AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782342004519
526 pages
Publibook (17/06/2013)
4.09/5   11 notes
Résumé :
« Quand je les ai rencontrés, je ne connaissais rien encore. Ni de la vie, ni des expériences, ni de ce que l'un et l'autre étaient capables de m'apporter. J'ignorais qu'il me restait tout à apprendre, tout à connaitre. Et j'étais loin de me douter, que rien dans mes aventures, ne me plairait jamais plus, que l'intense bonheur d'avoir tout vécu à leurs côtés. Je n'imaginais pas qu'il me fut possible de tout ressentir, si vite, si fort, si intensément. Et je supposai... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 11 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Luna05
  16 juin 2013
Au fil de mes lectures je me suis rendue compte que je devenais de plus en plus difficile à contenter. Mes attentes ont peu à peu changé et mes exigences se sont par la même occasion revues à la hausse me forçant à délaisser le genre m'ayant poussé dans la littérature, le Young adult. C'est ainsi que je me suis lancée dans d'autres univers plus matures, adultes et sombres étant en accord avec mon évolution littéraire.
Avant de poursuivre, je tiens tout d'abord à remercier Anne-Claire Chillan pour la confiance qu'elle m'a accordé en me confiant son roman afin que je puisse découvrir son univers et retranscrive mon ressenti. En me choisissant, cette jeune auteur a, en toute connaissance de cause, pris beaucoup de risques au vu de mes nouvelles attentes littéraires, une audacieuse initiative que je ne peux que féliciter.
C'est donc avec une certaine crainte mêlée de curiosité que je décidais de me laisser tenter par « Journal d'une histoire d'amour ». Un roman qui, au vu de son résumé et de ces extraits s'adressaient à un lectorat adolescent mais qui malgré tout a su titiller ma curiosité et promettait beaucoup. Allais-je me retrouver face à un énième roman décevant car définitivement destiné à un public précis dont je ne fais plus parti ou, au contraire, serai-je totalement transportée et enchantée par le premier roman d'Anne-Claire Chillan ? Mon exploration pouvait à présent bel et bien commencer.
Je ne le vous cache pas je ne sais pas par où commencer ce billet, il y a tant de choses à dire sur cette oeuvre mais n'ayez crainte, je vais trouver une parade, pourquoi ne pas débuter par ce que l'on voit en tout premier lieu, sa couverture. Voici une illustration que je trouve très simple mais en même jolie et épurée. Une rose éclose sur un fond noire, je ne pense pas que ce choix de couverture soit anodin car elle nous offre de manière subtile l'ambiance dans laquelle nous fera sombrer ce livre. Si vous vous attendiez à une romance facile, légère, acidulée et sucrée je ne saurai que trop vous conseiller de passer votre chemin car vous ne trouverez aucune de ces caractéristiques ici-bas.
Abordons d'entrée l'élément qui m'a immédiatement et irrémédiablement charmé, l'écriture exceptionnelle et soutenue de l'auteur. C'est muni d'une plume délicieusement mélodieuse qu'Anne Claire nous emporte dans son univers sombre et torturée nous guidant habilement au travers des méandres de l'adolescence et dépeignant avec véracité des crises existentielles dans ce qu'elles sont de plus destructrices. J'ai été tout bonnement épaté par la maitrise d'Anne Claire quant à nous restituer toute une palette de sentiments quelle qu'elles soit en formulant simplement des phrases dans un Français chantant divinement ravissant autant nos yeux que nos oreilles. Cette oeuvre abordera également d'autres thèmes assez chers comme l'amour, la famille, l'amitié, l'abnégation et le pardon, nous n'aurons de cesse d'être engloutis dans cette quête initiatique et frappé par toute cette noirceur ambiante mais bel et bien réaliste. Une longue descente en enfer qui n'épargnera aucun de nos protagonistes et ou l'ironie du sort leur apprendra que contrairement à ce que leur insouciance leur susurrait, « tout acte a ses conséquences ».
En débutant ce roman j'avais, sans le vouloir, apposé une étiquette dessus, je pensais que ce ne serait qu'un roman jeunesse, hors j'ai très vite été détrompée car l'auteur a su aborder et traiter tous ses sujets avec du recul, de la finesse mais surtout avec beaucoup de maturité rendant du coup son oeuvre « inclassable » et « unique » dans la sphère littéraire.
Parlons à présent de l'histoire qui fera une fois encore preuve d'originalité car, au lieu de se dérouler de nos jours nous ferons bel et bien un bond en arrière qui nous propulsera en 1996 aux États-Unis. Nous pénètrerons de plein pied dans cet univers par le biais de Rosaline Kane une jeune Américaine âgée de 16ans, elle sera notre narratrice principale même si l'auteur nous gratifiera d'une seconde voix qui sera amenée à prendre la parole. Cette jeune adolescente sage et obéissante verra son masque de vertu se craqueler nous dévoilant une Rose désabusée, casanière et solitaire ne vivant que pour vivre. Tout semble l'indifférer et même ses plus proches ami(e)s Emma et Ryan lui pèsent. Nous la suivrons au travers de ses aventures et mésaventures auprès de ses nouveaux amis souhaitant vivre à cent à l'heure, Insouciance, amusement et carpe diem étant le maitre mot de leur existence. Entre sorties interdites tard dans la nuit à écumer les boîtes de nuit et bars, consommation d'alcool plus que de raison et drogues, Rose dépassera ses limites et pénètrera dans un univers lui étant inconnu mais tellement grisant. Des expériences toujours plus intenses la sortant d'une torpeur la possédant depuis si longtemps, des excès la rendant tout à la fois si vivante et heureuse mais à quel prix ? Cette sortie de route la mènera tout droit sur le chemin de Michael un jeune homme énigmatique, nonchalant semblant vivre au jour le jour et qui s'intéressera à Rosaline tout en lui intimant de garder ses distances pour son bien. Une relation vouée à l'échec d'après ce dernier mais, n'est-il déjà pas trop tard pour faire machine arrière ?
Difficile d'aborder cette histoire sans trop en dévoiler, je n'ai donc exposé qu'une faible esquisse de ce qui vous attend réellement car, l'un des nombreux talents de l'auteur c'est de savoir nous prendre à contrepied.
En débutant cette lecture je ne me doutais pas un seul instant dans quel univers j'allais me perdre car c'est bel et bien le mot. Il est des lectures qui se dévorent et d'autres qui se dégustent, « Journal d'une histoire d'amour » fait partie de la deuxième catégorie. Je me suis immergée dans ce roman deux semaines durant, parcourant page après page et les dégustant avec parcimonie au vu des saveurs tour à tour doucereuses, amers, piquantes et explosives qu'Anne Claire nous offrait sur un plateau d'argent. J'ai pu ainsi m'imprégner totalement de cette oeuvre et m'attacher d'autant plus à cet univers et ses personnalités menant la danse à notre insu. Un monde m'étant devenu familier un peu plus chaque jour et dont je redoutais le moment fatidique de la séparation, c'est donc sans surprise que j'ai été totalement perdu en ayant dû fermer définitivement ce roman une fois la dernière page tournée.
Ce livre m'a marqué plus que je ne l'aurais imaginé car aujourd'hui encore je me remémore certains passages m'ayant bouleversé, touché voir choqué. C'est un livre qui ne se lit pas seulement mais se vit, se ressent et dont les émotions n'ont de cesse de jaillir de page en page rendant cette oeuvre tout aussi éprouvante que prenante.
Un style accrocheur et vivant qui nous permettra d'entretenir de façon immédiate et omniprésente de l'empathie pour Rose et ses compagnons de route, car, en plus de nous présenter un univers cohérent, Anne Claire est parvenue à également nous trousser des personnalités charismatiques et surtout crédibles dans leurs agissements, des gens comme vous et moi, pas infaillibles qui feront des erreurs et sauront en tirer ou non des leçons. Oubliez les personnages lisses, creux et parfaits car vous serez amèrement déçu.
Commençons par Rosaline, cette jeune héroïne en pleine crise existentielle m'a quelque peu agacé au début de cette histoire et j'ai même peiné à m'y attacher au vu de son caractère assez froid, condescendant, râleur et méprisant par moment, sans parler de son côté influençable et trop malléable, heureusement la donne a peu à peu changé et Rose a commencé à évoluer et m'est devenue sympathique. J'ai suivis avec intérêt ses aventures et ressentis ses joies, ses peurs, ses peines et son désespoir. Ces passages encrés fermement dans la dépression où Rose en perpétuelle souffrance tente d'anesthésier sa douleur et mal de vivre comme elle peut, et pas de la meilleur des façons, ont été vraiment éprouvant à lire car criant de vérité. Rosaline ne sera pas la seule à souffrir dans cette histoire, Michael aura également son lot de tourments.
Ce personnage m'a quelque peu intrigué dès son apparition, ses réactions, son attitude m'a laissé une impression de déjà vue qui heureusement s'est très vite estompée, j'ai pu ainsi très vite m'attacher à lui, découvrir tout ce qu'il cachait et l'apprécier pour ce qu'il était réellement, comme quoi l'habit ne fait pas le moine. J'ai beaucoup apprécié la façon dont l'auteur a su amener la relation Rose/Michael, elle est née progressivement et s'est faite tout naturellement rendant tous leurs gestes, baisers et déclarations intenses sans jamais tomber dans des travers mièvres. C'est le genre de romance en laquelle on souhaite et veut croire même si notre côté terre à terre perdure. Anne Claire est parvenue à nous offrir une romance torturée des plus touchantes encadrée par des amitiés marquantes dont certains passages se voudront déchirants.
Autour de notre couple tourmenté graviteront des personnalités très importantes et troublantes qui subiront également des blessures indélébiles. Très sincèrement je ne pensais pas m'attacher autant au groupe formé par Olivia, Alex, Lucas et Éric car ils représentent à eux 4 le genre de mauvaises fréquentations que l'on tente d'éviter et qui pourtant nous attirent irrésistiblement. Leur influence a gagné énormément d'ampleur au fur et à mesure de l'avancée de cette histoire à un point tel que cette envie de les connaitre et les côtoyer davantage a pris le dessus. Anne Claire a su habilement nous dévoiler leurs failles rendant du coup leur dérive inévitable. Je ne parlerai peut être que de Lucas qui m'a profondément marqué et touché alors que je ne m'y attendais absolument pas. Ce jeune homme a su prendre une très grande place dans ce roman rendant la lecture des derniers chapitres tout bonnement poignants. Sa simple présence a beaucoup apporté à cette oeuvre et ses réactions, actions et paroles sincères m'ont souvent bouleversé. Une personnalité des plus complexes dont le masque ne tombera que tardivement et dont les actes se voudront parfaitement réalistes et au combien émouvants. Ici point d'homme parfait sure de lui mais plutôt un Lucas perdu, résigné, en souffrance et rongé par la culpabilité et le désespoir. Une personnalité inoubliable qui hantera vos pensées même une fois ce livre refermé.
Autre qualité que je tiens à signaler concernera le suspense. L'auteur s'est fait un malin plaisir de conserver une certaine tension tout du long nous maintenant dans une bulle d'insécurité quant au devenir de tous. Un climat d'incertitude planant dangereusement nous laissant dans l'incapacité d'anticiper ce dénouement. On tremble et redoute le sort que leur a réservé Anne Claire.

Après tant d'éloges au sujet de ce titre, il est tout de même temps d'évoquer l'unique élément de mécontentement que j'ai dû rencontrer.
Le seul reproche que j'aurai à faire à l'auteur concerne certaines longueurs étant apparues de temps à autre ayant sensiblement ralentis ma progression. L'auteur est une passionnée et je dois dire que parfois certaines scènes ont un peu trop trainé à mon goût.
Pour conclure, je dirai que « Journal d'une histoire d'amour » fait partie de ces titres dont on croit avoir cerné voir deviné son contenu mais qui parvient à totalement nous détromper quant à sa réelle teneur et richesse lors de la lecture. Un roman dont la plume mélodieuse et le style tout en émotion d'Anne Claire Chillan saura vous émerveiller et vous éprouver. Une oeuvre incontestablement marquante à découvrir sans hésiter.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MaPassionLitteraire
  08 mai 2013
Quatrième de couverture
"Quand je les ai rencontrés, je ne connaissais rien encore. Ni de la vie, ni des expériences, ni de ce que l'un et l'autre étaient capables de m'apporter.
J'ignorais qu'il me restait tout à apprendre, tout à connaitre. Et j'étais loin de me douter, que rien dans mes aventures, ne me plairait jamais plus, que l'intense bonheur d'avoir tout vécu à leurs côtés.
Je n'imaginais pas qu'il me fut possible de tout ressentir, si vite, si fort, si intensément. Et je supposais encore moins que se trouverait bientôt sur ma route, la seule expérience, capable de me changer davantage.
C'est en me cherchant moi-même, que je l'ai trouvé. Peu à peu, il a fait s'envoler, les saveurs, les promesses, les paroles et les mots.
Il m'a fait oublier ce que je voulais être. Répétant, sans cesse, que j'étais mieux, encore. Il m'a présenté son monde.
Il a voulu à me comprendre. Il m'a protégée, m'a dévoilée. Et sans que je ne sache comment... J'ai commencé à l'aimer."

Mon avis
Soit je reste définitivement de caractère trop émotif, soit le roman est formidablement bien mené et les émotions qu'a voulu transmettre l'auteure dans celui-ci sont bel et bien présentes. A plusieurs reprises, m'imprégnant des textes et des dialogues entre les nombreux personnages, ma gorge se noua, et je me suis sentie comme captée et projetée dans l'univers et dans l'histoire de Rosaline et Michael.
Si vous souhaitez vous plonger dans une magnifique histoire d'amour, alors en effet, ce roman est véritablement fait pour vous.
A la seule lecture du titre, "Journal d'une histoire d'amour", on aurait tendance à penser que l'histoire va nous précipiter dans la lecture d'une sorte de journal intime, toutefois il n'en est rien, il s'agit bel et bien d'un roman du début à la fin.
Dès les premières lignes, nous comprenons rapidement que, Rosaline, personnage principal de ce roman, adolescente et plutôt bonne élève, n'en reste pas moins casanière et mal dans sa peau. Se détournant de ses anciennes amitiés, elle va faire la connaissance d'Olivia, Alex, Lucas,... ses principaux amis, qui vont prendre une part importante dans la vie de la jeune femme. L'influence de ses nouvelles fréquentations va l'emmener et l'attirer vers des terrains glissants comme la drogue, l'alcool, l'inconscience et les rapports conflictuels entre ados et parents . Bien sûr, à côté de cela, elle va faire la rencontre du beau et richissime héritier, Michael Gray, son ange gardien et son grand amour.
Cette histoire repose essentiellement sur les rapports humains, l'amitié et surtout l'amour entre deux personnages forts, Rosaline et Michael. Parfois, leur histoire est presque même déroutante. On aurait tendance à croire que de nos jours, il puisse être fortement difficile de concevoir un amour aussi intense et fusionnel entre deux adolescents (beaucoup plus proche de la post-adolescence que de l'adolescence d'ailleurs). Toutefois, la maturité de Rosaline et de Michael, aussi surprenante soit-elle, donne encore plus d'intensité à ce roman. On y perçoit une force de caractère énorme dans les personnages et le travail de l'auteure est magnifique à ce niveau là.
On peut également souligner une chose importante dans ce roman, au-delà des sentiments. Il nous donne une "belle" petite leçon de moral sur les dangers de la drogue et de l'alcool. On apprécie beaucoup la prise de conscience réfléchie de la plupart des personnages suite à leurs erreurs et à l'expérience tragique qu'ils vont vivre ensemble.
Ce qui est également et agréablement bien pensé de la part de l'auteure, c'est qu'à la différence de certains autres romans où le narrateur est bien souvent, le personnage principal, comme Rosaline ici, c'est qu'Anne-Claire Chillan a su donner la parole au second personnage principal, Michael. Même si cette narration est beaucoup moins présente que celle de Rosaline, durant plusieurs pages, nous avons la possibilité de nous projeter au travers des yeux de Michael et de percevoir à travers lui, l'amour inconditionnel qu'il porte pour Rosaline et tous les sentiments qui le submergent.
Le personnage de Lucas est également, tout particulièrement attachant. Si au début de l'histoire il nous paraît être le personnage le plus lourd, il est finalement celui qui va nous surprendre le plus dans l'histoire.
Malgré, le côté un peu "caïd" des amis de Rosaline, on aurait presque tendance à croire que les quelques groupes de "rebelles" de nos années lycées n'étaient peut être pas que "ces durs à cuire" que nous redoutions tant parfois, mais qu'au contraire, il savaient aussi être des gens tendres, sociables et intelligents. Ce n'est qu'une petite parenthèse personnelle et une vision plutôt optimiste de ce que j'aurai aimé croire à l'époque. Toutefois, le lecture de ce roman m'aura un peu réconcilié avec mes aprioris de ce point de vue là.
Avant de passer au seul petit point négatif du roman, je voulais juste rajouter une petite chose qui a retenu à un moment donné mon attention. A la lecture du chapitre 10, lors de la scène du restaurant en tête-à-tête entre Michael et Rosaline, j'ai cru que l'inspiration de l'auteure venait de quelque chose que je connaissais déjà, mais transposé au monde de l'adolescence. Toutefois, il n'en fut rien. L'histoire que l'auteure a tenu à nous faire découvrir est bel et bien unique. J'ai été agréablement surprise de la tournure et de la suite que l'auteure a donné à son roman et de voir que mes "appréhensions" n'étaient absolument pas fondées. Je me suis réjouie de voir avec quelle capacité l'auteure avait réussi à faire naître en moi autant de réflexion.
Sinon, le seul petit côté un peu regrettable et négatif, ce sont les quelques coquilles, à certains endroits du roman, comme les mots manquants ou au contraire les mots en trop qui nous obligent parfois à reformuler nous même la phrase. Je pense malgré tout que ces petites erreurs ne seront plus présentes, si une éventuelle version papier voit le jour. En attendant, ce ne sont pas ces petites maladresses qui auront pour moi entaché la qualité de ce roman. J'ai passé d'agréables moments de lecture. La version PDF ne m'a d'ailleurs absolument pas dérangé tant l'histoire m'a captivé. le style de l'auteure est très agréable et le vocabulaire est riche. Je garderai un très bon souvenir de ce roman.
Enfin et pour terminer, je remercie énormément Anne-Claire Chillan, pour m'avoir donné l'opportunité de lire son roman et dans le même temps de m'avoir fait confiance. J'ai pu découvrir une toute nouvelle auteure qui a toutes les qualités de séduire de nombreux autres lecteurs et lectrices. Je souligne aussi toute son amabilité et sa gentillesse et espère pouvoir lire un jour prochain, un autre de ses romans. Encore merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Yumiko
  09 juin 2013
En préambule, j'aimerais signaler que ce livre ne plaira qu'aux romantiques dans l'âme, celles et ceux qui rêvent de l'Amour avec un grand A, le beau, l'unique. Celles et ceux qui attendent leur prince ou leur princesse pour qui ils ressentiront de tels sentiments qu'ils pourraient sacrifier toute leur vie pour cet être aimé. Alors si vous penser qu'un tel amour ne peut exister, que c'est cliché ou gnangnan, ou que vous ne rêvez pas de vivre cela un jour, passez votre chemin car ce livre n'est pas fait pour vous. Pour les autres, si vous êtes prêts à vivre par procuration une telle histoire, vous trouverez ici tout ce que vous cherchez.
Rosaline est une jeune fille de 16 ans comme une autre, qui ne cherche pas à sortir du lot ni à entrer dans les codes imposés par le lycée. Alors qu'elle s'ennuie dans sa vie et qu'elle a envie d'oser changer, elle va croiser la route de personnes qu'elle n'aurait jamais cru rencontrer un jour et plonger dans les travers et les mauvais choix, entre drogue, alcool, école buissonnière et autres. Mais surtout, elle va rencontrer Michael, sa moitié, son grand Amour, le garçon pour qui elle sera prête à tout et qui sera sa seule et unique raison de vivre.
Je sais depuis toujours que mon petit coeur est très vite pris par les émotions durant mes lectures, mais là... ce fut juste incroyable! Je me suis reconnue dans bien des attitudes de Rose, dans sa façon d'aborder le lycée, dans certains de ses choix, c'était troublant et cela m'a donné l'impression d'être dans sa peau. A tel point que j'ai fini par ressentir toutes ses émotions, jusqu'à l'amour inconditionnel qu'elle voue à Michael. Aussi incroyable que cela puisse paraître, je suis aussi tombée amoureuse de lui...
J'ai pleuré, j'ai ri, j'ai été transportée voire même oppressée par moments par un trop plein d'émotions et mon petit coeur à fondu devant leur relation si belle, si forte et si sensuelle. Comme Rose j'aurais tout donné pour Michael et ses absences étaient extrêmement douloureuses. Oh que ne donnerais-je pas pour vivre une si belle passion? C'est tellement beau et pourtant loin d'être simple et c'est ce que j'ai adoré. Car loin de nous offrir une histoire facile voire mièvre, l'auteur nous transporte dans un récit sur les bons et les mauvais choix, sur la difficulté de la vie et d'assumer nos décisions, ce qui rend son roman encore plus proche de nous et plein de réalisme.
Plus d'une fois, j'en suis venue à oublier que les personnages n'avaient que 16-17 ans, tellement leurs expériences, leurs analyses et leurs émotions étaient puissantes. Grâce à eux j'ai pu revivre et voir mes années de lycée autrement et me rendre compte qu'elles n'étaient finalement pas si négatives et qu'elles m'avaient fait grandir. Elles ont forgé mon caractère et malgré les déboires, je ne pense pas que je les referais autrement, car j'aime celle que je suis devenue. Rose nous permet de prendre conscience de cela et de réfléchir sur nous-mêmes dans le même temps.
Outre Michael et Rose, nous suivons d'autres personnages avec leurs souffrances, leurs joies, leurs vies. J'ai aimé le fait que notre couple partage le récit avec eux, car ils amènent tous une pièce à l'édifice. Leur vie est marquée, loin d'être toute rose et pourtant, il recherche tous la même chose. Après ils réussiront plus ou moins à l'atteindre, en fonction de leurs choix, de leurs décisions, des rencontres qu'ils feront. Bien sûr, il est difficile de ne pas avoir envie de secouer nos personnages par moments, car Rose a particulièrement de la peine à se rendre compte de ce qui se passe autour d'elle hormis Michael. C'est d'ailleurs à ces moments-là que son âge se rappelle à nous.
L'auteur a un don pour retranscrire les émotions, la psychologie des personnages et pour nous offrir une histoire forte, réelle, sans jugements sur les dérives et les mauvais choix qui peuvent jalonner une vie, ce qui nous permet de réfléchir sur nos propres décisions et nos propres actions. Son style est vraiment sublime et nous emporte avec plaisir pour refermer la dernière page avec tristesse en se disant que tout s'arrête ici, même si le livre va continuer de vivre dans nos coeurs.
Un tout petit bémol? Oh rien de grave rassurez-vous. Il y a juste certains passages qui auraient pu être un peu raccourcis car ils amènent un petit côté répétitif quant au ressenti des personnages. Mais bon c'est juste s'il faut chercher la petite bête, car sinon ce roman est tout simplement magnifique.
En bref, voilà un roman que je ne suis pas prête d'oublier car il su retranscrire tout ce que je souhaite et tout ce que je serais prête à sacrifier pour me retrouver à la place de Rose. C'est mon plus grand rêve et j'ai adoré le voir décrit aussi bien avec autant de justesse, de vérité et d'émotions. Un livre coup de coeur sur lequel vous devez vous jeter à tout prix!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
Lire-une-passion
  29 juillet 2013
Tout d'abord, je tiens à remercier l'auteure qui m'a contactée pour que je chronique son livre. C'est vrai que c'était un énorme pari pour elle (comme elle me l'a répété plusieurs fois) étant donné que je ne suis pas vraiment attirée par la romance pure. Mais elle voulait un avis d'une personne qui était plus fantasy/fantastique pour voir si justement, je pouvais être touchée par ce genre-là.
Et je dois dire qu'elle a réussi son pari ! En plus d'une plume très agréable à suivre, l'histoire était belle, touchante, attendrissante et loin du cliché du romantisme pur car elle y a inclus des passages assez durs psychologiquement surtout vers la fin. Certes, quand j'ai vu le nombre de page qu'il comportait en e-book je me suis vraiment demandé comment elle avait fait pour tenir autant et si l'histoire du début allait vraiment suivre le fil jusqu'au bout ou si au contraire j'allais m'en lasser.
J'étais loin de me douter que finalement j'allais bien m'attacher à Rosaline, le personnage principal ainsi qu'à ses amis. Mais je dois dire qu'au bout d'un certain nombre de pages j'en avais un peu marre d'être tout le temps sur la même histoire. Je ne critique en aucun cas la façon d'écrire de Anne-Claire Chillan, mais plutôt le fait que moi et les e-book ne sommes pas vraiment très copains. Alors, en plus de m'abîmer les yeux, j'avais 684 pages qui m'attendaient et j'avais l'impression de ne jamais voir le bout, bien que souvent un événement auquel on ne s'attendait pas venait chambouler la petite vie de Rose.
Rosaline, ou Rose pour les intimes, est une jeune fille plein de joie. Elle a des amis qu'elle n'aime pas (j'avoue que j'ai bien ri lorsqu'elle le dit clairement) et qu'elle essaye au possible de les éviter, surtout sa « meilleure amie » Emma. Jusqu'au jour où au détour d'une rue elle fera la connaissance d'Olivia qui va bouleverser sa vie, dans tous les sens du terme. Elle apprendra une nouvelle façon de voir les choses, elle vivra des choses auxquelles elle ne pensait pas un jour goûter et connaîtra le grand amour, avec le grand A. Car c'est là le thème principal de ce récit.
Mais ce que j'ai vraiment très apprécié de la part de l'auteure c'est que, certes c'est une grande histoire d'amour qu'elle nous offre là, mais elle n'en oublie pas le principal : l'amitié et la famille. Ses amis et sa famille sont très présents et prennent une énorme place dans sa vie qu'on se voit nous-mêmes ne plus pouvoir s'en passer. Elle vit des moments uniques en leur compagnie et lorsqu'elle est seule avec son copain on en vient à se dire que tout le reste nous manque et que l'on a hâte de les retrouver et de voir où tout cela va la mener.
Ce que j'ai aussi bien aimé, c'est que l'auteure sait manier les sentiments des personnages avec beaucoup de sens. Elle décrit tellement bien ce qu'ils ressentent qu'on a l'impression d'être eu à chaque moment. Dès que Rose n'allait pas bien, je me sentais mal. Dès qu'elle allait bien, j'étais joyeuse. Dès qu'elle s'énervait, j'étais en colère. Elle a utilisé tout un panel de sentiments que nous vivons au quotidien avec une telle qualité et une plume douce et raffinée que je lui tire mon chapeau. Je dirais que ce roman est plus que de la romance. C'est aussi quelque chose de psychologique et de vrai. Elle touche à beaucoup de sujets de la vie courant dans ce roman qui sont très bien exploités du début à la fin : les déboires de la jeunesse, le premier amour, l'amour d'une famille, l'amitié très forte entre deux personnes, la drogue, l'alcool. Autant de sujets qui sont importants à suivre et à connaître. On voit que l'auteure a fait énormément de recherches à ce sujet, ça se sent.
C'est vrai que la dernière partie du roman a été la plus dure pour moi (et je suppose la plus dure pour Anne-Claire Chillan a écrire). On sent tout de même qu'elle a eu du mal à écrire ces mots, à y donner une telle intensité qui paraissait tant réelle qu'on en avait mal au coeur. Pour tout dire, je n'avais qu'une envie : arriver à la fin, tourner les pages pour voir si tout s'arrangeait. de voir si le drame qui s'était produit allait changer des choses, ou bien au contraire devenir encore pire. Mais grâce à ce drame, justement, on en apprenait de plus en plus sur les personnages qui au final étaient bien plus écorchés psychologiquement que ce que l'on avait imaginé au tout début.
Par moment par contre, je dois dire que le comportement de Rose m'a énervée. Il lui arrive des trucs assez durs et pour elle, j'ai l'impression que rien n'est grave, au contraire, elle pardonne tout. On aurait dit qu'à certains moments elle vivait au pays des Bisounours alors que quand même... Ses réactions étaient, pour moi, très puériles. J'avais plusieurs fois envie d'entrer dans le roman, de la secouer un peu et de lui ouvrir les yeux. J'ai apprécié de ce fait que Michael, lui garde cet état d'esprit de « moi je vois vraiment ce qui se passe » et qu'il tente par tous les moyens d'ouvrir les yeux à Rose qui les gardait définitivement clos. Elle prenait ça tellement à la légère que j'ai finalement moins bien apprécié son caractère qu'au début. D'accord, elle s'est fait des nouveaux amis qu'elle apprécie au-delà de tout, mais au point de tout pardonner (surtout à la fin!) non, je suis pas d'accord. Il y a certaines limites qu'il ne faut pas dépasser. Même si ce sont des amis proches, quand il se passe un événement assez grave, on ne peut pas dire « amen » à tout. Or, là, c'est exactement ce qu'elle a fait. Heureusement qu'il y avait une tête pensante dans ses proches pour lui ouvrir les yeux, ou plutôt essayer de le faire.
Par contre, il y a un point qui ne m'a pas permis de vraiment rentrer dans l'histoire pour vraiment me plaire et qu'elle sorte du lot. Ce sont les virgules. Il y en avait bien trop ! Mais alors, beaucoup, beaucoup trop ! C'était à s'en tirer les cheveux. Surtout pour moi qui, sans le vouloir, regarde attentivement la mise en page d'un roman au fil du texte qui défile. J'ai eu plusieurs fois où je relisais 3 fois la phrase pour vraiment la comprendre, parce que les virgules bien trop présentes gâchaient carrément la lecture et le rythme du récit. Parfois, dans une simple phrase d'une ligne, je retrouvais 5, 6 voire 7 virgules qui n'avaient rien à faire là. Et c'est vrai que ce côté-là m'a vraiment déplu. C'est dommage lorsqu'on voit qu'une jeune auteure a une très belle plume et un talent pour nous transporter dans un univers auquel on ne s'intéresse pas vraiment. Car je pense que sans ce trop plein de virgules, cette histoire aurait pu être un petit coup de coeur. C'est vraiment dommage.
En résumé, une romance très belle à suivre, mais pas que. Des amitiés, des secrets, une famille présente, des déboires de jeunesse, des sujets de la vie quotidienne. Bref, tout un panel que l'auteure a soigneusement traité sans oublier de rester dans quelque chose de simple et sans trop s'étaler sur les choses. Une lecture très plaisante et un premier livre que je ne regrette pas d'avoir découvert. Dommage que cette histoire de virgules vienne un peu ternir tout cela, mais j'ai passé un agréable moment en compagnie de Rosaline.
Justine P.
Lien : http://lireunepassion.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ptitelily01
  24 mai 2013
Tout simplement sublime. L'auteure nous raconte une belle histoire d'amour dans ses moindres détails et pourtant notre imagination fonctionne encore. Elle a su me surprendre par moment, alors que j'étais sûre d'avoir prémédité, l'aspect qu'aurait le dénouement. Elle a tout fait pour que certaines choses nous paraissent évidentes, presque incontournables, mais non. Après je ne sais pas si c'était voulu ou pas, mais elle a bien réussi. J'ai très vite accroché à son personnage principal, Rosaline, qui teste un peu ce qu'on a tous testé dans nos plus jeunes années, enfin pour les plus curieux d'entre nous. La drague, l'alcool, sécher les cours, mentir, son premier amour…
J'ai bien aimé revivre certaines choses à travers Rosaline. Surtout son amour pour Michal. Car il est pur et tellement beau, qu'on a l'impression de rêver. D'être finalement à la place de Rosaline. Il y a un changement de point de vue dans le livre, que je n'ai pas particulièrement aimé, mais pas dans le sens négatif. Mais la situation dans laquelle se retrouvent nos deux amoureux est tellement dramatique et triste, que plus j'avançais et plus cette peine m'affectait. Au point que je redoutais, de continuer à lire, parce que j'imaginais le pire de ce qu'il pouvait arriver. J'aurais préféré ne pas changer de point de vue, et de vivre ce moment comme une histoire ou une anecdote qu'on raconte à Rosaline. Mon petit coeur de midinette en a pleuré.
Mais la fin que l'auteur nous offre, est tellement belle et m'a tellement plu, que je ne regrette pas d'y être arrivée. Et ce que j'apprécie le plus dans ce livre, qu'on ne trouve pas forcement ou très peu dans les autres, c'est qu'on a une véritable fin. Notre cerveau a la totalité de l'histoire, il n'a pas besoin de s'imaginer le future ou d'espérer une suite.
Juste un petit bémol, certaines tournures de phrase qui choquent. le style change juste pour une phrase et j'avoue que ça m'a un peu perdue. Ah ! Si autre chose, le titre du livre, je m'attendais à avoir un vrai journal. Avec la date, les heures et tous. Mais ce n'est pas le cas. Par contre on a vraiment son histoire dans les moindres détails et qui du coup nous fait penser à un journal, ou comme si la personne écrivait un passage de sa vie.
En conclusion, malgré quelques défauts, c'est un coup de coeur. La couverture était déjà sublime mais l'histoire l'est encore plus. Et je dis un grand merci à l'auteure pour m'avoir confié son livre, et j'avoue que si elle en ressort un autre je le lirais avec un grand plaisir sans aucun doute sur ce qui pourrait m'attendre. Parce que je suis sûr que j'y retrouverais de la magie et du rêve.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ptitelily01ptitelily01   22 juin 2013
Autour de nous, le manteau de la nuit se fit un peu plus lourd. Seule ma respiration, haletante, venait troubler la quiétude de l’instant. Lui, continuait de me regarder dans les yeux.
Subitement, il n’y avait plus rien en dehors de nous deux.
Alors, Michael s’avança doucement vers moi et posa ses lèvres sur les miennes, avec délica-tesse. Je ne songeai même pas à hésiter. Ou à me dérober. Et bien que son assaut m’eût surprise, tout au long des deux premières secondes, durant lesquelles, mon esprit tâchait de démêler mon rêve, de ma réalité, je compris par la suite, qu’une seule réponse pouvait être vraiment favorable à ce moment de poésie.
Dans un geste presque instinctif, j’entrouvris ma bouche pour l’accueillir enfin. Scellant par cet acte, ma totale et éternelle dévotion à l’ange qui m’avait ravie. Plus rien ne comptait, sinon lui et l’incroyable emprise qu’il avait sur moi.
Plus rien ne comptait, sinon le goût chaud et délicat de mon nouveau paradis.
Le murmure de nos lèvres dura pendant de longues minutes, tandis que derrière mes paupières closes, je ne voyais plus que Michael. De sa main droite, il me caressa lentement le dos puis s’arrêta à ma taille. Se servant de cette emprise, il me rapprocha un peu plus de lui, sans que je ne lui oppose aucune résistance. Ma poitrine vint s’écraser contre son torse dur. Et j’aurais pu jurer, à ce moment, que les battements de son coeur, s’étaient adjoints aux miens.
Je les ressentais dans tout mon corps.
Sa langue se fit curieuse durant un long moment et ses lèvres inquisitrices. J’avais du mal à croire qu’il puisse exister tant de volupté dans un simple baiser, ni même que sa douceur pût amoindrir davantage ma volonté, déjà si faible. Et tandis que le monde disparaissait autour de nous, je choisis de m’abandonner à lui.
Lorsqu’il ralentit sa cadence, ses lèvres se firent plus douces encore et je profitai de leur arôme pour les secondes qu’il me restait. Avant qu’il ne se sépare de moi, une pensée m’assaillit alors. Plus troublante que toutes les autres, plus magique que quoi que ce soit au monde : L’évidence était faite maintenant.
Je lui appartenais complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Red_HoodRed_Hood   08 mai 2013
— Où étais-tu ? demandai-je.
— Trop loin de toi.
Je souris.
— Mais encore ?
— Trop loin de toi, répéta-t-il. Dans un endroit que je n’aime même pas, à faire ce que tout le monde pense être bon, pour moi.
— Si c’est le cas, soufflai-je. Qu’est-ce que tu fais là ?
Il sourit à son tour et répondit :
— Le mauvais choix.

Autour de nous, le manteau de la nuit se fit un peu plus lourd. Seule ma respiration, haletante, venait troubler la quiétude de l’instant. Lui, continuait de me regarder dans les yeux.
Subitement, il n’y avait plus rien en dehors de nous deux.
Alors, Michael s’avança doucement vers moi et posa ses lèvres sur les miennes, avec délica-tesse. Je ne songeai même pas à hésiter. Ou à me dérober. Et bien que son assaut m’eût surprise, tout au long des deux premières secondes, durant lesquelles, mon esprit tâchait de démêler mon rêve, de ma réalité, je compris par la suite, qu’une seule réponse pouvait être vraiment favorable à ce moment de poésie.
Dans un geste presque instinctif, j’entrouvris ma bouche pour l’accueillir enfin. Scellant par cet acte, ma totale et éternelle dévotion à l’ange qui m’avait ravie. Plus rien ne comptait, sinon lui et l’incroyable emprise qu’il avait sur moi.
Plus rien ne comptait, sinon le goût chaud et délicat de mon nouveau paradis.
Le murmure de nos lèvres dura pendant de longues minutes, tandis que derrière mes paupières closes, je ne voyais plus que Michael. De sa main droite, il me caressa lentement le dos puis s’arrêta à ma taille. Se servant de cette emprise, il me rapprocha un peu plus de lui, sans que je ne lui oppose aucune résistance. Ma poitrine vint s’écraser contre son torse dur. Et j’aurais pu jurer, à ce moment, que les battements de son coeur, s’étaient adjoints aux miens.
Je les ressentais dans tout mon corps.
Sa langue se fit curieuse durant un long moment et ses lèvres inquisitrices. J’avais du mal à croire qu’il puisse exister tant de volupté dans un simple baiser, ni même que sa douceur pût amoindrir davantage ma volonté, déjà si faible. Et tandis que le monde disparaissait autour de nous, je choisis de m’abandonner à lui.
Lorsqu’il ralentit sa cadence, ses lèvres se firent plus douces encore et je profitai de leur arôme pour les secondes qu’il me restait. Avant qu’il ne se sépare de moi, une pensée m’assaillit alors. Plus troublante que toutes les autres, plus magique que quoi que ce soit au monde : L’évidence était faite maintenant.
Je lui appartenais complètement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Red_HoodRed_Hood   23 juin 2013
— Tu t’attendais à ce que Lucas, se dresse contre toi, pour… moi ? lui demandai-je. C’est quand même exagéré.
Et, à ces mots, je ne pus m’empêcher de sourire.
— Je crois que ça n’amuse que toi, dit-il en remarquant mon expression.
Il n’était ni agacé, ni énervé. Seulement, il ne partageait pas ma joie. Ce qui me frustrait légèrement. Car si j’acceptais volontiers que mon effet soit tel, dans son monde, qu’il était devenu impossible au commun des mortels de me croiser, sans succomber à un infarctus foudroyant, j’espérais également, qu’il me fût possible, d’en rire un peu. Après tout, si je ne pouvais plus m’amuser de telles inepties, que me restait-il ?
— Ma petite personne ne mérite pas que vous vous arrachiez la tête, dis-je, en essayant de reprendre un faciès de circonstance. De plus, je crois qu’il existe encore, ailleurs, des filles plusjolies et plus intéressantes que moi.
— Merci pour le scoop, dit Michael. S’il est vrai. Mais je serais dans l’incapacité de te donner raison, malheureusement. Car cela fait bien longtemps, que je ne regarde plus autour.
Je passai mes mains dans ses cheveux et l’embrassai sur le bord des lèvres.
— Et pour répondre à ta question, ajouta-t-il après m’avoir rendu mon baiser, jamais je
n’aurais voulu, me confronter à Lucas. Car même s’il est évident que je me serais battu pour toi, je ne suis pas sûr, par contre, des forces que j’aurais pu mettre dans mon combat.
— Pourquoi cela ? m’étonnai-je.
— Car je serais parti avec un immense désavantage. De ce que j’ai entendu, les peurs les plus profondes ont tendance à affaiblir les plus courageux des hommes.
— Et qu’est-ce qui t’effraie à ce point ?
— L’idée de te perdre un jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Ivy-ReadIvy-Read   25 avril 2013
Il apportait de la couleur à ce triste film muet en noir et blanc dans lequel nous jouions tous. Il était mon instant d’évasion, mon intermède inespéré. D’une beauté si dévastatrice, que l’on en viendrait presque à douter de son humanité. Il avait la perfection d’un ange. Des traits dessinés au pinceau, un regard sans égal. Il était de ceux, qui avaient tout, et que rien alentour, ne pouvait plus sublimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ptitelily01ptitelily01   22 juin 2013
"Je pense avoir eu une seconde après ça.
Une seconde de trop.
Une seconde seulement.
Une seconde... et c'est tous...
Avant de réaliser que tout était terminé..."
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : décisionsVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4632 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre