AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2903721246
Éditeur : Lettres vives (01/03/1993)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :

J'ai des cachets pour rêver. Ce soir j'en prends un sur lequel est écrit en tout petits caractères : Voyages aux Indes (première partie). Je l'avale avec un peu d'eau et je m'endors. Tout va bien jusqu'à Bénarès où l'on doit prendre un bain dans le Gange. Le rêve est prévu pour quelqu'un qui sait nager. Or je ne sais pas. A peine à l'eau, je me noie. Je ne saurai jamais la fin du voyage. P.B.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MarianneL
  26 avril 2013
Pierre Bettencourt était le frère d'André, vous savez, le défunt mari de Liliane. Et contrairement à l'affaire du même nom, ce livre de 1986 est d'une grande drôlerie et légèreté. Poèmes en prose d'inspiration surréaliste ou d'une veine absurde trempée dans l'humour noir, ces fables sont une preuve de plus qu'on peut garder éternellement l'âme d'un jeune homme.
Imprimées sur ce beau papier à caresser de la main avant de le découper au coupe-papier, regroupées en « Fables fraîches, Histoires à prendre ou à laisser, Midi à quatorze heures, Non seulement mais encore, Ni queue ni tête, le coup au coeur, Non vous ne m'aurez pas vivant, Mille morts, Histoires comme il faut », c'est comme un long ruban de cent trente, peut-être cent quarante perles poétiques qui se découvrent sourire aux lèvres.
Une lecture qui reste fraîche quand tout sombre.
« Visage rentré
Quand j'en ai assez, je rentre mon visage en moi-même. Il n'y a plus qu'une peau lisse sur laquelle personne ne peut lire. Cela m'arrive souvent, hier encore dans un salon.
Mais bientôt quelqu'un s'écrie : Oh ! Regardez ! Alors brusquement je sors mon nez, je déploie mes oreilles, j'ouvre la bouche et les yeux. Je vois que tout le monde me regarde.
Il n'y a plus rien à voir. »

« Jouer d'une femme
Nous avons ici des concours de musique ou chacun joue de sa femme. C'est une façon de la caresser, de la pincer, de la chatouiller, de l'étreindre, de la posséder, qui lui fait échapper des ululements, des soupirs, des rires, des cris, des larmes. Un mari qui ne sait pas jouer de sa femme, le chef d'orchestre vient vers lui et il lui montre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Taxco
  20 septembre 2014
Recommandé par Serge
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
moraviamoravia   08 février 2014
Les wagonnets


La maison se tasse, se tasse singulièrement. Nos chambres qui, jadis encore, avaient de la dignité et des plafonds à dormir debout, n'ont plus qu'un mètre, 1,10 m dans leurs très bons jours. Dormir couché même est pénible : l'impression d'avoir un poids sur la conscience, et quelle chaleur là-dedans ! On se mettrait volontiers à pousser des wagonnets tout nu, me déclarait un ami qui visitait la maison.
L'idée m'enchanta : des wagonnets, voilà ce qu'il nous faut. Avec des wagonnets, on pourrait encore vivre ici. Et d'en installer et de les trimbaler de pièce en pièce dans un tintamarre inouï. Ce fut la fin de l'immeuble. Car il fallait bien transporter quelque chose dans ces wagonnets. On s'en prit tout de suite aux plafonds, puis aux murs, avec des pioches légères, faciles à manier. Nous dormons maintenant à la belle étoile. Cela change.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
autres livres classés : absurdeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14877 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre