AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fred Le Berre (Traducteur)
EAN : 9782352944102
786 pages
Éditeur : Bragelonne (27/08/2010)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Imriel est le fils adoptif de Phèdre, l'Elue de Kushiel. Enlevé, torturé et réduit en esclavage lorsqu'il n'était qu'un enfant, Imriel est aujourd'hui prince du sang. A la Cour où se trament mille conspirations, nombreux sont ceux qui souhaitent sa mort de peur qu'il n'ait hérité des dons maléfiques de sa véritable mère, Melisande. Alors qu'il approche de l'âge d'homme et que s'éveillent en lui des désirs de plus en plus vifs, Imriel en vient à partager leurs craint... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  03 juillet 2012
Après sa trilogie « Kushiel » consacrée au charismatique et attachant personnage de Phèdre, J. Carey revient dans le monde de Terre d'Ange avec un second cycle centré cette fois sur le jeune Imriel, fils de la machiavélique Mélisande que l'on avait déjà eu l'occasion du rencontrer. C'était un pari un peu osé que de proposer la suite d'une première série en changeant complètement de protagoniste mais l'auteur relève le défi haut la main. C'est donc avec plaisir que l'on retrouve l'univers de J. Carey ainsi que les personnages que l'on avait appris à aimer ou au contraire à détester, même si ce n'est que pour de brèves apparitions. le prince Imriel se révèle pour sa part rapidement attachant et on ne regrette donc pas le changement de perspective.
Si l'action est très peu présente dans la première partie du roman, celle-ci se concentrant sur la difficile intégration d'Imriel à la cour et sur les séquelles laissées par les sévices endurés dans sa jeunesse, cela ne gène en rien la lecture tant la plume de l'auteur est fluide et captivante. J. Carey adopte ensuite à nouveau le même schéma que pour ses précédents romans, à savoir le départ du protagoniste dans une région du monde que l'on avait pas encore eut l'occasion d'explorer, ici la ville de Tiberium (notre Rome). le rythme s'accélère alors à mesure que l'intrigue se complexifie et il devient difficile de lâcher le roman. Comme toujours se sont toutefois les personnages qui constituent l'atout majeur du livre grâce à leur personnalité fouillée et à leur profonde humanité. Encore une belle réussite pour J. Carey donc j'ai hâte de lire les autres romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Nadou38
  05 octobre 2016
Grande fan des Kushiel, j'avais hâte de retrouver dans Imriel les personnages et l'univers créés par Jacqueline Carey. Et ce fut le cas : on reprend l'histoire juste après la fin du troisième tome des Kushiel lorsque Phèdre et Joscelin ramènent Imriel en Terre d'Ange.
On découvre de nouveaux personnages qui vont accompagner Imriel au fil des chapitres. L'auteure mélange avec délices des complots, des trahisons, des mystères, des combats et de l'amour évidemment.
Ce qui change, c'est que la narration se fait désormais du point de vue d'Imriel.
Ce tome se découpe en 3 parties :
-la jeunesse d'Imriel en Terre d'Ange depuis son adoption jusqu'à ses 18 ans,
-sa vie d'étudiant à Tiberium,
-son voyage à Lucca.
Personnellement, j'ai commencé cette lecture de manière mitigée car je me suis clairement ennuyée dans la première partie. Je sais que l'auteure prend généralement son temps pour mettre en place le cadre et bien présenter son personnage principal, mais là, j'ai trouvé cela vraiment trop lent...
Cela devient plus intéressant lors du passage à Tiberium, mais j'ai largement préféré la dernière partie, à Lucca, qui a un rythme nettement plus effréné et tendu. le personnage d'Imriel est moins hésitant, plus mature, je me suis davantage attachée à lui. C'est ce qui sauve d'ailleurs cette lecture car je commençais à me dire que je ne lirais pas la suite. En fait si, je la lirai, je veux voir ce que va devenir Imriel et son entourage, mais peut-être pas tout de suite...
Imriel ne fut donc pas un coup de coeur pour moi malheureusement. le début laborieux est compensé tout de même par une fin très palpitante qui donne envie de poursuivre l'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
candou42
  14 novembre 2020
J'avais grandement apprécié la trilogie initiale de l'auteur (Kushiel). Je trouvais qu'elle alliait habilement religion, mythologie, moeurs, complots politiques et aventures. C'est en pensant retrouver tous ces ingrédients que je me suis lancée dans le premier tome de la deuxième trilogie, cette fois-ci consacrée à Imriel.
Tout commence lentement, l'auteur prenant le temps d'exposer les pensées et sentiments d'Imriel, alors jeune adolescent traumatisé et dépassé par son statut au sein de la cour royale. J'ai beaucoup aimé ce début et il me fut très facile de replonger dans l'univers complexe de l'auteur. Cependant, une fois Imriel ayant atteint l'âge d'homme (18 ans) et la lectrice que j'étais, la moitié du roman, j'ai commencé à trouver le temps long et surtout j'étais déçue de constater que tout ce qui faisait le sel de la première trilogie (complot et intrigues politiques entremêlés d'aventures), n'était toujours pas au programme. Alors,oui, au bout d'un moment, Imriel entreprend un voyage initiatique pour se trouver en tant qu'individu. L'auteur en profite donc pour intégrer les ingrédients cités plus haut. Mais cette fois-ci, la recette n'a pas fonctionné pour moi. Je n'arrivais pas à m'intéresser aux événements décrits et, surtout, je les ai trouvés mal amenés. Ainsi, les 200 dernières pages voient Imriel se retrouver au beau milieu d'un coup d'état. Mais voilà, celui-ci n'a pas l'ampleur de ceux décrits dans Kushiel, car il ne concernait qu'une province très secondaire n'ayant aucun lien avec la terre natale du héros. D'où mon impression d'une intrigue politique uniquement créée pour permettre au héros de prouver son héroïsme, de gagner le respect général et surtout de rehausser l'estime qu'il a de lui-même, pour qu'il puisse évoluer et passer à autre chose.
Ce fut donc une lecture très mitigée et très bavarde malgré un début prometteur. J'ai eu du mal à me passionner et surtout à croire à l'enchaînement des évènements créés par l'auteur qui ne m'ont parus inventés que pour servir l'évolution du personnage d'Imriel. de plus, mis à part cela, il ne se passe rien dans ce premier tome, que des pistes amorcées qui ne sont pas exploitées dans ce tome
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lady_K
  31 décembre 2010
Venons-en aux faits ! le livre en lui-même et ce que j'en pense. Sachez que je n'ai pas lu la première trilogie – on dirait que ça devient une habitude – qui raconte l'histoire de Phèdre, la mère adoptive d'Imriel. Et pourtant c'est tout à fait compréhensible. le prologue s'emploi à nous rappeler les choses les plus importantes, et tout au long du récit, quand c'est nécessaire, on rappel le au lecteur ce qu'il doit savoir – qu'il ait ou non lu la première trilogie – pour la bonne compréhension de la suite.
Ce roman est un sacré « pavé » - presque 800 pages- écrit petit, alors que ceux que ça effraie partent en courant, les téméraires peuvent rester et ils auront raison. Car ce livre est très plaisant à lire. On sent que le récit est travaillé, l'auteur a vraiment du talent. Certains indices sur la suite des aventures sont disséminés dès le début, mais on ne comprend pas tout de suite que ce sont justement des indices. Ce n'est que lorsque l'action se passe qu'on se dit « Ah ! Mais oui ! C'était évident depuis le début ».
Ce livre pose les bases pour ce qui sera ce qu'on peut appeler la « vraie histoire », celle qui sera sans doute le fil conducteur de la trilogie. Mais on ne s'ennuie pas un seul instant. On suit Imriel, le personnage principal, dans son apprentissage de la vie et des intrigues avec lui, on rit avec lui, on pleure avec lui, on enrage avec lui, bref on partage vraiment ses émotions. Il lui arrive bien des aventures à ce pauvre garçon. Au début on peut croire que c'est fortuit, mais on finit par comprendre que tout a plus ou moins un lien avec ce fameux fil conducteur et j'ai trouvé ça vraiment très réussi !
On en apprend un peu plus sur la mère biologique d'Imriel, prince de sang bien malgré lui, et elle devient de plus en plus intéressante et pourtant si mystérieuse, car on ne sait pratiquement rien d'elle. On ne la voit pas de tout le récit et pourtant elle est bien présente. Est-ce qu'elle manipule tout le monde ou bien lui prête-t-on des actes qui ne sont pas de son fait ? J'ai hâte d'en savoir un peu plus, voire beaucoup plus sur elle !
Les autres personnages que rencontre Imriel sont tout aussi intéressants, beaucoup sont attachants, d'autres moins … mais tous ont le don d'attirer notre attention. Chacun a sa particularité qui le rend si humain ou au contraire, inhumain. Ce qui nous amène à l'apprécier ou le détester. Des personnages, donc, très réussis et hauts en couleurs.
Ce tome mêle humour et gravité. Comme déjà dit plus haut, à la lecture, on sourit, on rit, mais on pleure également, notamment car les personnages sont si réussis qu'ils arrivent à nous toucher émotionnellement. J'ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux au cours de ma lecture.
Enfin, une chose que j'ai beaucoup appréciée, surtout dans un livre aussi gros où il est parfois difficile de se rappeler de tous les détails, c'est que lorsqu'Imriel repense à une conversation qu'il a eu plus tôt ou à des paroles, les termes exacts sont rappelés au lecteur.
La seule petite chose que je pourrais reprocher, c'est le côté un peu Harlequin par moment. Mais ce n'est pas non plus le plus gros de l'action, l'histoire « à côté » est assez intéressante pour que l'on passe l'éponge sur ce détail et enfin, il me semble que ce sont des passages presque nécessaires à l'histoire. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais je l'ai senti comme tel. C'est la mentalité de Terre d'Ange, le pays natal d'Imriel, dont la principale devise est « Aime comme tu l'entends ». Certains parlent de passages érotiques et non pornographiques, n'étant pas experte sur la question, je vais acquiescer à leur jugement …
En conclusion, un livre qu'il faut lire quand on aime le genre, tout comme moi. Par contre si vous comptez lire la première trilogie, attendez, car il y a tout de même beaucoup d'informations sur ce qui se passe dans les trois tomes précédents. Je recommande donc cette lecture à tous les autres. J'étais un peu sceptique au début sur ce que j'allais trouver, mais finalement j'ai beaucoup apprécié ma lecture !
Lien : http://antredeslivres.hautet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mauriceandre
  19 février 2020
Salut les Babelionautes
Je continue ma relecture de l'oeuvre de Jacqueline Carey avec ce premier tome de sa deuxième Trilogie.
Cette fois ce n'est plus Phèdre le personnage principal mais Imriel, le fils de Melisande.
Autour de lui ce n'est que complots et machinations, pour le détruire ou l'utiliser, mais il ne se laissera pas manipuler, et c'est dans la ville de Tibérium (Rome) ou il ira a l'université retrouvé Eamonn mac Grainne, le Prince d'Alba et fils de de Grainne et Quintilius Rousse.
Ensemble ils vont vivres des événements qui les changeront, subir un siège dans une ville des Caerdicie.
Même si l'action ne débute pas dans le premier tiers du récit, il est suffisamment intéressant, car on en apprend plus sur Imriel.
le Prince Eamonn a lui tous seul vaut le détour, tout le monde l'aime, et malgré son apparence barbare, il est plus futé que d'autres.
Même si il n'y a pas vraiment de magie dans l'oeuvre de Jacqueline Carey, on y trouve d'autre mystères.
Merci a Fred le Berre pour l'excellence de sa traduction, sans lui je n'aurai pas découvert Terre d'Ange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (1)
Elbakin.net   20 juillet 2015
Un démarrage plus que solide pour cette nouvelle trilogie, mais qui ne crée plus la sensation à même de marquer les esprits pour l’année.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
shamandalieshamandalie   03 février 2017
 Nous avons parlé des éléments physiques, expliqua-t-il patiemment. Mais dans quels autres éléments un déséquilibre peut-il s’avérer nuisible ?
— Et ne réponds pas « l’amour », D’Angelin, murmura Aulus.
Je me passai les mains sur le visage.
— Pourquoi pas ? demandai-je. Après tout, c’est le cas. Un amour auquel l’un des deux amants ne répond pas dans une égale mesure peut être source de souffrance et d’amertume.
Il rougit et détourna la tête.
— Où réside la faute s’il est source d’amertume ? intervint Brigitta. Si tu tires ta dague pour me piquer, c’est ta faute et je serai en colère. Mais aimer sans être aimée en retour… (Elle fronça les sourcils ; la logique de sa réflexion l’avait plongée dans un abîme.) Ce serait comme si je me jetais moi-même sur ta dague et que je t’en veuille pour cela.
Quelqu’un fit un commentaire lascif.
— Oui, dis-je en ignorant l’importun. Mais c’est ce que font les gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
levrilevri   09 juin 2020
Et j’explorai aussi les mystères de ses replis intérieurs.
Emmeline me les dévoila sans la moindre gêne, allongée sur les oreillers, les cuisses ouvertes. Ses doigts écartèrent les grandes lèvres, puis les petites, pour me révéler sa perle de Naamah.
— Là, dit-elle, en poussant un profond soupir comme je lui rendais l’hommage dû. Oh oui ! là.
Et elle me fit aussi découvrir mon propre corps. Elle avait dit vrai : il n’y avait aucune partie qui ne fût sacrée. Je retins mon souffle lorsqu’elle exécuta le languissement, une main nouée autour de la hampe, tandis que l’autre repoussait délicatement le prépuce pour dégager le gland si sensible. Je criai lorsque sa bouche glissa tout du long, une main en coupe enveloppant mes bourses.
— Tout, absolument tout est sacré, Imriel, murmura-t-elle.
C’était vrai. Tout était sacré. Et ces sensations que je connaissais en théorie, au sujet desquelles j’avais tant lu et dont mon esprit s’était repu, je les éprouvai toutes au cours de cette nuit. Lorsque finalement je m’endormis, ma tête reposait sur les seins d’Emmeline. Je sombrai dans le sommeil de l’exténuement absolu. Physiquement et émotionnellement, j’avais été jusqu’au bout de moi-même.
Je dormis parfaitement, sans le moindre rêve, pour m’éveiller à l’aube. La maison du Baume était calme et tranquille. Je me penchai sur le lit, observant les paupières d’Emmeline qui s’entrouvraient sous la caresse des premiers rayons du soleil filtrant à travers la fenêtre donnant sur le jardin. La lumière du matin inondait la couverture rose posée sur le lit.
— Merci, murmurai-je. Merci du fond du cœur.
— Mon merveilleux garçon. (Elle leva un bras pour caresser mon visage.) Te souviendras-tu de tout cela ?
— Toujours, répondis-je. Toujours et avec joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Acerola13Acerola13   17 février 2011
It is whispered that Kushiel's lineage carries the ability to perceive the flaw in mortal souls, to administer an untender mercy. I sence its prescence like a shadow on my soul...the memories of blood and branding and horror, and the legacy of cruelty that runs in my veins. I whisper to myself, over and over...
I will try to be good.
Commenter  J’apprécie          30
levrilevri   09 juin 2020
— Un lieu qui respire la paix, observa Ti-Philippe. Très agréable, ma dame.
— Je vous remercie, chevalier, dit-elle en inclinant la tête d’une manière charmante. (Puis elle se tourna vers moi.) La maison du Baume est unique. Si vous le souhaitez, je peux demander une présentation de l’ensemble des adeptes disponibles et disposés à vous servir. Mais si vous me le permettez, je me fierai à mon propre jugement et choisirai pour vous. (Son sourire s’accentua.) Et voici ce que me dit mon jugement, jeune Altesse. Une femme et non un homme. Même si ce choix aussi peut apporter la guérison, il est trop tôt encore ; et ce n’est pas ce que vous cherchez. Une femme, jeune, proche de votre âge, mais un peu plus mûre cependant, assez pour avoir sa propre sagesse à transmettre.
— D’accord, dis-je. (Ma bouche était de nouveau toute sèche. Je bandai ma volonté pour n’en rien montrer, sans cesser de scruter le visage de la Dowayne.) Vous avez déjà choisi, n’est-ce pas ?
— Vous êtes perspicace. (Elle me toucha la joue, avec un geste d’une douceur étonnante ; son regard était empreint d’une grande gentillesse.) Cela vient-il du sang de votre mère, ou de la formation de votre mère adoptive ?
— Des deux, dis-je dans un souffle.
— Mon pauvre petit, murmura-t-elle. C’est un bien lourd fardeau à porter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   09 juin 2020
— Sidonie ! criai-je en l’apercevant.
Elle était debout sur ses étriers, tirant sur les rênes de sa jument emballée. Un énorme arbre mort bloquait le passage. De derrière, je vis sa jument freiner des quatre fers et refuser l’obstacle ; et je vis Sidonie passer au-dessus de sa tête pour chuter lourdement de l’autre côté de l’arbre. Je tirai brutalement sur les rênes, virant sur la droite.
— Oh non ! murmurai-je. Par pitié, non !
Le Bâtard prit appui sur ses postérieurs et sauta.
Il rangea ses sabots avec la grâce fluide d’un danseur. Nous franchîmes en planant l’arbre mort, puis le corps recroquevillé de Sidonie. Je bondis à terre. J’entendais quelque chose qui se précipitait vers nous dans les taillis.
— Restez couchée ! dis-je en me jetant sur elle.
Était-ce le sanglier ? Je ne pouvais en être sûr. Je plaçai mon corps de façon à la protéger complètement ; les défenses de la bête ne trouveraient que ma chair à labourer. Ce fut alors que j’entendis Sidonie de la Courcel éclater de rire, puis s’esclaffer à gorge déployée, d’un rire vrai et profond, et étonnamment joyeux.
Je la regardai, stupéfait, bouche bée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jacqueline Carey (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline Carey
Kushiel & Imriel : Promotion Canapé #17 : Jacqueline Carey .À l'occasion de la venue de Jacqueline Carey aux Imaginales 2010, l'auteure de la trilogie "Kushiel" a accepté de répondre à quelques unes de nos questions, et présente dans cette vidéo son nouveau livre, "L'Héritier de Kushiel', premier volume d'"Imriel".
autres livres classés : intrigueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Kushiel (Tome 1) ?

Dans quelle maison a grandi Phèdre ?

Camélia
Valériane
Cereus
Mandragore
Orchis

22 questions
73 lecteurs ont répondu
Thème : Kushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline CareyCréer un quiz sur ce livre