AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Alex Nikolavitch Racunica (Traducteur)
EAN : 9782756009070
130 pages
Delcourt (30/05/2007)
3.95/5   43 notes
Résumé :
Leo est un escroc capable de mettre au point les plans lesplus minutieux... à condition d'être persuadé que le boulot ne comporte aucun risque. Leo n'est pas du genre à tirer d'abord et à réfléchir ensuite. Leo est un professionnel. Mais pour certains criminels, y compris les plus méthodiques, le butin vaut presque tous les risques. C'est pourquoi, lorsqu'un vieil ami et un policier véreux lui proposent une affaire qui pèse plusieurs millions de dollars, Leo doit fa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
trust_me
  30 novembre 2011
« le truc à savoir, c'est que la plupart des plans, même les bons, sont des châteaux de cartes. le moindre détail qui foire, et tout se casse la gueule. » Léo savait qu'il n'aurait pas dû dire oui. Des flics véreux qui réunissent une équipe pour faire main basse sur cinq millions en diamants, c'était trop gros. Il a d'abord refusé, mais Greta est entrée en scène. Pour ses beaux yeux, il a fini par accepter. Il faut dire aussi que Léo n'est pas un débutant. Dans le milieu, il est réputé pour mettre au point les plans les plus minutieux. Avec lui, rien n'est laissé au hasard, tout est calculé au millimètre. Et s'il ne s'est jamais fait poisser, c'est pour une autre raison. Léo est un froussard. Au moindre signe de pépin, il décroche ventre à terre et tant pis pour les petits copains. Pas reluisant comme attitude, mais la survie est à ce prix. Seulement, cette fois-ci, les choses vont prendre une tournure différente. Il le savait pourtant, il ne faut jamais faire confiance à un flic ripoux…
Le rouge crépusculaire de la couverture annonce la couleur. Criminal est un polar sans concession. Un « héros » en perdition, des méchants vraiment méchants, une femme qui vient brouiller les cartes, beaucoup de violence et une fin tragique… tous les ingrédients sont réunis pour concocter un petit noir bien serré. le scénariste Ed Brubaker donne dans l'efficacité. Il tisse sa toile avec une précision diabolique alternant temps forts et moments calmes tout en insérant ici et là quelques flash back bienvenus. Il plonge dans les bas fonds et met en scène des protagonistes au sens moral plus que douteux. Les attitudes et les dialogues sonnent juste, sans chichi ni fioriture. du travail ciselé.
Niveau dessin, Sean Phillips s'applique pour rester dans le ton avec un encrage épais, un gros travail sur les ombres et un découpage au cordeau qui rend la tension parfaitement palpable. La violence est omniprésente mais elle n'est jamais surjouée, la mise en scène des différentes fusillades restant au final assez sobre.
En matière de polar, Criminal est devenue une référence. Avec mon chouchou Scalped, c'est sans doute la série noire actuelle la mieux troussée. Avis aux amateurs du genre qui ne connaitraient pas ce petit bijou : vous pouvez foncer les yeux fermés.

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
ChuckMorisse
  20 août 2021
Les histoires de braquage sont un genre que j'adore en film et en série mais que je connais finalement très peu en comics. La seule expérience que j'ai eu dans ce genre, et quelle expérience, fut l'excellent Parker de Darwyn Cooke.
Ed Brubaker est un auteur que je connais pour son travail chez les Big Two (Marvel et DC) mais je n'avais encore jamais lu de récit du fameux duo Ed Brubaker / Sean Phillips qui est très réputé dans le milieu du polar.
Pour cette première expérience, j'ai finalement choisi Criminal.
Et que dire à part que ça marche très très bien !
Rien de révolutionnaire dans le scénario, un braquage avec un plan prévu de A à Z, des flics ripoux, ça tourne mal... c'est du déjà vu c'est vrai, mais tout est bien fait.
L'histoire marche très bien, les personnages sont géniaux et le dessin qui pourrait gêner un peu au début marche finalement très bien.
Commenter  J’apprécie          60
Yvan_T
  13 mars 2011
Cambrioleur hors pair, Leo Patterson est toujours parvenu à éviter la prison en respectant scrupuleusement ces quelques règles élémentaires qui différencient les pros des amateurs. Hanté par un dernier hold-up catastrophique qui coûta la vie à son ami Terry, ce pickpocket émérite a définitivement raccroché des gros coups. Cependant, quand cinq ans plus tard, un ancien comparse l'implique dans l'attaque d'un fourgon contenant 5 millions de dollars en diamants en compagnie de flics ripoux, d'une ex-junkie et d'un arnaqueur épileptique, l'affaire sent l'entourloupe à plein nez. Reste juste à prévoir la porte de sortie qui permettra à ce couard de réputation de ne pas perdre trop de plumes lors de cette dernière envolée.
Ed Brubaker commence à faire partie de ces auteurs dont la seule présence du nom sur une couverture déclenche une sorte de réflexe pavlovien de lecture inéluctable. Il est d'ailleurs nommé aux prochains Eisner Awards dans la catégorie “Best Writer” en tant qu'auteur, ainsi que dans la catégorie “Best New Series” pour ce comics, dont ce tome regroupe les cinq premiers fascicules. Coutumier du monde du crime (Gotham Central, Sleeper, Catwoman, …) et du développement du côté sombre de superhéros (Daredevil), l'assassin de Captain America demeure dans son domaine de prédilection avec cette histoire de gangsters.
S'appuyant sur les poncifs du genre (le braquage de trop, la femme fatale, le policier véreux, le barman bonne poire, le baron de la drogue, un passé commun regrettable, un agenda double …) Brubaker parvient à construire un récit efficace en donnant de l'épaisseur à des personnages qui ont certes le profil de l'emploi, mais ne tombent pas pour autant dans le piège des stéréotypes.
Pas de superhéros, ni de valise pourvu d'une arme banalisée et de 100 balles intraçables dans cet environnement très terre-à-terre où les magouilles et alliances sont omniprésentes, le sens moral ambigu, les protagonistes captivants et l'atmosphère pesante. Dans ce casting qui puise dans les bas-fonds d'une grande ville américaine et dont chaque membre passe son temps du mauvais côté de la loi, s'attacher à ce criminel au caractère atypique semble finalement être un moindre mal pour le lecteur. Avec Lâche, Brubaker met le courage de cet antihéros tourmenté à l'épreuve, le poussant à flirter avec les règles du milieu : celles qui permettent de rester en vie !
Pas de dessin flashy non plus, mais un encrage solide, un jeu d'ombres approprié et une colorisation de Val Staples qui colle parfaitement au décor et contribue à faire ressortir la noirceur du récit et des personnages. Sean Philips (7 Psychopathes, Sleeper, …) arrive à rendre la moindre conversation attrayante et à l'envelopper d'une brume de suspicion et de mystère.
Les allures de one-shot de cet excellent premier volet qui saura ravir les amateurs de polars réalistes reflètent le concept apparent de vouloir construire chaque cycle de cette série autour d'un individu différent.
Retrouvez cet album dans le Top comics de mon blog !
Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lucas2
  06 novembre 2020
Servi bien noir, et sur un plateau. Que demander de plus ?
Suite à un braquage manqué, qui a vu la plupart de ses complices se faire buter, dont son pote Terry, Léo est devenu méfiant. Très méfiant.
Au point de se voir traiter de froussard à la moindre occasion. Mais çà il s'en fout, la sécurité avant tout.
Et pour lui, plus t'as de plans B, mieux c'est.
Baignant dans le vol, initié dès son enfance par son père et Ivan, depuis ce braquage foireux, il ne peut rien refuser à un flic pourri, Seymour.
Quand celui-ci lui propose de chercher comment dévaliser un fourgon blindé, faisant la navette entre l'hôtel de police et le palais de justice, parce que "c'est un tête, Léo", il est coincé. Il ne peut pas refuser.
Un coup facile sur le papier, mais qui va très mal se passer... pour tous les protagonistes.
Second Brubaker bouquiné, et encore une très belle réussite !
Entre rebondissements, trahisons, atmosphère hyper-noire des bas-fonds de cette grande ville de la côte Est, ce premier album fait dorénavant partie de mes oeuvres de référence dans le polar BD, de par la multitude d'ingrédients qui y sont incorporés.
Pour moi les comics U.S. c'est plutôt du dessin et pas d'histoire, et là, l'auteur me fait sacrément mentir.
Dans le style de "Quand vient la nuit", de Lehane, à lire de toute urgence si vous ne connaissez pas.
(plus d'avis sur PP)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
jamiK
  02 octobre 2021
Ce comics américain, n'évite pas les écueils du genre, surtout graphiquement, avec des illustrations réalisées d'après photos, une colorisation numérique assez laide, et un montage et un rythme trop calqué sur le cinéma. (pour moi, la bande dessinée est un art à part entière et doit s'émanciper des modèles des autres arts, cinéma, littérature…).
Maintenant, le récit est ici assez bien construit, avec un personnage central vraiment intéressant, solitaire, tourmenté par ses démons du passé, avec en fond les concepts de lâcheté et d'héroïsme qui se font malmener. Cette histoire de gangsters, avec ce coup foireux associé à des flics ripoux fonctionne vraiment bien, on est happé par le suspense, et franchement, les défauts cités plus haut s'oublient facilement pendant la lecture. Bref, ça me fait mal de le dire, mais ça pourrait faire un bon film...
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
ClairocheClairoche   21 décembre 2013
J’ÉTAIS EN TRAIN DE ME DEMANDER SI LA CICATRICE ÉTAIT VRAIMENT TROP AFFREUSE POUR TE LA MONTRER.

NON. ELLE NE FAIT QUE RENDRE TON CORPS PLUS BEAU, GRETA.
LES CICATRICES QUI M’INQUIÈTENT SONT A L’INTÉRIEUR.

TU ES VRAIMENT DIFFÉRENT.

C'EST ELLE QUI EST DIFFÉRENTE, PAS MOI. FRAGILE ET FORTE A LA FOIS.
MAIS SI DOUCE QUE J'EN FONDS...
... ET QUE LES INQUIÉTUDES FONDENT AVEC.
ET AVANT DE NOUS PERDRE L'UN DANS L'AUTRE, ELLE ME CHUCHOTE : "DIS-MOI QUE TOUT IRA BIEN".
ALORS JE LE LUI DIS.
JE PROMETS DE TROUVER UNE SOLUTION.
ET EN PLUS, J'Y CROYAIS, A CE MOMENT-LA.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EnkiEnki   29 novembre 2014
Quelque soit la vitesse à laquelle on roule, le temps semble s’arrêter dès lors qu’on sait qu’on est en retard.
Commenter  J’apprécie          193
trust_metrust_me   30 novembre 2011
Le truc à savoir, c’est que la plupart des plans, même les bons, sont des châteaux de cartes. Le moindre détail qui foire, et tout se casse la gueule.
Commenter  J’apprécie          130
okkaokka   07 mai 2019
p.79.
- Tu n'avais pas peur de ces connards, hein ?
- Non pourquoi ?
- Mais tu as préféré t'écraser.
- Ouais.
- Pourquoi ?
- Parce que j'ai peur d'autre chose, je crois. La violence a des conséquences, en général. Des conséquences que j'essaie d'éviter. Alors mon ego peut supporter de laisser croire à deux débiles qu'ils me font peur.
- Tu es très différent de ce que j'ai toujours imaginé à ton sujet.
- Ça fait ça à plein de gens.
- Ouais, mais d'habitude, c'est une déception.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
okkaokka   07 mai 2019
p.131.
En fait, mourir, c'est plus difficile que tuer. Et ça fait beaucoup plus mal.
Commenter  J’apprécie          30

Lire un extrait
Video de Ed Brubaker (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ed Brubaker
Vidéo de Ed Brubaker
autres livres classés : gangstersVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre