AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782290019986
248 pages
Éditeur : J'ai Lu (04/01/1999)

Note moyenne : 2.61/5 (sur 28 notes)
Résumé :
C'était Clare qui conduisait. Rob était assis à côté d'elle. Soudain, un homme s'engagea sur la chaussée. Ellé écrasa la pédale de toutes ses forces, mais c'était celle de l'accélérateur.
Avec l'embardée, la portière du passager s'ouvrit, vint heurter le réverbère, puis se referma brusquement avec un bruit étrange, inconnu... Rob était silencieux, la tête penchée hors de la vitre brisée, l'épaule pressée contre le rebord. Quelqu'un, dehors, le regardait ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
greg320i
  14 septembre 2013
Dans la série "le titre est ridicule" je décerne l'oscar à celui-là !
S'il n'y avait que ça... malheureusement le livre l'est aussi .
Narration faiblarde , manque d'enthousiasme , dialogue peu inspiré , mais que donc nous a pondu Ramsey Campbell ?
Point positif, la 'chose' ne compte que 250pages, je n'aurait pas pu en supporter davantage d'ailleurs: mes heures de bonne lectures étant précieuses, un ennui tel que celui-ci m'a frustré je dois dire. Mais il y a pire:
Connaissant l'auteur qui m'avait ravi avec ' Spirale de malchance ' et ' La Lune affamée ' ,je m'attendait donc à un roman plus,, disons rebondissant. Hélas non! Entrée en scène de manière original avec l'accident décimant le frère de Clare , la suite se veut brouillonne, voir confuse pour ne pas avouer décevante (voilà c'est dit ) . le sujet se voulait horrifique ,il à été épouvantable mais dans le mauvais sens du terme . Prétexte à vouloir poursuivre un homme qui à volé le bras de son frère, le récit n'a pas de fil conducteur , on s'égare avec deux ou trois autres hommes qui ont aussi leur vengeance personnel. Une chatte décimé pour l'un ( ne rigolez pas , mais dans l'histoire cela prend des proportions tragiques) et pour l'autre sa mère . Oh que le tueur est vil ! On en apprend beaucoup sur son passé, son enfance terrible . Sans surprise Clare se verra donc confronter à mener sa petite enquête. Pas assez intéressante d'ailleurs pour susciter l'ombre d'une émotion.
Bref, Mou , Moyen , Mitoyen , Mitigé , On n' aime,,ou pas . Pour moi tout est dit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          186
HORUSFONCK
  02 décembre 2017
Ce récit d'horreur vaut plus par son ambiance glauque et grise, que par son suspense proprement-dit.
Ramsay Campbell, dans ce premier roman que je lis de lui, ne fait pas montre du talent d' un King ou d' un Koontz... La faute, peut-être, à trop de circonvolution dans l'explication de l' énigme et à un titre quelque-peu galvaudé.
Un livre qui mériterait certainement une nouvelle écriture par son auteur...
Commenter  J’apprécie          131
hellrick
  09 mars 2021
Né en 1946 à Liverpool, Campbell écrit des pastiches de Lovecraft dès ses 11 ans et publie son premier recueils de nouvelles lovecraftienne (THE INHABITANT OF THE LAKE) à 18 ans…et chez Arkham House en plus, excusez du peu ! Par la suite, Campbell désire se détacher de cette influence (il y reviendra cependant à plusieurs reprises) et, après diverses nouvelles plus contemporaines (à découvrir dans L'HOMME DU SOUTERRAIN) il propose son premier roman sous le titre très pulp et évocateur de LA POUPEE QUI DEVORA SA MERE. Campbell recevra, au cours de sa carrière, un nombre impressionnant de récompenses, en particulier le British Fantasy. On se permettra par conséquent de dire très modestement que ce premier roman n'est pas très folichon…
Après une scène introductive intrigante et effective, LA POUPEE QUI DEVORA SA MERE laisse cependant dubitatif. L'intrigue, en premier lieu, parait lâche et le lecteur se demande où l'auteur veut en venir. Il est question d'un accident de voiture au cours duquel le frère de l'héroïne, Clare, trouve la mort, d'un journaliste qui mène l'enquête sur l'auteur supposé de l'accident, un personnage bizarre qui s'est emparé du bras du décédé. le journaliste, Edmund Hall, souhaite en tirer une histoire pour sa série de récits « true crime ». Il contacte Clare et débute une recherche du coupable dont nous apprenons l'histoire.
Le style de Campbell n'est pas constant : certains passages paraissent plus travaillés que d'autres mais, dans l'ensemble, l'écriture n'arrive pas vraiment à passionner. de son côté, la caractérisation des protagonistes manque de maitrise et n'évite pas les clichés. A vrai dire, ils ne sont guère sympathiques et le lecteur peut difficilement s'y attacher ou même s'intéresser à leurs aventures. Loin des personnages complexes et si bien brossés d'un King, loin du métier de page-turner d'un Koontz, loin des outrances d'un Barker ou de l'imagination délirante d'un Masterton, ce premier bouquin de Campbell déçoit. A mi-parcours, l'écrivain semble toutefois se reprendre et le récit devient un peu plus efficace, avec une description assez évocatrice de l'univers post-hippie du milieu des seventies. Petit sursaut car ensuite l'intérêt décline à nouveau jusqu'à une conclusion pas vraiment satisfaisante, elle non plus. Bref, un beau pétard mouillé, un grand coup dans l'eau et toutes ces sortes de choses. Vu le succès public et critique de Campbell on peut supposer que ses romans ultérieurs sont meilleurs…On tentera mais sans se presser.

Lien : http://hellrick.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Varaha
  15 janvier 2017
En commençant ce livre, je ne m'attendais à rien de transcendant... Mais pas non plus à si peu. L'idée n'est pas mauvaise, mais la rédaction laisse à désirer. Il y a des retours en arrière ou des bonds en avant au début du récit qui risquent de faire perdre le fil.
L'auteur cherche à faire de belles descriptions, mais donne l'impression de plus s'intéresser aux décors qu'aux protagonistes, ce qui floute l'ensemble.
Ce qui m'a rendue fort perplexe, surtout au démarrage de ma lecture, c'est que des passages fort bien écrits/travaillés alternent avec des passages assez médiocres, ce qui rend la lecture moins confortable, voire désagréable.
En ce qui concerne l'histoire, l'idée n'est pas mauvaise : une série de meurtres suspects, un arrière plan teinté de religion et d'éducation, des personnages différents mais qui laissent leurs différences de côté pour collaborer ensemble. Ensuite, on arrive à la chute, plus ou moins surprenante, mais qui ne termine pas le récit.
C'est là que je n'ai pas compris l'utilité de rajouter ces quelques pages qui terminent, et qui n'apportent pas grand chose de plus, du moins de mon point de vue.
En général, j'aime beaucoup les romans noirs, mais celui-ci m'a déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
maltese
  28 septembre 2010
Tout commence avec un accident de voiture causé par un inconnu qui se trouve au milieu de la chaussée et dans lequel Clare perd son frère. Ce dernier sous le choc a perdu un bras, que, fait étrange, les secours ne retrouverons pas !
Commence alors pour Clare une enquête bien mystérieuse... (et difficilement résumable).
Un roman d'épouvante, le premier de Campbell, et une réussite du genre.
Une atmosphère étouffante et une histoire très originale font de ce livre un chef-d'oeuvre du fantastique.
Une maîtrise parfaite à la fois de l'intrigue avec des moments de cauchemars moites et sordides mais aussi de l'ambiance (quel grand moment que la description de cette maison "hantée").
A lire absolument, si ce n'est fait, pour tous les amoureux du fantastique mais aussi des histoires glauques.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
StockardStockard   30 décembre 2015
Étant enfant, elle exprimait sa joie en faisant des pirouettes; jusqu'au jour où on avait commencé à l'appeler Courtaude.
Commenter  J’apprécie          40
VarahaVaraha   15 janvier 2017
L'obscurité était trop profonde pour qu'il ose un geste vers le commutateur.
Il s'enfouit sous les couvertures. Là, au moins, sa propre chaleur se substituait à celle, morne et suffocante, des ténèbres.
Commenter  J’apprécie          10
VarahaVaraha   15 janvier 2017
Lorsqu'il se trouverait face à face avec lui-même, les deux parties de son moi se ressouderaient. Il enfonça plus profondément son visage dans la terre, fouillant avec frénésie.
Commenter  J’apprécie          10
grm-uzikgrm-uzik   29 janvier 2019
- "Je ne saurais décrire le regard de cette femme lorsque je lui avouai ce que j'avais fait croire en elle. Mais je savais que la force qu'il le donna n'était rien à côté de celle que je possédais, encore inutilisée."

~ Aperçus du Pouvoir Absolu ~
Commenter  J’apprécie          00

Video de Ramsey Campbell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ramsey Campbell
Lovecraft: Fear Of The Unknown-Ramsey Campbell clip
autres livres classés : epouvanteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
714 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre