AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782800144085
72 pages
Dupuis (29/05/2009)
3.12/5   56 notes
Résumé :
Boris Vian était cardiaque; il considérait que nager en apnée était bon pour son cœur. Pourtant, ce matin du 23 juin 1959, au bord de la piscine Molitor, il lui reste seulement quelques heures à vivre.

Hervé Bourhis raconte les derniers instants de ce créateur protéiforme, plongeant dans son passé au plus profond de ses doutes, de ses passions, de ses amours, de ses joies. Avec élégance et sensibilité, le dessin de Christian Cailleaux restitue ici tr... >Voir plus
Que lire après Piscine MolitorVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,12

sur 56 notes
5
0 avis
4
3 avis
3
7 avis
2
3 avis
1
0 avis
De ses années de jeunesse en passant par ses débuts d'écrivain pour en arriver à son décès, ce roman graphique nous raconte les moments les plus marquants de la vie de Boris Vian.
On reconnaîtra au fil des pages tout ce qui se fait de nouveau et tous ceux qui comptent tant en littérature qu'en musique à la fin des années 50 à Paris.
Boris Vian, malade depuis sa tendre enfance tentera de conjurer le sort toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          160
Comme ce titre ne le laisse pas entendre, cette BD est une biographie du célèbre auteur Boris Vian. Je dis auteur mais Boris Vian était également trompettiste de jazz, traducteur, scénariste, chanteur, critique musical et j'en passe. Toutes ces facettes de sa vie sont retranscrites dans cette BD de façon plus ou moins brève. Parce qu'il faut dire que 72 pages c'est très peu pour parler d'une personnalité si complexe et une existence aussi diversifiée même si relativement brève. Alors la voie choisie par les auteurs, c'est celle du raccourci, de l'ellipse et la mise sous silence.
C'est vraiment dommage.
Même si on ne connait pas la vie de Vian, on a l'impression de passer à côté de quelque chose à longueur de temps.
Dommage.
Côté dessin, c'est assez sympathique et nerveux mais les personnages manquent de finesse.
Commenter  J’apprécie          90


Vie courte mais bien remplie, il y a de quoi faire une biographie de la vie de Boris Vian. Vie bien remplie et d'ailleurs un peu trop pour que 70 pages de bande dessinée suffisent à en retracer les grandes lignes de manière efficace.



Sur ce petit nombre de pages, toute la vie de Boris Vian est évoquée, depuis son enfance dans le Cotentin jusqu'à l'appartement des gardiens de Ville d'Avray, depuis ses études d'ingénieur et ses premiers travaux alimentaires à ses premiers contacts avec la musique et le jazz en particulier, évoquant également ses amours, la guerre et la maladie. Les personnages les plus marquants qui ont gravité autour de Boris Vian ne sont pas oubliés et on retrouve Jacques Prévert, Raymond Queneau, Jean-Paul Sartre, Juliette Gréco ou encore Simone de Beauvoir.



Rien ne semble donc avoir été omis des évènements marquants de l'existence de Boris Vian, mais à quel prix ? Tous sont évoqués en moins d'une page, comme s'il s'agissait de caser le plus grand nombre d'anecdotes en un nombre de pages minimum. La narration n'est pas linéaire et se constitue de nombreux flashbacks mais cette caractéristique, qui aurait pu faire la grande qualité de cette biographie dessinée, ici conjuguée à un survol en éclair des étapes de la vie de Boris Vian, devient rapidement un frein supplémentaire à la bonne compréhension des rouages qui ont amené Boris Vian à s'accomplir. Impossible de plonger dans cette bande dessinée sans avoir une connaissance préalable des moments marquants de son existence, sous peine de provoquer une surcharge cérébrale qui dégoûterait du personnage bien plus qu'elle ne donnerait envie de s'y intéresser (ce qui serait bien dommage).



Heureusement, la personnalité de Boris Vian est bien évoqué. Loin de l'image de trublion qu'il serait facile de lui donner, Hervé Bourhis le dépeint dans toute sa grandeur d'homme, évoquant ses craintes et ses doutes lors de ses premiers amours ou de son entretien d'embauche en tant qu'ingénieur, et la fatigue physique et morale engendrée par sa maladie.
Plongés en un éclair dans le monde de Boris Vian, nous traversons son existence en un coup de vent et tout est déjà fini. A la manière du bref passage qu'il fit sur Terre, la lecture de sa biographie dessinée se dévore en un instant et nous laisse seulement le regret de ce qui aurait pu être abordé de manière plus approfondie.

Lien : http://colimasson.over-blog...
Commenter  J’apprécie          70
Ma première réflexion après lecture : cet hommage ne casse pas des briques. On aurait cru la vie de Boris Vian plus passionnant que cela. C'est surtout celle d'un bourgeois à la santé un peu fragile. Ce fut pourtant l'une des figures littéraires les plus importantes du milieu du XXème siècle. On a la nette impression qu'il ne s'agit que de l'ébauche d'un portrait. Même les scènes choisies pour illustrer sa vie semblent manquer singulièrement d'intérêt.

Il faut dire également que le personnage lui-même ne m'a absolument pas séduit dans son rôle faussement provocateur et à l'humeur changeante. Il faut connaître l'oeuvre de cet auteur pour apprécier les multiples clins d'oeil disséminés çà et là dans cette bd biographique. Il va mourrir d'une crise cardiaque à la projection d'un film tiré de son oeuvre "J'irai cracher sur vos tombes". Voilà le fait majeur et tout les flash-back s'accumulent comme tous les poncifs du genre. Bôf, bôf...
Commenter  J’apprécie          70
C'est dans une ambiance feutrée que le.a lecteur.rice découvre la vie de Boris Vian. Les graphismes sont séduisants mais le scénariste semble avoir privilégié la quantité à la qualité : le.a lecteur.rice est débordé.e par une surabondance d'événements (pas toujours) notoires de la vie du poète, au point qu'il est impossible d'en savourer la substance. Cette sensation finale d'effleurement est regrettable car l'ambition, au départ, est délicate : il eut été plus pertinent de sélectionner quelques fragments de vie pour jouir pleinement de l'ouvrage...
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Cher président, cher consul de St-Cucufa, cher cardinal du côté pair de la rue Pradier, nous allons célébrer ce soir l’initiation de cet individu selon le rite muable du cercle, sous le patronage de Duke Ellington et du tennis de table. Postulant ! Levez la main gauche et dites : « Je jure comme un charretier de servir le cercle légateux ! »
Commenter  J’apprécie          30
Cher Monsieur Vian,

Jean Rostand m'a fait parvenir votre manuscrit. J'ai le plaisir de vous annoncer que qu'il m'a plu et que, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, je le destine à la nouvelle collection "La plume au vent" que je dirige chez Gallimard. J'aimerais toutefois que vous apportiez quelques remaniement mineurs sur votre texte. Par exemple, "Vercoquin et le plancton, grand roman polisson en quatre parties réunies formant au total un seul roman, par Bison Ravi, chantre spécial du Major" me semble un titre un peu long, quoiqu'amusant. Contactez-Moi vite !

R. Queneau
Commenter  J’apprécie          10
- Boris, ce pornographe américain, Vernon Sullivan, c'est toi, n'est-ce pas ?
- Pas du tout, Raymond, quelle imagination.
- Ah ah ! Allons, la rumeur court dans tout Saint-Germain. C'est excellent comme pastiche. Bravo !
- Mais puisque je te dis que ce n'est pas moi !!
- Tu ne me la feras pas ! En tout cas, c'est très drôle tout ça. À la tienne.
- Admettons que ce soit moi. Je dis bien admettons... Tu as aimé la façon de traiter le problème noir aux USA ?
- Boris, tu es le seul spécialiste de l'Amérique qui n'y ait jamais mis les pieds.
Commenter  J’apprécie          10
- On complote ?
- Salut Boris.
- On pronostique la date de mon ultime oedème ?
- C'est pas drôle...
- La vraie question est : sur le calendrier grégorien ou pataphysique ?
- Excellente question, Salvaduche. Mais seul le suprême satrape en a la réponse. Malheureusement, il n'existe pas. Enfin, j'espère.
Commenter  J’apprécie          20
- J’en ai mal au poignet à force d’écrire toute la journée.
- Veux-tu que je te masse le bras ?
- Tu ne veux pas qu’on fasse l’amour plutôt ?
- Vous n’y pensez pas, Monsieur Vian, et votre cœur ?
- Mon cœur, je l’emmerde.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Videos de Hervé Bourhis (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Bourhis
Le ministre et la Joconde
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (94) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5070 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}