AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791097434038
479 pages
Éditeur : Lynks Editions (01/02/2018)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 11 notes)
Résumé :
2012. Selon plusieurs croyances et mythologies, la Fin du Monde arrive à grands pas.
Ils sont quatre adolescents d’apparence ordinaire. Alice, Edo, Maximilian et Elias. Ils ne se ressemblent pas et n’ont, à première vue, rien en commun. Leurs vies vont pourtant s’entremêler d’étranges manières. Chacun va se découvrir un rôle dans ce cataclysme planétaire et apprendre à dominer son pouvoir unique. Ils vont devoir s’unir et sceller ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Luxi
  04 décembre 2018
Eli Esseriam revisite le mythe fascinant de l'Apocalypse à travers quatre adolescents. Ce premier volume rassemble les histoires d'Alice, Edo et Maximilian, singuliers dans leur personnalité mais égaux dans leur inhumanité.
Alice Naulin est le personnage insupportable par excellence : surdouée glaciale mais immensément arrogante, emplie de cynisme et de connaissances toutes plus effarantes les unes que les autres, elle observe et dépeint ses camarades de lycée avec le mépris d'un être immémorial. Parce qu'Alice n'est pas une lycéenne ordinaire, elle est le Cavalier Blanc, le stratège, la puissance, la Conquête. Accompagnée de ses trois acolytes, elle a pour rôle de faire advenir le Jugement Dernier.
Edo Halilović, quant à lui, est le garçon qui vous apeure d'un regard et vous écrase d'un geste. Il jure à tout va, méprise quiconque croise sa route. Il est la sauvagerie, la brutalité, la Guerre. Il est le Cavalier Rouge. Enfin, auprès de Maximilian von Abbetz, on retourne à une voix plus lyrique, plus soignée. Cruel mais plus clément que ses "frères", Maximilian est la Famine, le Cavalier Noir. Je vous laisse découvrir en quoi consiste l'étendue de leurs effroyables pouvoirs…
Tous sont répugnants, atroces, et monstrueusement charismatiques. Alors oui c'est un premier tome qui va déranger et choquer ; Eli Esseriam est une virtuose quand il s'agit d'extraire ce qu'il y a de plus noir, de plus animal et de plus cruel en l'être humain. L'univers qu'elle a imaginé est saisissant, terrifiant. On glisse d'une dispute idiote de lycéens au cadavre d'un élève ; l'obscurité alterne avec l'éclat du jour et tout est menaçant, angoissant et lugubre. On sent le poids de cette effroyable fatalité qui gronde : ce roman est orchestré tel un jeu d'échecs dans lequel les pièces s'agitent avec méthode et fracas.
C'est un livre extrêmement dense et on s'enrichit de mille connaissances aussi diverses que captivantes. Cela dit, j'y ai aussi trouvé des longueurs. le rythme est lent, oppressant, écrasant comme un ciel d'orage impudique. Des questions extrêmement subtiles sont abordées ; l'auteure questionne le Destin avec une imagination époustouflante. C'est métaphysique, philosophique, c'est d'une grande intelligence et d'une profonde portée mystique.
Il y a des passages magnifiques, des phrases qui tonnent comme des mantras, mais il y a aussi des moments très durs à lire, emplis d'une grande violence, noire, âcre, totale. C'est vraiment un roman très sombre au magnétisme étrange mais l'écriture est sublime, d'une maîtrise époustouflante, et le scénario prodigieux.
Au final, je referme ce premier tome avec le tournis, émerveillée par le travail de l'auteure, fascinée par cet univers cruel, froid et sordide dans lequel l'espoir n'est plus qu'une poussière. C'est un roman exceptionnellement ambitieux, construit avec une précision chirurgicale. C'est presque une épopée à vivre, une expérience éprouvante dont on ressort assommé. Je lirai le second tome avec autant de fascination que celui-ci.
Merci à Babelio et aux éditions Lynks pour cette lecture.
Lien : https://luxandherbooks.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
fantasybooksaddict
  08 février 2019
En premier lieu, je tiens à signaler que ce premier tome regroupe 3 parties : une pour chaque cavalier de l'Apocalypse.
La première ne m'a pas spécialement convaincu. En effet, on découvre Alice, une lycéenne de 17 ans lambda ou presque, car elle est très brillante, rationnelle mais aussi extrêmement cynique... Je dois reconnaître que c'est à cause d'elle que j'ai n'ai pas su prendre du plaisir à lire cette première partie car elle n'est vraiment pas attachante. Enfant adoptée, elle est fille unique et on a l'impression que tout lui est dû. C'est une jeune femme très solitaire qui repousse tout ceux qui l'approche à cause de sa froideur et son manque de sentiments. Tandis que l'univers se met peu à peu en place, on comprend pourquoi. C'est extrêmement déstabilisant et malgré les événements tragiques qui lui arrivent, on a beaucoup de mal à avoir de la compassion pour elle !
En attaquant la seconde partie, j'ai eu peur que le même schéma se répète mais pas du tout. Une nouvelle histoire se met en place autour d'Edo, le cavalier rouge ! Celui-ci vit dans la misère et les descriptions de son monde sont assez crues. Pourtant, malgré son indifférence face aux autres êtres humains, qui peut le rendre antipathique, j'ai adoré le suivre car il a une rage en lui qui le fait avancer. Il fait des mauvaises choses mais pour de bonnes raisons et surtout pour la seule personne qu'il aime le plus au monde : son frère.
Notre troisième cavalier, Maximilian, m'a beaucoup plu également. Extrêmement riche, il a l'air d'un lycéen lambda n'hésitant pas à faire des fêtes qui virent aux orgies ou à tremper dans des affaires douteuses. Finalement, il est aux antipodes d'Edo mais lui aussi souffre d'une autre manière. Il essaie d'attirer l'attention de sa famille avec son humour cynique, tandis que son père ne cesse de le rabaisser. Heureusement, il a sa jumelle, Silke, aveugle, qu'il aime de tout son coeur !
Vous l'aurez compris, chaque partie est très différente des autres et vient parfaitement mettre en valeur son cavalier, tout en disséminant de petits indices qui relient les cavaliers les uns aux autres. La violence quelle que soit sa forme est présente constamment mais on ne prépare pas l'apocalypse en créant un monde de bisounours me direz-vous... Il ne faut donc pas s'arrêter à ça ni au premier tome car vous rateriez quelque chose ! L'auteure a vraiment fait un travail d'orfèvre ! Bravo !
Pour conclure, n'ayant jamais lu de roman sur ce thème, je l'ai trouvé très novateur ! Même si la première partie ne m'a pas spécialement convaincue à cause du personnage antipathique, les 2 autres viennent relever le niveau et donne très envie de découvrir la suite !
Lien : https://fantasybooksaddict.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturesdeDoris
  19 décembre 2018
Après une première édition en 2011 sous forme de cinq tomes, la saga Apocalypsis s'offre une nouvelle jeunesse chez les éditions Lynks sous forme de deux intégrales.
Cette première intégrale reprend ainsi les trois premiers tomes de la version originelle et raconte les destins de trois des quatre cavaliers de l'Apocalypse : Alice, le cavalier blanc, Edo, le cavalier rouge et Max, le cavalier noir.
Ce qu'il faut vraiment saluer, c'est le travail précis d'écriture qui a été réalisé sur cette saga : chaque tome a un ton bien différent qui s'adapte à la personnalité du cavalier mis en valeur. La plume change ainsi du tout au tout, comme si une personne différente avait écrit le texte. Et comme c'est raconté à la première personne du singulier, on y croit.
D'autre part, il convient aussi de mettre en valeur l'effort d'adaptation et d'originalité qu'a fait l'autrice avec ce concept millénaire de l'Apocalypse. Evidemment, c'est un thème qui a été balayé de nombreuses fois mais la façon de faire me parait assez novatrice : Eli Esseriam a su reprendre et développer les (maigres) caractéristiques des textes bibliques pour en faire naître des personnages bien intégrés à l'ère moderne.
J'ai globalement bien aimé, même si tous les cavaliers n'ont pas présenté le même intérêt à mes yeux. J'ai mon petit chouchou (Edo, très touchant), j'ai été assez indifférente au sort de Max (je me suis d'ailleurs plutôt ennuyée à la lecture du tome qui lui est consacré, parsemé de beaucoup de longueurs) et je n'ai pas du tout aimé Alice (trop cynique). Il y a d'ailleurs un évènement en particulier qui m'a vraiment choquée dans ce tome, et je n'ai pas du tout aimé les messages qui y sont liés. Je peux même affirmer que si je n'avais pas eu l'intégrale entre les mains, je n'aurais probablement pas lu les tomes suivants de peur d'être confrontée à des idées similaires.
A savoir donc que certaines idées peuvent choquer, que la violence est clairement une constante de ces romans (en même temps on ne prépare pas l'Apocalypse en jetant des fleurs) et que si tu appréhendes quand les personnages souffrent, tu vas te ronger les ongles jusqu'au sang.
Mais si tu n'es pas réfractaire à tout cela (et que tu survis au premier tome), tu trouveras une saga originale et bien pensée dans sa globalité.
En tout cas, de mon côté, je compte bien lire la suite et fin.
Lien : http://dorisbouquine.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lire-une-passion
  29 mai 2019
Cela fait des années que j'entendais parler de cette série de 5 tomes, traitant des cavaliers de l'apocalypse. Alors, quand il y a eu la réédition, je me suis dit que c'était l'occasion ou jamais de la découvrir ! Et malheureusement, ça été un flop pour moi. J'en attendais sans doute trop ou autre chose...
Ils sont 4 adolescents, ne se connaissent pas, mais pourtant, ont la même destinée : ils sont les cavaliers de l'apocalypse. le monde se meurt et seuls 144.000 personnes survivront. Mais qui seront-elles et comment seront-elles choisies ?
Pour être honnête, le roman partait bien. L'idée de base était géniale, le thème bien abordé. Néanmoins, je me suis vite rendu compte qu'il me manquait un point crucial pour aimer : être attachée aux personnages. En effet, je n'ai absolument pas réussi à m'accrocher à eux, tant nous sommes diamétralement opposés. Ils sont arrogants, pédants, méchants, violents et même sans coeur, parfois. J'ai été outrée de leur comportement, et même si je sais que c'est ce que voulait faire ressentir l'auteure, je n'ai pas réussi à passer outre.
Autre point négatif pour moi : l'idée des cavaliers de l'apocalypse reste trop en surface. Au lieu d'avoir vraiment un univers fantastique à aborder, nous suivons plutôt des adolescents dans leur vie de tous les jours et clairement insupportables ! C'est dommage, car je pense que si le thème des cavaliers était plus mis en avant, mon plaisir aurait été plus gros.
Or, là, j'en venais presque à lire en diagonale (surtout les passages d'Alice quand elle se perd dans son intelligence hors norme, nous faisant passer pour des nuls incultes. Ce n'est que mon avis, mais c'est ce que j'ai ressenti). Je suis vraiment déçue de ne pas avoir accroché et sans doute que j'avais trop d'attente. Ce qui est certain, c'est que je m'attendais à autre chose.​
​En résumé, un roman qui partait sur de bonnes bases mais qui m'a rapidement perdue, à cause des caractères des personnages. Je n'ai pas su passer outre et c'est dommage. Dommage aussi que l'univers des cavaliers de l'apocalypse soit trop en surface et pas assez exploité. Malheureusement, la suite se fera sans moi...
Lien : http://lire-une-passion.weeb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LecoinlecturedEmma
  03 mars 2019
Une bonne lecture en soi, qu'on prend le temps d'apprécier !
On va vite se retrouver embarquer dans la vie de 3 cavaliers de l'apocalypse, chacun leur tour, nous allons apprendre à les connaître, à connaître leurs pouvoirs, qui ils sont dans la vie de tous les jours. Ils ne se connaissent pas, mais pourtant ils sont liés, et ils ne peuvent rien y faire.
Tous différents, on va apprendre à les aimer, les apprécier, eux et leurs familles. Je me suis sentie rapidement immerger dans l'histoire, j'ai eu l'impression de connaitre les personnages comme s'ils étaient des amis proches. On s'attache tellement rapidement à eux, on ressent leurs sentiments et leurs émotions grâce à la plume de l'auteure.
J'ai beaucoup aimé ce livre, c'est fort en rebondissement, les événements s'enchaînent les uns après les autres à une vitesse folle qui nous fait nous sentir toujours dans l'action. le suspense est également présent du début à la fin, et il est puissant ! On n'arrive pas à se douter de quoi que ce soit, c'est toujours la surprise.
La plume de l'auteure n'est pas vraiment simple, elle a une certaine richesse que l'on ressent assez profondément, mais elle reste addictive, et elle se lit relativement bien. Cependant, j'ai eu un problème, assez important tout de même, je n'ai pas trouvé que les pages se tournaient vite, que le livre se lisait vite. Pourtant j'étais plongé dedans, sans forcément faire attention à ce qu'il se passait autour de moi. Je ne lisais qu'une cinquantaine de pages sur une heure et demie, deux heures, et c'était assez embêtant car l'histoire est vraiment bien construite.
Alors ne vous arrêtez pas à ça, le problème vient peut-être de moi, mais le livre vaut le coup d'être lu, il mérite d'être apprécié jusqu'au plus profond de votre coeur. Foncez, allez l'acheter, l'emprunter, vous ne serez pas déçu dans tout les cas !
Lien : https://leslecturesdemmablog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
LuxiLuxi   04 décembre 2018
― Max, tu n’as rien de plus constructif à faire de ton temps libre ? J’ai toujours apprécié ton caractère taquin, mais tu sais qu’il y a des choses avec lesquelles on ne plaisante pas.
― Si l’on ne peut plus rire de la religion, de la politique, des perversions sexuelles, des pauvres et des handicapés, que reste-t-il ? Je connais peu d’histoires drôles sur les endives et les tables de chevet…
― Je ne vais pas entamer un débat dans mon confessionnal. Sors d’ici. Il y a des gens aux repentirs sincères qui attendent leur tour.
(Maximilian.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LuxiLuxi   04 décembre 2018
Quand on sait pas se battre, on fait en sorte de gagner assez de pognon pour engager des gens qui, eux, savent le faire. Et quand on est pauvre et faible, on se retrouve dans la peau du blaireau que je suis payé pour tabasser. Personnellement, j’aime pas l’idée d’obéir à ces types, ni les conforter dans la conviction qu’ils sont les maîtres du monde. Mais l’argent, c’est ma seule idéologie. J’ai pas d’états d’âme.
(Edo.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LuxiLuxi   04 décembre 2018
De toute la vie, aussi courte soit-elle, je n’ai jamais rencontré un être humain aussi génétiquement proche du gastéropode. Probablement soucieuse de mon bien-être et voulant me faire le don précieux de l’amitié, elle me suit comme la misère s’attache au monde. Elle me pose des questions creuses, pseudo-existentialistes, certainement dans le but de me faire comprendre mes problèmes relationnels.
(Alice.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Emilie Chazerand (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilie Chazerand
Payot - Marque Page - Emilie Chazerand - Falalalala
autres livres classés : humanitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz la fourmi rouge

Comment s'appelle la pire ennemie de Vania ?

Victoire
Louise
Charlotte
Anna

10 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : La fourmi rouge de Emilie ChazerandCréer un quiz sur ce livre