AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782848659985
256 pages
Sarbacane (23/08/2017)
4.13/5   601 notes
Résumé :
Vania Studel a quinze ans. Pour elle, la vie ne semble être qu'une succession d'épreuves où chacun est condamné à n'être personne.
Entre sa mère morte lorsqu'elle avait huit ans, son père taxidermiste farfelu et ses relations difficiles avec ses camarades, elle se voit comme une malheureuse fourmi parmi d'autres. Mais un jour, elle reçoit un courriel anonyme qui lui révèle toute son originalité.
Que lire après La fourmi rougeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (217) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 601 notes
Vania Strudel, à tout juste 15 ans, traine déjà quelques casseroles. Outre son nom qui, à ses yeux, n'est pas des plus élégants, elle a un ptosis congénital à l'oeil gauche qu'elle tente de cacher avec ses cheveux filasses, elle a souvent les jambes lourdes, une tendance naturelle au ridicule qu'elle tient de son père, des mensurations qui ne la font pas rêver, un père taxidermiste qui conduit une ouafture, sa mère qui a disparu subitement alors que la petite famille visitait Paris et elle joue de l'hélicon. Et puis Vania a le chic aussi pour choisir ses amis : sa meilleure amie, Victoire, est atteinte du fish-odor syndrom (autrement dit, elle schlingue H24). Reléguée au rang des parias dès son arrivée en sixième, là où se trouvait déjà Vania, il semblait évident qu'elles étaient faites pour s'entendre. Quant à son meilleur ami, Pierre-Rachid, qui n'est autre que son voisin de palier, il vient tout juste de lui annoncer une terrible nouvelle : il sort avec Charlotte Kramer, celle-là même qui n'arrête pas de l'emmerder et de la ridiculiser depuis la primaire. La veille de la rentrée, elle reçoit un mail anonyme (mais, apparemment, l'expéditeur a l'air de bien la connaître), loin d'être agréable, certes, mais qui lui fait comprendre qu'elle doit réagir !

Vania Strudel est un personnage à part entière : vive, drôle, intelligente, spontanée mais aussi un peu malchanceuse dans la vie, pour ne pas dire poisseuse. Et elle qui pensait pouvoir compter sur son meilleur ami, Pierre-Rachid, surnommé Pirach, c'est un véritable coup de couteau dans le dos qu'il lui assène en sortant avec « Charlotte Crevure Poufiasse Kramer ». Mais Vania a plus d'un tour dans son sac et ne regorge ni d'énergie ni de tour de pirouette ni de second degré pour se sortir des situations aussi inconvenantes qu'humiliantes. Et c'est un véritable régal que de suivre ses (més)aventures, aussi extravagantes que cocasses ! Si l'on s'attache aussitôt à l'adolescente, les personnages secondaires, hauts en couleurs et fort bien dépeints, valent le détour. Que ce soit cette pauvre Victoire qui pue à longueur de temps mais qui, jamais, ne se plaint ; Gottfried, le père de Vania, qui fait tout pour que celle-ci soit heureuse et ne manque de rien, même s'il est parfois maladroit ; Abraham, le papi habitant au-dessus qu'elle surveille parfois, et sa fille extravagante ou encore Pirach, membre du « Club officiel des Minables »... Émilie Chazerand, de sa plume vive, nous offre un roman pétillant, drôle, intelligent mais aussi touchant.
Commenter  J’apprécie          688
Vous êtes un peu mélancolique en cette période de feuilles mortes et de soleil déclinant ? Pas trop la pêche (normal c'est un fruit d'été) et envie de vous fendre un peu la poire (c'est déjà plus de saison) ?
Laissez moi vous présenter Vania Strudel, adolescente a l'oeil déconnant, au père philosopho-taxidermiste et à la mère plus qu'absente.
Elle se traîne un Karma pas léger-léger notre petite Vania, mais elle fait face vaillamment.
Entourée de Pierre Rachid et de Victoire, sa meilleure amie qui pue ( ce n'est pas de sa faute, c'est à cause du syndrôme de l'odeur du poisson pourri, parce que oui, Victoire aussi se traîne un karma foireux) elle affronte tant bien que mal les turbulences d'une adolescence plus compliquée que la moyenne.
C'est tendre et drôle, déjanté juste ce qu'il faut.
J'ai beaucoup, beaucoup ri.
Et j'ai aussi versé ma petite larme à la fin….
Commenter  J’apprécie          504
Vania Strudel est une jeune adolescente de 15 ans qui vit seule avec son père taxidermiste. En plus d'avoir un prénom de marque de serviette hygiénique et un père qui a un métier loin d'être très bien vue, Vania est loin d'être à la mode (et en plus elle a un ptosis congénital qui fait que sa paupière lui tombe sur les yeux). Vania n'est donc pas très populaire, mais elle peut compter sur l'amitié de Victoire et Pierre-Rachid qui sont eux aussi assez à part. Comme beaucoup d'ados, Vania n'aime pas vraiment sa vie et c'est un étrange mail anonyme loin d'être sympathique qui va lui donner envie de prendre en main sa vie et d'oser assumer ses différences. Oui, car Vania n'est pas une fourmi noire comme tout le monde mais elle est une fourmi rouge…

Vania est un personnage principal assez unique en son genre et loin des simples héroïnes adolescentes justes mal dans sa peau. Vania est beaucoup plus que cela. Ses complexes et ses nombreux mensonges ont de véritables raisons d'être là. Loin d'être la pleurnicheuse de service, Vania a beaucoup de second degré et n'a pas peur de faire face à ses hontes. J'ai beaucoup admiré cette force de caractère que j'aurais aimé avoir à son âge. Malgré cela, c'est un personnage qui a beaucoup de défaut et on ne sera pas toujours d'accord avec ses décisions et c'est ce qui fait que c'est un personnage très complet et passionnant à suivre.

Dans la Fourmi rouge, on suit les pérégrinations et les « aventures » de Vania. Dès les premières pages on est charmé, les événements déjantés s'enchaînent et le roman se lit à une vitesse folle. La plume d'Emilie Chazerand est maîtrisée et le tout est totalement décapant ce qui fait qu'on s'attache d'autant plus à l'héroïne et à ses bizarreries. Même dans les situations les plus désespérées, Vania a un humour très second degré que j'apprécie énormément.

En plus d'être un roman rempli d'humour, Emilie Chazerand nous propose en plus une palette de personnages secondaires hilarante et particulièrement attachante que l'on a grand plaisir à rencontrer (Pierre-Rachid son meilleur ami et ses adorables parents Hocine et Nacera, Victoire, la meilleure copine malodorante, Rachel, la voisine exubérante et d'autres qui sont à découvrir…). Même si on comprend assez rapidement quelques tenants et aboutissant de l'intrigue, l'auteur sait malgré tout nous captiver jusqu'à la dernière page.

La fourmi rouge est un super roman qui sait autant faire rire qu'émouvoir. Avec une grosse dose d'humour, Emilie Chazerand nous propose un roman très bien écrit et avec de nombreux messages, qui sauront, j'en suis sûre, vous toucher.

Après avoir découvert ce roman grâce à la critique coup de coeur de Mikasa, j'ai été heureuse de le recevoir via la dernière Masse Critique, je remercie donc les éditions Sarbacane et Babelio pour cette jolie découverte !
Commenter  J’apprécie          3411
Énorme coup de coeur !
J'avais beaucoup d'appréhension à lire ce livre au vu de toutes les critiques dithyrambiques que je vois passer sur le web. J'avais simplement peur d'être à contre courant, de ne pas aimer et d'être déçue. Mon Dieu si j'avais su ! C'est un coup de coeur ! Et pas des moindres…


J'ai absolument adoré ma lecture ! Je me suis é-cla-tée. Ce livre est une bombe ! Qui aurait pu croire que ce livre à la couverture si simple cache une pure merveille à l'intérieur…!?
Que vous dire… ? Lisez-le ! C'est géniallissime. Émilie Chazerand a un don! Je la découvre pour la première fois, et une chose est sûre je la suivrai ! Sa plume est extraordinaire, elle a un humour frais, piquant et dynamique. Je suis bluffée par temps de génie humoristique. Mais où trouve-t-elle tout ce répondant ?!
Le ton est juste et entraînant. L'humour ne se tarit à aucun moment et on ne ressent pas une seule seconde d'ennuie.
Vous avez aimé Déborah dans « Je suis ton soleil » de Marie Pavlenko ? Vous adorerez Vania dans « La fourmi rouge » de Émilie Chazerand. Aucun doute, toutes deux s'entendraient à merveille sur le "théorème de la scoumoune"…


Fini en 24h, j'avais besoin de ma dose de Vania Strudel au moindre temps libre. Cette fille est géniale, que dis-je, ce personnage. On se sent tellement proche d'elle que l'on en oublie que c'est un personnage fictif de roman.
Vania (ou Émilie Chazerand comme vous voulez) a une vivacité d'esprit extraordinaire, je me suis régalée à la suivre, j'aime cet humour intelligent et spontané. Je me rappellerai toujours de la scène du balai à chiotte… ça, c'est sûre ! Tout comme celle de la petite culotte Hello Kitty… Ou bien encore le passage sur madame Diop et son gynécologue… ! Mais aussi, le retour de Pirach…, la stupidité de Charlotte, le professeur Grizminn et j'en passe ! Que de bons souvenirs accompagnés d'éclats de rires ! Mais dans «La fourmi rouge» il y a aussi des séquences émotions. Page 180 j'ai versé ma larme pour une des plus belles déclarations d'amour que j'ai lu…
Waouh…


Ce livre est un tout, Vania et son incontestable poisse intergalactique n'est pas seule à tenir la baraque. Spécial dédicace à Victoire qui schlingue « grave sa race le poisson pourri », à Gottfried et sa « ouafture », à Grizminn alias Grizzly, à Pirach membre du «club officiel des Minables», à Charlotte « à côté de cette fille, Jean-Claude van Damme, c'est Sartre. » Une sacré brochette de personnages aux personnalités éclectiques ! Je ne les cite pas tous, mais ils sont tous très attachants (sauf Charlotte… évidemment...), et vous prouvent que le bonheur se trouve dans des choses simples.
Autodérision, ironie, sarcasmes, jeux de mots, piques etc… ensemble avec leurs différents caractères ils réunissent plusieurs formes d'humour. Même si j'avais deviné qui était l'auteur de la lettre dès le début, ce livre est une perle parmi les perles ! C'est brillant et c'est pétillant ! Encore aujourd'hui, après avoir fini ma lecture je ris en me remémorant certains passages ou en relisant certaines citations.


Je n'ai pas grand chose à vous dire de plus, ce livre est tout simplement excellent.
Vous aussi, ne soyez plus une « banale fourmi noire », faites comme Vania et devenez une fourmi rouge...
Foncez ! du pur bonheur en barre ! Fous rires assurés !

Commenter  J’apprécie          304
J'ai commencé ce livre sans savoir vraiment où cela allait m'emmener.
Le début était je trouve assez étrange, puis plus on avance dans le livre plus on s'habitue à la folie de Vania.
C'est vraiment un livre où le ne se prend pas la tête.
Personnellement il ne m'a rien apporté à part des moments de rire je l'avoue.
Donc voilà je ne recommande pas spécialement ce livre même si il a beaucoup de critiques positives.
Commenter  J’apprécie          270


critiques presse (2)
Actualitte
04 octobre 2018
Dans la même veine que Les Petites Reines de Clémentine Beauvais, ce livre est idéal pour donner la banane à un(e) ado, tout en ne négligeant pas les sujets graves et la difficulté de passer le cap de l’adolescence.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Ricochet
30 septembre 2018
Un roman intimiste, bourré de gros mots, d'humour et d'humanité, qui réserve des surprises à tous les chapitres.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (124) Voir plus Ajouter une citation
On commande la glace la plus énorme de la carte et deux cuillères. J sais que mon père me laissera les parfums que je préfère. Et la cerise confite en bonus. Ça doit être un truc de parents : s'habituer à céder le meilleur.
Commenter  J’apprécie          360
L'infirmière lève mon bras gauche et le relâche. Je me fais aussi molle que possible.
- Je ne sais pas du tout ce que je suis censée faire : je suis infirmière scolaire ! Je distribue des Tampax et de l'eau sucrée, moi, c'est tout !
Commenter  J’apprécie          267
Je sais que tu lis un tas de livres qui vantent la beauté de la discrétion, le charme de la banalité et la joie procurée par les petites choses. Mais figure-toi que tu as aussi le droit de devenir quelqu'un de remarquable. Tu as le droit d'être un individu à part entière plutôt qu'un vague point dans la masse.
Certes, nous sommes tous des fourmis, vus de la lune. Mais tu peux être la rouge parmi les noires.
Commenter  J’apprécie          110
Parfois, c'est fou à quel point on est plus beau dans le regard d'un autre que dans son propre reflet.
Commenter  J’apprécie          450
J'aime que tu sois pleine d'impasses, de sens interdits, que t'aies des zones piétonnes en toi, où je ne peux pas me rendre avec mon bulldozer. J'aime ne pas tout connaître de toi et deviner que je vais aimer ce qui me reste à découvrir. J'aime être un personnage de tes scènes en papier, dans tes boîtes à chaussures. Mais j'aimerais encore plus qu'on les vive pour de vrai. Tous les deux.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Emilie Chazerand (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Emilie Chazerand
Payot - Marque Page - Emilie Chazerand - Annie au milieu
autres livres classés : littérature pour adolescentsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (1213) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz la fourmi rouge

Comment s'appelle la pire ennemie de Vania ?

Victoire
Louise
Charlotte
Anna

10 questions
39 lecteurs ont répondu
Thème : La fourmi rouge de Emilie ChazerandCréer un quiz sur ce livre

{* *}