AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Fred Le Berre (Traducteur)
ISBN : 2352944104
Éditeur : Bragelonne (27/08/2010)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 98 notes)
Résumé :
Imriel est le fils adoptif de Phèdre, l'Elue de Kushiel. Enlevé, torturé et réduit en esclavage lorsqu'il n'était qu'un enfant, Imriel est aujourd'hui prince du sang. A la Cour où se trament mille conspirations, nombreux sont ceux qui souhaitent sa mort de peur qu'il n'ait hérité des dons maléfiques de sa véritable mère, Melisande. Alors qu'il approche de l'âge d'homme et que s'éveillent en lui des désirs de plus en plus vifs, Imriel en vient à partager leurs craint... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  03 juillet 2012
Après sa trilogie « Kushiel » consacrée au charismatique et attachant personnage de Phèdre, J. Carey revient dans le monde de Terre d'Ange avec un second cycle centré cette fois sur le jeune Imriel, fils de la machiavélique Mélisande que l'on avait déjà eu l'occasion du rencontrer. C'était un pari un peu osé que de proposer la suite d'une première série en changeant complètement de protagoniste mais l'auteur relève le défi haut la main. C'est donc avec plaisir que l'on retrouve l'univers de J. Carey ainsi que les personnages que l'on avait appris à aimer ou au contraire à détester, même si ce n'est que pour de brèves apparitions. le prince Imriel se révèle pour sa part rapidement attachant et on ne regrette donc pas le changement de perspective.
Si l'action est très peu présente dans la première partie du roman, celle-ci se concentrant sur la difficile intégration d'Imriel à la cour et sur les séquelles laissées par les sévices endurés dans sa jeunesse, cela ne gène en rien la lecture tant la plume de l'auteur est fluide et captivante. J. Carey adopte ensuite à nouveau le même schéma que pour ses précédents romans, à savoir le départ du protagoniste dans une région du monde que l'on avait pas encore eut l'occasion d'explorer, ici la ville de Tiberium (notre Rome). le rythme s'accélère alors à mesure que l'intrigue se complexifie et il devient difficile de lâcher le roman. Comme toujours se sont toutefois les personnages qui constituent l'atout majeur du livre grâce à leur personnalité fouillée et à leur profonde humanité. Encore une belle réussite pour J. Carey donc j'ai hâte de lire les autres romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Nadou38
  05 octobre 2016
Grande fan des Kushiel, j'avais hâte de retrouver dans Imriel les personnages et l'univers créés par Jacqueline Carey. Et ce fut le cas : on reprend l'histoire juste après la fin du troisième tome des Kushiel lorsque Phèdre et Joscelin ramènent Imriel en Terre d'Ange.
On découvre de nouveaux personnages qui vont accompagner Imriel au fil des chapitres. L'auteure mélange avec délices des complots, des trahisons, des mystères, des combats et de l'amour évidemment.
Ce qui change, c'est que la narration se fait désormais du point de vue d'Imriel.
Ce tome se découpe en 3 parties :
-la jeunesse d'Imriel en Terre d'Ange depuis son adoption jusqu'à ses 18 ans,
-sa vie d'étudiant à Tiberium,
-son voyage à Lucca.
Personnellement, j'ai commencé cette lecture de manière mitigée car je me suis clairement ennuyée dans la première partie. Je sais que l'auteure prend généralement son temps pour mettre en place le cadre et bien présenter son personnage principal, mais là, j'ai trouvé cela vraiment trop lent...
Cela devient plus intéressant lors du passage à Tiberium, mais j'ai largement préféré la dernière partie, à Lucca, qui a un rythme nettement plus effréné et tendu. le personnage d'Imriel est moins hésitant, plus mature, je me suis davantage attachée à lui. C'est ce qui sauve d'ailleurs cette lecture car je commençais à me dire que je ne lirais pas la suite. En fait si, je la lirai, je veux voir ce que va devenir Imriel et son entourage, mais peut-être pas tout de suite...
Imriel ne fut donc pas un coup de coeur pour moi malheureusement. le début laborieux est compensé tout de même par une fin très palpitante qui donne envie de poursuivre l'aventure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lady_K
  31 décembre 2010
Venons-en aux faits ! le livre en lui-même et ce que j'en pense. Sachez que je n'ai pas lu la première trilogie – on dirait que ça devient une habitude – qui raconte l'histoire de Phèdre, la mère adoptive d'Imriel. Et pourtant c'est tout à fait compréhensible. le prologue s'emploi à nous rappeler les choses les plus importantes, et tout au long du récit, quand c'est nécessaire, on rappel le au lecteur ce qu'il doit savoir – qu'il ait ou non lu la première trilogie – pour la bonne compréhension de la suite.
Ce roman est un sacré « pavé » - presque 800 pages- écrit petit, alors que ceux que ça effraie partent en courant, les téméraires peuvent rester et ils auront raison. Car ce livre est très plaisant à lire. On sent que le récit est travaillé, l'auteur a vraiment du talent. Certains indices sur la suite des aventures sont disséminés dès le début, mais on ne comprend pas tout de suite que ce sont justement des indices. Ce n'est que lorsque l'action se passe qu'on se dit « Ah ! Mais oui ! C'était évident depuis le début ».
Ce livre pose les bases pour ce qui sera ce qu'on peut appeler la « vraie histoire », celle qui sera sans doute le fil conducteur de la trilogie. Mais on ne s'ennuie pas un seul instant. On suit Imriel, le personnage principal, dans son apprentissage de la vie et des intrigues avec lui, on rit avec lui, on pleure avec lui, on enrage avec lui, bref on partage vraiment ses émotions. Il lui arrive bien des aventures à ce pauvre garçon. Au début on peut croire que c'est fortuit, mais on finit par comprendre que tout a plus ou moins un lien avec ce fameux fil conducteur et j'ai trouvé ça vraiment très réussi !
On en apprend un peu plus sur la mère biologique d'Imriel, prince de sang bien malgré lui, et elle devient de plus en plus intéressante et pourtant si mystérieuse, car on ne sait pratiquement rien d'elle. On ne la voit pas de tout le récit et pourtant elle est bien présente. Est-ce qu'elle manipule tout le monde ou bien lui prête-t-on des actes qui ne sont pas de son fait ? J'ai hâte d'en savoir un peu plus, voire beaucoup plus sur elle !
Les autres personnages que rencontre Imriel sont tout aussi intéressants, beaucoup sont attachants, d'autres moins … mais tous ont le don d'attirer notre attention. Chacun a sa particularité qui le rend si humain ou au contraire, inhumain. Ce qui nous amène à l'apprécier ou le détester. Des personnages, donc, très réussis et hauts en couleurs.
Ce tome mêle humour et gravité. Comme déjà dit plus haut, à la lecture, on sourit, on rit, mais on pleure également, notamment car les personnages sont si réussis qu'ils arrivent à nous toucher émotionnellement. J'ai eu plusieurs fois les larmes aux yeux au cours de ma lecture.
Enfin, une chose que j'ai beaucoup appréciée, surtout dans un livre aussi gros où il est parfois difficile de se rappeler de tous les détails, c'est que lorsqu'Imriel repense à une conversation qu'il a eu plus tôt ou à des paroles, les termes exacts sont rappelés au lecteur.
La seule petite chose que je pourrais reprocher, c'est le côté un peu Harlequin par moment. Mais ce n'est pas non plus le plus gros de l'action, l'histoire « à côté » est assez intéressante pour que l'on passe l'éponge sur ce détail et enfin, il me semble que ce sont des passages presque nécessaires à l'histoire. Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais je l'ai senti comme tel. C'est la mentalité de Terre d'Ange, le pays natal d'Imriel, dont la principale devise est « Aime comme tu l'entends ». Certains parlent de passages érotiques et non pornographiques, n'étant pas experte sur la question, je vais acquiescer à leur jugement …
En conclusion, un livre qu'il faut lire quand on aime le genre, tout comme moi. Par contre si vous comptez lire la première trilogie, attendez, car il y a tout de même beaucoup d'informations sur ce qui se passe dans les trois tomes précédents. Je recommande donc cette lecture à tous les autres. J'étais un peu sceptique au début sur ce que j'allais trouver, mais finalement j'ai beaucoup apprécié ma lecture !
Lien : http://antredeslivres.hautet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
9004089
  03 juin 2017
Généralement, j'essaie de laisser un peu de temps entre chaque tome d'une même saga (ou d'un même univers), mais pour celui-ci, je n'ai pas pu m'y résoudre. Alors dès que j'ai eu terminé la trilogie Kushiel, je me suis plongée dans sa compagnonne Imriel. Et si j'ai trouvé cette seconde peut-être un brin moins bonne, cela reste un coup de coeur et je l'ai donc adoré. (Ne lisez pas cette chronique si vous n'avez pas lu la saga Kushiel.)
Alors que la première trilogie était racontée par Phèdre, celle-ci est narrée par Imriel, le fils de Melisande qui est à présent le fils adoptif de Phèdre et Joscelin. de sang royal, il est aussi et surtout un héritier de Kushiel comme sa mère biologique. Dans ce livre, on apprend à le connaître tandis que lui-même se découvre en tant que jeune homme, prince de Terre d'Ange et enfant du Dieu de la punition et de la souffrance. le lecteur suit l'évolution du jeune garçon qui grandit au sein de sa famille adoptive tout en faisant connaissance avec sa famille du sang. Mais dans sa quête de découverte, il ne se fera pas que des amis, au contraire. Certains veulent toujours sa tête à cause de Melisande et il faudra qu'il survive tout en apprenant à vivre.
Ce premier tome serait presque introductif si on ne connaissait pas déjà l'histoire de base et tous ses personnages. Mais d'une certaine façon, il l'est car il nous permet de découvrir Imriel, l'enfant si attachant qui nous avait été présenté dans Kushiel. Comme il est encore adolescent quand le livre commence, on se retrouve face à un récit assez différent de la saga initiale. le personnage est jeune et même s'il va avancer petit à petit vers divers ennuis (et donc de l'action), la première partie du livre se concentre sur son passage à l'âge adulte et la découverte de ses désirs d'homme et d'héritier de Kushiel. En ce point, j'ai trouvé ce tome moins passionnant que les autres. Mais c'est le seul défaut à mon sens et ce n'en est pas vraiment un puisque je ne me suis pas ennuyée.
Par ailleurs, plusieurs éléments positifs qu'on avait dans Kushiel se retrouvent dans Imriel. Pour commencer, l'auteure aborde encore une fois de vraies sujets sous couverts de fiction. Ici, le principal thème reste la découverte de la sexualité. Jacqueline Carey offre d'ailleurs aux lecteurs un côté plus graphique et peut-être plus sauvage. Si l'aspect sexuel a toujours été présent et a toujours eu une place très importante dans la série, je le trouvais plutôt discret et léger dans Kushiel alors que dans Imriel, les descriptions correspondent à leur narrateur, elles sont plus animales, plus fougueuses. Cela rejoint mon précédent point où j'explique en quoi ce volet est différents des trois autres. Je pense que certains fans auront un peu de mal à cause de ça mais à mon avis ça ira mieux avec les suivants car, déjà, la fin de celui-ci contient plus d'action et moins d'ébats. On sort de l'aspect psychologique de l'enfant (très intéressant, il faut le dire) pour entrer dans de l'action de l'adulte.
Ce qui ne change pas c'est l'univers incroyable imaginé par l'auteure. Quel plaisir de vivre cette aventure extraordinaire avec des personnages si fantastiques. Je suis très fan d'Imriel, j'aime sa sagesse qui se mêle à sa candeur d'enfant et aux souffrances vécues, j'aime son côté vrai, l'héritage de Kushiel qui le marque… c'est un personnage si intéressant. Et j'aime sa relation avec Joscelin et Phèdre même si j'avais hâte de le voir devenir un homme ! Phèdre et Joscelin, justement. Je suis toujours très éprise d'eux et les voir en parents me ravit. J'aimerais plus de moment avec eux mais c'est l'histoire d'Imriel alors je comprends qu'ils prennent moins de place. Et puis, le voir grandir et évoluer est un régal.
Il y a aussi tous les nouveaux personnages. Mavros est un de mes préférés. J'ai adoré découvrir la maison Shahrizai et j'ai hâte d'en savoir plus sur eux. Autant je n'ai jamais aimé Melisande, autant son clan m'attire beaucoup. Il y a aussi Eamonn, qui me fait parfois penser à Joscelin pour son côté guerrier et sa bonté, puis Lucius, et enfin, j'ai aimé Maslin. C'est un personnage fascinant que j'ai hâte de voir exploiter. Tellement de beau monde !
Pour résumer, ce premier tome est assez différent de la saga initiale tout en gardant le charme de la série. La palette de personnages est toujours splendide et si j'ai trouvé le rythme un peu moins soutenu que pour la trilogie de base, cela reste un coup de coeur et j'ai hâte de lire la suite.
Lien : http://plumebleuee.com/2017/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nelja
  03 septembre 2014
On retrouve Terre d'Ange, mais avec un nouveau personnage point de vue : Imriel, présenté dans le tome 3. C'est un adolescent malheureux typique, et je l'aime bien, mais moins que Phèdre.
Il y a des choses que j'aime bien dans son point de vue : il idéalise beaucoup moins Terre d'Ange et ses habitants que Phèdre, et c'est une bonne chose, cela soulage de savoir que c'est le personnage qui était biaisée dans la première trilogie, et pas l'auteur. Sexuellement, il n'est pas tout a fait aussi actif que Phèdre, parce que c'est beaucoup plus conflictuel que lui. Il est sadique plutôt que masochiste (le sang Shahrizai qui parle), et vu comme il a été confronté à la version la plus malsaine et non-consensuelle du sadisme quand il avait dix ans, cela ne lui fait pas plaisir et il a du mal à l'accepter. Aussi, la façon dont ça empoisonne sa relation avec sa mère adoptive - ce qui, heureusement, est traité de façon responsable par tous les personnages en présence, ce qui limite le côté dérangeant.
Mais le problème principal d'Imriel, au moins dans ce tome, est que c'est un jeune noble dans un roman initiatique, pas un espion ou quelqu'un qui agit d'une quelconque façon. Je trouvais que dans les trois premiers tomes, l'histoire mettait souvent longtemps à démarrer - environ le tiers du tome avant d'avoir un scénario d'action significatif et pas seulement des indices du futur. Ici, ça prend les deux tiers du tome !
Par contre, une fois que c'est fait, c'est intéressant. Pas d'explorations de mythes exotiques cette fois, mais une partie des légendes romaines dont on parle assez peu, et ça m'a plu.
En fait, j'ai lu ces deux premiers tiers avec un certain plaisir, vu que
Carey décrit très bien les petits bonheurs et les petits malheurs et la vie sans grands événements en général. On le sent vraiment, et ça fait qu'ensuite elle réussit à faire déprimer les personnages avec des malheurs à échelle humaine, ça n'a pas besoin de dépasser les bornes. Aussi, les scènes de sexe sont toujours bien. Mais quand même, le temps que met l'histoire à arriver m'a presque fait rire tellement c'était exagéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Elbakin.net   20 juillet 2015
Un démarrage plus que solide pour cette nouvelle trilogie, mais qui ne crée plus la sensation à même de marquer les esprits pour l’année.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
shamandalieshamandalie   03 février 2017
 Nous avons parlé des éléments physiques, expliqua-t-il patiemment. Mais dans quels autres éléments un déséquilibre peut-il s’avérer nuisible ?
— Et ne réponds pas « l’amour », D’Angelin, murmura Aulus.
Je me passai les mains sur le visage.
— Pourquoi pas ? demandai-je. Après tout, c’est le cas. Un amour auquel l’un des deux amants ne répond pas dans une égale mesure peut être source de souffrance et d’amertume.
Il rougit et détourna la tête.
— Où réside la faute s’il est source d’amertume ? intervint Brigitta. Si tu tires ta dague pour me piquer, c’est ta faute et je serai en colère. Mais aimer sans être aimée en retour… (Elle fronça les sourcils ; la logique de sa réflexion l’avait plongée dans un abîme.) Ce serait comme si je me jetais moi-même sur ta dague et que je t’en veuille pour cela.
Quelqu’un fit un commentaire lascif.
— Oui, dis-je en ignorant l’importun. Mais c’est ce que font les gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Acerola13Acerola13   17 février 2011
It is whispered that Kushiel's lineage carries the ability to perceive the flaw in mortal souls, to administer an untender mercy. I sence its prescence like a shadow on my soul...the memories of blood and branding and horror, and the legacy of cruelty that runs in my veins. I whisper to myself, over and over...
I will try to be good.
Commenter  J’apprécie          30
Nadou38Nadou38   26 septembre 2016
Nous allons digresser tous ensemble, où que doivent nous conduire les chemins de la pensée. Peu importe que ceux-ci soient courbes ou droits. Ce qui compte, c'est de les emprunter.
(chapitre 31)
Commenter  J’apprécie          10
Nadou38Nadou38   21 septembre 2016
La véritable amitié n'est pas très éloignée de l'histoire d'amour, l'angoisse et les incertitudes en moins.
(chapitre 19)
Commenter  J’apprécie          20
LatuluLatulu   13 janvier 2016
La vie n'est pas un conte.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Jacqueline Carey (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacqueline Carey
Kushiel & Imriel : Promotion Canapé #17 : Jacqueline Carey .À l'occasion de la venue de Jacqueline Carey aux Imaginales 2010, l'auteure de la trilogie "Kushiel" a accepté de répondre à quelques unes de nos questions, et présente dans cette vidéo son nouveau livre, "L'Héritier de Kushiel', premier volume d'"Imriel".
autres livres classés : intrigueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Kushiel (Tome 1) ?

Dans quelle maison a grandi Phèdre ?

Camélia
Valériane
Cereus
Mandragore
Orchis

22 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Kushiel, tome 1 : La marque de Jacqueline CareyCréer un quiz sur ce livre
.. ..