AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266244299
Éditeur : Pocket Jeunesse (19/09/2013)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 1520 notes)
Résumé :
Clary n'en croit pas ses yeux. Elle vient de voir le plus beau garçon de la soirée commettre un meurtre. Et détail terrifiant: le corps de la victime a disparu d'un seul coup! Mais le pire reste à venir. Sa mère a été kidnappée par d'étranges créatures et l'appartement complètement dévasté. Sans le savoir, Clary a pénétré dans une guerre invisible entre d'antiques forces démoniaques et la société secrète des chasseurs d'ombres. Une guerre dans laquelle elle a un rôl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (344) Voir plus Ajouter une critique
Livresque78
  30 mars 2014
Ce premier tome de la série, est une très belle entrée en matière. Ce roman est plein d'imagination, il est vrai que d'imaginer un monde invisible est séduisant, je ne verrai plus jamais les gens autour de moi avec le même oeil.
J'ai été surprise tout au long de ma lecture, je n'étais jamais sur la bonne piste.
J'ai beaucoup aimé la relation entre Jace et Clary, toujours à se lancer des piques et des vannes.
Le personnage de Jace est très mystérieux, on ne sait au final pas grand chose de lui, il reste une énigme.
Clary est une fille pleine de ressources, mais l'auteure n'en a pas fait une super héroïne qui sauve la planète... Elle reste cette jeune fille qui découvre un monde mystérieux et totalement inconnu et ne sait pas comment y faire face.
Ce roman ruissèle de magie, de démons, et de toutes sortes de créatures plus ou moins agréables... Une belle découverte et un bon moment de lecture.

Lien : http://livresque78.over-blog..
Commenter  J’apprécie          653
florencem
  15 février 2013
Enfin un autre coup de coeur. Je m'y attendais plus ou moins vu les critiques que j'ai pu en lire, le résumé et l'engouement des fans un peu partout dans le monde. Il faut dire que nous sommes assez gâtés en ce qui concerne la littérature young adulte ces derniers temps. Et je suis très heureuse de découvrir toutes ces séries alors que pratiquement tous les tomes sont déjà sortis (ça a du bon finalement, d'avoir du retard dans mes découvertes de petits chefs d'oeuvre !).
J'ai découvert La cité des ténèbres de Cassandra Clare grâce au film qui sortira cette année. J'ai tout de suite adoré l'univers qui s'en dégageait. Et même si après ma lecture, je me dis que les réalisateurs ont pris pas mal de libertés par rapport au roman d'origine, il n'en reste pas moins que je suis très impatiente de sa sortie - encore plus maintenant - pour enfin voir Clary, Jace, Isabelle, Simon et Alec en action. Comme quoi, cela a vraiment du bon tous ces films qui sortent, basés sur des romans young adulte.
Mais revenons un peu à l'histoire en elle-même. Je l'ai dévoré... en deux jours à peine, et je vais devoir faire beaucoup d'efforts pour ne pas acquérir le second tome tout de suite, ma PAL débordant plus qu'il ne se le doit. Il faut dire que Cassandra Clare a vraiment un don pour rendre son récit captivant. On ne s'ennuie à aucun moment car au final il n'y a pas de temps mort, ou si peu. L'histoire est très dynamique, bien construite surtout quand on voit les complexités se dévoiler petit à petit. Il aurait été très facile de s'emmêler les pinceaux avec ses diverses intrigues, mais l'auteur a su s'en tirer avec brio. Tout est très bien ficelé, même si un détail en particulier me chiffonne un peu, mais je pense que les tomes suivants m'éclaireront plus sur le sujet.
J'ai aussi beaucoup aimé l'univers. Il regroupe pas mal de créatures du surnaturel, et en même temps le choix se posant sur les héros, à savoir ces êtres mi-anges, mi-humains, est fascinant. Si bien qu'en lisant le roman, je n'ai pas eu la sensation que l'auteur suivait la tendance vampires/loup-garous du moment. Bien au contraire, la complexité de l'univers des Chasseurs d'Ombres est vraiment exquise et c'est un bol d'air frais à l'heure actuelle.
Je me suis aussi beaucoup attaché à Clary. Elle n'est pas vraiment l'héroïne typique forte et courageuse, elle reste très humaine au final dans cette aventure et je pense que ce détail la rend plus accessible aux lecteurs. Elle se découvre petit à petit, entre dans un univers qui aurait dû être le sien et qui au final lui est complètement étranger. Une sorte de métaphore du passage à l'âge adulte en quelque sorte. Et j'ai aimé ses doutes, ses questionnements, le fait qu'elle se débatte, qu'elle doive au final avancer par ses propres moyens. J'ai dit qu'elle n'était pas une héroïne typique forte et courageuse, mais elle le devient à sa manière. Elle change en restant elle-même. C'est sûrement toute la beauté du personnage.
Les personnes qui l'entourent ne sont pas en reste. Que ce soit Simon, Alec, Isabelle, Luke ou Magnus, j'ai aussi énormément apprécié ces personnages. Chacun à son propre caractère, sa propre façon d'appréhender la vie, et surtout ses propres liens avec Clary. Ces liens qui se tissent d'ailleurs sont toujours pour moi quelque chose de très important. Je pense que sans eux, un roman ne peut pas réellement tenir debout.
La cité des ténèbres est donc un petit bijou qui je l'espère saura me charmer tout autant dans les tomes suivant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
cicou45
  20 juin 2018
J'ai toujours adoré ce qui a trait au surnaturel et pour ça, mon mari me connaît bien. C'est lui qui m'a offert cet ouvrage et, anticipant un peu car il me connaît justement trop bien (ainsi que ma soif débordante de lecture), il m'a également déjà offert le deuxième tome. J'ignorais tout jusqu'à présent de Cassandra Clare, de son style d'écriture ainsi que de son monde mi enchanteur-mi démoniaque sans oublier les simples terrestres que nous sommes dans tout cela et je dois dire que je me suis laissée prendre au jeu. Clarissa Fray, plus connu sous le surnom de Clary ignore tout ou presque du passé de sa mère. Son seul ami est un garçon du nom de Simon et il est son seul confident. Aussi, lorsque sa mère lui apprend soudainement qu'elles vont partir pour toutes les vacances d'été dans un coin complètement perdu, Clary, en tant que bonne ado de 15 ans qui se respecte, ne saute pas de joie. Elles partiront toutes deux le plus rapidement possible avec Luke, un ami de sa mère qui a plus au moins joué le rôle de substitut dans la vie de Clary en tant que père même si cette dernière sait pertinemment que celui-ci est mort avant sa naissance. Cependant, ici, toutes les croyances et certitudes de Clary vont être mises à rude &preuve lorsqu'elle va être confrontée à des créatures merveilleuses, dont certaines plus bienveillantes que d'autres qui sont entièrement démoniaques. Si on lui avait dit il y a quelques jours à peine que loups-garous, vampires, sorciers ou tout simplement fées existaient, elle vous aurait probablement ri au nez mais si en réalité, tout au fond d'elle, elle l'avait toujours su mais l'avait tout simplement oublié ? Il faut vous dire que normalement, ces créatures ne sont pas visibles pour le commun des mortels alors comment se fait-il que Clary les voit ? Chasseur d'ombres, cela vous dit quelque chose ? C'est normal mais je vous en ai déjà trop dit...
C'est en rencontrant un trio pas très ordinaire avec Jace, Isabelle et son frère Alec que Clary va enfin découvrir qui elle est vraiment et surtout lever le voile sur son passé et sur celui de sa mère qu'elle croyait pourtant connaître...
Un premier tome que j'ai littéralement dévoré et j'ai hâte d'en commencer le second puisqu'il n'attend que moi (prônant bien en évidence sur ma PAL) et je ne peux que vous recommander, surtout pour ceux et celles qui sont fans de fantasy et de créature étranges comme moi, d'en faire autant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Soleney
  11 juin 2015
J’avais lu ce livre pour la première fois quand j’avais seize ans. Pour faire simple, je me rappelle avoir dévoré ce pavé de 570 pages en deux ou trois jours. En bref : j’avais TOUT adoré, tant les personnages, que l’histoire, que l’humour, que la romance, que l’écriture… Ma série préférée du moment.
Disons que mon avis a quelque peu évolué, maintenant.
Tout d’abord, l’histoire. J’aime toujours le scénario, même si désormais, le thème des anges et des démons a été abondamment traité par la littérature jeunesse (et plus particulièrement young adult). Malgré tout, l’auteure a réussi à créer un monde assez complexe, pas très original mais qui a ses règles et son passé politique.
Pour faire simple, les démons sont le grand mal de tous les univers. Ils sont capables de se transporter d’une dimension à l’autre, les colonisent jusqu’à épuisement, puis recommencent avec une autre. Désormais, c’est notre tour de subir leur assaut. Mais les races vivant dans notre monde ne sont pas alliées pour autant. La méfiance et le dégoût empoisonnent leurs relations. Les Chasseurs d’Ombres (des hybrides mi-anges, mi-hommes) ont tendance à mépriser les Créatures Obscures (loups-garous, vampires, sorciers et faes en tous genres), qui le leur rendent bien. Les tensions sont telles que des Accords ont dû être passés et que des lois ont dû être signées par l’Enclave (organisme gouvernemental des Chasseurs) pour limiter les effusions de sang. Mais des groupes extrémistes de Nephilims rêvent toujours de purifier le monde pour qu’il n’appartienne qu’aux êtres humains. Ceux qui passent à l’action ne font qu’empirer des relations déjà bien dégradées. Dans le même temps, le nombre de Nephilims ne cesse de baisser, tandis que celui des démons augmente constamment (mais combien sont-ils ?).
Bien entendu, toutes ces luttes sont clandestines se déroulent sous les yeux des humains normaux, qui ne peuvent rien voir grâce aux très pratiques charmes d’illusion.
Donc voilà, un univers assez poussé et plutôt intéressant.
Ensuite, les personnages.
Clary, qui n’a (presque) rien à voir avec tout ça, se retrouve plongée dans cette guerre millénaire jusqu’au cou le jour où sa mère disparaît mystérieusement. Elle est capable de voir des choses qu’elle ne devrait même pas imaginer, et à ce titre, elle va grandement intéresser l’Institut. Comment une simple Terrestre parvient-elle à percer les illusions magiques ?
Cette jeune héroïne m’a un peu tapé sur les nerfs à cause de certaines de ses réactions, que j’ai trouvées irréfléchies. Mais bon, elle a quinze ans, presque seize (à peu près l’âge que j’avais quand j’ai découvert La Cité des Ténèbres), et ce défaut ne m’avait pas du tout frappée. Elle a donc sûrement des réactions normales d’adolescente.
Mais par contre, elle adopte tellement vite l’idée d’un combat entre les Nephilims et les démons, la possibilité que plusieurs races magiques existent sous le nez et à la barbe des humains que je n’ai pas trouvé ça crédible – même à l’époque.
Les autres personnages m’ont laissé la même sensation qu’avant : j’aime bien Jace (grâce à son humour), j’aime bien Simon (pour la même raison), je suis neutre par rapport à Isabelle et Alec. Magnus m’était sympathique (il a un égo surdimensionné^^). L’humour décapant de l’auteure nous les rend attachants, car elle glisse des réplique très croustillantes dans les bouches de certains d’entre eux.
Mais il faut que j’aborde le point crucial : la romance de Clary et Jace. Elle m’a paru beaucoup plus cucul la praline qu’autrefois. Déjà, l’auteur multiplie les scènes hasardeuses : à chaque fois qu’ils sont en voiture, un coup de volant précipite Clary dans les bras du beaauuu jeune homme – qu’ils sont coquins, ces conducteurs…
Et beau, ça il l’est ! Beaux cheveux, beaux yeux, belle silhouette, charme indéniable… Jace est le prince charmant incarné ! Il ne lui manque que l’armure et le cheval blanc. Et la délicatesse, car il n’est heureusement pas dénué de personnalité : son humour est aussi incisif que sa stèle, et son égo semble en-dehors de toute proportion. Évidemment, toutes les femmes lui mangent dans la main, et il n’a qu’à se baisser pour les cueillir (elle n’est pas belle, la vie, quand on n’a que dix-sept ans ?). Mais il n’y en a qu’une qui fait battre son cœur et c’est… C’est ? Clary, bien sûr ! Parce que son sens de l’ironie ne sert qu’à cacher le fait qu’il ait un gros cœur tout mou et tout sensible, et qu’en fait, il est très romantique. Classique…
Mais il n’est pas le seul à être beau. En fait, la plupart des personnages importants et secondaires le sont : Clary (mais elle ne le sait pas), Alec, Isabella, Valentin, Jocelyne, Magnus Bane, la majorité des vampires et plein d’autres que j’ai oublié. C’est un festival de mannequins qui défile sous nos yeux. Les quelques moches sont Hodge et Simon (et encore, son potentiel sera révélé au fil de l’histoire).
Et pour terminer, l’écriture.
Cassandra Clare écrit bien, elle maîtrise les ficelles de son histoire suffisamment pour qu’on ne perde pas d’intérêt à lire. Les rebondissements s’enchainent et les piques pleuvent, déclenchant mon hilarité malgré moi – et la surprise de mes voisins…
La seule critique que je pourrais faire est celle sur l’épilogue, qui dure trop longtemps selon moi. D’ailleurs, il se termine sur une note extra-positive, alors que le début du tome 2, qui poursuit l’action quelques minutes après, est plutôt maussade. Comme j’ai enchainé les deux livres dans la foulée, ça m’a fait un peu bizarre.

C’est quand même une bonne série jeunesse. Personnellement, je ne serais pas capable de la relire des dizaines de fois comme l’a fait ma sœur, mais je l’aime bien. La romance a une part peut-être un peu trop importante à mon goût, elle est un peu trop parfaite ou passionnelle, mais une révélation finira par compliquer les choses. Outre cela, l’univers est sympa et l’histoire ira en s’approfondissant au fil des tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Kenehan
  18 mars 2013
"La Cité des Ténèbres : La Coupe Mortelle" ou le livre que j'ai bien failli ne jamais terminer...avant de le dévorer au bout de 3 ans !
Et dire que j'avais acheté ce premier tome en langue anglaise à l'aéroport de Dublin parce que j'avais eu la merveilleuse idée de mettre mes livres en cours dans ma valise déjà enregistrée...
A l'époque j'avais lu durant le vol la première partie du livre (qui en contient trois) et j'avoue qu'une fois mes autres livres retrouvés, j'ai rapidement mis de côté l'ouvrage de Cassandra Clare, bien que je l'ai apprécié sur le moment.
Ce n'est que trois ans plus tard, après un second hasard, que je suis tombé sur la version française dont la couverture est nettement plus jolie. Exit le torse musclé couvert de symboles, la ville de New York peu à son avantage et les nombreux effets qui frôlent l'overdose visuelle et bienvenue la sobriété du noir et le visage mystérieusement encapuchonné...déjà plus classe.
Comme je l'ai dis un peu plus haut, le livre est fractionné en trois parties, chacune s'ouvrant sur une citation littéraire issu de classique et chef d'oeuvre tels que "Le Paradis Perdu" de Milton ou "l'Enéide" de Virgile. Je vais donc reprendre chaque partie dans ma chronique.
Première partie :
Bon, celle-là, je l'avais déjà lu trois ans auparavant. Pour autant, j'ai été agréablement surpris de me rendre compte que je n'avais quasiment rien oublié de ma lecture précédente. Heureusement, je ne me suis pas ennuyé devant ces pages que je connaissais déjà. Peut-être grâce au changement de langue...
Le récit ici est très classique pour de l'Urban Fantasy : un soir, dans une boîte, une jeune fille assiste à un évènement étrange et dès lors sa vie bascule et la vérité la frappe telle une vague déferlante ou une bonne claque dans la gueule ! Heureusement, l'amour n'est jamais loin telle une caresse réconfortante. C'est un peu le sort réservé à toutes les héroïnes de ce genre de littérature...
Deuxième Partie :
J'étais encore un peu dubitatif quant à la tournure des évènements. le background sort un peu de l'ordinaire, les personnages et leurs relations sont plutôt sympa mais l'histoire demeurait classique, de même que la "révélation" attendue en fin de partie précédente. Et puis, au fil des chapitres j'ai commencé à vraiment être entraîné par le récit qui se révèle bien plus complexe que je ne m'y attendais.
En effet, on découvre en même temps que Clary l'univers si particulier de l'auteure mais un fait bien appréciable, on reste assez loin d'un Twilight-like. Je veux dire par là qu'il ne s'agit pas ici de dépeindre la romance naissante entre les deux héros principaux sur fond de quête surnaturelle. Au contraire !
C'est probablement l'une des choses que j'ai le plus apprécié, qu'un doute persiste constamment sur Clary et ses relations avec Simon et Jace. Qu'il ne soit pas question de coup de foudre mais de quelque chose de beaucoup plus commun et donc réaliste dans un sens. Qu'il s'agisse aussi d'explorer, de tâtonner, de questionner des sentiments ou absence de sentiment.
Une partie dans laquelle j'ai également beaucoup plus apprécié Jace, Clary et Alec, qui sont mes trois personnages préférés dans ce tome. Peut-être aussi les plus fouillés dans leur psychologie par rapport à Isabelle par exemple.
Enfin, les révélations et les évènements se précipitent en fin de partie et le rythme est loin de s'essouffler. Impossible de lâcher le livre à ce stade !
Troisième Partie :
Le final. Et quel final ! Toutes les versions, les vérités de chacun se confrontent et ça fait mal ! Personne n'en sort véritablement indemne et j'ai été complètement happé. Certes, on avait deviné certaines choses au cours de la lecture, on en connaissait déjà d'autres mais de les voir éclater au grand jour au beau milieu des protagonistes donne une toute autre dimension. Cassandra Clare a vraiment réussi son coup en y apportant émotions, surprises et retournements de situations.
Conclusion globale :
Une lecture plutôt banale au début qui s'est transformée en véritable coup de coeur dans la seconde moitié du roman.
Comparé à d'autres dans la littérature jeunesse, le style est bon, moderne, pas trop simpliste et même plutôt soutenu par moment. J'aime ! Peut-être de légères fautes de goût stylistique sur une ou deux métaphores trop grossières (je pense notamment à celle sur l'iceberg et le Titanic) qui n'étaient pas très littéraire à mon sens mais qui restent bien trop rares pour entacher le reste du texte.
Peut-être un reproche quant à la traduction française. Dans la première partie, l'histoire débute au Charivari qui s'appelle le "Pandemonium" en vo. Je peux comprendre l'intérêt de traduire le nom du club, pour donner plus de sens aux lecteurs. En effet, pandemonium peut se traduire en français par "tohu-bohu", "désordre" ou..."charivari" pour un nom de boîte plus stylé. le problème c'est que "Pandemonium" renvoit justement à la citation de John Milton introduisant la première partie puisque c'est John Milton qui a créé ce terme pour désigner la capitale des Enfers dans "Le Paradis Perdu" et donc on perd un double sens ainsi qu'une référence culturelle alors que Cassandra Clare en dissémine justement un peu partout dans son roman...
Deuxième reproche sur la partie 1 (je n'ai pas lu les autres en vo donc je ne peux pas comparer) c'est la traduction grossière et peu imaginative de "mundane" en "Terrestre". Bien que le côté péjoratif subsiste (heureusement !) dans la manière que les personnages ont de le prononcer, on perd quand même du sens. C'est dommage bien qu'honnêtement ça ne m'a nullement empêcher d'adorer ce livre. Juste histoire de chipoter un peu :) (et de ramener ma science ^^).
Bref, pour finir je me réjouis d'avance d'avoir d'autres tomes qui m'attendent déjà en librairie !! Une lecture que je conseille vivement. Et un film que j'attends avec plus d'enthousiasme bien que je sois dubitatif sur certains choix de casting... Wait and see !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   28 août 2017
Pour les amateurs de fantasy et les inconditionnels de La Cité des Ténèbres, c’est un must !
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (159) Voir plus Ajouter une citation
nathanatha   20 juillet 2012
- Qu'est ce que c'est que cette tenue ? souffla-t-il.
Clary avait jeté une veste légère sur ses épaules pour se sentir moins nue et portait en bandoulière son sac à dos, qu'elle avait récupéré dans sa chambre. Cependant ce que regardait Simon, comme s'il les voyait pour la première fois, c'étaient ses jambes.
- C'est une robe, Simon, répondit-elle sèchement.
Je sais que je n'en mets pas souvent, mais quand même...
- Elle est très courte, fit-il remarquer, l'air confus
« Même avec ses vêtements de chasseur de démons, il a tout du gendre idéal, poli avec les parents et gentil avec le chien », songea Clary. Jace, en revanche, évoquait exactement le contraire.
- J'aime bien ta robe, dit-il en se redressant.
Il l'examina de la tête aux pieds :
- Il manque juste un petit quelque chose.
- Depuis quand tu joues les experts en mode ? demanda Clary d'une voix mal assurée.
Il se tenait tout près d'elle, si près qu'elle sentait la chaleur de son corps ainsi que l'imperceptible odeur de brûlé qui se dégageait des Marques récemment appliquées sur sa peau.
Il sortit un objet de sa veste et le lui tendit. C'était une longue dague dans un fourreau en cuir. Le manche était incrusté d'un seul rubis taillé en forme de rose.
Clary secoua la tête :
- Je ne saurais même pas m'en servir...
Jace lui mit la dague de force dans la main et referma ses doigts dessus.
- Tu apprendras.
Puis, baissant la voix, il ajouta :
- Tu as ça dans le sang.
- Si tu le dis...
- Je peux te donner un fourreau pour que tu l'attaches autour de la cuisse, proposa Isabelle. J'en ai plein.
- PAS QUESTION ! dit Simon.
Clary lui lança un regard courroucé :
- Merci, pas mon genre.
Elle glissa la dague dans la poche extérieure de son sac à dos.
Puis, levant les yeux, elle s'aperçut que Jace la fixait avec insistance :
- Une dernière chose.
Il ôta les épingles brillantes de ses cheveux, libérant une cascade de boucles sur ses épaules. Clary frissonna : le contact de ses cheveux sur sa peau nue était inhabituel, mais étrangement agréable.
- C'est beaucoup mieux, déclara Jace et, pour une fois, c'était lui qui semblait mal à l'aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
nymerianymeria   30 janvier 2011
« - Comment savais-tu que j’avais du sang de Chasseur d’Ombres ? […]
- J’ai deviné, répondit Jace. C’est l’explication la plus probable.
- Tu as deviné ? Tu devais être sacrément sûr de toi, étant donné que tu aurais pu me tuer avec ton tatouage ! [..]
- J’étais sûr à 90%.
- Je vois…
Le garçon avait dû percevoir un changement dans la voix de Clary, car il se tourna vers elle. Elle lui assena une gifle qui manqua lui faire perdre l’équilibre. Surpris, il porta la main à sa joue :
- Pourquoi tu as fait ça ?
- Pour les 10% qui restent, répondit-elle. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1580
sandy2312sandy2312   27 mars 2010
" Clary sortit en trombe, terrifiée à l'idée que Jace ait disparu tel un fantôme dans les ténèbres de la ruelle.
Elle le trouva adossé à un mur. Il venait de sortir un objet de sa poche et appuyait sur des boutons. Il leva des yeux surpris en l'entendant refermer la porte du café derrière elle.
Dans la lumière déclinante du soir, ses cheveux avaient des reflets cuivrés.
Les poèmes de ton ami sont minables.
Clary le dévisagea, prise de court:
Quoi ?
J'ai dit : Ses poèmes sont minables. On dirait qu'il a avalé un dictionnaire avant de vomir des mots au hasard.
Je me fiche de ses poèmes ! Répondit Clary avec colère. Je veux savoir pourquoi tu me suis.
Qui a dit que je te suivais ?
Et, en plus, tu nous écoutais. Est-ce que tu veux bien m'expliquer ce qui se passe, ou dois-je appeler la police ?
Pou leur dire quoi ? Demanda Jace avec mépris. Que des gens invisibles te persécutent ? Crois-moi, petite fille,la police n'ira pas coffrer quelqu'un qu'elle ne peut pas voir.
Je t'ai déjà dit de ne pas m'appeler petite fille. Moi, c'est Clary.
Je sais. Joli nom. Du latin Clara, claire, pure ! Tu connais le latin ?
Non, et je ne comprends rien à ce que tu me racontes.
Tu as beaucoup à apprendre, décréta Jace avec une lueur de mépris dans le regard. Tu n'as pas l'air différente des autres Terrestres, et pourtant tu peux me voir. C'est un mystère.
C'est quoi une Terrestre ?
Quelqu'un qui appartient au monde des humains. Quelqu'un comme toi.
Sa voix ne trahissait aucune agressivité. Il ne paraissait pas se soucier qu'elle le croie.
Tu t'imagines que tu es supérieur. C'est pour ça que tu t'es moqué de nous.
J'ai ri parce que les déclarations d'amour m'amusent beaucoup, surtout quand le sentiment n'est pas partagé. Et parce que ton Simon et le plus banal des Terrestres que j'ai rencontré."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
YumeYume   15 juillet 2010
- Alors, tu es tombé amoureux ?
- Malheureusement, chère madame, je reste moi-même mon seul véritable amour.
- Au moins, tu ne risques pas d'être éconduit, Jace Wayland.
- Pas forcément. Je m'envois balader de temps en temps, histoire d'entretenir la flamme.
Commenter  J’apprécie          2360
chilisschiliss   31 juillet 2012
- Qu'est-ce que tu fais là ?
- Par "là", tu fais référence à ta chambre, ou s'agit-il d'une grande question existentielle ayant trait à notre rôle sur cette planète ? Tu te demandais si c'est juste une coïncidence cosmique, ou s'il existe un but méta-éthique plus important dans la vie ? C'est le plus grand sujet d'interrogation depuis la nuit des temps. D'accord, un simple réductionnisme ontologique fait figure d'argument fallacieux, mais...
- Je retourne me coucher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
Videos de Cassandra Clare (65) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Cassandra Clare
CASSANDRA CLARE & HOLLY BLACK AT KINOKUNIYA!
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





.. ..