AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253906735
Éditeur : Le Livre de Poche (10/10/2018)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 448 notes)
Résumé :
À dire vrai il n’est pas question de Pékin , et d’automne guère plus – mais seulement d’un homme qui, ayant raté son autobus, se retrouve à construire des voies de chemin de fer en plein désert. Ils seront d’ailleurs plusieurs, bientôt, à s’en mêler : archéologue, médecin, abbé…, chacun venu là pour des raisons qui restent à élucider mais avec une vision des choses bien précise, des rêves et des désirs bien singuliers. Flirtant avec l’absurde de façon aussi drôle qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  06 juillet 2013
Un livre plutôt sombre à l'humour grinçant, rempli de situations absurdes. le style caractéristique de Boris Vian qui une fois de plus laisse parler son imagination, tant pour le vocabulaire que pour l'action du livre qui se déroule dans un pays fictif. Il n'y a aucune référence dans le texte ni à la Chine, ni à l'automne. Un roman honnête, pas mon préféré de l'auteur, mais cependant un texte bien rédigé et intéressant.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          470
Malabar_
  05 juillet 2013
Il est temps de réparer une injustice. Non le grand Boris n'est pas seulement l'auteur de l'Écume des Jours. Non, Vian ne se résume pas uniquement au sulfureux J'irai cracher sur vos tombes, roman de commande, rédigé suite à un pari.
Que penserait-il de ce catalogage en règle, lui, l'homme multiple ? Ingénieur, journaliste, musicien, chanteur, fêtard, inventeur, poète, écrivain, parolier, dramaturge, trublion, empêcheur de tourner en rond, traducteur, zazou, rêveur, pataphysicien, la liste est longue.
Il serait cruel de résumer ce boulimique d'expériences à quelques scandales et succès (posthumes) de librairie.
Car Boris Vian est avant tout l'auteur d'une oeuvre riche et protéiforme. Au premier rang de laquelle figure l'Automne à Pékin.
Point de feuilles mortes, point de chinoiseries dans cet ovni là. Dès les premières pages le ton est donné : burlesque, absurde, féroce. le roman relate la construction d'une ligne de chemin de fer au beau milieu du désert d'Exopotamie. Inutile me direz-vous ? Il en faut plus pour arrêter nos protagonistes pour qui la voie ferrée devra absolument traverser l'unique bâtiment existant.
Car ces personnages ne sont pas comme les autres, jugez plutôt : un médecin obnubilé par l'aéromodélisme, un archéologue qui brise les vases qu'il met à jour afin de les faire entrer dans des boîtes, un ermite à la religion étrange et dont l'acte saint consiste à forniquer ad vitam aeternam, une femme à la peau cuivrée, un héros avec « un nom de chien », une chaise malade, un avion qui mord, un contremaître fumiste, des homos revendiqués ( en 1946!), un interne sadique…
Mais au milieu de tout ce rien, de ces personnages creux au verbiage incessant et de cette entreprise assez (complètement) vaine, Vian parvient à nous parler des relations, d'amour, d'incompréhension surtout. Sous couvert de l'humour et de l'absurde, il règle aussi ses comptes avec l'administration, la religion, le monde du travail, les discriminations…
On y retrouve la patte de l'auteur, les jeux de mots en pagaille, les énumérations, les prises au pied de la lettre, l'inventivité, l'humour et la fantaisie permanente. le drame aussi, et le dénouement cataclysmique, comme souvent. Car si l'on rit beaucoup, le constat n'en reste pas moins très sombre. Derrière l'amuseur, l'image d'éternel adolescent, on sent poindre le regard acéré et les désillusions.
Mais on parle toujours mal de ce que l'on aime. J'aurais souhaité écrire une critique plus en adéquation avec ce roman. Plus drôle, plus originale, plus décalé. Plus, plus…Mais je n'ai pas un dixième du talent de ce type là.
Lisez Boris Vian, tout Boris Vian. Mais spécialement, celui-ci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          316
PiertyM
  26 août 2018
Un Vian de la même veine que la plupart des Vian! de l'absurde, que de l'absurde! Il m'a fallu assez de temps pour rentrer dans ce livre, pour ne pas dire dans ce ras-le-bol sur les sentiments humains, l'hypocrisie se dévoile sans artifices. Tout commence sur un Amadis Dudu qui attend le métro mais qu'il rate toujours, puis quand il en attrape un, il est le seul passager, puis on ne sait pas comment il se retrouve au désert en train de diriger une équipe pour la construction d'un chemin de fer, une équipe qui se compose de manière assez particulière. Il se forme des duos d'un coté, et de trio de l'autre coté, des dialogues sont étranges, surprenants, surréalistes, et de temps en temps on se détend de l'humour sarcastique qui s'en dégage....Peut-être que ce n'était pas une lecture assez agréable, mais ce n'était aussi désagréable que ça! J'ai juste retenu que j'ai lu du Vian!
Commenter  J’apprécie          210
Floyd2408
  09 mai 2015
L 'automne à Pékin roman méconnu de Boris Vian au titre trompeur d'une ironie burlesque à la tragédie latente mais présente et cette poésie lyrique perlée d'une écriture belle aux diamants des mots enchanteurs inconnus dans une histoire surréaliste de la construction d'une ligne de chemin de fer dans un désert de coquillages d'escargots jaunes à la folie consciente de personnages farfelus ....
Ce préambule comme Vian erre dans ce monde imaginaire réel de sa plume acerbe de dérisions, de folie, de dramatique, d'amour, de sexe interdit, de pédéraste, de pervers, de pédophile, de femme nympho, d'amour libre, de romanesque fou, d'idéale, de poésie merveilleuse, de philosophie éphémère, de paysage imaginaire, d'objet vivant, de néologismes, de mot valise....Ce roman vous explose le cerveau avec une délicate allégresse tel un rêve éveillé somnolant dans le creux de nos désirs pour surgir soudainement dans votre vie monotone . Nous sommes comme des pantins articulés par les mots imaginaires de Boris Vian projeté dans ce monde dramatiquement absurde au romanesque léger vers la chute de ces personnages usées par le désert , par la folie administrative, par le hasard incertain, par la jalousie, par l'acte de chair, par la culpabilité, par la bêtise humaine, par l'écriture folle de Boris Vian. Ces personnages nous intrigue avec cet Abbé extravagant signant des dérogations pour assouvir ses envies comme boire de l'alcool ,tripoter les belles femmes puis ce directeur affable pédéraste plongé dans la folie administrative ,ces deux ingénieurs perdus au parcours similaire mais aux idées différentes l'un romanesque l'autre macho épris de l'acte charnel et du changement , ce capitaine pervers au tendance pédophile avec cette jeune fille Odile âgée de 13 ans en lui caressant les fesses puis pinçant les tétons, ces deux ouvriers aspirés dans leur travail avec fougue, ce contrôleur fou au crise de rire soudaine, ce chauffeur d'autobus s'énucléant soudainement devant un passager en lui empruntant son canif, ce professeur fou de modéliste, voulant soigner une chaise... tous comblent avec humour la folie absurde de ce roman ou la religion prie les comptines.les autobus mangent des poissons chats, les curés ont des lance hosties,les passagers mangent de la soupe au biscuit de mer intérieur, une tonte annuel des pigeons dans les grandes villes...ces actes étranges bercent cette histoire d' une mélodie si gracieusement imaginaire
Ce roman est une perle rare
Une relecture s'impose
Venez pénétrer l'univers unique de Boris Vian pour se délecter avec jouissance de cette écriture riche et belle
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
VALENTYNE
  05 janvier 2013
Dans ce livre, il ne sera pas question d'automne, ni de Pékin mais de la construction d'un train en Exopotamie. (un train totalement inutile puisqu'il ne mène nulle part, en même temps sans clients, c'est plus facile, et puis les clients ce n'est jamais content)
Comme j'aime l'étymologie, j'ai cherché le sens de Potamie qui veut dire fleuve. « Mésopotamie » signifie « au milieu des fleuves »
Pour le préfixe exo, je n'ai pas eu besoin de chercher ;-)
Ce roman retrace la construction d'un train en Exopotamie. Les personnages sont nombreux et les chapitres du début expliquent comment chaque personnage se retrouve embringué dans cette aventure.
Amadis Dudu est présenté dans un premier chapitre, hilarant, où il essaie de prendre le bus 975 pour aller à son travail : il n'y parviendra jamais (à son travail), mais deviendra le chargé de projet de ce chantier.
Anne (un garçon comme son nom ne l'indique pas) et Angel son ami se trouvent embauchés sur ce chantier en tant qu'ingénieurs. Rochelle, la petite amie d'Anne, l'accompagne et devient la secrétaire d'Amadis. Ce roman est l'histoire d'amour impossible d'Angel, amoureux de Rochelle, qui ne l'aime pas. Anne aime Rochelle, mais pas plus que cela. Mais c'est aussi l'histoire d'Athénagore l'archéologue, Petit Jean l'abbé, Claude Léon l'ermite, Cuivre l'assistante de l'archéologue qui trouve Angel à son goût, l'hôtelier qui sera expulsé (son hôtel a le malheur de se trouver en plein désert pile où le train va passer !). le lecteur rencontrera aussi Mangemanche le médecin, Olive et Didiche , deux adolescents qui accompagnent leurs pères, qui sont ouvriers sur le chantier, et bien sûr ce salaud d'Arland (le contremaître que l'on ne verra pas du tout mais dont on entend régulièrement parler)
Le ton est tour à tour loufoque (savez vous ce qu'est un pruneau d'agent ? ), irrévérencieux pour le catholicisme, totalement improbable (encore que certaines scènes du conseil d'administration de la société chargé de bâtir le chemin de fer m'ont paru très réelles). C'est en même temps avec une réflexion intéressante sur l'amour et l'usure dans le couple, l'amitié, la jalousie, et l'homosexualité (celle d'Amadis, de Lardier et Dupont)
Beaucoup de rires, du désespoir, de l'incompréhension entre les protagonistes, la pire menant au meurtre puis au suicide.
Voilà un avis pas très construit, un peu confus, même peut être. Mais, s'il n'y a qu'une seule chose à en conclure, c'est que j'ai beaucoup aimé : pour l'histoire, les personnages l'inventivité autour du langage.
Ainsi si la construction d'une voie de chemin de fer qui ne mène nulle part par des personnages qui se cherchent et se croisent sans se trouver, avec des passages dans le loufoque pur vous intéresse, alors ce livre est pour vous.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (3)
Sceneario   06 novembre 2017
C'est frais, enlevé et parfaitement mis en scène ! On a toutefois du mal à accrocher, tant le récit se disperse deçi delà...
Lire la critique sur le site : Sceneario
Bedeo   18 octobre 2017
Les frères Paul et Gaëtan Brizzi s’emparent de l’adaptation d’une œuvre de Boris Vian avec leur immense talent. Toute la folie de Vian prend ici vie avec un naturel déconcertant. Une BD très réussie.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDZoom   09 octobre 2017
On voyage beaucoup dans les pas et les errances de drôles de péquins, tous plus à l’ouest les uns que les autres. Alors, suivons-les sans tarder dans l’adaptation virtuose des frères Brizzi…
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (50) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   05 juillet 2013
L'interne tendit la main. L'ongle de son index était tout noir.
- C'est rien dit Mangemanche. Vous avez encore votre doigt. Ce sera pour la prochaine fois.
- Non.
- Si, dit Mangemanche. Ou alors faites attention.
- Mais je fais attention, dit l'interne. Je n'arrête pas de faire attention, et ce nom de dieu de merde de moteur me part tout le temps dans les pattes. J'en ai marre à la fin.
Commenter  J’apprécie          310
VALENTYNEVALENTYNE   05 janvier 2013
- Mais ça ne mord pas, un oiseau, dit Olive.

- Ah ! Ah ! Ah ! dit le capitaine. C’est que ce n’est pas un oiseau ordinaire !

- Qu’est ce que c’est ? demanda Didiche.

- Je ne sais pas, dit le capitaine ; et ça prouve bien que ce n’est pas un oiseau ordinaire parce que les oiseaux ordinaires, je les connais : il y a la pie, le fanfreluche et l’écubier, et le caillebotis, et puis la mouture, l’épeiche et l’amillequin, la bêtarde et la cantrope, et le verduron des plages, le marche à l’œil et le coquillet ; en dehors de ça on peut citer la mouette et la poule vulgaire qu’ils appellent en latin cocota deconans .

- Mince ! murmura Didiche. Vous en savez des choses, capitaine.

- C’est ce que j’ai appris, dit le capitaine.

Olive avait tout de même pris le cormoran dans ses bras et le berçait en lui racontant des bêtises pour le consoler. Il se rembobinait dans ses plumes, tout content, et ronronnait comme un tapir.

- Vous voyez, capitaine. Il est très gentil.

- Alors c’est une épervuche, dit le capitaine. Les épervuches sont des oiseaux charmants, c’est dans le bottin.

Flatté, le cormoran, prit avec sa tête, une pose gracieuse et distinguée, et Olive le caressa.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
araucariaaraucaria   04 juillet 2013
Il fit un bond considérable, et retomba en tournant sur lui-même, accroupi sur les talons. Sa soutane, déployée autour de lui, faisait une grande fleur noire que l'on distinguait vaguement sur le sable.
- Cela fait partie du rituel? demanda l'archéologue.
- Non! dit l'abbé. C'est un truc de ma grand-mère quand elle voulait pisser sur la plage sans qu'on la remarque. Je dois vous dire que je n'ai pas ma culotte apostolique. Il fait trop chaud. J'ai une dispense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TipeeTipee   04 avril 2016
Il y a lieu de s'arrêter une minute, maintenant, car cela va devenir noué et en chapitres ordinaires. On peut savoir pourquoi : il y a déjà une fille, une jolie fille. Il en viendra d'autres, et rien ne peut durer dans ces conditions. Sinon, ce serait sans doute plus souvent gai ; mais avec les filles, il faut du triste ; ce n'est pas qu'elles aiment le triste - elles le disent, du moins, - mais il vient avec elles. Avec les jolies. Les laides, on ne saurait en parler : c'est assez qu'il y en ait. D'ailleurs, elles sont toutes jolies.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Remy789Remy789   06 juin 2016
Il ne couvrait, en effet, qu'une surface de six mètres carrés (et des fractions, car la tente venait d'Amérique, et les Anglos-Saxons expriment en pouces et en pieds ce que les autres mesurent en mètres ; ce qui faisait dire à Athanagore : dans ces pays où le pied règne en maître, il serait bon que le mètre prit pied) et il y avait encore plein de place à côté.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Boris Vian (89) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Boris Vian
Avec « le matin est un tigre » (Flammarion), Constance Joly réussit à parler de la dépression et de la maladie en choisissant l?angle du loufoque. Un premier roman qui montre que l?on peut tout dire pour peu que l?on sache choisir les mots et les métaphores.
Les médecins sont formels : la fille d?Alma est atteinte d?un cancer et il faut l?opérer. Mais la jeune mère est persuadée qu?un tout autre mal ronge la chair de sa chair depuis déjà plusieurs mois. Pour elle, pas de doute, c?est un chardon qui pousse dans la poitrine de la petite fille et la prive peu à peu de vie. À quelques heures de l?intervention chirurgicale, Alma croit savoir comment sauver son enfant par un autre moyen? Avec ce livre, Constance Joly signe un très beau et poétique moment dont le thème rappellera forcément « L?Écume des Jours » aux aficionados de Boris Vian.
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz sur l'écume des jours de Boris Vian

Comment s'appelle le philosophe du roman

Jean Sol Partre
Jean Pol Sartre
Sean Pol Jartre
Pean Sol Jartre

8 questions
2259 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ecume des jours de Boris VianCréer un quiz sur ce livre
.. ..