AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782070467105
752 pages
Gallimard (11/04/2019)
4.32/5   11 notes
Résumé :
1791 : Chateaubriand a vingt-trois ans. Désœuvré et préoccupé par la situation politique révolutionnaire, il quitte la France à destination de l’Amérique : son voyage durera huit mois. Là, au-delà de villes encore en devenir, il découvre, fasciné, la nature sauvage américaine : les chutes du Niagara, les grands lacs, le Mississipi et les Indiens qui peuplent ces contrées… La nature démesurée du Nouveau Monde comble son désir de liberté et lui fournit l’inspiration g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MELANYA
  15 octobre 2021
Le graaand écrivain français qu'a été François-René de Chateaubriand, (vicomte de son état) a écrit, entre autres : « Voyage en Amérique ».
Il est considéré comme « l'un des précurseurs du romantisme français ainsi que l'un des grands noms de la littérature française, ce à quoi je ne peux qu'agréer puisque je lui connais environ une centaine de livres et même une soixantaine de plus.
Né à Saint-Malo en 1768, il est décédé à Paris en 1848. Etant donné son lieu de naissance, son père, armateur, aurait bien voulu que son fils évolue dans la marine, mais celui-ci n'y tenant pas, et après avoir vécu les bouleversements causés par la Révolution française, il part pour l'Amérique, un pays qui lui a inspiré « Mémoires d'Outre-Tombe ». Puis, après son mariage avec Célestine Buisson de la Vigne, il revient en France où il publie « Atala ». Encore un fameux ouvrage. Mais, n'ayant pas l'intention de faire la liste de TOUS ses ouvrages (pour cela, se reporter à sa bibliographie), il ne me reste plus qu'à dire à son sujet, qu'il s'est rallié à Bonaparte et a également écrit en faveur de la religion.
A présent, notre « Voyage en Amérique » :
Je possède ce livre dans la version Folio Classique (750 pages d'une écriture tellement « serrée » qu'à mon avis, on pourrait dire que ce nombre de pages peut être multiplié facilement). Mais peu importe « beaucoup de pages ou peu », pourvu que l'ont ait l'ivresse (du voyage).
Ce livre a tout d'abord, une jolie couverture représentant un beau paysage avec au fond, une montagne enneigée.
« Lorsque l'on examine les raisons qui auraient poussé le jeune François-René de Chateaubriand, alors âgé de vingt-trois ans, à quitter sa terre natale pour s'exiler en Amérique, l'on oublie trop souvent la place que pourrait occuper l'esprit d'aventure. »
C'est ainsi qu'avec l'écrivain, nous faisons, nous aussi, un beau voyage en voyant, par exemple : Les Onondaggas – Des lacs du Canada – des descriptions de sites à l'intérieur de la Floride, mais pas que…
En effet, nous nous intéressons aussi à de l'histoire naturelle avec l'orignal – le bison - des castors – des ours – le cerf du Canada - la fouine – des renards – des loups – etc.. puis à des moeurs des Sauvages (des Indiens), comme le mariage, les enfants – la médecine - la guerre – la religion – le gouvernement…. Autant de sujets divers et variés, touchant à tout (ou presque).
Ensuite, une grande partie est consacrée à des « Notes de Chateaubriand » - des « Annexes » - et un « Dossier ».
En dire plus serait dommage, même s'il s'agit d'un livre aussi conséquent. Je préfère donc vous laisser découvrir « Voyage en Amérique » de François-René de Chateaubriand et ne vous découragez pas de l'épaisseur du récit. Il y a également des cartes pour bien situer les lieux cités.
Ce n'est pas un « page turner », certes, mais qui aime les voyages, peut se laisser tenter et puis : « Liberté primitive, je te retrouve enfin ! »
Le plus de ce récit est que nous avons droit, avant l'heure, à du nature writing de la part d'un Français !

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
LesChroniquesdEmilie
  12 mai 2013
Ce livre est une très belle découverte. J'ai lu ce livre à une vitesse folle malgré la difficulté de sa lecture. En lisant ce livre, j'avais l'impression de partir en voyage de me balader en Amérique. Ce livre est une pure merveille. J'ai passé l'un des meilleurs moments de lectures grâce à ce livre. Je ne tarit pas d'éloges sur ce livre car il les vaut vraiment.
Lien : http://leschroniquesdemilie...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
jojobegoodjojobegood   28 novembre 2015
Courez vous enfermer dans vos cités, allez vous soumettre à vos petites lois ; gagnez votre pain à la sueur de votre front, ou dévorez le pain du pauvre ; égorgez-vous pour un mot, pour un maître, doutez de l’existence de Dieu, ou adorez-le sous des formes superstitieuses : moi j’irai errant dans mes solitudes ; pas un seul battement de mon cœur ne sera comprimé, pas une seule de mes pensées ne sera enchaînée ; je serai libre comme la nature ; je ne reconnaîtrai que celui qui alluma la flamme des soleils et qui d’un coup de main fit rouler tous les mondes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MELANYAMELANYA   10 octobre 2021
La rivière d'Akansas est navigable pendant plus de quatre cent cinquante miles : elle coule vers une belle contrée ; sa source paraît être cachée dans les montagnes du Nouveau Mexique.
Commenter  J’apprécie          50
MELANYAMELANYA   10 octobre 2021
Je m'embarquai donc à Saint-Malo, comme je l'ai dit ; nous prîmes la haute mer, et, le 6 mai 1791, vers les huit heures du matin, nous découvrîmes le pic de l'île de Pico, l'une des Açores.
Commenter  J’apprécie          40
MELANYAMELANYA   10 octobre 2021
Trois sources reproduisirent les voyages parmi les peuples établis sur les ruines du monde romain : le zèle de la religion, l'ardeur des conquêtes, l'esprit d'aventures et d'entreprises, mêlé à l'ancienne civilisation.
Commenter  J’apprécie          30
MELANYAMELANYA   15 octobre 2021
De la rivière Margette à celle de Saint-François, on parcourt soixante-dix milles.
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de François-René de Chateaubriand (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de François-René de Chateaubriand
Anna Moï est une sauvage ! Elle sourit lorsqu'elle révèle l'origine du pseudonyme d'écrivaine qu'elle choisît pour exister dans le monde de la littérature francophone ou plus précisément dans « la littérature monde ». Moï signifie sauvage en vietnamien. Et c'est ainsi que les colons français désignaient les 54 ethnies composant les 3 provinces de l'ancienne Indochine lorsqu'ils l'occupaient. Née à Saïgon en 1955, Anna Moï fuit son pays en 1972. Elle choisit Paris comme destination. Polyglotte, elle parle plus de 8 langues couramment, c'est en français qu'elle écrit toute son oeuvre et affirme « Je n'écris pas avec la langue des colons mais avec celle De Chateaubriand. » Pour comprendre son rapport au français et à la francophonie, on évoque son essai Esperanto, desesperanto, qui fit couler beaucoup d'encre lors de sa sortie. Son sous-titre est évocateur : la francophonie sans les Français. Sans aucun égard aux termes d'identité et de nationalité, Anna Moï ne prétend appartenir nulle part qu'à l'écriture.
+ Lire la suite
autres livres classés : ecrivains voyageursVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien Chateaubriand ?

En quelle année, la mère de Chateaubriand lui "infligea-t'elle la vie" ?

1770
1769
1768
1767

14 questions
86 lecteurs ont répondu
Thème : François-René de ChateaubriandCréer un quiz sur ce livre