AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070455130
Éditeur : Gallimard (30/01/2014)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Laissé pour mort, Kardelj est repêché par des pirates samanciens auxquels il va se joindre. Très vite, il devient le second du capitaine, Asukil.

Mais un lourd secret va le conduire, après quelques années, à fuir de nouveau. Pendant ce temps, Tiric, devenu puissant grâce au sabre maudit continue ses conquêtes, mettant le pays à feu et à sang.

Poussés par les aléas d’une destinée qu’ils ne maîtrisent pas, Tiric et Kardelj, les deux anc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
Dionysos89
  19 février 2015
Le Sabre de sang a été libéré et sa fureur nous enveloppera tous ! Après un premier tome presque introductif voire gentillet (à côté de ce que nous attend maintenant, je précise), Thomas Geha passe la seconde pour nous narrer l'Histoire de Kardelj Abaskar. D'ores et déjà, prenez garde, car le synopsis de ce deuxième volet du Sabre de sang dévoile très gravement la fin du premier.
Après avoir tout perdu et subi une étrange transformation, Kardelj Abaskar a pris la mer auprès de ceux qui l'ont recueilli et s'est fait pirate pour un temps. Et justement, pendant ce temps, Tiric Sherna est devenu empereur des Shaos ainsi que de nombreux peuples soumis à son autorité grâce au pouvoir maléfique du Sabre de sang. Dès les premières lignes, leur affrontement, leur duel vraisemblablement prévu pour les derniers chapitres, semble inéluctable. Cette attente change quand même franchement la donne, puisque l'appréhension de chaque hésitation du personnage principal est un peu biaisée.
Pour autant, avant tout cela, il y a encore du chemin à faire pour Kardelj ! Regagner un semblant de vie sociale, élever un fils non voulu mais largement chéri, tâcher de tomber amoureux malgré tout : ce cher Abaskar aura encore bien des péripéties à traverser avant d'organiser son implacable vengeance envers celui qui a tué sa chère et tendre. Plusieurs ellipses sont nécessaires pour avancer dans l'histoire et faire tenir les différents rebondissements de l'intrigue. Ce n'est pas ce qui est le plus gênant ici : avec, tout du long, une certaine idée de la fin du volume, puisqu'on anticipe les décisions de Kardelj autant que lui se posent des questions, la sensation d'inéluctabilité de la destinée des personnages est particulièrement forte, et c'est très dur de s'en défaire. Les passages conséquents sur des peuplades alors inconnues ou bien seulement évoqués jusqu'à maintenant sont autant de bouffées d'air frais pour sortir du sentier battu par le premier tome, car au vu des événements narrés dans cette suite (beaucoup indépendante, de par le fait), il y a une impression certaine de déconstruction systématique des sentiments acquis dans l'opus prédécesseur.
Au fond, les deux tomes du Sabre de sang sont tout bonnement construits en miroir (ce qui montre une cohérence d'ensemble, évidemment) : autant le premier s'ouvrait parfaitement vers de nouvelles aventures qu'il n'était pas forcément nécessaire de connaître pour l'apprécier, autant celui-ci fait totalement l'inverse en clôturant les aventures de Kardelj. Doit-on y pourtant voir là un aspect moins abouti ? Pas du tout, car le style de Thomas Geha et la lecture de ce roman restent bien sûr agréables, mais il est notable de faire remarquer que la destinée de la famille de Kardelj demeure un bien vaste mystère une fois ce volume refermé définitivement. Thomas Geha glisse, à la toute fin, un petit texte, « La Dette » qui aurait pu enrichir davantage le propos (est-ce Folio SF qui a opté pour cette manière ?) en le plaçant en transition des deux tomes. Est-ce une intégrale, comme pour la saga Alone chez Critic, pourrait permettre une meilleure refonte de tout cela ? À voir.
Je termine ce deuxième tome du Sabre de sang avec un goût de mitigé, bien moins perceptible à la fin du premier opus bizarrement (au vu des événements, j'entends), ce qui n'enlève rien à l'ensemble de ce diptyque qui se révèle être un très bon moment de lecture m'encourageant encore davantage à poursuivre dans les oeuvres de Thomas Geha, alias Xavier Dollo. Qui sait peut-être Alone bientôt ? En tout cas, des nouvelles m'attendent d'ores et déjà, en numérique comme en anthologie...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
meygisan
  22 mai 2018
Je commencerai par les points forts de ce livre, ou plutôt par tout ce qui m'a plu.
Tout d'abord, s'agissant d'un tome 2, on aurait pu (dû!?) s'attendre à retrouver Tiric Sherna, le personnage principal du tome 1, afin de suivre ses nouvelles aventures en tant qu'empereur. Et bien loin de Thomas Geha cette idée là! Il lui préfère Kardelj Abaskar, personnage secondaire mais non moins important et ami de Sherna, rencontré dans le tome précédent. En effet, il nous conte son histoire après qu'il fut laissé pour mort par son ami, devenu fou et complètement sous le joug du sabre de sang. Un bon point de départ pour s'assurer de surprendre et de renouveler l'intérêt de son lectorat.
Nous suivons donc les péripéties de Kardelj, bien décidé à en découdre avec son meurtrier, absolument résolu dans sa décision d'assouvir sa vengeance. Dans une première partie qui court sur la moitié du bouquin, pourtant, des événements marquants et des prises de conscience vont semblent t'il calmer un peu ses ardeurs et même parvenir à lui faire oublier sa quête de vengeance, à un point tel qu'on est agréablement surpris par ce reivrement dans l'ordre attendu du récit. L'auteur est en train de nous dire quelque chose. Et pourtant la seconde moitié du récit montrera que cette voie là n'était pas non plus celle choisie par l'auteur, et l'histoire se finira finalement, et beaucoup trop rapidement à mon goût, comme on le pensait en début de lecture. Première déception en ce qui me concerne. Mais passons...
Si le tome 1 semblait avare en description, en approfondissement, en caractérisation de personnages, celui ci réhausse la barre en nous plogeant véritablement dans l'univers de Thomas Géha, et en nous proposant notament un personnage clé, haut en couleur, et qui, à lui seul vaut le détour. Il est tellement bien mis en scène qu'on est en droit d'attendre de la part de l'auteur qu'il lui consacre un roman. Je ne saurais dire précisément pourquoi ce personnage, ce "Masque" me rappelle furieusement le Fou de l'Assassin Royal ( Robin Hobb). L'auteur dresse un portrait bien inquiétant, lui définit une personnalité trouble et non moins inquiétante, et donne carrément la bave aux bords des lèvres quant à son énorme potentiel. Il fait de lui le mélange parfait, harmonieux et mystérieux de l'assassin et du garde du corps.
Thomas géha s'efforce de combler des vides laissés béants dans le tome 1 et enrichit ainsi celui ci de manière conséquente. Mais malgré cela, le roman reste trop court, autant par sa longueur effective ( à peine 400 pages), que par le vif intérêt qu'il suscite. Impossible de poser le bouquin avant de l'avoir terminé. La prose de l'auteur est tellement prenante et le récit tellement addictif que je l'aidévoré en un rien de temps, et une grosse frustration s'est installé en lieu et place d'une réelle satisfaction.
Donc au final, j'en redemande, je signe et je persiste à vouloir découvrir d'autres oeuvres de Thomas Géha. Et que vous soyez fan de fantasy ou non, que vous estimiez tout connaître du genre ou non, je vous conseille ce dyptique qui vaut vraiment le détour, et qui s'apprécie dans sa globalité, en lisant les 2 tomes à la suite, car finalement les deux histoires qui nous sont contées ici, n'en forment elles pas qu'une...?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
idevrieze
  13 mai 2014
Un récit différent pour une vie différente
Souvenez vous, lors du premier tome, nous traitions de manière assez superficielle du Sabre de sang pour se pencher sur la vengeance de Tiric Sherna, un Shao qui a voulu se venger des Quivhviens. Aveuglé par le sabre, mais aussi par la vengeance, il a tenter de tuer son ami de combat : Kardelj et a assassiné par la même occasion la femme de celui ci, la Quivhvienne qui les avait secourus. Depuis, Tiric a fait du chemin car aveuglé par la magie du sabre, il a versé le sang de plusieurs pays pour fonder un Empire sur la haine.
Nous suivons le sauvetage de Kardelj, après qu'il eut réussi à se guérir des blessures infligées par le sabre. Nous avons la surprise de découvrir que par une obscure magie, il est devenu père. Mais que cet enfant parait avoir des caractéristiques de sa mère. Bref. Kardelj est un homme brisé qui ne survit que pour sa descendance mais qui tentera lui aussi de se venger. Toutefois, sa vengeance n'a pas le même gout de haine qu'avec Tiric. C'est une vengeance beaucoup plus personnelle, qui a comme un léger gout de justice, en fin de compte. Et c'est peut être pour cela que nous y allant en espérant beaucoup de choses mais surtout en nous attendant au pire

Car cela reste une histoire de vengeance.
Oui, le Sabre de Sang semble attirer à lui les histoires de sang, les histoires de vengeances et les histoires magiques. Car souvenez vous que Kardelj n'est pas un homme comme les autres. Il a une force en lui, force que nous avons eu l'occasion d'entrapercevoir dans le premier tome. Et surtout, cette fois ci, on ne lui a pas enlevé que sa liberté, à l'image de Tiric. Il doit se battre pour venger son amour mais aussi et surtout pour assurer l'avenir de son fils. Voilà, à coup sur, un objectif beaucoup plus porteur !
Dans tous les cas, vous en saurez aussi plus sur cet univers, sur la mythologie et sur le sabre, bien entendu. J'avoue avoir préféré le personnage de Kardelj par rapport à Tiric qui avait tendance à m'exaspérer parfois, dans sa recherche de vengeance, mettant de coté amis et bonheur, anéantissant tout espoir de vie normale. En somme, un bon diptyque que voilà
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
LunaZione
  09 juin 2013
Même si j'ai dévoré ce roman, je dois dire que je suis un peu déçue : je l'ai trouvé beaucoup moins bon que le premier tome.

Le truc, c'est que j'avais vraiment eu un gros coup de coeur pour l'ambiance assez "gallo-romaine" du premier : entre les intrigues pour renverser l'impératrice et les combats d'esclaves dans le cirque, ce n'est pas quelque chose que l'on voit souvent dans la fantasy et du coup, ça m'avait totalement charmée. Mais, dans ce second tome, on est très loin de tout ça et ça m'a beaucoup manqué.
Pourtant, l'histoire de ce second tome est très sympathique, d'autant plus qu'elle tourne autour de Kardelj, mon petit chouchou du premier tome, et qu'elle est pleine de magie et de mystère.

J'ai donc beaucoup apprécié le fait de retrouver Kardelj et d'en apprendre un peu plus sur lui : en effet, dans le premier tome, son passé était très mystérieux. Ici, même si on en apprend un peu plus sur lui, certaines parties de son histoire nous restent inconnu ce qui est assez plaisant finalement (même si c'est un peu agaçant).
J'ai beaucoup apprécié faire la connaissance de son entourage d'ailleurs, notamment du fiston et de ses "mamans"...

L'écriture de Thomas Geha m'a de nouveau beaucoup plu : elle est très dynamique et sans temps morts ni longueur. Tout va très vite et pourtant la lecture reste douce et tranquille : c'est vraiment très agréable !
L'histoire de Kardelj Abaskar, bien que moins prenant que le premier tome, est une lecture très agréable.
Lien : http://lunazione.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Ptitetrolle
  21 septembre 2014
Un second tome de qualité qui propose une intrigue simple mais menée efficacement : on ne s'ennuie pas une seule seconde et on en prend plein les yeux, ballottés de combats en rencontres au cours d'un voyage de plusieurs années. Les personnages sont fouillés, et l'univers riche révèle ici tout son potentiel. Malgré quelques rebondissements prévisibles, ce diptyque offre un bon moment d'évasion au lecteur amateur de fantasy, d'action et de récits de vengeance.
Lien : http://lecturestrollesques.b..
Commenter  J’apprécie          100

critiques presse (1)
Elbakin.net   14 juin 2011
Bien écrit, il se lit facilement. Avec quelques trois cent pages, il serait dommage de passer à côté de cet auteur français prometteur dont le récit nerveux annonce clairement la couleur - rouge sang. Les amateurs d’action et d’aventures seront servis.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   23 février 2015
Un aphorisme shao les décrivait ainsi : « le muet ne parle pas, le sourd n’entend pas, l’aveugle ne voit pas, le bétarek cumule. »

Commenter  J’apprécie          210
kanuxkanux   08 juin 2011
La porte en bois de la taverne s’ouvrit soudain, dans un bruit sec et fort, comme si les gonds avaient trop rouillé. Une femme armée d’une bassine pleine d’urine ou d’eau de vaisselle franchit le porche et jeta le contenu de son récipient dans les canalisations situées près des premiers pavés de la rue. Elle releva la tête, s’épongea lentement le front, replaça quelques fines tresses rousses derrière une oreille et leva les yeux. Elle me surprit alors que je me tenais adossé, le pied à plat contre la pierre, à un antique muret dont le ciment terreux se craquelait. La femme n’avait rien d’une ogresse, mais elle était grande, dégingandée, et ses longs cheveux tressés avec minutie depuis des années lui donnaient un air de prêtresse de Kaldu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Dionysos89Dionysos89   22 janvier 2015
La méfiance est la meilleure amie du guerrier.

Commenter  J’apprécie          320
Videos de Thomas Geha (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Geha
S01 - E04 - Partie 03 - La Rubrique de l'Invité - Xavier Dollo
autres livres classés : vengeanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1116 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre