AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756032190
Éditeur : Delcourt (03/10/2012)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 23 notes)
Résumé :
De nos jours, États-Unis. Lors des obsèques de son parrain, Nicolas Lash rencontre une mystérieuse jeune femme qui se fait appeler Jo. Intrigué par ses propos, mais surtout subjugué par sa beauté, il se laisse séduire. Il s'apprête à découvrir que celle qui le fascine tant est en réalité un démon immortel, prisonnière dans la ligne du temps. Et que bien des hommes sont déjà tombés dans ses filets...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Presence
  13 décembre 2014
Ce tome contient les 5 premiers épisodes (parus en 2012) d'une nouvelle série écrite par Ed Brubaker, illustrée par Sean Phillips et mise en couleurs par Dave Stewart.
De nos jours, Nicolas Lash assiste à l'enterrement de Dominic Hank Raines, le meilleur ami de son père qui n'est pas présent car il est interné depuis une dizaine d'années. du coup, c'est Nicolas qui devient l'héritier de Raines. Lors de la mise en terre, il croise Jo, une jeune femme magnifique. Peu de temps après il se rend à la demeure de Raines pour commencer à s'occuper de ses affaires. Il s'y produit un cambriolage violent duquel il s'échappe grâce à Jo, providentiellement présente à ce moment là. La narration revient alors en 1956, à San Francisco. Jospehine (la copie conforme de Jo) rencontre Hank Raines dans un bar. Ils évoquent un flic dénommé Walter "Walt" Booker qui semble la faire chanter d'une manière ou d'une autre. Booker enquête avec Lannie Dalton sur une série de meurtres rituels.
Il s'agit de la troisième série créée par Brubaker et Phillips, après Criminal (polars poisseux) et Incognito (pulp + espionnage). Cette première histoire propose de découvrir ce nouvel environnement par le biais de Nicolas Lash, et les autres. Josephine (Fatale) est bien présente en tant que personnage, toutefois le lecteur n'a pas accès à ses pensées. Tout en participant activement à l'histoire, elle reste un mystère. La narration est principalement axée sur les événements de 1956 qui occupent les trois quarts du récit.
L'histoire est présentée du point de vue de Nicolas Lash pour l'époque actuelle, et de Dominic Raines pour l'année 1956. Ed Brubaker fait partager au lecteur leur point de vue sur les événements par le biais de cellules contenant leur commentaire à posteriori. le lecteur plonge donc dans une fiction aux règles inconnues qu'il découvre au fur et à mesure. Brubaker s'amuse à intégrer des influences de genres littéraires populaires (la couverture donne une bonne indication de l'un d'entre eux). Les lecteurs de "Criminal" seront en terrain connu puisque la majeure partie du récit repose sur la découverte des agissements de 3 personnages dans les années 1950, impliquées dans des opérations louches. Brubaker a choisi une construction qui nécessite une bonne attention du lecteur qui doit recomposer la structure des relations des uns avec les autres, à partir de ce qui est impliqué. La force de son récit réside dans le comportement adulte des personnages, et dans sa retenue. Un bon exemple de ladite retenue est la manière dont Josephine interagit avec les autres. Il est évident qu'elle représente pour plusieurs personnages masculins, un idéal de féminité éminemment désirable. Mais ce n'est ni une allumeuse, ni une mangeuse d'hommes ; son caractère est plus nuancé que ça.
Val Staples (qui avait travaillé sur la série Criminal) a donc cédé la place à Dave Stewart pour la mise en couleurs, et la palette de couleurs y a gagné en harmonie. À y regarder de plus près, Stewart a conservé les couleurs chères à Val Staples (comme le violet), mais en atténuant leur intensité et en limitant leur surface. de fait le lecteur retrouve l'ambiance particulière de "Criminal", en plus nuancé.
Le lecteur retrouve également le style caractéristique de Sean Phillips, chargé en encrage, les visages mangés d'ombre, et les contours délimités par un trait à l'épaisseur constante. Comme à son habitude, il privilégie l'impression que donnent les personnages ou les décors, à l'exactitude photographique et il a tendance à tracer des lignes courbes au rayon raccourci, ce qui atténue leur aspect enfantin, et augmente l'aspect peu accueillant, peu convivial. Il a l'art et la manière de rendre chaque endroit unique et plausible et de faire ressortir les différences d'atmosphère entre chaque lieu. Quelque soit l'endroit de la ville où se trouvent les protagonistes, le lecteur a toujours un sentiment de familiarité et normalité. de la même manière que Brubaker utilise quelques codes tirés de sous-genre littéraire, Pillips réalise quelques séquences qui évoquent des films de genre, telle la poursuite en voiture sur une route en corniche, ou l'un des amants de Jo en train de remonter la fermeture éclair de sa robe.
Tout au long du récit, Sean Phillips est en phase avec l'écriture de Brubaker : il pratique également la retenue. Sa description de Josephine évite, et même proscrit l'hyersexualisation pour lui préférer une force de séduction plus intime. Ce n'est pas que le caractère charnel de sa séduction soit nié, c'est plutôt qu'elle dispose également d'un coté fragile, mais elle est également rouée, manipulatrice sans être méchante, victime non consentante, etc. Et son apparence, ainsi que ses expressions visuelles et son langage corporel retranscrivent tout ces aspects en fonction de la situation. Pillips apporte autant de soin à ce personnage principal qu'au reste de la distribution ; il n'y a qu'à contempler une femme enceinte en train de se baisser pour ramasser su linge sale pour ressentir ses douleurs dorsales dues à sa grossesse (et il ne s'agit que d'une seule case).
Ed Brubaker et Sean Phillips sont toujours aussi en forme que dans leurs autres séries "Criminal" et "Incognito". Toutefois ce premier tome laisse un goût n'inachevé car il constitue plus un prologue qu'une histoire complète par elle-même ; il pose de nombreux éléments qui ne demandent qu'à être développés par la suite. Pris à part comme tome unique, je ne lui mettrais que 4 étoiles ; considéré comme un prologue dans une narration au long cours, je lui mets 5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ewen
  23 juin 2014
Retour du duo à l'origine de la série Criminal et Incognito, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les deux auteurs n'ont rien perdu de leur talent. Ici encore Brubaker et Phillips nous offrent un polar des plus sombres mais ajoute une nouvelle corde à leur arc, Une dimension fantastique...
Le pitch, lors de l'enterrement d'un proche, un rencontre une jeune femme d'une rare beauté. Il se retrouve alors comme possédé par cette femme et sera obnubilé par la recherche de celle-ci. Il rentre alors dans un cycle infernal, mêlant sectes secrètes, sacrifice et monstres provenant directement des récits de Lovecraft.
Le récit développé par Brubaker est complexe. de nombreux personnages se croisent, au cours de différentes époques, et il faudra plusieurs lectures pour bien cerner toutes les subtilités du récit. Mais ce n'est que meilleur. L'intrigue créée par Brubaker avance à un très bon rythme, mêlant développement des personnages et mise en place du monde que nous explorerons au cours des 24 épisodes que fait la série. Un plus pour les amateurs de fantastique, l'utilisation explicite de la mythologie lovecraftienne dans une ambiance polar est superbe, et ne manquera pas de plaire aux lecteur du mythe de Cthulhu ou aux amateurs du jeu de rôles.
Le dessin de Sean Phillips colle toujours aussi bien aux récits de Brubaker. C'est sombre (il ne doit jamais faire jour dans cette ville), c'est glauque et teinté d'horreur. le trait de Phillips mais quelques pages à se mettre en place, en particulier au niveau des visages, mais la suite est parfaite, simple et efficace. Un point en plus pour les magnifiques couvertures compilés à la fin du tome.
Un polar superbe, efficace, dont les personnages sont dépeints avec une grande justesse...Attention à Jo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (6)
BulledEncre   18 février 2013
Un prologue pas toujours évident à suivre mais audacieux dans son traitement et mené par des grands noms.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD   18 février 2013
Une étrange femme vient bouleverser la vie d’un reporter et son filleul. Les auteurs d’Incognito, de Sleeper et de Criminal mélangent habilement polar et fantastique dans un tourbillon envoûtant. Déjà un classique incontournable !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BullesEtOnomatopees   20 décembre 2012
Ce premier tome de Fatale, La mort aux trousses, se lit tout seul. Une ambiance noire des plus classiques mais bien dépeinte, et ce petit plus qu’est l’introduction du fantastique.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
BoDoi   20 novembre 2012
L’idée de mêler feuilleton noir et récit fantastique était séduisante, surtout de la part du duo Brubaker-Phillips, qui avait déjà associé les genres polar et super-héroïsme avec brio. Mais le résultat déçoit quelque peu.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   13 novembre 2012
La narration sur deux époques, les flash-back, le mystère un peu artificiellement entretenu autour de Jo et de son passé, ne rendent pas la lecture plus prenante ni fluide. Le manque d’empathie pour les personnages participe à ce détachement par rapport à ce récit non dénué d’intérêt.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   26 septembre 2012
Bien sur on peut toujours se dire que le nœud de l’intrigue manque sérieusement d’originalité, que Brubaker se contente de rester dans les codes du genre, mais à cela j’objecterais qu’il le fait admirablement. On a l’impression de lire une excellente Série Noire.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Lire un extrait
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre