces pseudo-critiques reprochaient à Ingrid Bergman de ne pas avoir écrit elle-même son autobiographie en solo. Je pense que les critiques ne connaissent pas du tout sa vie. En 1979, quand elle décidait d'écrire son autobiographie, l'actrice était malade, elle avait une tumeur cancéreuse… Alllan Burgess son biographe et amis avec qui, elle lui demandait son aide pour son Autobiographie. Alan Burgers auteur et ancien pilote fut celui qui écrit la biographie de la Missionnaire Gladys Aylward auquel Ingrid Bergman jouait son personnage dans l'Auberge du sixième bonheur. Dans l'autobiographie d'Ingrid Bergman, Burgess expliquait que l'actrice était chaleureuse (c'est confirmé par ses propres enfants et d'autres personnes), et donnait son argent à des oeuvres caritatives comme l'orphelinat en Angleterre fondé par Gladys Aylward, puis aidait les habitants de Stromboli en Italie.

Puis de son côté, Ingrid Bergman racontait ses aventures et mésaventures avec les gens qui ont plus compté pour elle, mais elle évite de trop s'étendre sur quelques détails d'homme qu'ils ont profondément blessé…

Une autobiographie riche de souvenir, une femme qui à dépenser pour le bonheur de ses enfants et ses amis qui lui ont beaucoup apporté.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
J’ai vu vos films : Rome, ville ouverte et Paisa, et je les ai beaucoup aimés. Si vous avez besoin d’une actrice suédoise qui parle très bien l’anglais, qui n’a pas oublié son allemand. Qui n’est pas très compréhensible en français et qui, en italien, ne sait dire que « ti amo », je suis prête à venir faire un film avec vous.
Ingrid Bergman
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Ingrid Bergman (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ingrid Bergman
Intégrale Ingrid Bergman
autres livres classés : ActricesVoir plus


Lecteurs (27) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1753 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}