AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2822401896
Éditeur : MA Editions (22/05/2013)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 18 notes)
Résumé :
VIII retrace la vie de Hal, un jeune guerrier beau et talentueux, convaincu d'avoir été élu pour guider son peuple. Mais les fantômes d'un violent passé familial viennent le hanter, jusqu'à le transformer, dès son accession au trône, en un meurtrier doté d'une cruauté sans fin... le roi Henry VIII.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Bobby_The_Rasta_Lama
  23 mai 2017
Un livre un peu "agent double". J'avais très envie de le lire, et effectivement, je l'ai dévoré en deux après-midis. Tout en restant en peu sur ma faim. Mais tout compte fait, la seule chose que je peux reprocher à cette "autobiographie " de Henry VIII, c'est de ne pas être deux ou trois fois plus longue, pour qu'on puisse plonger encore davantage dans la tête de ce personnage hors normes.
Comment un petit garçon en bonne santé, sportif, amical, le tête remplie d'idéaux de la chevalerie devient un monstre obèse de 180 kilos, mégalomane et paranoïaque ?
C'est à six ans, que Hal commence à raconter sa vie. Il faut lire un peu entre les lignes en suivant les événements, pour voir son caractère changer. Les relations avec son père, le fait de devenir un roi à la place de son frère, la rupture avec Rome, maladies, blessures, hypocondrie, douleurs incessantes...et tout ça en se forçant de donner une impression de grandeur et de la force inébranlable.
Les chapitres sont très courts, on dirait presque une sorte de flashs visuels représentant les souvenirs de Henry.
Un livre intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
denis76
  26 février 2018
Comment se fait-il qu'Henry VIII soit devenu le roi le plus épouvantable d'Angleterre ?
STYLE : Excellent ! L'auteure domine son sujet ! Récit clair, passionnant, digne de Thomas Harris....Sauf que là, on est dans la réalité : H.Castor est une vraie historienne, et là, elle se met dans la peau de Hal (Henry jeune), et s'est formée à l'escrime pour les combats, a discuté avec des psy pour comprendre l'évolution du caractère d'Henry, et a passé sa vie à étudié les Tudor !
La grosse performance de l'auteure est d'avoir transformé
l'Histoire en un récit passionnant, tout en restant au plus près des faits !
ATTENTION, RESUME !!!
Les origines du mal, la jeunesse d'Hal, les spectres et les frustrations du fils cadet d'Henry VII, dont l'obsession est de reconquérir la France. Son modèle est Henry V qui l'a envahi auparavant. Il se sent l'élu pour cette tâche.
Mais les frustrations, tant sur le plan politique que dans ses 6 mariages sont peut-être à l'origine de sa cruauté.
Tout comme sa blessure à la jambe en tournoi, qui l'a handicapé pour le restant de sa vie, lui, une force de la nature, et qui en est fier.
Enfant, il vit avec le doute que le Prétendant, frère de la reine, vienne tuer toute la famille royale. le spectre et les visions qu'il a, et la sévérité de son père, ne sont pas pour calmer Hal !
Son obsession de la reconquête de la France se borne à la prise de Tournai au profit de l'empereur Maximilien !
En France, Louis XII n'a pas de fils. le roi d'Espagne meurt, et un gros coup pour son neveu Charles (Charles Quint)qui hérite en même temps de l'empire.
Outre Maximilien, l'ancien roi Ferdinand l'avait laissé tombé sur son rêve d'invasion. Charles fait la même chose: frustrations.
Les fausses couches ou naissances de filles de ses 6 femmes ne sont pas faites pour rassurer ce roi méfiant.
Catherine d'Aragon répudiée, Anne Boleyn exécutée pour être soupçonnée d'être le diable, Jane Seymour morte en couches, Anne de Clèves trop moche, Catherine Howard exécutée pour l'avoir trompé, et Catherine Parr, n'ont pas réussi à calmer ce roi devenu méfiant et cruel.
Marie, Elizabeth et Edouard aiment leur père à moitié fou. Ils règneront sur l'Angleterre, mais VIII sera mort avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EymericM
  05 août 2013
Harriet M. Castor a fait, dans cette biographie historique, un choix qui aurait pu être casse-figure a priori : raconter Henri VIII de l'enfance à sa fin de règne. Casse-figure car il est toujours plus difficile, dans une biographie, de prendre position ou montrer tel ou tel aspect d'un personnage sans se centrer sur une période précise. Mais on est vite emporté par l'écriture, très moderne : l'auteure choisit effectivement le présent et la première personne, avec de longs passages où l'on entre vraiment dans l'intimité du personnage, partageant ses rêves, ses moments d'effroi, ses ambitions... ses longs moments de jeux aussi, créant une sorte de proximité avec le lecteur qui abolit le temps.
La première partie se centre sur l'enfance et l'adolescence du futur roi : on découvre Henri VIII en adolescent charmeur, aimant le combat et les jeux, rêvant de régner appuyé sur des faits d'armes, des valeurs morales et son propre charisme, convaincu par une sorte de prophétie qu'il deviendra un grand roi. En totale opposition à un père décrit par lui comme un "gratte-papier", extrêmement prudent à la guerre et préférant utiliser l'impôt pour contenir ses sujets, ne faisant confiance à personne d'autre que lui même. La deuxième partie, évidemment plus sombre, se centre sur le règne d'Henri VIII avec pour motif la destruction de ces idéaux de jeunesse face à la réalité du pouvoir, et surtout sa maladresse en terme politique, et l'interrogation qui a guidé l'auteure : « Quand on regarde Henri dans sa jeunesse, il y a de quoi être surpris. C'était un jeune homme remarquable, doué, combatif, un modèle de vertu dit-on même. Que s'est-il passé ? Comment se fait-il qu'il soit devenu le roi le plus épouvantable de l'histoire d'Angleterre ? » (interview de l'auteure en supplément de l'édition Hachette).
Une biographie à la fois exigeante d'un point de vue historique et sensible, Henri VIII nous apparaît, au delà d'une figure, d'un imposant portrait historique, sous son angle le plus intime et humain : les rêves, les monologues intérieurs du roi ont tout autant leur place que la réalité historique dans ce regard particulièrement jeune sur L Histoire anglaise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
liliba
  06 octobre 2013
Ne vous fiez pas à la couverture un peu accrocheuse et très « grand public » qui pourrait desservir ce roman historique : ce récit de la vie de Henry VIII est totalement captivant et également très instructif. Harriet Castor est depuis des années passionnée par l'histoire des Tudors et elle a choisi, plutôt que d'écrire une bibliographie classique, de dresser le portrait psychologique de ce roi sanguinaire qui inspira le personnage de Barbe-Bleue en le faisant lui-même raconter son histoire.
C'est donc Henri qui parle. C'est un enfant, fragile, un peu collé aux jupes de sa reine de mère, craintif et surtout mal aimé de son père qui n'a d'yeux que pour Arthur, son frère ainé appelé à devenir roi un jour. Pas facile d'être le second et de n'être rien… sauf si le grand frère venait à mourir ! Henri est sujet à des terreurs incontrôlées qui semblent prendre naissance alors qu'il est retranché avec sa mère dans l'affreuse tour de Londres. Il voit un enfant malingre et chétif, qui semble terriblement réel, mais disparait dès qu'il s'approche. Cette vision le suivra toute sa vie, prenant une ampleur catastrophique à la fin, où il semblera complètement fou. Pourtant, c'était un enfant intelligent, doux et doué… Mais qui jamais ne pourra oublier la prédiction entendue dans son jeune âge et qu'il prit pour argent comptant : un jour, un élu viendra, envoyé directement par Dieu et sera roi. Il est persuadé qu'il est cet élu attendu et de ce fait, toute sa vie, il attend la réalisation de cette prédiction.
Cet être au départ plutôt attachant devient au fil des années aigri, froid, et même violent. Sa cruauté n'atteindra plus de limites à la fin de sa vie, frôlant la folie pure, alors qu'il était auparavant considéré seulement comme original et lunatique. On se prend à aimer malgré nous ce pauvre gars en proie à ses démons et qui ne parvient pas à surmonter le fait de voir son avenir barré. le choix d'une narration en « je » y est pour beaucoup, faisant bien ressortir les tourments de cet homme, ses angoisses, ses espoirs, sa fragilité qui perce sous la carapace d'homme intraitable. le fait de le nommer Hal, le gentil surnom donné par sa mère, le rend également plus humain, très accessible. le lecteur s'attache à lui au fil des pages, même s'il comprend que cette histoire ne pourra avoir d'issue heureuse, que la folie devient trop forte pour ne pas finir en drame. Ses rêves de conquêtes, de pouvoir et d'honneur tombent en lambeaux au fil des ans et l'empire lui échappe alors que les visions se rapprochent et le terrorisent de plus en plus.
On peut se poser la question de l'édition d'un tel roman historique dans la catégorie jeunesse, car même s'il est bien écrit, et très agréable à lire, il semble être toutefois destiné à de bons lecteurs, à partir d'une quinzaine d'années. Mais ce serait un plaisir de savoir que les jeunes s'intéressent à l'histoire et apprécient ce genre de roman, qui change bien des vampires et autres histoires souvent débilitantes qu'on leur sert trop souvent…
Lien : http://liliba.canalblog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MyDiogeneClub
  06 août 2013
Je ne m'attendais pas du tout a ca en ouvrant ce livre. Je suis fasciné par les "rois fous" depuis longtemps et lorsque j'ai vu ce gros "VIII" j'ai de suite sauté sur le livre!! de plus la couverture est agrementée d'un "né pour regner devoré par ses demons". Je me suis donc dit que cette fois le livre allait vraiment mettre l'accent sur la folie d'Henry VIII, un vrai portrait psychologique mais finalement ... Pas plus que ca. Il y a bien cette histoire de "fantome" blond qui le poursuit mais ce n'est pas plus exploité que ca... J'ai donc ete decu de ce coté. Sinon, en faisant abstraction de ca le livre est assez bien, en plus le fait qu'il soit ecrit a la premiere personne enleve cette distance entre le roi et le lecteur. On le decouvre finalement plus "humain", il a lui aussi connu tristesse, joie, peine et n'etait pas QUE ce roi tyrannique devoré par sa paranoia.
C'etait une lecture plaisante mais qui ne m'a rien apporté de plus sur ce que je connaissais deja de ce roi, certains aspects sont meme vites survolés...
Ah! Et j'ai trouvé que ca manquait de reperes dans le temps surtout que les chapitres sont tres courts et parfois entre deux il peut s'ecouler plusieurs jours comme plusieurs mois donc c'est assez destabilisant car ce n'est pas toujours indiqué.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   23 mai 2017
La silhouette rouge grandit à vue d'oeil. Elle porte le pourpoint en vogue à la Cour. Je distingue une frange de cheveux. Des yeux noirs qui flottent sur le disque blanc du visage d'Anthony Browne. Sa bouche s'agite :
-Cromwell est mort, sire. Depuis six jours.
Je me recroqueville sous le choc. Cromwell, mort? Il était si solide. Où l'ont ils caché?
Tout le monde m'abandonne.
Mon oreiller est mouillé. Je chuchote dans un souffle :
-De quoi est-il mort? La peste? La fièvre?
Browne met un instant à me répondre :
-Sire, c'est vous qui avez ordonné son exécution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
BoulevardLivresqueBoulevardLivresque   23 juillet 2013
- Restez en arrière Sire, je vous en prie. Le Conseil ne consentira jamais que vous meniez l'assaut.
- Qu'ils aillent au diable. Je veux conduire mes hommes..
- Hal, il s'agit simplement d'empêcher les français de ravitailler la ville. Est-ce que tu veux réellement risquer ta vie pour une tranche de jambon ?
Commenter  J’apprécie          10
Love-of-bookLove-of-book   05 mai 2013
- La vraie bravoure, c'est de savoir transformer sa peur en rage de vaincre.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Harriet M. Castor (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Harriet M. Castor
VIII - bande-annonce
autres livres classés : Grande-Bretagne (Henri VIII)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
643 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre