AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791036000447
Éditeur : L'Atalante (16/04/2020)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 246 notes)
Résumé :
« " La terre est avec moi, frère, dit Ta-Kumsaw. Je suis le visage de la terre, la terre est mon souffle et mon sang.
- Alors j'entendrai battre ton coeur dans le pouls du vent, dit Lolla-Wossiky.
- Je rejetterai l'homme blanc à la mer", dit Ta-Kumsaw. »
1810, sur la Frontière des pionniers américains. Promis à l'avenir mystérieux et grandiose d'un « Faiseur », Alvin a dix ans. Le voici qui découvre le monde des hommes rouges, dont l'existence s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
zazimuth
  25 janvier 2016
J'avais hâte de découvrir la suite des aventures d'Alvin et notamment son départ comme apprenti forgeron mais j'ai dû ronger mon frein et ai été un peu déçue par le début du second tome qui plante le décor de l'intrigue historique dans le contexte de laquelle tout se déroule.
J'ai bien compris par la suite l'importance que ça avait, notamment pour l'histoire des Indiens à laquelle Alvin va participer.
Il y a donc une rivalité entre Vigor Church et Armure-de-Dieu Weaver, à la tête de son commerce qui le met en relation pacifique avec les Indiens dont il connaît bien le mode de vie, et Carthage City, avec le gouverneur Harrisson à la tête d'un fort qui alimentait les « Rouges » en whisky.
Harrisson a été puissant dans la région mais depuis que « Le prophète rouge » prêche l'abstinence, les Indiens ont déserté le fort pour construire un camp aux portes de Vigor Church. le gouverneur élabore donc une stratégie pour amener les Indiens et les habitants voisins à s'affronter et l'appeler à l'aide pour régler le conflit.
Alvin apparaît enfin, sur le point d'être envoyé en apprentissage chez un forgeron mais... sur la route, avec son frère Mesure, ils sont capturés par des Indiens à la solde d'Harrisson qui veulent les laisser pour morts en signant du nom de Ta-Kumsaw, le chef – d'ordinaire pacifique – des Indiens voisins de Vigor Church. C'est finalement ce dernier qui va sauver les fils Miller, averti par son frère qui n'est autre que le Prophète... qui n'est autre que le Totem d'Alvin, l'Homme Lumière qui lui a montré la voie de son pouvoir.
Alvin va alors suivre Ta-Kunsaw pour découvrir le mode de vie des Indiens dont le respect de la Terre fait écho à son prorpre talent.
Voilà un épisode sanglant mais intéressant pour comprendre le contexte et j'ai particulièrement aimé le passage où Mot-à-Mot et Ta-Kunsaw doivent se rapprocher pour gravir la Butte-aux-huit-face en cherchant à reproduire l'âme d'Alvin qui est à moitié blanche et à moitié rouge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
gilles777
  17 janvier 2020
Deuxième de la série de fantasy "Alvin le faiseur" d'Orson Scott Card.
Le roman se passe dans les années 1800 et dans une Amérique où les sortilèges et les pouvoirs existent. L'histoire se concentre surtout sur deux frères amérindiens : L'un, un grand guerrier charismatique, et l'autre, un chaman puissant. Et les deux ont une solution différente face à l'invasion de l'homme blanc; le guerrier veut les bouter hors de l'Amérique et les renvoyer en Europe, le chaman veut séparer le territoire entre les amérindiens d'un côté et l'homme blanc de l'autre. Et, bien sûr, Alvin, le septième fils, avec ses pouvoirs en développement, va se trouver mêlé à tout cela.
L'auteur a réussi, par le rythme de son histoire, à surmonter mon scepticisme, et ce n'est pas facile.
Son talent de conteur m'a permis d'apprécier cette histoire que j'ai bien aimée.
Commenter  J’apprécie          170
JessieL
  11 septembre 2020
Dans le Prophète Rouge, on retourne en Amérique au temps des premiers colons pour y retrouver un enfant au destin peu ordinaire. Les Miller ont bien conscience que leur dernier fils Alvin n'est pas un enfant comme les autres. Il a des dons extraordinaires. Mais en but à la méfiance des uns et à la convoitise des autres, ils acceptent de le laisser partir pour faire un apprentissage loin de chez eux, afin de le mettre à l'abris. C'est son frère aîné Mesure qui est chargé de le conduire à destination. Seulement, chemin faisant, ils vont croiser la route d'Indiens peu recommandables et aux intentions malveillantes. C'est ainsi qu'ils se retrouvent prisonniers de ces peaux rouges qui comptent bien les tuer et envoyer, par la suite, leur dépouille à leurs parents. Mais c'est sans compter les dons d'Alvin qui émoussent leurs armes, déjouant ainsi toutes leurs tentatives pour les assassiner. Libérés par un autre clan d'Indiens mené par Ta-Kumsaw, Mesure et Alvin se retrouvent pourtant bien loin de chez eux. Ils se découvrent les victimes d'une machination orchestrée par un colon ambitieux qui souhaite se servir de leur mort pour faire éclater une guerre entre les colons et les Indiens. Malgré tous ses pouvoirs, Alvin saura-t-il vraiment en mesure d'empêcher un bain de sang ?
Dans Les Chroniques d'Alvin le Faiseur, Orson Scott Card nous transporte en Amérique lorsque les premiers colons cohabitaient avec les Amérindiens. Alors que dans le Septième Fils, on partageait le quotidien d'une communauté de colons, dans le Prophète Rouge, on change de point de vue en passant plutôt du temps parmi les Indiens. En effet, Alvin voit son destin s'entremêler avec celui des Indiens, notamment celui d'un chef réputé répondant au nom de Ta-Kumsaw. L'auteur met l'accent sur leurs croyances et leur culture. Ils ont un rapport à la nature très fort. Or, l'arrivée de ces étrangers constitue une vraie menace pour leur environnement. Ils sont un danger autant pour leur écosystème que pour leur propre survie. Orson Scott Card met, par exemple, en exergue le danger de l'alcool et notamment de l'abus du whisky par les Indiens. Une addiction qui leur fait perdre pied et les coupe même de ce qui fait leur essence. Avec le Prophète Rouge, on se retrouve dans la peau de ces Indiens qui ont dû face à l'arrivée en masse d'étrangers. S'il y a eu des rapprochements pacifiques, cette cohabitation s'est plus souvent déroulée avec de nombreux heurts. Les accès de violence des uns et des autres ont instauré un climat de défiance. Les raids indiens étaient aussi violents que les représailles des colons. C'est d'ailleurs dans cette ambiance délétère qu'Orson Scott Card a inséré son récit. Il donne ainsi une grande légitimité à son uchronie d'autant qu'on rencontre également entre ces lignes des personnalités historiques comme le marquis de Lafayette qui a joué un rôle dans l'indépendance des Etats-Unis.
La puissance de cette saga réside également dans son personnage principal : ce jeune magicien qui ignore encore l'étendu de ses pouvoirs. En pleine apprentissage, il est entouré de mentors qui viennent l'aider dans l'accomplissement de sa destinée. Dans le Prophète Rouge, Alvin est d'ailleurs profondément marqué par les événements qui le font mûrir d'un seul coup. C'est un tome qui marque la fin de l'insouciance pour notre apprenti-magicien. Encore très jeune, chacune de ses aventures vont le faire grandir et forger sa personnalité. C'est un personnage très attachant que l'on n'apprécie de retrouver. Faiseur de miracles, il nourrit la fantasy d'Orson Scott Card en multipliant les prodiges. Les Chroniques d'Alvin le Faiseur, c'est l'authenticité d'une époque-clé de l'Histoire américaine et l'épopée extraordinaire d'un jeune garçon appelé à devenir un grand magicien.
Fantasy à la Carte
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NATB
  22 janvier 2016
Livre II des chroniques d'Alvin le faiseur, "celui qui fait partie de ce qu'il crée".
Nous retrouvons notre jeune héros parti faire son apprentissage, mais rien ne se passe comme prévu.
Il va découvrir l'univers des Hommes Rouges, leur communion innée avec la nature : il est le seul blanc à entendre la petite musique verte de la Terre.
C'est l'Amérique du XIX siècle où nous faisons connaissance avec Casse-pattes Palmer, un trafiquant de whisky, le gouverneur Harrison,le chef Shaw-nee Ta-Kumsaw, son frère Tenskwa-Tawa "le prophète", le marquis De La Fayette, Bonaparte...
De nouvelles aventures extraordinaires, des découvertes magiques mais aussi de nouvelles épreuves plus difficiles attendent Alvin...l'ombre du Défaiseur est toujours là, maléfique.
Le récit est riche, plein de tolérance et d'humanité.
J'ai beaucoup aimé ce tome c'est vraiment très addictif .
Commenter  J’apprécie          90
levri
  19 juillet 2019
Alvin, le septième fils d'un septième fils a maintenant dix ans et suite à divers péripéties se retrouve en compagnie des hommes rouges, vivants en accord mystique avec la nature. Il prend conscience de nouveaux pouvoirs et doit subir de nouvelles épreuves plus rudes. Sa rencontre avec le prophète rouge va entraîner ce second tome vers de nouvelles révélations dans une atmosphère de magie …

Nous revenons en arrière dans un premier temps afin de définir la situation politique dans les nouveaux territoires occupés par les blancs, pour des opportunistes sans scrupules tout est bon pour s'enrichir et acquérir du pouvoir, les rouges sont gênant tous les procédés sont bons pour les éliminer, mais c'est sans compter avec le prophète rouge, guide mystique qui prône la non-violence et Ta-Kumsaw, le chef de guerre qui chasse les blancs sans les tuer. le Canada français, lui aussi a son idée pour étendre son influence, surtout celle du général Bonaparte, fraîchement débarqué…
Après cet état des lieux de presque deux centaines de pages nous retrouvons Alvin où nous l'avons laissé à la fin du précédent volume, en route pour devenir apprenti forgeron ils est enlevé par des rouges soudoyés par l'auto-proclamé "gouverneur" puis libéré par Ta-Kumsaw qui l'amène au prophète rouge. L'intrigue se développe dans le mysticisme en opposition avec les intérêts matérialistes des blancs. Mysticisme, intrigue politique, développement des pouvoirs du jeune Alvin, guerre, massacre, une épopée grandiose mêlée aux réflexions des uns et des autres, un livre qui ne peut laisser indifférent.

Orson Scott Card nous régale avec son talent habituel dans cette uchronie où l'intrigue s'étoffe et s'étend sur un territoire de plus en plus important. Un excellent roman qui offre de nombreux niveaux de compréhension et devrait satisfaire tous les lecteurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
MorgouilleMorgouille   07 septembre 2009
La mère aimait beaucoup Ta-Kumsaw, plus que n’importe quelle mère de la tribu aimait un fils ; mais quand bien même, elle aimait davantage Lolla-Wossiky. Souventes fois elle leur avait raconté comment, bébé, Lolla-Wossiky se mettait à pleurer chaque hiver dès les premiers souffles d’air glacés. Elle avait beau le couvrir de peaux d’ours ou de bison, elle ne parvenait jamais à le calmer. Puis un hiver où il était assez grand pour parler, il lui apprit la raison de ces pleurs : « Toutes les abeilles vont mourir », dit-il. Voilà ce qu’était Lolla-Wossiky, le seul Shaw-Nee qui ait jamais ressenti la mort des abeilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
EveToulouseEveToulouse   15 septembre 2014
Ils se mirent enfin en route, sans un regard en arrière parce que ça portait malheur, et conscients que p'pa et m'man s'étaient dépêchés de rentrer dans la maison avant qu'ils soient hors de vue, parce que ça rendait la séparation plus longue de regarder partir les gens, et si on les regardait jusqu'à ce qu'ils disparaissent, alors quelqu'un risquait de mourir avant qu'on les revoie. M'man prenait ça très au sérieux. Rentrer très vite, c'était tout ce qu'elle pouvait encore faire pour contribuer à protéger ses garçons durant le voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NATBNATB   01 janvier 2016
Bonaparte était furieux mais il rit à son tour."A demi vrai, dit-il.Je ne me soucierai plus de vous, mais je ne vous oublierai pas.J'ai beaucoup appris à votre contact, Ta-Kumsaw. Que les hommes se battent mieux pour l'amour d'un chef que pour l'amour du pays, mieux pour l'amour du pays que pour l'espoir de la gloire, mieux pour l'espoir de la gloire que pour le pillage, et mieux pour le pillage que pour la solde. Mais le mieux encore, c'est de se battre pour une cause. Pour un grand et noble rêve."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
EveToulouseEveToulouse   15 septembre 2014
Tailler, couper, casser, brûler, c'était ça les façons de l'homme blancs. Prendre à la forêt, prendre à la terre, prendre à la rivière, mais ne rien donner en retour.
L'homme blanc tuait des animaux dont il n'avait pas besoin, des animaux qui ne lui faisaient pas de mal ; mais si un ours avait faim en se réveillant l'hiver et prenait un petit cochon, même un seul, l'homme blanc le traquait et le tuait par vengeance.
Il n'avait aucun sentiment de l'harmonie de la terre, jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
zazimuthzazimuth   25 janvier 2016
A partir d'aujourd'hui et pour toujours, quand il verrait des gens discrets, des hommes ou des femmes qu'on remarque peu et qu'on oublie souvent, mais qui participent à la vie du village, de la ville, de la cité, qui lient les habitants entre eux, qui les maintiennent ensemble, Alvin les saluerait en silence et leur rendrait hommage dans son coeur, car il savait que leurs vies assuraient une étoffe robuste, un tissage serré. (p.380)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Orson Scott Card (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Orson Scott Card
La Stratégie Ender (Ender's Game) est un film de guerre de science-fiction américain écrit et réalisé par Gavin Hood sorti en 2013. Il s'agit d'une adaptation de La Stratégie Ender d'Orson Scott Card. Bande Annonce VF.
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La Stratégie Ender

Comment s'appelle le frère d'Ender Wiggin ?

Valentin
Bean
Peter

10 questions
183 lecteurs ont répondu
Thème : Le Cycle d'Ender, tome 1 : La Stratégie Ender de Orson Scott CardCréer un quiz sur ce livre

.. ..