AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le coeur de l'Angleterre (102)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
olivierpla
  14 janvier 2020
Un roman très intéressant, d'abord pour les vies croisées des personnages qui ne restent pas uniformes, ils présentent des aspérités, des réflexions sur ce qui les amènent à prendre telle ou telle décision. Ces personnages étaient déjà présents pour la plupart dans deux précédents romans de Jonathan Coe et il les travaillent pour qu'ils évoluent en lien avec l'actualité. Car c'est là le second aspect de ce roman qui nous permet de revivre comment l'Angleterre en est arrivée à voter contre toute attente une sortie de l'Union Européenne. En fait, Jonathan Coe s'interroge sur les sentiments trop longtemps cachés ou ignorés qui traversent la société, l'impression de déclassement qui serait la clé pour comprendre le Brexit, mais il y a aussi toute la destruction du tissu de solidarité ouvrière menée par Margaret Thatcher qu'il n'évoque pas. Certes les problèmes de racisme, d'affirmation de son identité trans-genre ou l'appartenance à une communauté, tout cela existe bel et bien mais on en oublie les rapports de classe, et si vers la fin Doug s'affronte à un groupe financier quelque peu secret, cela ressort davantage du complotisme que de la défense d'intérêts économiques de quelques possédants qui ne s'embarrassent guère des problèmes d'identité, de la grandeur de l'Angleterre ou de la paupérisation de la classe moyenne blanche pourvu que les profits croissent, les films de Ken Loach sont beaucoup plus crus dans cette dénonciation avec leurs conséquences dans la vie quotidienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pivoine29
  04 janvier 2020
Une histoire contemporaine de la Perfide Albion, pour examiner comment on en est arrivé au Brexit. Cette histoire gravite autour de la famille de Benjamin, dont la mère vient de mourir au début du roman, en 2010. Benjamin, l'intellectuel de la famille a cessé de courir après sa chimère d'amour, Cycele, et s'est installé près de Birmingham, dans un vieux moulin. Il a tout le temps pour s'occuper de son père, Colin, et de s'atteler à son oeuvre littéraire. Autour de lui il y sa soeur Lois, qui travaille loin de son mari, et surtout, Sophie, universitaire. Lasse des histoires d'amour stérile avec d'autres universitaires, elle rencontre Ian, un moniteur d'auto-école. Et il y a les amis, Doug, le journaliste politique, sa fille Coriandre, et Charlie, devenu clown.
Un portrait réjouissant de l'Angleterre. Truffé d'humour. Je suis pourtant d'habitude plutôt réfractaire aux romans qui se passent dans les milieux universitaires, mais les personnages ici sont attachants, criants de vérité. L'histoire s'inscrit dans la durée, dans les changements d'époque, et se moque du caractère national anglais.
Jonathan Coe a réussi à capturer l'air du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NathalieBC
  22 décembre 2019
Ben ça alors, je suis déçue. Peut-être que j'en attendais trop de ce Coeur de l'Angleterre. Après avoir relu Testament à l'anglaise, j'avais hâte de me plonger dans le dernier Jonathan Coe. D'autant que l'épopée du Brexit m'a passionnée. Alors il est vrai que j'ai adoré certains chapitres, surtout ceux avant le Brexit. Je me suis reconnue dans plusieurs personnages et j'ai adoré en détester certains (Sophie - l'idiote utile et Coriandre - l'activiste insupportable - notamment). Les dialogues entre Dough et Nigel sonnent très juste et expliquent facilement comment on est arrivé là (le Brexit chez les Anglais, les gilets jaunes chez nous).
Mais, malheureusement et inexplicablement la troisième partie est un naufrage intellectuel: Jonathan Coe sombre dans le politiquement correct et pire, dans la mièvrerie (le dernier chapitre, Mon Dieu !!!) et nous inflige un happy end digne d'un programme de Noël sur Disney channel. Et puis, un "détail" m'a chiffonnée tout du long: alors que l'auteur prétend chroniquer les années 2011-2018, pas un mot sur les attentats islamistes. Si c'est un oubli volontaire, le terme de chronique devient alors une imposture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tu_vas_voir_ce_que_tu_vas_lire
  24 novembre 2019
Dans cette nouvelle satire de Jonathan Coe, on retrouve avec bonheur les personnages de ses romans Bienvenue au club, récit des années lycée d'une bande d'amis à Birmingham dans les années 70, confrontés par la suite à la violence sociale de l'ère Thatcher, et le Cercle fermé qui se déroulait à l'époque du gouvernement de Tony Blair. Cette fois le roman couvre la période d'instabilité politique et d'austérité de l'Angleterre et ses répercussions entre 2010 et 2018. A travers les différents personnages l'auteur dépeint un pays profondément divisé et la violence des rapports de classe et réussit à capter l'air du temps, des émeutes de 2011 au référendum sur le Brexit, le tout sur fond de montée du populisme et de la xénophobie, culminant avec le meurtre de la députée travailliste Jo Cox en 2016. Benjamin n'en finit pas d'écrire son roman, toujours obsédé par son premier amour, nostalgique de sa jeunesse heureuse. Son père, aigri, souhaite que son pays sorte de l'Europe mais son personnage donne lieu à l'un des passages les plus émouvants du roman quand il découvre que les anciennes usines où il travaillait ont été abattues pour laisser place à des centres commerciaux. Charlie, l'attachant ami d'enfance de Benjamin, n'ayant pas eu la chance de faire les mêmes études que lui se retrouve obligé de recourir à l'aide alimentaire. de nouveau Coe rend hommage à Birmingham et à sa région, les Midlands et, malgré ce constat d'une fracture dans le pays, du repli sur soi et de l'indifférence, décrit aussi comment la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres en 2012 a rassemblé les Anglais. Elle est racontée tour à tour par les différents personnages comme un moment de ferveur et d'union, d'une véritable unité du pays dans toute sa richesse multiculturelle. On retrouve bien sûr l'humour de l'auteur, particulièrement lorsqu'il croque les rencontres entre Doug le journaliste et un conseiller politique qui l'informe des coulisses du pouvoir, ce qui donne lieu aux passages les plus drôles : Coe y brocarde avec ironie le cynisme des politiques et les collusions entre les médias et le pouvoir. Il analyse aussi avec talents les contradictions des personnages : Sophie, la professeure d'université piégée par le politiquement correct et confrontée à l'emballement des rumeurs sur internet ; Doug, le journaliste de gauche marié à une femme très riche, vivant dans les beaux quartiers et entamant une liaison avec une députée conservatrice ; Benjamin finissant par accepter des coupes drastiques à son roman pour être publié. de même, le constat que le Brexit divise violemment les familles, les amis et les couples s'accompagne des raisons des uns et des autres quant au choix de leur vote… Empreint de mélancolie, le coeur de l'Angleterre met ainsi les personnages face à leur choix, leurs regrets et leurs désillusions.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
josette-costeux
  13 novembre 2019
Un livre actuel, très bien documenté, il pose les jalons qui ont mené au vote du Brexit. L'auteur achoisi d'illustrer ses réflexions en mettant en scène différents personnages. Ceux-ci sont très variés, par leur âge, leur lformation, leur milieu siocial, leur domicile. On participe à leur s réflexions et ce, sur une dizaine d'années, précédentes et postérieures au vote. J'ai beaucoup apprécié ce roman, instructif, presque historique, très psychologique, très lucide. Moi qui connais un peur Londres, j'ai retrouvé l'ambiance de cette belle et grande ville cosmopolite à souhait ! les circonstances qui ont amené à la décision finale sont présentées avec beaucoup de discernement, de logique, d'objectivité. Je dois toutefois émettre deux regrets : la longueur de certains passages trop descriptifs qui alourdissent le roman. Ensuite, l'abondance de références, de noms faisant partie du monde britannique . Non seulement j'ai dû reconnaître que mon ignorance culturelle est assez importante à ce niveau .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Missjasmin
  03 novembre 2019
Jonathan Coe s'inscrit dans l'actualité avec ce dernier roman, qui essaye de retracer les racines profondes du référendum britannique qui a aboutit au Brexit.
Ce roman se lit assez facilement, et nous suivons le fil de la famille Trotter, avec toutes les tensions liées au contexte politique du moment.
Ce dernier roman me paraît un peu moins décalé que les autres, mais on y retrouve bien le style de Coe qui n'épargne pas les politiciens.
Commenter  J’apprécie          50
ulysse13003
  24 octobre 2019
Jonathan Coe dresse un portrait collectif de l'Angleterre à travers les destins entremêlés de plusieurs personnages dans les années 2010 et tente de comprendre ce qui a pu les conduire à voter pour le Brexit.
Beaucoup de lecteurs assidus de Coe ont pris du plaisir à retrouver Benjamin, sa soeur Lois et consorts comme des personnages de série dont on est devenu en quelque sorte les familiers.
Pour moi qui suis resté sur la lecture de "Testament à l'anglaise", j'ai perdu cette ironie mordante de Coe et j'ai trouvé les caractères un peu convenus et les dialogues un peu mièvres.

La scène d'ouverture des JO est certes habile, mais de là à la présenter comme un grand moment de littérature, il y a un pas que je ne franchirai pas.

C'es un petit cru en ce qui me concerne.
Commenter  J’apprécie          50
belaval
  21 octobre 2019
Un roman qui aide à comprendre les dix dernières années de l'Angleterre et le Brexit; un roman parfois amer mais plein d'humour pas seulement anglais; un roman très réussi qui m'incite à lire les précédents; une rencontre avec l'auteur a confirmé mon intérêt.
Commenter  J’apprécie          50
spinozoo
  02 septembre 2019
Très bonne suite pour les aventures et mésaventures de la famille Trotter, avec toujours la même tendresse pour ses personnages, et la même ironie à l'égard de son vieux pays!
Commenter  J’apprécie          50
Pascareno
  19 mai 2019
Ce roman de Jonathan Coe évoque l'Angleterre pré et post Brexit, avec des personnages qui découvrent progressivement, dans un état de sidération, des fractures sociétales plus profondes que ce qu'ils soupçonnaient et dont les conséquences seront souvent personnelles ainsi que nationales.
Cette chronique est celle d'une démocratie occidentale qui paie le prix de ses erreurs, de sa certitude de ne rien pouvoir perdre et de pouvoir gagner toujours plus... Et nous rappelle le poids et l'importance du vote tout en nous livrant une galerie de personnages subtile et riche.


Commenter  J’apprécie          50


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La pluie, avant qu'elle tombe

A quel âge est morte Rosamond?

71
72
73
74

15 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : La pluie, avant qu'elle tombe de Jonathan CoeCréer un quiz sur ce livre