AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2754802401
Éditeur : Futuropolis (27/08/2009)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 33 notes)
Résumé :
Oscar en a marre d’être raisonnable. Marre de marcher droit, quitte à envoyer paître les fâcheux qui gravitent autour de lui depuis des années.
Plus de temps à perdre, c’est aussi l’heure de régler ses comptes avec sa famille et surtout avec son père, un peintre célèbre et égocentrique qui l’a étouffé toute sa vie…

Mourir sans avoir eu le temps de… Voilà une accélération du temps extrême et irréversible. Qui n’en a jamais éprouvé l’angoisse ?... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  18 mai 2018
A la cinquantaine, Oscar est mollasson.
Ce n'est pas l'âge qui l'a usé, non, il a toujours été du genre passif. Les querelles avec leurs filles ados, c'est à sa femme de gérer. Celle-ci le trompe copieusement depuis des années, il ferme les yeux. Son boulot lui échappe, pas grave. Il rumine en silence.
Mais toute cette lose, c'est pas de sa faute, attention : c'est son père, artiste célèbre, qui l'a toujours étouffé. Pratique, d'attribuer ses échecs aux autres...
Une mauvaise nouvelle lui redonne un coup de fouet, il envoie valser sa routine, prend du bon temps, et va peut-être même régler quelques comptes...
Aucune empathie ni pour le bonhomme, ni pour ses aventures, aussi tragiques soient-elles par moments.
Ennui tout au long de cette BD où je ne discernais pas très bien les contours entre actes, fantasmes et rêves.
L'intrigue rappelle évidemment celle d'un roman récent, porté à l'écran, beaucoup plus fort, dérangeant, et même insoutenable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
Apikrus
  20 mai 2018
Que faire des dernières semaines de sa vie quand on est atteint d'une grave maladie ?
C'est la question à laquelle répond Oscar, et que le lecteur lui-même est amené à se poser. Pour ce quinquagénaire, le temps des regrets est arrivé, et ils sont nombreux : impression de ne pas avoir maîtrisé son destin, soif de vengeances, multiples frustrations. Il tente de rattraper le temps perdu et d'enfin se libérer de contraintes qu'il a subies ou s'est lui-même imposées. Mais la pomme qu'il croque désormais à pleine dents, et la vengeance, ont un goût bien amer dans un tel contexte.
L'intérêt de cette histoire est d'amener le lecteur à s'interroger sur ce qu'il ferait en une telle situation, et par suite sur ce qu'il fait de sa propre vie. S'il s'identifie quelque peu à Oscar, il peut se projeter, voire jubiler quand l'homme "se lâche". Mais le propos est généralement outré et probablement très décalé de ce que chacun d'entre nous ferait réellement ou envisagerait dans cette situation.
Le graphisme, très dépouillé, restitue bien les personnages et leurs expressions, mais convient moins bien à leurs environnements intérieurs ou extérieurs d'autant que les coloris ne sont pas toujours réussis (ciel souvent uniformément bleu) par choix du dessinateur (Christian Durieux) de ne recourir qu'à quelques couleurs de base (jaune, bleu, jaune, et rouge - jamais nuancés - noir, blanc et gris ou beige).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
chocobogirl
  11 juillet 2011
Oscar est un homme banal. Il vit avec sa femme Claire qui ne le voit plus et le fait cocu, et ses filles adolescentes avec qui il n'a aucun dialogue. Depuis quelque temps, Oscar a changé : mutique, il semble être ailleurs quand on lui parle et cherche à s'isoler. ça ne semble interpeller personne jusqu'à ce qu'il pète réellement les plombs.
Car Oscar est malade : son cancer va le tuer bientôt. Ses proches l'ignorent encore mais Oscar est bien décidé à vivre tout ce qu'il s'est refusé de vivre jusqu'à présent.
Voilà une intrigue qui peut paraitre banale mais les apparences sont bien plus compliquées qu'elles n'y paraissent. Oscar a grandi avec le poids d'un père artiste peintre qui refuse que son fils l'appelle papa. le Ferdinand en question ne semble pas avoir été un père exemplaire, écrasant sa progéniture d'un égocentrisme absolu qui laisse peu de place aux autres. Un père haï donc qui l'a bien malgré lui obligé à se contenter d'une vie minable et sans relief.
Aujourd'hui, Oscar n'a plus rien à perdre et se lance dans des expériences nouvelles sans plus se soucier des règles : saut en parachute, nuit sexuelle avec une call-girl, apprentissage du vélo, absentéisme de travail, vol dans les magasins, ... et retrouvailles inopinées avec son père qu'il n'avait pas vu depuis de nombreuses années. C'est le temps de régler ses comptes... mais pas du tout de la manière que l'on pourrait imaginer...
J'ai adoré cet album qui fut une mini claque. Je ne sais pas comment j'ai pu passer à côté à l'époque mais je remercie Yvan d'en avoir parlé et de m'avoir donné envie !
Vous l'aurez compris, la mort approchant, c'est l'heure des bilans. Notre héros ne parait pas très sympathique de prime abord. Pas très causant, il ne montre aucune chaleur envers ses proches qui le lui rendent bien. Pourtant cet homme qui décide de n'en faire qu'à sa tête et de profiter de ces derniers instants devient attachant. En dehors des dialogues, le lecteur s'appuie sur la voix-off d'Oscar qui énonce ses impressions et ses pensées. Ainsi, on rentre d'autant plus dans la peau du personnage. On découvre que le mal-être de toute sa vie vient d'une seule personne, son père, qui cristallise tous ses échecs. Ferdinand est un homme qui lui a tout volé jusqu'à sa fin de vie. Il hait l'être qu'il est devenu, tout en étant conscient d'être responsable de sa situation. Il ne veut plus être raisonnable et lâche libre cours à ses envies, à la limite du raisonnable.
Le dénouement de l'album est poignant et totalement inattendu, même si l'on devine le drame qui se profile.
L'histoire a été traitée dans des tons sépias, rehaussé à chaque case ou presque par des touches de couleurs fortes qui mettent ainsi en valeur tel ou tel élément. Cela donne un côté nostalgique à une histoire de vie qui semble déjà achevée.
"Appelle-moi Ferdinand" est un album qui secoue, loin des histoires classiques de mourants qui veulent partir sans regrets. Un album plein d'émotions qui décrit avec justesse sans une page de trop ou de moins le portrait d'un homme qui a laissé un autre diriger sa vie bien malgré lui. L'histoire d'un homme qui mourra avec ses regrets, ses erreurs et ses échecs.
A lire absolument !!
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
vanuatu2000
  19 novembre 2011
La couverture d'une bande dessinée est toujours toujours un pari risqué.
Elle attrape l'oeil ou pas. Elle suscite l'envie de feuilleter et de lire l'album ou non.
Le titre de prime abord ne m'a pas frappé. Ma pupille a été happée par une des cases de la couverture, la dernière. Elle a titillé ma curiosité avec ce profil d'homme, tout de bleu et les visages des occupants de la voiture qu'il dépasse. Endormis, comme les passagers à l' arrière du véhicule que conduit l'homme. Seul cet homme semble éveillé et déterminé. Mais à quoi?
La lecture de la BD donne une réponse amère à cette question.
L'homme de la couverture c'est Oscar. Il a un cancer et sait sa mort proche. Comme beaucoup de personnes condamnées par une maladie, il veut donner un sens à sa petite vie banale de cadre supérieur et régler ses comptes familiaux.
Vivre pour mieux mourir.
Si le thème peut paraître banal et souvent utilisé, les auteurs ont su ici éviter, à mon sens, les pièges du pathos et du psychodrame à tout-va.
On suit les pensées d'Oscar, ses rêves, ses complexes, le chamboulement de sa vie et de celle de ses proches qui ne le comprennent plus. Oscar exècre son père, peintre à l'ego démeusuré, sait que sa femme le trompe et n'a aucune communication avec ses filles. Il veut changer tout cela. Il court de case en case, va à l'opéra, retrouve son amour d'adolescence, demande à ses filles de lui apprendre à faire du vélo et se pose en rival de son père en se mettant à peindre. Ses nouveaux bonheurs ne réussissent pas toutefois à effacer ses blessures...
Le dénouement de l'histoire est indéfinissable et laisse sans voix.
Un album écrit avec finesse, au dessin accrocheur et aux couleurs de l'existence: grises et vives
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jovidalens
  21 février 2013
C'est l'histoire d'un homme qui a réussit sa vie, ou plutôt qui a réussit à atteindre le but qu'il s'était inconsciemment fixé, et rigoureusement accompli. Il est devenu transparent. Cela lui a pris ...deux décennies. Au fond, c'était certainement la seule chose à faire de sa vie, lui qui est le fils d'une force de la nature, un peintre renommé, qui n'a pas laissé à son fils de quoi respirer.
Mais ils vont se retrouver le père et le fils ! La vie a de ces..."coups de pied au cul" ???
En quelques mois, semaines, le fils fera ce qu'il n'avait jamais fait, il rencontrera son père, et cheminera avec lui, sans plus le rejeter. Ils se retrouveront...d'une certaine manière, et il acceptera d'être le fils de son père. Mais le principal n'est-il pas de pardonner, pour mieux s'affranchir avant d'en finir ?
Ils se sont mis à trois pour réaliser cette BD.
Au récit, Hervé Bourhis et Christophe Conty pour un découpage au cordeau qui entraîne le lecteur en treize chapitres de "Hurler" à "En finir".
Au dessin et couleurs Christian Durieux : des personnages tout en rondeurs, en mollesse, avachissement et en fuite éperdue et surtout les deux couleurs principales : le bistre, éclairé d'un bleu intense, et juste relevé de jaune et de quelques griffures de rouge. On baigne dans un monde un peu terne alors que l'éclat du bleu est toujours à portée de doigt, d'espoir, de possibilité d'expérimenter, de goûter, de réaliser ses rêves...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
chocobogirlchocobogirl   11 juillet 2011
Toute ma vie je me suis acharné à ne pas lui ressembler... j'ai fait en sorte d'être responsable, pondéré, sérieux... exemplaire. Pour devenir qui ? Pour m'enorgueillir de quoi ? Quelle prétention... Je me suis planté sur toute la ligne...
Commenter  J’apprécie          20
BTnBTn   12 août 2019
1 - Hurler, 2 - Vivre, 3 - Goûter, 4 - Oser, 5 - Jouir, 6 - S'exprimer, 7 - Trier, 8 - Rire, 9 - Tailler, 10 - Se venger, 11 - Pardonner, 12 - S'affranchir, 13 - En finir.
Commenter  J’apprécie          10
jovidalensjovidalens   21 février 2013
Non, je ne suis pas sérieux.
Je ne suis plus sérieux.
J'ai décidé d'^tre coruscant.
Commenter  J’apprécie          10
chocobogirlchocobogirl   11 juillet 2011
J'ai peur de mourir mais toute ma vie j'ai eu peur de vivre.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Hervé Bourhis (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bourhis
Rencontre avec l'auteur / illustrateur de BD Hervé Bourhis ; en résidence aux ateliers du professeur Demons, sous la tutelle de l'association Regard 9.
Retrouvez sa dernière BD : https://www.mollat.com/livres/2308357/herve-bourhis-et-nos-lendemains-seront-radieux
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : fin de vieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1072 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre