AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le club des punks contre l'apocalypse zombie (77)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
fnitter
  22 janvier 2020
Drôle mais space.


On est à Paris. L'apocalypse zombie est arrivée. Tout le monde s'entre-dévore dans les rues. Tous ? Non, un squat de punks résiste encore (un peu par hasard croyez-vous?) à l'envahisseur. Et en plus ils ont des visions qui leurs sauvent les miches et leurs donnent la marche à suivre.


Ça fuse. Tous les paragraphes, toutes les phrases voire tous les mots, le roman entier est construit sur le style, le langage décalé des kepons toxicos, fuck le système.
Ce qui avait un certain charme au début, on renouvelle indéniablement le genre, a fini par m'agacer franchement en milieu et fin de roman.
Avec le côté surnaturel (plus encore qu'un bon vieux zombie ? ), mystique, esprits frappeurs et plus si affinité, ça m'a achevé.
Attention, le tout est parfaitement raccord, dans le style décalé, encore qu'un bon client bouffeur de curé pourrait y trouver à redire, mais si je suis ok pour renouveler le genre zombie, je ne suis pas prêt à le dénaturer.


J'étais pas prêt, je ne suis pas prêt à trop sortir des codes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          646
ange77
  20 janvier 2019
📖 « C’est un putain de conte de fées cette histoire de zombies ! »


Retrouver (aussi rapidement) la plume philosophe et argotique si plaisante de Karim Berrouka fût, en plus d'un plaisir certain, complètement désiré et assumé.
Ainsi, après « Fées, weed et guillotines » et « Pourquoi dans les grands bois aimé-je à m'égarer » (nouvelle issue du même univers, non critiquée pour ma part), et bien malgré la pile pléthorique de livres qui m'attend toujours, je voulais encore lire de ce style « écrit-parlé » bourré de verlan et de bons mots qui le caractérise tant.
Ça me manquait, tant ça se lit comme du p'tit lait ! ;-)

📖 « De toutes les matières, c'est la grise que j'préfère. »
[Bob Zombie]

Allez ! C'est r'parti pour un tour !
Pas de fées cette fois, encore moins de guillotines - ni de preux chevaliers (quoique...) de la table ronde -, rien de tel ici. Enfin si... peut-être un peu de weed, quand même ^^
En revanche - et vous l'aurez deviné sans trop de difficultés - ; des Punks, ça oui, à foison, et des zombis en veux-tu en voilà des pleines pelletées !


📖 « Dans la rue, des groupes de types en lambeaux errent en bavant. Pas d'évolution de ce côté-là, si ce n'est qu'ils ont arrêté de bouffer les passants.
Probablement parce qu'il n'y a plus de passants. »


C'est toujours aussi drôle et déjanté, barré, complètement fou... mais qu'est-ce que ça fait du bien ! Toujours autant. C'est vrai quoi, il faut rire ! - et on ne le fait plus aussi souvent qu'on devrait aujourd'hui... Heureusement, un bon bouquin comme celui-ci, ça peut aider ! - Bien qu'on ne le qualifiera peut-être pas de « feel-good » non plus =)
Après, j'avoue, l'humour en question n'atteindra peut-être pas tout le monde.
Et, une bonne connaissance de l'univers keupon des années 80 s'avèrera, sinon obligatoire, toujours la bienvenue -> Licence « No Future » préférable, mais pas indispensable.
(Pour rappel, Karim Berrouka n'est autre que le chanteur d'un groupe punk de cette décennie ; Ludwig von 88.)


📖 « Nuit tranquille.
Dehors les morts-vivants font ce qu'ils font de mieux : ils errent comme des damnés. Vers une heure, coupure de jus. L'électricité a rendu l'âme dans le quartier. Il va falloir sortir les lampes de poche, puis se remettre aux bougies quand on aura épuisé les piles.
L'apocalypse, c'est d'un prévisible... »


L'équipage du Collectif 25 - petit collectif qui deviendra Grand... - se compose des inséparables Deuspi & Fonsdé, du duo de punk à chien ; Glandouille & Pustule (et c'est pas le nom des chiens hein, qui par ailleurs sont trois), de l'anarcho-punk et très cultivé Kropotkine, du freegan nommé Mange-Poubelle du fait qu'il ne conçoit pas trouver sa nourriture ailleurs (que dans les poubelles donc), et de sa fervente « opposante » avec qui il adore se prendre la tête ; la défenseuse patentée des droits de l'homme, de la femme, des enfants, des animaux, de l'amour, de la nature, de la liberté, de la vie, etc... bref, la militante écolo-punkette Eva (pourvue, accessoirement, de ses spikes jaune citron).

Cette joyeuse bande va surtout devoir survivre dans une atmosphère post-apocalypse, enfin libérée du carcan de la surconsommation et des autres dérives de l'humanité, au profit de l'anarchie - mais organisée, l'anarchie... ou à tout le moins ; autant que faire se peut - et où les « comme morts qui marchent » vont se révéler... comment dire ? On ne peut plus surprenants. Musicalement parlant en tous cas. Le tout, entre autres quête mystique, trips hallucinatoires et visions salvatrices...

Mais je n'en dirai pas davantage.


📖 « Quelle merde la fin du monde... »


À votre tour d'aller zoner chez les zombies, avec le collectif évidemment !
Zombiesque lecture à tous et toutes =))

📖 « Le monde n’est pas mal fait, il est juste parfait dans son cynisme. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
RosenDero
  11 décembre 2017
Les morts se relèvent.
Avides de chair humaine.
Mais les punks vont faire face.
Et le drapeau noir flottera sur Paname.

---

Attention OVNI en or massif.

Punks VS zombies ? Simpliste ? Oh, non ma p'tite dame ! Parce que ces zombies-là, voyez-vous, ils ont l'oreille musicale... Et que ces punks-là, croyez-moi, c'est des anti-héros qui fcukent le Grand Capital à coups de rangeots !

J'ai adoré cette lecture. Irrévérencieuse, emplie de rage, d'humour, intelligente, jouissive, aux messages forts et au suspens haletant, pleine de violence et de fureur libératrice, pleine de trips et de références musicales, cinématographiques, politiques, culturelles, historiques (j'en passe). Elle casse les codes, elle les reprend, les libère, les éparpille.

Ah quel bonheur, quelle plume, quelle maîtrise scénaristique, quel catharsis !

Merci Hyelana pour cette pioche de Décembre 2017 :)
Commenter  J’apprécie          413
Stelphique
  02 juillet 2016
Les personnages:

Rien qu'avec leurs Prénoms, vous avez déjà une idée de ce qui vous attend : Deuspi et Fonsdé, le duo inséparable, Eva Miss Antitout, Kropotkine et son anarchisme, Mange-Poubelle et son accoutrement très spécial, Glandouille et Pustule avec leurs trois clébards. Voici donc le club des punks, le Collectif 25…Joyeuse bande de « timbrés » qu'on se plaît à voir ainsi mettre en scène, et se battre contre les zombies. On s'attache à leurs personnalités, on se boirait bien un petit coup avec eux, tellement ils sont sympathiques. Il forment une bande improbable de héros malgré eux, et ce qui fait tout leur charme…

« -On est des punks, pas des héros. » p271.

Ce que j'ai ressenti:…Un condensé d'humour et de tempo ravageur…

Encore une fois, c'est le mot Déjanté qui me vient à l'esprit après la lecture de ce livre! Décidemment, Karim Berrouka est un auteur à suivre pour ses délires!!!!J'aime sa folie, j'adhère à son style et je suis impatiente de lire son prochain livre, après les fées (cf Fées Weed et Guillotines), place aux créatures dégoulinantes et bouffeuses de cervelles….

Du coup, leur cervelle a largement dépassé la cote d'alerte toxicologique. Elle est habituée certes, mais ça ne l'empêche pas pour autant de se mettre en mode free party.

Paris, nouveau terrain de jeu des zombies, Paris mis à sac par une bande de dégénérés, Paris, ou la naissance hypothétique de l'Anarchie. Paris se voit endosser de nouvelles couleurs, de nouvelles odeurs, de nouveaux combats, de nouveaux hymnes. Autant vous dire, que l'Humour est de ses pages, qu'il est à prendre au second degré voire encore plus bas, (c'est combien déjà celui de la bière???!!!), qu'on est éclaté de rire à chaque réplique, qu'on se prend une belle dose de n'importe nawak délirante, acide mais salvatrice pour nos zygomatiques.

« Ligne de Speed, coke en stock, si je mens, je vais à Woodstock. »

Mais cette histoire c'est une révérence à la musique Punk. Il donne le ton et l'énergie aux pages qui défilent. Tout est dans la dynamique, les zombies se font dezinguer à tout va sous des airs inspirés, les anges ont des prénoms d'artistes populaires, les fleurs jaillissent des guitares sèches…Une sacrée ambiance, je vous le dis!!! Je ne connaissais aucune des chansons du répertoire keupon, mais l'auteur arrive à titiller notre curiosité, et si jamais un son inhabituel sortait de mes enceintes, il y serait sans doute pour quelque chose! J'ai beaucoup aimé cette touche musicale du roman, tout en rythme et en textes forts…

-Tu crois qu'ils kiffent le punk destroy?
-Ils avaient l'air…C'est bon à savoir.

Mais ce petit condensé d'humour et de tempo ravageur cache au détour des lignes, une belle métaphore de notre société actuelle. Derrière le côté complètement « barré », l'auteur nous met en garde avec intelligence et jeux de mots incisifs, des dangers de ce système capitaliste. C'est ce que j'ai aimé, cette histoire à double sens, derrière le divertissement, les petits clins d'oeil avisés, les dénonciations tout en humour et reparties hilarantes.

-Et ensuite, on libère Amour et Paix, enfermés dans cette boite depuis que Haine, Convoitise et Obscurantisme les y ont pris au piège?

En bref, une lecture estivale qui fait du bien au moral, un univers riche et affamé, une vision nimbée d'hallucinogènes, mais un très bon moment de lecture que je vous conseille!

Lien : https://fairystelphique.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Igguk
  25 avril 2016
Ce qui est bien avec le club des punks contre l'apocalypse zombie, c'est qu'en ouvrant le bouquin on sait à peu près à quoi s'attendre : Des punks contre des zombies, ce qui a l'air rigolo (n'est-ce pas ?). le dernier roman de Karim Berrouka part donc sur le truc bien à la mode, du bon vieux mort-vivant des familles qui se traine et mange les gens.

Ce roman commence par la classique invasion de pourris dans la ville de Paris, gens qui paniquent, monstres qui les mangent joyeusement, beeeuuuuaaaaarrrrrg, et quelques chanceux qui arrivent à s'abriter à temps. La principale originalité de celui-ci est donc de proposer un casting de héros entièrement composé de keupons, les joyeux squatteurs du collectif du 25. Ça change déjà de la tendance générale à faire du mélange social dans ce genre de trucs, là pas question, c'est punk et c'est tout. On se retrouve donc avec Eva, Mange-Poubelle, Kropotkine, Deuspi et Fonsdé qui regardent la capitale partir en sucette du haut de leur squat. Puis à un moment il va quand même falloir sortir, surtout parce que y'a plus de bière ou de p'tits cachets qui font rire.

Bon, quand tu es sensible au No Future, que l'idéologie néo-libérale est ton grand ennemi, voir s'effondrer tout ça a un côté salvateur et t'as envie de marquer le coup, de faire des grosses conneries symboliques. Y'a un premier aspect clairement fun dans le bouquin de Karim Berrouka, les péripéties de nos héros à crêtes font rire, leurs premières virées en pays zombie sont un grand n'importe quoi de délires anarchistes. Tout ça brillamment soutenu par une écriture bien dans le ton, légère, drôle et qui se prend à moitié au sérieux. Voilà donc nos jeunes en marge qui profitent de l'absence de la police, leur grand ennemi, pour faire savoir au monde que non, punk is not dead.

Mais ce serait une erreur de résumer le club des punks contre l'apocalypse zombie à un simple délire de punks qui font les cons dans un Paris post-apocalyptique. L'écrivain connait vraisemblablement très bien cet univers, les personnages ne sont pas que des épaves qui font la manche devant le McDo du coin qu'on caricature souvent, chacun a sa personnalité, ses convictions, ses goûts et ses combats. On s'attache vraiment à la bande du 25 et ils sont bien plus fouillés qu'on pourrait le croire. Y'a beaucoup de références musicales qui me passait au-dessus parce que la musique punk n'est pas vraiment ma tasse de thé (ou ma pinte de binouze, c'est plus dans l'idée) mais ça crée vraiment un univers cohérent.

Quand on nous pose un livre avec un gros A encerclé sur un drapeau en couverture, c'est pas juste « fuck le système et bourrons-nous la gueule ! ». Y'a de ça, mais petit à petit le livre développe un sous-texte sur l'anarchie, la vraie, la notion politique originale qui s'oppose à l'élite dirigeante, une société auto-gérée fonctionnelle et saine. Parce qu'à travers ces gros délires, le roman a aussi un fond politique. C'est jamais lourd, ça n'enlève pas le fun global de l'aventure mais ça donne du corps à l'ensemble. Ça apparait souvent avec des ficelles énormes à prendre au 72e degré parce que le livre part vraiment dans des trips monstrueux, c'est très drôle mais ça fait sens. En plus de ça, on glisse au fil des pages dans une surcouche de mysticisme délirant absolument jubilatoire.

Quand vous découvrirez l'identité des « méchants » de l'histoire, ou les astuces que trouvent les humains pour manipuler les zombies, c'est du grand n'importe quoi, mais c'est aussi très parlant. le développement de thèmes comme la politique, l'entreprise ou les médias passe par des grosses vannes, mais il passe quand même. Si vous êtes politiquement très à droite et que l'humour vous froisse, vous apprécierez peut-être moins le voyage ou vous rirez un peu jaune, mais les autres s'amuseront énormément. le livre va parfois assez loin dans la représentation tranchée de certaines catégories (les flics ou les patrons, par exemple), mais on est pas exactement là pour jouer la nuance et la subtilité. C'est très punk, en fait.

Je suis pas un grand amateur de post-apo ou de zombies en général (j'en parle rarement ici, d'ailleurs), je trouve que les oeuvres traitant le sujet se retrouvent toujours plus ou moins à tirer sur les même cordes depuis 30 ans. C'est codifié, souvent déjà-vu, rarement inventif. Ça veut pas dire que tout ce qui touche à ce domaine me rebute, j'ai adoré Zombieland ou The Last of Us, mais il faut quelque chose de vraiment fort pour faire ressortir son histoire du lot. Et ce « truc », cette étincelle d'âme et d'inventivité, d'humour et de pertinence, je l'ai retrouvé ici.

Finalement plus punk que zombie, le club des punks contre l'apocalypse zombie de Karim Berrouka est un roman délirant, jouissif, qui ne se prend pas au sérieux mais nous dit quand même quelque chose. Parce que pour parler de la société, quoi de mieux que lui ravager la gueule et montrer ses entrailles qui puent ?
Lien : http://ours-inculte.fr/club-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Tatooa
  17 juillet 2018
Encore un avis en différé...

Je me suis bien régalé à lire cette critique de notre société à peine déguisée. Ou pas du tout déguisée, en fait. Lol !

C'est dans une ambiance "keupon" complètement déjantée et délirante que l'auteur nous livre ses réflexions, avec dans le rôle des (anti) héros une bande de punks tous plus dingues les uns que les autres, dans les seconds rôles des patrons toujours aussi loin des réalités du monde (détruit, mais là n'est pas la question), et dans les troisièmes jusqu'aux millionièmes rôles des zombies bouffe-cervelle mélomanes.

C'est tour à tour drôle, sérieux, mystoque (le lapsus tombe à pic, j'ai pas fait exprès mais je le laisse, lol), complètement barré, mais carrément bien vu tout du long, sauf, peut-être, la fin qui m'a un peu laissée sur ma faim, je ne m'attendais pas à ça.
Mais le trip a été excellent, donc bonne note quand même !

Merci à RosenDero qui a donné ce livre en livre quête du challenge SFFF, sinon je n'aurais pas sauté dessus en le voyant chez mon vendeur d'occasions ! Un très bon moment de lecture et qui tombait bien pour me changer les idées en fin de journée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
Maks
  11 mai 2018
Attention bombe atomique littéraire !!
Oui vous avez bien lu, j'ai utilisé le mot littéraire pour une histoire de zombies. Ne vous inquiétez pas si vous êtes fans du genre on est en plein dedans, ça mord, ça griffe, ça dépece, ça rend tout plein d'hémoglobine, de poursuites remplies d'action. Seulement j'utilise ce mot "littéraire" car c'est véritablement bien écrit, Karim Berrouka, chanteur du groupe punk Ludwig von 88, à une imagination débordante, une culture générale étoffée et un sens de la répartie fulgurant.

En parlant de cette écriture, je la qualifierai de subtilement hilarante au service d'une histoire absurde et indispensable pour les amoureux de Romero et de musique électrisante, car oui c'est du zombie mais c'est aussi et avant tout du Punk, la musique a un rôle énorme, c'est un personnage à part entière qui donne tout le sens à cette histoire rocambolesque ou "Kropotkine" rêve du drapeau noir de l'Anarchie flottant en haut des monuments, que "Deuspi et Fonsdé" ont bien le temps d'une bière et d'un acide même si les zombies frappent à la porte, ou "Mange-Poubelle" l'allergique au savon devient roi de la furtivité en milieu hostile, ou "Eva" rêve d'un renouveau écolo-punk. Tous sont potes de galères et vivent dans un squat qui va rapidement devenir leur QG, mais attention vont-ils tous s'en sortir ? Je vous laisse le découvrir.

C'est une lecture électrique, aucune place pour l'ennui, une fois commencé on ne pose plus le livre ou alors avec regret et envie de le reprendre.

Les lecteurs connaissants Paris pourront retrouver des lieux bien connus car le principal de l'histoire s'y déroule, de plus cette dernière, en plus d'avoir l'énorme qualité de nous arracher un sourire toutes les 3 minutes, se permet des échappées scénaristiques complètement barges. En plus des zombies et de la musique, on explore des thèmes variés tels que la drogue, l'anarchie, le consumérisme, la religion, la politique, l'écologie, la liberté et l'entraide.

Pour conclure je vous confie que cette lecture est un coup de coeur et qu'au final on peut véritablement la qualifier de complètement PUNK !
Lien : https://unbouquinsinonrien.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Patience82
  09 mai 2019
Je n'aime les histoires de zombies que lorsque c'est traité avec humour. du coup, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre. le titre résume plutôt bien l'ambiance constante de l'histoire.
C'est drôle, politiquement incorrect, parfois vulgaire mais toujours bien fait et bien écrit. J'ai aussi beaucoup aimé la narration, avec ses bonds en arrière réguliers pour raconter les histoires des personnages qui n'étaient pas présents lors de la ligne principale. On a aussi droit aux visions de chacun qui font avancer l'histoire.
Sous toutes ces couches de viandes putréfiée, drogue, alcool et humour, il y a aussi un autre message, opposant une vision du monde anarchique au capitalisme bien installé dans notre société. C'est une belle caricature de notre quotidien, une totale remise en question de notre façon de vivre, des questions qui sont toujours et encore d'actualité.
Lien : https://www.facebook.com/Les..
Commenter  J’apprécie          220
boudicca
  25 février 2017
Marre des zombies ? Ras-le-bol de lire encore et encore la même histoire relatant le déferlement de hordes de morts-vivants et le combat des rares survivants ? Moi aussi, et pourtant je vous conseille vivement de vous laisser tenter par « Le club des punks contre l'apocalypse zombie », roman complètement déjanté récompensé lors des derniers Utopiales par le Prix Julia Verlanger. Bon, au niveau du pitch ça reste assez classique (l'apocalypse, les zombies, les survivants, tout ça tout ça...) mais du côté des personnages on a quand même du lourd ! Il y a d'abord Kropotkine (mon petit chouchou), un anarchiste convaincu et capable de vous réciter sans problème du Proudhon ou du Bakounine. Il y a aussi Eva, la grande révoltée du groupe multipliant les combats contre le sexisme, l'homophobie, l'expérimentation animale, le nucléaire... Et puis il y a les inséparables Deuspi et Fonsdé, toujours en train de planer, Glandouille et Pustule, les fameux « punks à chiens » du collectif, et enfin Mange-Poubelle, grand connaisseur de films d'horreur entretenant des rapports conflictuels avec le savon. C'est déjà un peu plus intriguant que d'habitude, n'est-ce pas ? Et bien dites-vous que l'intrigue est à l'image de ses personnages : c'est à dire que c'est le bordel. Seule ombre au tableau (mais qui prend de plus en plus d'ampleur au fil des chapitres), les visions complètement perchées qui assaillent nos héros et qui donnent lieu à une fin certes inattendue mais surtout très décevante.

Ces légers bémols mis à part, il faut avouer qu'on passe un bon moment en compagnie de ces punks bien décidés à instaurer un nouveau fonctionnement et à faire flotter le drapeau anarchiste sur Paris. Après tout, puisque la société était déjà pourrie avant l'apocalypse, pourquoi ne pas profiter de l'occasion pour se débarrasser des chaînes qui entravent l'humanité ? le patronat, la consommation à l'excès, l'abrutissement de la population par les médias... : Karim Berrouka tape sans vergogne sur tout ce qui constitue l'essence de notre belle société capitaliste... et ça fait plaisir ! « Deuspi et Fonsdé jubilent. C'est l'anarchie. Ce à quoi Kropotkine répond que non, ce n'est pas l'anarchie, c'est le chaos. Ils confondent tout, encore et encore, n'ont aucune conscience des réalités de la lutte sociale, l'anarchie ce n'est pas péter des rotules de CRS et brûler des commissariats, aussi plaisant que ça puisse être. » On sent que l'auteur a vraiment pris son pied à écrire son roman et son enthousiasme ne tarde pas à se communiquer au lecteur. Un lecteur qui assiste à certaines scènes d'anthologie particulièrement jouissives, à l'image de celle assez surréaliste où Fonsdé s'attaque à une Christine Boutin zombifiée. Sans oublier le passage où nos amis les anciens maîtres de la capitale se retrouvent obligés de détaler la queue entre les jambes en abandonnant leur place forte. Ou encore celui (ou plutôt ceux, parce qu'il y en a pas mal) où les forces de l'ordre en prennent pour leur grade.

Pas sûr que vous soyez susceptible à ce genre d'humour si vous comptez parmi les membres du MEDEF (quoique, on ne sait jamais...), en tout cas pour les lecteurs qui sont sur la même longueur d'onde, c'est un régal. Mais il ne s'agit pas du seul intérêt que possède le roman qui, comme on l'a déjà mentionné un peu plus tôt, fait preuve d'une sacré originalité, Berrouka n'hésitant pas à bousculer un peu la routine de l'histoire de zombie traditionnelle. le décor, d'abord, n'est pas tout à fait le même puisque l'action prend place dans Paris et met en scène certains de ses monuments emblématiques (qui résistent plus ou moins bien à la fin du monde). Au delà de l'aspect touristique, il est également intéressant de voir l'action se passer dans un pays où les armes à feu ne courent pas les rues : ça pousse les personnages à plus d'inventivité ! Et puis a-t-on déjà abordé dans un roman de ce type les difficultés posées par l'électronisation désormais presque systématique de tout ce qui nous entoure ? Non parce que les voitures à carte et les halls d'immeuble protégés par des portes à badges c'est bien, mais quand le courant finit par tomber en rade ça complique considérablement la vie des survivants. Autre nouveauté, et non des moindres : les zombies sont sensibles à la musique et sont capables d'adopter un comportement totalement différent selon qu'on leur jour du punk, de la musique classique, du rock ou du reggae. Voilà qui ouvre pas mal de perspectives, non ?

Dans la même veine que Fabien Clavel qui relatait dans « L'évangile cannibale » les aventures d'un groupe de seniors piégés dans un Paris envahi par les zombies, Karim Berrouka signe un roman qui sort largement des sentiers battus... pour le plus grand plaisir du lecteur qui passe un bon moment à se poiler devant les aventures rocambolesques de cet attachant groupe de punks.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PinkCatReading
  30 avril 2018
Comme souvent, on ne sait comment, on ne sait pourquoi mais le virus est là et la population zombifiée. PAF! Ca prend par surprise et encore plus si t'es défoncé comme nos amis punks du collectif du 25. Et alors là, on se demande : punk is dead? ou bientôt? ou pas du tout? Et si la fin du monde était l'occaz pour crier bien haut et fort “Anarchie!”et repenser l'ordre mondial parce que bon là on ne peut qu'être d'accord , hein, “no future” ou futur mal barré. Mais qui sait, les punks ont de la ressource quitte à faire dans le n'importe quoi!

Après avoir entamé “Fées, weed et guillotine”, j'ai commencé en parallèle “Le club des punks contre l'apocalypse zombie” parce que je voulais une double dose, ouais.
Toi qui adore les zombies, les parties de cache cache pour ne pas se faire bouffer, les idées saugrenues pour récupérer des vivres et du matos et les Bérus, fonce! Mais cool, pas trop vite, va pas affoler les zombies non plus. Ils ont l'oreille musicale, choisis bien tes morceaux...ou numérote les tiens.

Karim Berrouka nous offre un roman à nouveau bien perché, plein d'idées, d'humour, de fraîcheur et de rebondissements. Bon, à nouveau un peu déçue par la fin, comme pour “Fées, weed et guillotine” mais elle cadre parfaitement avec le trip sous acide virtuel que j'ai fait pendant cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15770 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
.. ..