AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782210755499
208 pages
Magnard (21/06/2011)
3.83/5   39 notes
Résumé :

L'amitié à la vie à la mort d'un jeune pêcheur grec et de son pélican... Yannis vit pauvrement avec son père, un homme exigeant et irascible depuis la mort de sa femme. Un jour, en échange de sa croix d'or, il sauve de la mort un drôle d'oiseau et le ramène dans sa chambre à l'insu de son père. Yannis lui donne un nom magique : Nicostratos. Une tendre amitié se noue entre Yannis et le pélica... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,83

sur 39 notes
5
4 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jeanfrancoislemoine
  27 janvier 2020
Nicostratos , c'est vraiment pour moi une très belle aventure avec mes élèves, une histoire qui , je peux vous l'assurer , n'a laissé personne indifférent ,tous les enfants , même ceux qui se disaient ( à tort , le plus souvent ) " être mauvais lecteurs " ayant trouvé des ressources insoupçonnées pour se plonger dans cette fabuleuse histoire d'amitié entre un enfant et un pélican et , surtout , la belle , très belle , superbe réconciliation entre un homme malheureux et violent parce que désespéré et son fils en mal d'affection .Les personnages sont fabuleux d'humanité et j'avoue que ces êtres puissants ont eu , sur les enfants , un impact très fort . Et ce pélican....objet d'amour , de rancoeur , de jalousie et , finalement , oiseau fédérateur et " reconstructeur " .
Ce livre , force est de le reconnaître, faisait " un tabac " , d'autant plus que l'on pouvait lui adjoindre un film superbe mais , je le crois , trop peu apprécié à sa juste valeur . Une source , pour moi , d'activités pédagogiques désormais lointaines mais toujours bien présentes à mon esprit .
Les enfants ont une naïveté et une fraîcheur extraordinaires face à des valeurs qui se " perdent " lorsqu'on grandit et que la vision des choses se modifie ...C'est ainsi . Qui se soucierait en effet , aujourd'hui , du devenir d'un pélican ?
Ici , "l'animal" , par sa volonté de vivre , va sauvegarder le bonheur d'un père et de son fils et , je vous prie de le croire ,c'est une histoire extraordinaire de simplicité et d'humanisme , une histoire à partager en famille ( de nombreux papas et mamans m'ont avoué avoir eu des échanges sensationnels avec leur enfant ) , une histoire que je conseille aux plus jeunes des collégiens , ces enfants qui , quoi qu'on en dise , ont encore en eux à cet âge, le respect de leur environnement avant que ....l'adolescence ...c'est un autre problème, un cap à franchir , avant que , l'âge aidant , les valeurs de l'enfance ne ressurgissent ....Nicostratos , un livre de jeunesse pour les adultes de demain , sous le soleil éclatant de la Grèce....
A consommer en famille et sans modération...Il est "trop " le jeune Yannis , inoubliable ...comme ce livre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614
ordinary_reader
  22 juin 2020
C'est la belle critique de jeanfrancoislemoine qui m'a donné envie de lire ce roman jeunesse. (Conseillé à partir de 10 ans)
Yannis est le fils d'un modeste pêcheur grec, veuf et souvent taciturne. Un jour, il sauve un drôle d'oisillon, en danger de mort, et le cache dans sa chambre à l'insu de son père.
Non seulement une émouvante histoire d'amitié va naître entre l'enfant et l'animal, mais elle va avoir de touchantes répercussions dans la relation père-fils...
Un récit d'apprentissage, qui parle d'amour et de confiance, de pudeur et de non-dits, de chagrin et de deuil. Il s'agit aussi d'un récit sur la protection animale (maltraitance, souffrance, intelligence, liberté...), dont la portée éducative et philosophique semble évidente.
La plume fluide de l'auteur est à la fois incarnée et poétique, d'une réelle qualité littéraire... À faire lire sans hésiter !
------------------------------
NB : ce roman a été adapté au cinéma en 2011 : "Nicostratos le pélican" (réalisé par Olivier Horlait)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          326
-loly-
  07 octobre 2011
Je remercie Babelio et les éditions Magnard Jeunesse de m'avoir fait confiance pour ce premier partenariat organisé pendant l'opération Mass Critique sur Babelio.
Que dire de cette couverture vraiment magnifique où l'on peut apercevoir Yannis et son pélican. Il s'agit de affiche du film Nicostratos le pélican, film réalisé par Olivier Horlait et sortit en salles le 29 juin 2011. Les dimensions du livre sont appropriées, le papier est de bonne qualité et le caractère d'imprimerie est assez gros. Au milieu du livre nous avons huit pages de très belle photos du film (soit onze photos).
Concernant l'histoire, le résumé nous dévoile une grosse partie de l'histoire. Nous rencontrons un jeune garçon ,Yannis, qui vit pauvrement dans un village de pécheurs avec son père. Ce dernier ne s'est jamais remis de la mort de la mère de Yannis. Un jour, alors qu'il fait une commissions pour son père le garçon trouve dans un bateau un petit oiseau maltraité. Il l'échange contre la croix d'or de sa mère sans se douter que cet oisillon est un pélican et qu'il mesura bientôt plus d'un mètre soixante. Bien déterminé à caché son protéger aux yeux de son père Yannis va l'élever seul. Mais Nicostratos grandit vite, trop vite et ne peut plus rester dans une chambre. Démosthène, son père ne doit pas voir l'oiseau mais cette tâche est compliquée à mener surtout quand cet oiseau devient une star...
Eric Boisset sait manier les mots pour nous raconter un histoire émouvante avec une belle écriture. Les descriptions sont très nombreuses et trop nombreuses à mon goût ce qui pour moi rend certains passages ennuyants. Je n'ai pas trouvé l'histoire que j'attendais à savoir une rencontre étonnante entre un jeune garçon et un pélican. Tout est décrit, les actions sont très peu présentes et sont de courtes durées.
On s'attache très vite à Yannis, la fils d'un pêcheur meurtrit. Il répare des filets à longueur de journée, fait les marchés et est bien seul. Son père Démosthène très stricte n'est pas d'une compagnie très agréable. Lorsque le jeune garçon se lie d'amitié avec Nicostratos, le lecteur sent un vrai changement dans son comportement. J'ai bien aimé certains passages avec la petite chèvre qui joue des tours à son maitre. Papa Kostas , le prêtre, est un modèle de sagesse et enseignera à Yannis le chemin à prendre...
Concernant mon avis je dois dire que j'ai été légèrement déçu parce que je pensais tomber sur un roman beaucoup plus riche en actions et en émotions. Je n'ai pas accroché à certains passages mais j'en ai apprécié d'autres. Ce roman est un très belle histoire qui mérite quand même d'être lu mais il ne faut pas s'attendre à de l'action tout au long du récit. Nous voyons notamment vers la fin un changement de comportement chez une bonne partie des personnages, ce qui est vraiment agréable.

Nicostratos (première parution en 1998) est le roman le plus personnel d'Eric Boisset. Inspiré d'une rencontre réelle dans les îles grecques d'un enfant accompagné d'un pélican, ce roman a été distingué par plusieurs prix : Prix Jeunesse Saint-Dié-des-Vosges 1998 et Prix des dévoreurs de livres 2000notamment.
+ 8 pages de photos du film Nicostratos le pélican, réalisé par Olivier Horlait (en salles le 29 juin)

Lien : http://universdeslivresdejul..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Takalirsa
  03 octobre 2014
Quelle magnifique histoire ! D'emblée on est transporté dans les Cyclades, écoutant le chant de la mer Ionienne, respirant le doux parfum des citronniers et des herbes aromatiques, tandis que le soleil réchauffe la peau... le style, très lyrique, fait la part belle à la nature, faisant naître sous nos yeux des paysages magnifiques dans l'atmosphère paisible, un peu hors du temps, de cette famille de pêcheurs. Yannis évolue dans une nature encore sauvage, préservée, menant une vie simple, dans des conditions modestes.
Très peu de personnages autour de lui : Papa Kostas, vieil homme d'Église vivant dans un monastère, lui sert un peu de mentor, voire de père de substitution. Papa Kostas fait l'école à Yannis et surtout l'écoute et le conseille. C'est à lui que le garçon confie son secret, ainsi que toutes ses émotions, notamment ce mélange de colère et de détresse vis-à-vis de son père, ce barbu bougon, cet "affreux bonhomme" qui le délaisse voire l'ignore. Papa Kostas encouragera également l'amitié de Yannis pour Périclès, qui travaille au kafénion (bar) de son oncle pour l'été : pour l'ecclésiaste, il est temps que le garçon sorte de sa solitude ! Et c'est certainement parce qu'il se sent seul et délaissé que Yannis s'attache autant et aussi vite à son pélican Nicostratos.
La complicité entre l'enfant et l'animal est immédiate : un regard, un claquement de langue suffisent à Yannis pour se faire comprendre. Il faut dire qu'une grande tendresse unit les deux êtres, Nicostratos comblant bien sûr le manque d'affection qui touche tant Yannis. le pélican a un comportement très expressif, à tel point qu'on pourrait presque le croire humain ! Il grogne, il se dandine, mordille du bec, semblant ainsi réellement converser avec son jeune maître. le bonheur de ces deux-là chahutant ensemble sur la plage ou dans la mer fait plaisir à voir ! Alors bien sûr la vie leur réserve quelques mésaventures, car l'intrigue ne manque pas de rebondissements... mais celles-ci contribueront à faire grandir Yannis, car s'il a des allures contemplatives, ce livre est également un roman d'initiation.
Nicostratos est sans conteste mon roman préféré d'Eric Boisset !
Lien : http://www.takalirsa.fr/nico..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
melusine1701
  26 avril 2015
Le jeune Yannis vit seul avec son père depuis la mort de sa mère. Ils vivent de la pêche que leur fournit la mer des îles grecques. Un jour où Yannis livre le capitaine d'un bateau, il découvre un étrange oisillon, sale et mal en point. Pris de pitié, Yannis veut sauver la bestiole, et l'échange contre la croix en or qu'il porte autour du cou, seul souvenir de sa mère. Caché dans la chambre du garçon, l'oiseau se remet, en cachette du père qui ne doit apprendre ni son existence, ni la disparition de la croix. Avec l'aide de l'érudition de Papa Kostas, le prêtre, Yannis découvre qu'il vient d'adopter un petit pélican... qui ne restera pas petit longtemps! Très bientôt, Nicostratos devient un superbe pélican géant et une tendre amitié se noue entre l'enfant et l'oiseau. Tous les jours, Yannis profite de l'absence de son père pour rejoindre Nicostratos. Mais dans les îles grecques, des pélicans, on n'en voit pas beaucoup, et Nicostratos commence à se faire remarquer.
Cette histoire m'a fait l'effet d'un voyage empreint de poésie. Ce qui est certain, c'est qu'il nous plonge dans une Grèce à la fois bien tangible et tout à fait pittoresque. le soleil, la mer, les côtes et leur végétation luxuriante, j'ai eu le plaisir de découvrir un décor superbe, une véritable carte postale, qui appelle à l'évasion. Et pour le souligner, les personnages ne manquent pas une occasion de sublimer la nature qui les entoure: ils cultivent, ils pêchent, ils nagent et se dissimulent dans des grottes secrètes derrière des rideaux de fleurs. Alors qu'on devine aisément que Yannis et son père n'ont pas grand-chose, on a presque l'impression qu'ils vivent du grand air et du soleil, dans une grande simplicité. Nulle doute qu'Eric Boisset a cherché à rendre hommage à ces lieux paradisiaques et le défi est relevé haut la main: je m'y suis vue!
C'est aussi ce qui fait l'originalité du livre. Il faut dire que les histoires d'amitié entre un enfant et un animal sont légion dans la littérature jeunesse, un véritable cliché. Un pélican, par contre, ce n'est pas banal, et d'ailleurs, le roman en fait un pivot, un enjeu: comment justifier la présence de ce pélican dans cette famille, dans cette île même? Voilà comment contourner habilement le lieu commun et apprécier pleinement sa particularité.
Et derrière cette intrusion du pélican dans la vie familiale et dans la petite société de l'île, le roman dépeint une relation père-fils particulièrement touchante. A la communication tendue, voire rompue, entre eux, où la mort de la mère reste une donnée clé, s'oppose la véritable bouffée d'oxygène qu'apporte le pélican, une joie presque coupable. Loin de l'idéalisme ou du drame exacerbé que l'on pourrait attendre, on se laisse gagner ici par une tristesse sourde, presque résignée, qui m'a beaucoup marquée et qui s'installe au point que je me demandais s'il était possible que cette histoire finisse bien. Bien plus efficace.
Lien : http://mabouquinerie.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
eLeFDesBaieseLeFDesBaies   21 octobre 2015
Le jeune garçon était assis torse nu sur un ponton de bois dominant la mer et il réparait un filet dont il avait coincé quelques mailles autour de son gros orteil. il travaillait avec application, en serrant bien chaque nœud. Le fil dont il usait était fin et coupant, mais il ne craignait pas les entailles car il avait une épaisse couche de corne sur la première phalange de l’index. Parfois, il s’essuyait le front d’un revers de main, ou grattait machinalement ses courtes boucles brunes. il avait le visage halé, des yeux noirs ombragés de longs cils et une bouche aux lèvres charnues. ils portait pour tout vêtement un pantalon de pécheur usé jusqu’à la corde. Une petite crois d’or pendait à son cou au bout d’un lacet de cuir lustré par les ans.

Derrière lui, le vent faisait bruire les feuillages des citronniers qui répandaient leur odeur vers la plage. Tout en ravaudant, il écoutait leur chant, et leur contre-chant de la mer Ionienne baignant les roches volcaniques de la baie de Pélikata.

La maison qui se dressait à la lisière du bois de citronniers appartenait à son père. C’était une construction cubique badigeonnée de lait de chaux. Elle avait un toit plat destiné à recueillir les eaux de pluie et des volets d’un bleu très pale délavé de soleil, comme il est d’usage dans toutes les îles de l’archipel ionien. entre le bois de citronnier et la maison, quelques plants de tomates et d’aubergines rôtissaient parmi les herbes jaunes. Et, tout à côté de la chambre du jeune garçon, un très beau chèvrefeuille languissait contre un pan de mur à demi écroulé à l’ombre duquel une chèvre maigre dormait pour oublier sa faim.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ordinary_readerordinary_reader   22 juin 2020
Un matin du mois de juin, le jeune garçon eut une merveilleuse surprise en entrant dans la baie. Il progressait à longues brasses coulées sur l’eau transparente, lorsqu'un ange blanc muni d’un grand bec et d’une paire de fortes pattes palmées s’abattit soudain devant lui dans le soleil : c’était Nicostratos. Il volait enfin !
Commenter  J’apprécie          150
SachenkaSachenka   16 juin 2016
- Il n'a pas tout à fait tort. L'instruction n'est pas tout dans la vie. La preuve, c'est que dans les moments difficiles, on se tourne plus volontiers vers ses amis que vers le dictionnaire. J'ai raison, ou pas?
Commenter  J’apprécie          232
SachenkaSachenka   15 juin 2016
- [...] Le travail, c'est de faire pour de l'argent quelque chose qui nous déplaît. Autrement, c'est du loisir. Tu saisis la nuance?
Commenter  J’apprécie          200
ordinary_readerordinary_reader   22 juin 2020
À cet instant, un angélus sonna et le prêtre se tut pour écouter vibrer les cloches de bronze dans l’air tiède du cloître. Yannis sentit nettement leurs résonances graves dans sa poitrine. Puis le silence tomba dans le jardin parcouru d’ondes mourantes et, après l’extinction du dernier écho, on entendit de nouveau bourdonner les abeilles dans la glycine en fleurs.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Eric Boisset (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Boisset
Éric Boisset - Le mauvais exemple
autres livres classés : grèceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La trilogie d'Arkandias

Quel est le nom de famille de Théophile ?

Amorino
Amoretti
Amorelli
Amorini

10 questions
28 lecteurs ont répondu
Thème : La Trilogie d'Arkandias, tome 1 : Le grimoire d'Arkandias de Eric BoissetCréer un quiz sur ce livre