AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2413002367
Éditeur : Delcourt (24/01/2018)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 25 notes)
Résumé :
Après une tentative ratée de suicide, Dylan est sauvé par un démon, qui lui propose un marché. Il doit assassiner au moins un salopard par mois afin de gagner le droit de survivre. Et bien entendu, comme tout tueur, il va devoir pratiquer son premier assassinat, ce qui savère plus difficile que prévu De plus, il se débat pour cacher ce secret qui met lentement sa vie en miette, ainsi que celle de ses proches.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Presence
  19 mars 2018
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il contient les épisodes 1 à 4, initialement parus en 2016, écrits par Ed Brubaker, dessinés et encrés par Sean Phillips, avec une mise en couleurs réalisée par Elizabeth Breitweiser. Ces créateurs sont également les auteurs des extraordinaires séries Fatale, Tome 1 : La mort aux trousses et Fondu au noir.
Au temps présent, Dylan (un jeune homme) est en train d'exterminer de la racaille avec son fusil à pompe. Dans un immeuble, il abat un homme à bout portant dans une salle de bain, puis un deuxième dans le salon. Il tire ensuite froidement et méthodiquement sur 2 autres qui viennent de sortir de l'ascenseur. Pendant ce temps-là, sa voix intérieure semble s'adresser à un interlocuteur invisible, évoquant la facilité avec laquelle il est devenu un tueur, la litanie des crimes grands et petits évoqués tous les jours aux informations, le fait qu'un psychopathe est devenu président et que l'avidité mène le monde. Il se fait prendre par surprise par un agresseur, se défend tout en continuant de penser aux individus qui vivent dans ce monde de manière passive en se gavant de divertissement à la télévision. Mais il se reprend en se disant qu'il n'a pas commencé son histoire par le début, et qu'il lui faut revenir en arrière, peut-être un soir de nouvel an 7 ans plutôt quand des mecs ont importuné sa copine de l'époque dans un bus et qu'il n'avait pas la carrure suffisante pour répondre. Ou alors peut-être le jour où il a fait une tentative de suicide en se jetant depuis le toit de son immeuble, après avoir fait une autre tentative aux médicaments quelques années plutôt.
Dylan finit par se concentrer sur quelques semaines auparavant. Il vit alors en colocation avec Mason. Ce dernier fréquente assidument Kira qui leur rend régulièrement visite et qui passe tout aussi régulièrement la nuit avec Mason dans sa chambre. Elle a également été la meilleure amie de Dylan. Puis un soir, il y a un mois, alors que Mason est sorti chercher des pizzas, Kira est venu s'installer sur les genoux de Dylan et l'a fougueusement embrassé, mais elle s'est séparée de lui dès qu'elle a entendu Mason revenir. C'est ce soir-là que Dylan s'est jeté dans le vide du septième étage, malade de solitude. À peine s'est-il élancé qu'il a regretté son geste. Il a miraculeusement survécu à sa chute. le soir même, il voit l'apparition d'une créature surnaturelle dans sa chambre qui le malmène et qui lui explique que le prix à payer pour sa vie sauve est de tuer une personne par mois.
Après la lecture de Fatale et de The fade out (et avant des séries Cirminal et Incognito), le lecteur est prêt à accorder aveuglément sa confiance à ces auteurs. Il sait qu'ils vont réaliser un nouveau récit qui s'inscrira dans la veine du roman noir, avec certainement des éléments d'un autre genre (superhéros pour Incognito) et des hommages à une époque (les années d'après-guerre à Hollywood pour The fade out). S'il n'a rien lu de tout ça, il est vraisemblable qu'il est venu à cette nouvelle série sur la foi de la renommée des auteurs, ou pour la couverture saisissante.
Le lecteur découvre des pages très organiques dans leur apparence, avec une mise en couleurs étonnante. Elizabeth Breitweiser utilise une approche essentiellement naturaliste, mais avec un parti pris artistique. Dès la première case, le lecteur peut voir que la coloriste ne se contente pas de rendre compte des couleurs de manière réaliste. Pour cette première case, elle complète aussi le dessin avec un arrière-plan évoquant l'ombre portée de la fenêtre. Sean Phillips s'investit fortement dans les décors, mais quand il estime que la case a plus d'impact sans (à de rares occasions), Breitweiser vient la compléter soit en évoquant le décor, soit en réalisant un camaïeu reflétant l'état d'esprit ou l'émotion des personnages. La complémentarité est si naturelle que le lecteur peut ne pas s'en apercevoir s'il n'y prête pas attention. de même qu'il peut ne pas remarques certaines teintes inattendues, dont un orange vif pour aux moments les plus violents et brutaux. le travail de la coloriste est remarquable en plusieurs points. Elle rehausse le relief des surfaces, mais sans utiliser de lissage dans les dégradés de teinte, plutôt avec des surfaces irrégulières qui évitent une impression d'embellissement de la réalité, ou d'enjolivement. La plupart du temps, elle utilise surtout des teintes ternes et un peu sombres pour rendre compte d'un quotidien pas folichon, sans être morbide ou désespéré pour autant. Par contraste, la luminosité de Kira ressort, comme si son entrain apportait de la lumière dans le quotidien de Dylan. Elle effectue également un travail remarquable pour rendre compte de la luminosité si particulière de la neige. Elle sait utiliser les effets spéciaux de l'infographie à bon escient, en l'occurrence pour apporter une vie surnaturelle aux peintures du père de Dylan.
Il faut que le lecteur fasse un effort pour dissocier les traits encrés de Sean Phillips, de leur mise en couleurs afin de se rendre compte de leurs qualités. L'approche de l'artiste s'inscrit dans une veine réaliste, mais là encore avec une intention consciente de ne pas l'enjoliver. Il mélange dans ses cases des traits fins pour une partie des contours, et des traits plus épais pour rendre compte de l'irrégularité de ces contours, des ombres portées, avec des aplats de noir irréguliers. Ses personnages présentent une morphologie normale, sans excès de muscle, et s'habillent avec des tenues ordinaires, variées, et adaptées à leur occupation et aux conditions climatiques, ainsi qu'à leur position sociale et leurs revenus. Les expressions des visages sont variées et font apparaître des émotions nuancées et des états d'esprit complexes. Elles sont mesurées, ne marquant fortement le visage que lors des moments de stress intense, comme lors des affrontements physiques, des prises de risques ou des mises en danger.
Sean Phillips met en oeuvre la même approche graphique pour rendre compte des différents environnements dans lesquels se déroule le récit. le lecteur peut se projeter sans difficulté aux côtés de Dylan qu'il se trouve dans cet immeuble où il fait un carnage, assis à une table dans une bibliothèque municipale, aux côtés de sa copine dans les rues New York, dans la petite chambre de son appartement, dans les couloirs d'un hôpital en attendant de régler sa note, ou au volant de sa voiture. L'objectif du dessinateur n'est pas d'en mettre plein la vue au lecteur, mais d'inscrire le récit dans un quotidien banal et normal. S'il y est sensible, le lecteur peut quand même remarquer la vue panoramique sur les immeubles depuis le toit, la belle verrière d'une terrasse, le pavillon de banlieue ordinaire où habite la mère de Dylan, l'urbanisme authentique des rues New York sous la neige, la foule dans les couloirs du métro, l'aménagement intérieure d'une rame de métro déserte, etc. L'aspect ordinaire et banal des différents lieux est l'aboutissement d'une réflexion graphique sophistiquée, à l'opposé d'une paresse picturale ou d'un manque de compétence.
S'il se limite à la dimension graphique de la narration, le lecteur peut facilement se laisser tromper par son apparente innocuité. Mais sa lecture lui montre qu'elle n'est pas synonyme de fadeur et encore moins de vacuité. En fait toutes les scènes semblent aller de soi et couler de source, alors que l'intrigue raconte des événements sortant pour le moins de l'ordinaire. Cependant, Ed Brubaker fait preuve de la même adresse narrative, pour présenter son histoire comme allant de soi, n'ayant finalement rien de si extraordinaire que ça. Dylan n'est qu'un jeune individu désabusé comme les tous ceux écoeurés par l'état du monde, scandalisé par les injustices, dégoûtés par l'impunité et le laxisme, déjà résignés à cet ordre des choses inique et indigne. Sa tentative de suicide raté lui fait prendre conscience qu'il n'a aucune envie de mourir, mais aussi que chaque jour compte. Il décide donc de faire quelque chose, de prendre les choses en main, et d'éliminer quelques nuisibles de la société. le scénariste montre comment il se procure une arme à feu qui ne peut pas être tracée (ce n'est pas si compliqué que ça) et comment il choisit ses cibles. Ce dernier point s'avère plus compliqué, car Dylan veut avoir la certitude qu'il ne commet pas d'erreur, qu'il assassine bien des individus nocifs pour la société, coupables de crimes graves. Finalement tout cela est bien logique et légitime.
C'est toute la force de la narration du scénariste que de rendre plausible et normal le comportement de son personnage principal. Il apparaît dès le début qu'il se livre à une étude de caractère. Toutes les séquences mettent en scène Dylan et la moitié comporte les commentaires de sa voix intérieure, soit sous forme de cellule de texte, soit sous la forme de courts paragraphes dans une colonne, les dessins occupant l'autre moitié de la page également dans une colonne. La scène d'ouverture alpague tout de suite le lecteur avec cette tuerie méthodique de sang-froid, avec sa violence et sa brutalité. L'intrigue est mise sur les rails avec un individu qui va prendre la loi entre ses mains pour éliminer les éléments nocifs de la société. le lecteur tombe toutefois sur des éléments inattendus comme la tentative de suicide, ou un conte extrait de Les mille et une nuits, ou encore une référence à Frantz Kafka et une autre à Vladimir Nabokov. Il est pris à contre-pied quand le surnaturel fait irruption, à la fois sous la forme d'un spectre se manifestant directement et seulement à Dylan, à la fois par les peintures du père de Dylan. Ed Brubaker maintient l'incertitude quant à la réalité de cet élément surnaturel, laissant le lecteur choisir s'il doit le prendre au premier degré (il y a déjà eu des éléments surnaturels dans les séries précédentes du duo Brubaker & Phillips) ou s'il s'agit d'une métaphore du désordre mental de Dylan (au vu de ses actes, ce ne serait pas si étonnant).
De séquence en séquence, les auteurs dessinent le portrait d'un jeune homme avec un vision égocentrique du monde, absorbé par ses propres réflexions, convaincu de son inutilité, cherchant un but. Mais il est également possible d'y voir une histoire d'amour, un récit cathartique (un gentil jeune homme normal éliminant les immondes criminels), un questionnement sur l'absurdité de l'existence et ses étranges bizarreries, à ce titre l'adolescence de Kira confrontée aux pratiques échangistes de sa mère décroche le pompon. Sous des dehors de thriller et de justice expéditive, Ed Brubaler regarde la vie d'un drôle d'air, son personnage faisant bon usage de sa propension à l'introspection.
Décidément, le lecteur en vient à se demander si le duo Ed Brubaker & Sean Phillips peut rater une histoire. Ils continuer d'évoluer dans le genre du polar, avec une touche de surnaturel (peut-être) utilisant les conventions du genre pour servir leur récit, jouant avec la violence, à la fois pour ce qu'elle a de cathartique, mais sans édulcorer sa brutalité écoeurante, emmenant le lecteur dans la logique d'un jeune homme bien parti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Yradon4774
  28 janvier 2019
"Kill or be killed" de Ed Brubaker et Sean Phillips chez @DelcourtBD
Synopsis :
"La super équipe formée par Ed Brubaker et Sean Phillips frappe à nouveau ! Kill or Be Killed est un thriller sombre, nerveux et intense qui nous conduit sur les pas d'un jeune homme forcé d'assassiner des criminels et des sales types… afin de survivre !
Après une tentative de suicide ratée, Dylan est sauvé par un démon, qui lui propose un marché. Il doit assassiner au moins un salopard par mois afin de gagner le droit de survivre. Et bien entendu, comme tout tueur, il va devoir pratiquer son premier assassinat, ce qui s'avère plus difficile que prévu… de plus, il se débat pour cacher ce secret qui met lentement sa vie en miette, ainsi que celle de ses proches."
Scénariste : Ed Brubaker ;
Dessins : Sean Phillips ;
Coloriste : Elizabeth Breitweiser ;
Editieur : Delcourt ;
Collection : CONTREBANDE ;
Prix : 16.50 € ;
Commander sur BD Fugue ou Canal BD.
Le suicide n'est pas forcément une bonne idée...
C'est ce que notre héros va apprendre à ses dépens, suite à sa tentative ratée. Sauvé par un Démon, il va devoir tuer un salopard par mois pour espérer survivre, car il vient de réaliser qu'il voulait vivre, qu'il aimait la vie et que même si elle est merdique (bah oui tenir la chandelle de son coloc, qui sort avec sa meilleure Kira, dont il est amoureux, ce n'est pas topissime comme vie), c'est quand même mieux que de finir entre 4 planches, mangé par les vers.
La première fois est toujours la plus dure...
Quelle que soit la situation, cela se confirme. Et lorsqu'il s'agit de tuer pour la première fois, c'est plus qu'une évidence, c'est la dure réalité de la vie qui te tombe sur le coin de figure. Notre héros va donc se retrouver dans une situation quelque peu compliquée lorsqu'il aura repéré sa première "proie" et qu'il devra agir, d'autant plus que notre ami le Démon, va se rappeler au bon souvenir de Dylan. Tout ça pour notre plus grand plaisir.
La vie de Justicier n'est pas de tout repos...
Dylan va devoir jongler entre ses doutes, sa conscience, ses remords, son coloc et Kira afin d'arriver à ses fins et de contenter notre ami le Démon. Ce combat va la plonger dans diverses situations plus complexes les unes que les autres, lui attirant des problèmes avec des strip-teaseuses de l'Est (qu'il voulait sauver), quelques blessures, suite à des mauvaises rencontres (dont une orchestrée par son ami Démoniaque), mais également des prises de tête avec son coloc et sa meilleure amie Kira (comment leur expliquer ce qu'il fait, hein, comment ?). Tout ça, va faire péricliter sa vie, ses relations et sa santé et Dylan, ne sait pas s'il va pouvoir durer sur la distance.
Qu'est-ce que j'en pense de ce tome 1 ?...
C'est un petit bijou dans le monde des comics que je viens de découvrir. L'ambiance sombre de cette oeuvre reflète parfaitement l'état d'esprit de notre héros l'ayant amené à attenter à sa vie. Les dessins sont justes de toute beauté, c'est justement un des gros plus de ce comic. La colorisation est également époustouflante et nous en met plein les mirettes. N'oublions pas également le génie du notre ami Brubaker, qui grâce à sa plume, emmène son lecteur au bout du gouffre abyssal, qui s'est ouvert sous les pieds de Dylan. L'association de tous ces éléments me donne juste envie de courir chez mon libraire afin de prendre les 3 prochains tomes de la série et de les dévorer. C'est donc un gros coup de coeur 2019 pour moi.
Note Tome 1 : 19/20.
 
Comme toujours, suivez-moi sur les réseaux sociaux ou directement sur ce blog, pour échanger avec votre serviteur et/ou être les premiers avertis lorsque paraît une nouvelle #chronique. Je viens également d'ouvrir un #insta et un compte @Babelio pour ce blog à retrouver sous le #nametag : yradon4774 (insta) et Paul4774 (Babelio).
See you soon sur les ondes...
Lien : https://wordpress.com/post/y..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JahZi
  11 juin 2019
L'histoire commence par une scène où un individu masqué assassine froidement cinq personnes.
Cela débute aussi par une demande du narrateur de ne pas le juger pour ce qu'il fait et de prendre le temps d'écouter son histoire.
Et vous, auriez-vous fait pareil ?
J'ai fini ma lecture totalement époustouflée par cet anti-héros anonyme. J'attends la suite avec impatience.
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
Bedeo   20 mars 2018
Thriller haletant qui plonge progressivement dans la tête d’un jeune tueur.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   22 février 2018
Le duo Ed Brubaker & Sean Phillips marque de nouveau un grand coup avec ce polar dur et intense. Que feriez-vous si l'on vous proposait de tuer des criminels, devenant ainsi un justicier? Le ton est donné pour une série qui s'annonce prometteuse.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   16 février 2018
Kill or be killed n’est peut-être pas (encore) aussi forte et intemporelle que Criminal, mais, par son ton malin et son design soigné, elle se pose comme un thriller moderne de haute volée, difficile à lâcher.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
robert7robert7   05 février 2019
Ils vous séduisent, avant même que vous n'ayez eu le temps de réaliser ce qui se passe.
Commenter  J’apprécie          70
Lire un extrait
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
182 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre