AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2760942171
Éditeur : Leméac (Editeur) (30/08/2013)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Peu importe le shampooing avec lequel il se lave les cheveux, Léon n’arrive pas à se débarrasser de ses pellicules et se sent comme « une machine à neige artificielle ».

Pour un gars de quinze ans, c’est l’équivalent de la gale. Il lui arrive d’ailleurs de se sentir comme un lépreux. Heureusement, il y a Carl, son meilleur ami, qui ne se soucie pas de ses problèmes capillaires, et Léonie, sa correspondante de Lévis, qui dit le trouver beau sur ses ph... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Sachenka
  17 octobre 2015
Jeanne Moreau a le sourire à l’envers est un roman jeunesse bien sympathique, écrit par Simon Boulerice. Il raconte l’histoire de Léon Renaud, un adolescent assez normal vivant dans une famille tout aussi normale. Il s’entend bien avec son ami Carl, qui est assez accaparé par sa potentielle future petite amie. À part cela, Léon correspond avec une fille de Lévis, Léonie (eh oui, il y a de ces hasards, des fois !), il commence à s’intéresser à la graphologie puis mène un combat sans relâche contre les pellicules. Ses parents ressemblent à n’importe quels parents et son grand frère Antoine, qui étudie au cégep, essaie de l’initier au cinéma français et à la nouvelle vague. En particulier les films mettant en vedette Jeanne Moreau.
Mais la visite de Léonie va chambouler insidieusement l’existence de Léon. Le jeune homme connaitra les premiers aléas de l’amour, il verra son amitié avec Carl quelque peu s’ébranler et découvrira le secret de son frère. Finalement, sa vie n’était peut-être pas aussi banale qu’il le croyait. Dans tous les cas, on est loin des cheerleaders garces qui tombent enceintes, des paumés qui se tournent vers la drogue ou des grands tourmentés qui souffrent d’intimidation. On a droit à la vie… tout simplement.
Jeanne Moreau a le sourire à l’envers est une lecture agréable. Vers le milieu du roman, je me suis demandé où l’auteur essayait d’amener ses lecteurs, j’avais l’impression que ça allait dans tous les sens. Mais l’histoire s’est resserée, tout a fini par s’emboiter et, au final, ça a produit quelque chose de bien réussi. Les personnages sont loin d’être unidimensionnels, ils sont criant de vérité, d’émotions et de contradictions comme peuvent l’être les adolescents. Toutefois, par moment, j’étais agacé par des détails qui me semblaient difficiles à croire (Léon qui s’imagine qu’il y a vraiment un serpent dans sa baignoire, Léonie qui utilise souvent l’expression bazwel) mais j’ai fini par m’y habituer, par l’accepter. Donc, un livre à recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ennapapillon
  16 novembre 2016
Léon a 15 ans, il va au lycée à Montréal, vit avec ses parents qui se connaissent depuis leur jeunesse et son frère aîné qui semble si parfait. Son meilleur copain, Carl, est vraiment beau, il a un succès fou avec les filles, tandis que lui a des pellicules qui sont pour lui un cauchemar…
Léon a donc une vie plutôt ordinaire d'ado de son temps, une vie pas passionnante, pas originale pour deux sous… à part qu'il a une correspondante, une vraie, à qui il écrit des vraies lettres à l'ancienne. Il écrit régulièrement à Léonie qui habite à Québec et qui, elle, semble avoir une vie qui sort de l'ordinaire.
A force de s'écrire, il tombe un peu amoureux d'elle et quand elle vient passer le weekend chez lui, dans sa famille, il apprend à mieux la connaître mais surtout il ouvre les yeux sur sa famille et notamment son frère qui n'est pas si parfait que cela et qui ne va pas si bien que ça.
Ce roman ado est plutôt pas mal dans son genre. Il est amusant, il traite des problèmes ordinaires d'ado mais il creuse aussi un peu plus loin sur l'amitié, le sentiment d'appartenance, sur le mensonge comme moyen d'exister et sur la difficulté de grandir et de s'accepter puisqu'il est aussi question du sujet plus grave de l'anorexie (mais sous un angle très différent de ce que l'on voit d'habitude).
[...]
Lien : http://ennalit.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Christine21
  04 mai 2014
J'ai passé un bon moment avec le personnage de Léon. Il s'agit d'un roman rempli de sensibilité qui raconte le quotidien d'une famille "normale", les personnages ont un fini brute qui les rend totalement attachants. C'est une belle lecture qui s'éloigne des clichés que nous retrouvons souvent dans la littérature jeunesse. Bon lecteur. 14 ans et +.
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
LeDevoir   06 janvier 2014
Petits mensonges, amours naissantes et troublées et références abondantes aux films de François Truffaut (jusque dans le titre) essaiment cette histoire plutôt classique, dont il émane une atmosphère d’un autre âge, qui pourrait également plaire à ceux qui ont vécu cet âge dit ingrat quelque part à la fin du XXe siècle.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NeneveNeneve   14 juillet 2019
Elle se lève et descend du bus. Je me retourne seulement une fois qu'elle en est sortie et vois, à l'endroit où elle se trouvait, un genre de rose. C'est mon papier de barre tendre. Elle en a fait une fleur.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Simon Boulerice (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Boulerice
Catherine Trudeau reçoit Marianne Dubuc, Patrick Isabelle et Simon Boulerice au Salon du livre de Montréal en novembre 2014.
Les libraires en coulisses, une initiative de l?Association des libraires du Québec (ALQ) et de la coopérative des Librairies indépendantes du Québec (LIQ), ont présenté des rencontres passionnantes lors du Salon du livre de Montréal 2014 avec des écrivains, notamment Janette Bertrand, Michel Tremblay, Katherine Pancol, Gabriel Nadeau-Dubois et Emmanuel Carrère.
autres livres classés : anorexieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox