AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le dernier message (73)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
tutesvuquandtaslu
  06 janvier 2021

Je suis une grande fan de sa fameuse trilogie et j'étais ravie de découvrir une nouvelle héroïne, cet auteur aime les femmes fortes. ⁣

Nous découvrons pourtant ici une femme à qui l'on a fait croire qu'elle était faible, que son physique ne convenait pas et qui a subi tant de stress qu'elle s'est rabattue sur la nourriture. ⁣
Grace prouve en un an que ces gens là ne la connaissent pas et se confine à un régime drasrique et du sport quotidien (elle est trop forte, c'est mon modèle cette nana) ⁣

Voici pour le personnage principal. ⁣

Le deuxième personnage pourrait être le deuxième rôle féminin que nous rencontrons mais pour moi, ce deuxième personnage est l'Écosse. ⁣
Un pays que je rêve de découvrir et dont Nicolas Beuglet m'a permis d'imaginer grâce à ses magnifiques descriptions. ⁣
Un pays sauvage que l'on dirait inaccessible mais qui sait être généreux avec les bonnes personnes. ⁣
Et puis, cette ville, Inverness, seuls les fans d'Outlander peuvent comprendre ! ⁣

L'histoire en elle-même ne m'a guère emportée mais les 100 dernières pages ont été lues en retenant mon souffle. ⁣

Les thèmes et la conclusion abordés font froid dans le dos. Leur réalité en est, d'autant plus, terrifiante. ⁣


L'avez-vous lu ? Qu'en avez-vous pensé ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
gruz
  17 septembre 2020
Dernier message en date, mais certainement pas dernière lecture d'un écrivain devenu incontournable et qui surprend à chaque fois par le choix de ses thématiques incroyables (mais vraies).

Le roman commence comme un thriller « standard », sur l'île d'Iona en Écosse, avec un meurtre étrange dans un monastère. Dit comme ça, on a l'impression d'une intrigue lue et relue.

Mais ce serait mal connaître Nicolas Beuglet, capable de mêler comme personne thriller d'action et profondeur du propos. Et, croyez-moi, ce livre va vous stupéfier.

L'auteur pose ses pions, au travers d'un récit impossible à anticiper, le lecteur se retrouvant en plein brouillard. Mais il le tient par la main, ne se disperse pas, avance avec lui dans l'obscurité.

Assez peu de personnages, et uniquement de nouvelles têtes. Pas de Sarah Geringën, l'héroïne de ses trois précédents romans. Quel plaisir de découvrir ces nouveaux protagonistes, avec encore des femmes fortes de leurs failles, avec du caractère et des valeurs, des doutes et de la volonté. L'inspectrice écossaise Grace Campbell vaut largement la place laissée par Sarah (et elle n'est pas la seule…).

Pas facile de se renouveler, tout en gardant son ADN, sa vision des choses, sa patte. Avec le dernier message, l'objectif est pleinement atteint. Tout au long de ces 400 pages, et après la dernière page tournée, j'en suis venu à penser que c'est le roman le plus maîtrisé de l'auteur.

Complot, son deuxième livre, avait été pour moi une révélation, par son thème d'une richesse, d'une dimension et d'une puissance inédites. Je peux utiliser les mêmes mots pour cette nouvelle histoire.

Les romans de Beuglet vont à mille à l'heure, sans temps morts. Des thrillers ébouriffants, au rythme endiablé. Mais ils sont tellement plus que ça !

La somme de recherches pour développer ses idées ahurissantes (mais toujours crédibles) ne peut qu'impressionner. Parce que tout est minutieusement travaillé, les concepts les plus fous sont tous basés sur des investigations et des arguments pointus. C'est l'énorme valeur ajoutée de son univers. Et le mot « message(s) » du titre n'est pas un vain mot.

Cette intrigue est à la fois intemporelle et totalement ancrée dans notre temps. Il serait criminel d'en dire un mot de plus. Parce que résumer en quelques mots la richesse du propos et dévoiler de telles surprises ne pourrait que gâcher l'énorme plaisir de lecture qui vous attend.

Quand le divertissement vous pousse à la réflexion, pendant la lecture et longtemps après le point final… L'auteur pousse loin les théories et ses spéculations très étayées. le champ des analyses donne le vertige et on se sent véritablement enrichi.

Ce roman me fait penser à ceux de l'américain Glenn Cooper, des romans diablement distrayants mais follement ambitieux. L'écrivain français n'a rien à lui envier, tant il contrôle cet équilibre précaire à la perfection.

Cette invitation sur les terres écossaises (mais pas que), n'est à rater sous aucun prétexte. Vous voilà prévenus, le dernier message qui vous est adressé risque fort de changer votre vision du monde. Une aventure réjouissante, inédite et surprenante, menée par un Nicolas Beuglet dont le talent et l'intelligence ne peuvent vous laisser de marbre.
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
michfred
  04 novembre 2020
J'ai été,  je l'avoue, une très mauvaise lectrice de ce polar intelligent, bien orchestré,    montant lentement en puissance et fondé sur des théories scientifiques inconnues de mon petit niveau en la  matière-  mais tout à fait passionnantes.

Une succession de semaines éprouvantes ont mis à mal mes capacités de concentration et d'immersion dans ce livre plein de qualités structurelles et intellectuelles, que j'ai lu poussivement, je l'avoue,  le cerveau en vrac et le reste en capilotade, quelques pauvres minutes avant de sombrer dans un sommeil de manutentionnaire surexploité...

J'ai retrouvé un bout de cervelle et de ténacité vers la fin.

Aussi puis-je affirmer que le dernier message a sûrement bien des choses à délivrer à  des  lecteurs plus performants, plus concentrés,  plus assidus que votre servante. ..

Big bang ou big bound? Régression intellectuelle due a l'extinction de la race humaine  ou à une déprogrammation de q.i. orchestrée en haut lieu? Ce thriller , commencé comme une version moderne et écossaise du "Nom de la Rose" - un meurtre atroce commis dans une abbaye-  embraye  progressivement vers une vaste problématique scientifique.

Le duo d'enquêtrices qui se forme,  improbable et bien trouvé,   rend la quête de ces deux femmes que tout oppose aussi  attachante que leur amitié. 

 Bref il y a tous les ingrédients d'une lecture palpitante.
Je  n'étais juste pas la bonne lectrice.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          414
RChris
  13 novembre 2020
L'inspectrice Grace Campbell a été mise à l'écart pour avoir fait échouer une arrestation.
Cette enquête pourrait signer sa réhabilitation.

Cette nouvelle héroïne porte en elle des secrets cachés derrière la porte blindée de son appartement qui font que nous devrions la revoir.

Je ne sais pas si l'office du tourisme appréciera la description faite de l'arrivée de Grace sur l'île écossaise d'Iona, où les éclairs zèbrent le ciel et les roulements de tonnerre font vibrer le sol... Ces éléments déchaînés n'invitent pas à la visite.

Ce thriller débute par l'histoire classique d'un meurtre sordide, elle ira en se complexifiant par l'adjonction de thèmes sociétaux et scientifiques.
Et comme l'enquête ne suffit pas, ce roman est une aventure permanente construite pour nous garder en apnée de l'Ecosse au Groenland.

Le dernier message se rapporte à un sujet universel que l'on n'envisageait pas en s'engageant dans cette lecture.

Mais peut-être que le “trop plein” d'aventures et le “trop plein” de thèmes brassés tempèrent un peu mon enthousiasme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
belette2911
  28 novembre 2020
On ne pourra pas accuser l'auteur de nous présenter des petits meurtres gentillets, tout propres, style polars pour tout public…

Une fois de plus, le crime est banal mais la méthode pour tuer n'est pas des plus courante car elle exige un savoir-faire, un estomac à toute épreuve et des connaissances médicales.

On ne pourra pas l'accuser non plu d'aborder des thématiques plan-plan, habituelles, banales. Au moins, avec cet auteur, on apprend tout en lisant un thriller ! D'ailleurs, le crime n'est là que pour nous amener ailleurs et là, sans bouger mon cul du fauteuil, j'ai voyagé de l'Écosse à des contrées froides et gelées ! Putain, j'avais même pas mon bonnet…

Une fois de plus, l'auteur nous propose un thriller addictif et des faits avérés, sauf pour une chose, mais nous savons que c'est possible, seule l'éthique tient encore un peu certains scientifique.

Le message délivré dans ces pages n'est pas à prendre à la légère, il est aussi avéré que nous fabriquons une légion de crétins digitaux, de jeunes au langage assez limité et de gosses ayant toujours le nez sur les écrans de papa/maman, et ce, dès leur plus jeune âge.

Nul besoin de s'enflammer avec des complots à la con comme la puce dans la barrette métallique des masques ou celle que l'on nous inenculera… inoculera dans le futur vaccin covid qui sera un suppositoire (si, si) et qui permettra de téléguider tout le monde avec la 5G (au moins, certains trouveront le fameux point G qui n'est pas uniquement au bout du mot Shopping).

Pas besoin de puces, la majorité des gens racontent leur vie, la poste en images, sur les différents réseaux sociaux. Et les salopards savent comment vous tenir ! Non, je n'ai jamais joué à Candy Crush, désolé !

Sans jamais devenir indigeste, l'auteur nous entraîne à la suite de son enquêtrice, Grace Campbell dans un enquête totalement folle, instructive et jamais je n'aurais pensé qu'un meurtre sur la petite île de Iona, dans un monastère, allait m'entraîner dans un baroud pareil ! Ni que j'allais instruire mon petit cerveau.

Alors oui, c'est un thriller ambitieux, mais… le problème est qu'il est court et que 320 pages ne donnent pas la place nécessaire à bien développer les personnages principaux qui, pour moi, sont trop survolés, pas assez détaillés, pas assez approfondis, alors que l'auteur insiste souvent sur le fait que Grace a de l'embonpoint…

L'enquêtrice Grace a des blessures enfouies (un classique) mais nous n'en saurons pas vraiment plus. Nous ne saurons pas non plus le secret caché derrière sa porte blindée, ni pourquoi elle est si attachée à son anneau au pouce.

Alors quoi ? On en saura plus dans le prochain épisode ? de quoi pousser les lecteurs à suivre l'auteur dans une suite ? Moi je voulais les réponses dans ce tome-ci… C'est décidé, tant que je ne sais pas tout, j'arrête de respirer !

Un thriller ambitieux, qui ne surfe pas sur les enquêtes auxquelles nous sommes habitués, même s'il commence naturellement par du classique, avant de s'en éloigner et de nous entraîner dans un vaste univers fait de science et de secrets.

Si les personnages manquaient de profondeur, le sujet, lui, n'en manquait pas ! Dommage que le thriller soit si court, on a l'impression que tout va trop vite, ce qui, dans un roman ambitieux comme celui-ci, est un tort.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Didjmix
  26 septembre 2020
Deux théories développées, sur l'origine de l'humanité, et, sur l'évolution des hommes face à la technologie, qui sont basées sur les dernières données scientifiques, et qui rendent l'intrigue fort intéressante. Une (en)quête vers une réponse qui rend les 100 dernières pages impossible à lacher.. Un (tout) petit bémol sur une écriture des caractères et/ou des personnages (je ne sais trop !) simpliste. Quant au dernier message, il nous dit...
Lien : https://www.facebook.com/liv..
Commenter  J’apprécie          203
audelagandre
  19 septembre 2020
Je l'avoue tout à fait honnêtement, j'ai commencé « Le dernier message » avec quelques appréhensions… Dans la bibliographie de Nicolas Beuglet, j'avais beaucoup aimé « Le cri », adoré « Complot », pas franchement aimé « L'île du diable ». Pour ce dernier, j'avais eu la dent un peu dure, tellement j'avais été déçue de la tournure qu'avait prise cette fin de trilogie. C'est vrai qu'il m'avait manqué ce petit supplément d'âme pour le personnage de Sarah, et un vrai message auquel réfléchir, comme l'auteur m'y avait habituée. J'ai donc attaqué « Le dernier message » sans rien en savoir, ne lisant jamais la quatrième de couverture. Je ne vais pas vous mentir : la lecture des premières pages a été difficile. Il m'aura fallu un moment pour entrer dans le roman et me laisser porter. Je ne vais certainement pas blâmer Nicolas Beuglet d'avoir pris son temps cette fois-ci, le lui ayant reproché la dernière fois. L'atmosphère de ce roman singulier se construit pas à pas et c'est à partir de l'arrivée de Grace dans les Highlands que celle-ci devient de plus en plus oppressante.

Effectivement, au début plane quelques réminiscences du film « Le nom de la rose » et l'auteur ne s'en cache pas. J'ai eu besoin d'une centaine de pages pour totalement m'immerger dans le récit, 100 pages nécessaires et indispensables pour crédibiliser la suite. le lecteur doit prendre ce temps-là (et donc l'auteur aussi) pour plonger dans le roman, faire la connaissance de Grace, le nouveau personnage central créé par l'auteur, une femme blessée, au passif lourd tenu secret, mais déterminée à retrouver sa place, à dompter ses démons et à réussir sa mission : trouver l'assassin d'un homme, pensionnaire dans un monastère écossais. Sa mort n'est pas banale, vous le découvrirez avec effroi. Vous vous demanderez aussi comment une telle chose est possible. Anton, c'est son nom, travaillait sur un projet secret, dans un cabinet de travail caché derrière les murs de sa cellule. Grace devra batailler pour résoudre cette énigme : contre elle-même d'abord, contre sa hiérarchie qui n'a plus confiance en elle, mais aussi contre des ennemis inconnus qui feront tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver les conclusions auxquelles Anton était arrivé. Anton est un scientifique « Ces calculs sont d'une complexité exceptionnelle, mais surtout, ils sont exécutés par un esprit d'une agilité remarquable et d'une élégance mathématique… émouvante. » Ces calculs vont mener Grace dans une caverne préhistorique nommée « Traligill caves », au coeur des Highlands, là où « De plus hautes sphères des espaces infinis, une main invisible avait saupoudré le ciel d'encre d'une neige de diamants, d'émeraudes et de saphirs dans le spectacle le plus enchanteur qu'il fut offert à l'homme sur terre. » Vous y êtes ? Là, j'y suis !

En dire plus sur ce que Grace découvre dans cette grotte serait pur affront pour ce roman, car ce que l'auteur développe ensuite défie l'entendement. Sachez que la carte des données qu'il déploie et explicite est tout sauf imaginaire : Nicolas Beuglet se fait un devoir absolu de vérifier toutes ses sources et de ne parler que de faits scientifiques contrôlés, mais souvent inconnus du grand public. Je ne suis pas une scientifique dans l'âme. Je comprends rarement les concepts, et m'intéresse très peu aux grandes découvertes scientifiques. Cela a même très vite tendance à m'ennuyer. Il faut donc m'expliquer les choses avec passion, et ferveur pour susciter mon désir d'en savoir plus.

Pari gagné puisque j'ai été littéralement soufflée par ce que l'auteur développe dans « Le dernier message », des contenus glaçants d'un avenir proche, et une découverte qui révolutionne notre savoir actuel dans un domaine particulier. Oui je sais, j'écris les choses de manière très cryptiques, mais je ne veux surtout pas dévoiler quoi que ce soit qui puisse gâcher votre plaisir de lecture. Ce que je peux vous dire c'est que vous allez être abasourdis, pétrifiés quelquefois par la portée des informations que vous allez découvrir, interloqués, car vous vous poserez mille et une questions pendant la lecture et une fois le livre refermé votre esprit ne cessera de bouillonner. Ce roman va vous hanter, car il est obsédant, il ne vous laisse pas en paix, il bouleverse vos certitudes et votre vision de l'avenir. Il va vous tracasser, faire monter votre taux de dopamine parce que vous en voudrez encore. Il va vous délivrer un message… un vrai message que vous serez en droit d'écouter ou pas.

Ce thriller est tel que je les aime : sous couvert d'une enquête liée à un meurtre, le lecteur peut en tirer une « substantifique moelle » essentielle à un éveil des consciences, témoin des problématiques de notre époque, soucieux de provoquer de profondes réflexions sur notre futur. Nicolas Beuglet m'a happée avec ce récit et il a réussi à écrire un excellent roman noir tel que je les attends : sociétal, engagé, éclairant. Outre ces thématiques, profondes et sagaces, il a su créer en parallèle une atmosphère dense et anxiogène associée à de beaux portraits de femmes. Grace est une femme plus forte qu'elle ne le croit malgré son passé mystérieux qui l'a profondément blessé. L'auteur a eu l'intelligence de ne pas révéler tous ses secrets, si bien que le lecteur en ressort avec l'envie d'en savoir plus, de la connaître mieux : il en redemande. La rencontre de Grace avec un autre personnage féminin accentue cette force insoupçonnée qui grandit en elle à mesure que les pages défilent. C'est bien vu, très bien amené, et formidablement abouti.

Vous trouverez à la fin du roman des pistes de réflexion pour en savoir plus, de quoi cogiter cet hiver au coin du feu. Et croyez-moi, ce qui nous attend est suffisamment angoissant pour que l'on s'y penche un minimum.

Je remercie Nicolas Beuglet d'avoir « osé » m'envoyer son livre, malgré ma chronique précédente, de me l'avoir dédicacé avec humour, sans rancune, de s'être souvenu du reproche que je lui avais fait pour « l'île du diable ». Je m'incline Nicolas devant « Le dernier message », un message terrifiant, mais bien arrivé jusqu'à moi. Une réussite totale. Un roman que je ne suis pas prête d'oublier.
Lien : https://aude-bouquine.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
mariecloclo
  14 novembre 2020
J'aime les polars de Nicolas Beuglet, celui ci aussi m'a plu.
On a affaire ici à une nouvelle héroïne la policière Grace Campbell. Elle a été placardisée pour avoir fait échouer l'arrestation d'un serial killer. Elle semble avoir de gros secrets et une tendance à la boulimie.
Cette enquête est pour elle le moyen de regagner sa place dans la police.
Tout commence par le meurtre d'un pensionnaire qui se cachait dans un monastère pour faire des recherches scientifiques et en astrophysique très avancées. Il a été exécuté de façon ignoble, on lui a retiré son cerveau.
Grace va commencer l'enquête dans ce monastère écossais puis très vite elle devra partir dans d'autres lieux écossais et même au Groenland. Elle va croiser sur sa route une agente de la DIA avec qui elle va collaborer et sympathiser.
Cette enquête les emmènera très loin. Je n'en dirai pas plus mais les thèmes abordés par l'auteur sont actuels et les faits avérés et c'est terrifiant.
Un très bon polar, supérieur à la moyenne je trouve car il fait réfléchir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Killing79
  08 octobre 2020
Nicolas Beuglet a fait son entrée dans le monde du thriller français il y a peu, mais il s'est vite imposé comme un acteur important du genre. Après une trilogie couronnée de succès, il débute un nouveau cycle.

Et qui dit nouveau cycle, dit nouvelle héroïne. Nous faisons la connaissance de Grace Campbell, petite inspectrice écossaise qui va se retrouver au centre d'une affaire d'envergure planétaire. Avec ses secrets et son passé tortueux, cette femme est mystérieuse et imparfaite. Elle possède donc toutes les qualités pour que l'on s'attache à elle. On la suit avec empathie dans ses aventures qui lui réservent de belles surprises.

La patte de l'auteur est une nouvelle fois présente dans ce livre. En effet, Nicolas Beuglet a pris l'habitude de traiter de sujets importants en parallèle de l'enquête en cours. Il aime intégrer à l'histoire, des faits historiques, des faits d'actualité ou des faits scientifiques, en tous cas des thèmes qui font réfléchir. Cet épisode ne déroge pas à la règle et on en apprend encore beaucoup. Les informations qu'il nous présentes sont même déstabilisantes et font réfléchir sur notre monde actuel et sur ses technologies.

Alors que ma dernière lecture d'un roman de Nicolas Beuglet m'avait un peu laissé sur ma faim, cette fois-ci, je suis comblé. le scénario est rempli de scènes d'action et de rebondissements qui ne laissent aucun répit au lecteur. Grâce à un nouveau travail de documentation basé sur des éléments réels, l'auteur nourrit sa théorie du complot et apporte une dimension universelle à son histoire. Les chapitres sont courts et la plume agréable. C'est palpitant, instructif, ça fait froid dans le dos, tout est donc réuni pour faire de ce « dernier message » un très bon thriller comme on les aime. Cette nouvelle série a tous les atouts pour marcher dans les pas de sa grande soeur !
Lien : http://leslivresdek79.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ArlieRose
  05 octobre 2020
Quand on a déjà lu la première trilogie de Nicolas Beuglet on retrouve bien son style. Il commence là une série avec une nouvelle enquêtrice.
J'ai encore apprécié les visites de paysages beaux et sinistres à la fois, les rencontres avec des gens hors du commun, l'intrigue qui fait un peu flipper en ce moment, on se demande ce qui peut encore arriver sur terre.
L'auteur est bien documenté sur les aspects scientifiques de l'histoire.
Le suspense est bien présent.
Un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          120


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2008 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre