AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782492973123
168 pages
Chum Editions (10/03/2023)
3.5/5   1 notes
Résumé :
Octave ne range pas, il amasse, il empile ! Tout fait ventre pour sa syllogomanie. Chaque espace, chaque recoin est l'occasion pour lui de conserver ce qui ne sert plus et ne servira plus.

Myriam l'a quitté, son fils l'ignore, ses élèves le méprisent, alors les objets inanimés qui ont rendu l'âme (tiens, ils en ont donc une ?) font de lui un homme heureux.
Que lire après Longue conservationVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
“Longue conservation” pourrait être joué comme un monologue au théâtre.

Le récit semble commencer comme une tirade un peu banale, sur fond d'une de ces chroniques parlant des personnes atteintes de “syllogomanie”, en français une sorte d'habitude qui consiste à accumuler les objets jusque, parfois, à la limite du possible, ou en tout cas dans des proportions qui choquent le commun des mortels. Et on se dit, mais comme c'est idiot d'entasser comme ça “bêtement” toute sorte de choses, cela relève de la psychiatrie assurément… Comme ces gens doivent être malheureux ! Eh bien c'est ici que l'auteur donne un tour différent à son personnage. Cette accumulation est peut-être un choix, une façon de se rassurer ou un état d'âme…. L'âme justement, c'est ce qui donne tout son sens à cette histoire à l'apparence glauque. Si le personnage conserve ces objets, ce n'est pas sans raison. Loin d'être une manie sans but, un errement de l'esprit, l'auteur explique magnifiquement ce qui se passe dans la tête de cet “hurluberlu”.

Non ce n'est pas un errement ou une lubie incompréhensible, mais un respect profond de ces objets, parce que ce ne sont pas des objets, ou si c'en est, ils ne sont pas simplement des matières, ils sont bien plus. Ne dit-on pas d'un appareil qui ne fonctionne plus qu'il a “rendu l'âme”…?

La narration se déroule dans une sorte de ton que l'on pourrait trouver décalé, en tout cas, ambivalent, où cet entasseur peut être vu comme sincère mais bizarre, sérieux mais drôle, sait-on, authentique mais étrange, enfin un personnage attachant, qui nous dévoile les contours de sa personnalité, de ses étrangetés, mais est-ce vraiment étrange ? Une fois que l'on a compris, on se demande si, au fond, la philosophie élémentaire ne serait pas de respecter les objets, au-delà de leur mort supposée, parce que même s'ils ne fonctionnent plus, perdent-ils pour autant leur magie, leur intérêt, leur sens ? Ne devrions-nous pas vénérer tout ce qui nous entoure et encore plus après la limite de leur usage, plutôt que de les déconsidérer et de les abandonner lâchement, comme des animaux, les vacances venues ? Ce bouquet de fleurs n'est-il pas un symbole encore vivant de la personne pour qui il a été offert, et ce climatiseur en panne ne pourrait-il pas avoir un avenir, même lointain ?

C'est, en tout cas, un ouvrage pas comme les autres, distrayant et qui, mine de rien, soulève de nombreuses questions philosophiques et interroge sur notre rapport au matériel, aux plantes, aux appareils ou aux médias… Quant à la fin, elle peut sembler incongrue, mais là aussi, un sens profond, caché semble se dessiner, à moins que ce soit une simple note de burlesque, ou un pont sur de nouvelles réflexions laissées au lecteur…

Lien : http://livrogne.com/2023/04/..
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Et bêtement, voire injustement, pendant des années, j’abandonnais le journal, une fois lu, sur un siège, une banquette ou une poubelle. Et puis, à partir du moment où j’ai commencé à garder et entasser chez moi les objets du quotidien, d’abord les fleurs offertes à l’enterrement de ma mère, puis les prospectus dans la boîte aux lettres, puis peu à peu tout le reste, bref, à partir du moment où j’ai décidé d’être un homme heureux, j’ai évidemment entrepris de conserver également les journaux et magazines dont je faisais l’acquisition, car rien ne justifie qu’ils soient victimes de discrimination.
Commenter  J’apprécie          00
En voyant son fils grandir, Octave avait l'impression que chaque centimètre que celui-ci acquérait verticalement créait horizontalement un mètre de distance entre eux.
Commenter  J’apprécie          00
Certaines choses sont possibles, cette perspective fait de moi un homme heureux.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (2) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3652 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}