AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021160765
284 pages
Éditeur : Seuil (08/10/2015)
Résumé :
L'énergie est au coeur de la vie économique et sociale et le dérèglement climatique bouleverse des millions de vies. Pourtant les politiques de l'énergie sont aujourd'hui un monopole des experts et des multinationales. Cela doit changer ! Gouvernants et multinationales soucieux de gérer les apparences annoncent la "transition énergétique" sans limiter les émissions de gaz à effet de serre en deçà du seuil qui éviterait le dérèglement climatique qui s'accentue. Prend... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
de
  17 mars 2016
La transition énergétique n'est pas soluble dans un grand récit de l'unification de l'espèce humaine, du dépassement de tous les clivages socio-économiques
Il nous faut « apprendre à vivre en laissant dans le sol des énergies fossiles dangereusement surabondantes ». Maxime Combes analyse le comment et le pourquoi du réchauffement climatique, « sans équivoque et sans précédent » et ses conséquences. Il souligne que « les promesses de l'âge des fossiles ne sont pas remplies » et que nous sommes bien dans l'Anthropocène (« nouvelle ère géologique qui prend sa source dans la révolution thermo-industrielle et qui rend les sociétés humaines extrêmement vulnérables ») et son cortège d'inégalités, « Les inégalités écologiques redoublent les inégalités sociales et font du réchauffement climatique un enjeu majeur de justice, d'égalité et de solidarité entre les populations ».
Les étude s'accumulent mais l'inaction l'emporte !, sans oublier que l'objectif affiché d'une augmentation de température limitée à 2°C reste très discutable…
L'auteur parle de l'exigence de ne pas utiliser (et donc de laisser dans le sous-sol) les fossiles, de « crimes climatiques », stopper la construction de nouvelles infrastructures liées aux fossiles, de moratoire…
« le propos de ce livre est de montrer qu'il est temps de remettre ce moratoire international au goût du jour, et d'exiger qu'une série de gisements pétroliers, gaziers et charbonniers ne soient tout simplement pas exploités ».
Dans une première partie, « Déverrouiller la transition », puis dans une seconde « Déminer la transition » et enfin dans « Déclencher la transition », Maxime Combes détaille, entre autres :
Débusquer les véritables climato-sceptiques, ceux qui « atténuent l'urgence et l'ampleur des transformations économiques, sociales et politiques à mettre en oeuvre », les décisions climaticides, les accords de libéralisation du commerce et de l'investissement, les entreprises privées championnes de la pollution et les banques qui les financent…
Bloquer ceux qui veulent continuer à forer, les hydrocarbures non conventionnels (dont les gaz de schiste). L'auteur souligne le caractère massif des mobilisations et les alliances construites. Il serait plus que temps, que les organisations syndicales à l'intérieur des grandes entreprises concernées, prennent position pour l'arrêt et la reconversion de leurs activités ! « Ni ici ni ailleurs »…
Reprendre l'énergie des mains de la finance, les ressources naturelles comme « actifs financiers », le sous-investissent massif dans la transition énergétique et les énergies renouvelable, les pratiques financières des multinationales de l'énergie (dont l'utilisation des paradis fiscaux), la bulle carbone et la bulle financière…
Choisir entre la libéralisation du commerce et le climat, les dispositions relatives aux arbitrages privés, la subordination des droits des investisseurs à la lutte contre les dérèglements climatiques, le renforcement de l'autonomie des collectivités publiques, la place du fret international dans ls émissions de gaz à effet de serre, la réalité « guerrière » du droit de l'organisation mondiale du commerce (OMC)… « L'hégémonie du droit du commerce est donc une attaque frontale contre la capacité des populations à s'orienter vers « des sociétés plus agréables à vivre, plus conviviales, plus solidaires, plus justes et plus humaines ». »
*
« L'idéologie de la pensée unique de marché, la confiance aveugle dans les processus d'innovation technologiques et le mirage de la géo-ingénierie sont les trois pièges que nous proposons d'examiner pour les éviter une fois la transition déclenchée »
S'affranchir de la pensée unique, ne pas se focaliser sur les matières premières consommées mais sur l'aval de la production et des émissions, la crise climatique ne peut être réduite à la tonne carbone et encore moins à son « prix », les conceptions utilitaristes des écosystèmes…
Se libérer de l'emprise du progrès technique, « découplage », efficacité énergétique, le mythe de la dématérialisation de l'économie, sobriété et innovations sociales, des modes de transports « doux »…
Se débarrasser des mirages technologiques, les « captures » du carbone, les apprentis sorciers, et l'oubli du principe de précaution…
« On arrête tout et on réfléchit ? », nous ne sommes pas sorti-e-s de l'âge du charbon, croissance sans limites ou « stabilité écologique fondée sur la reproduction des ressources », contre les visions d'une transition « apolitique et sans conflits », responsabilités différenciées, inégales distribution des ressources, « les objectifs de transition se confrontent à des intérêts divergents », « il n'existe pas une communauté d'intérêt et de destin qui abolirait les catégories de responsables et de victimes », la dispute démocratique…
Prendre soin de notre futur énergétique, réappropriation de notre histoire et des innovations sociales, Yasuni, réviser les codes miniers, biens communs, processus de réappropriations citoyennes et déconcentration des pouvoir de décisions…
Expérimenter pour tout changer, des dynamiques existantes, « La sobriété énergique suppose de réduire la consommation d'énergie en modifiant les habitudes et les pratiques des populations, alors que l'efficacité énergétique vise à modifier ou remplacer les infrastructures utilisées pour réduire leur consommation unitaire d'énergie (isolation des bâtiments, covoiturage, ferroutage, etc.) », justice social et création d'emplois, villes en transition, Alternatiba, la Via Campesina, agroécologie paysanne, innovations sociales…
Un livre très détaillé, posant de multiples questions, ne contournant pas les difficultés et proposant des solutions, « des solutions démocratiques, justes socialement et à la hauteur des enjeux »
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
dede   17 mars 2016
La sobriété énergique suppose de réduire la consommation d’énergie en modifiant les habitudes et les pratiques des populations, alors que l’efficacité énergétique vise à modifier ou remplacer les infrastructures utilisées pour réduire leur consommation unitaire d’énergie (isolation des bâtiments, covoiturage, ferroutage, etc.)
Commenter  J’apprécie          30
dede   17 mars 2016
L’idéologie de la pensée unique de marché, la confiance aveugle dans les processus d’innovation technologiques et le mirage de la géo-ingénierie sont les trois pièges que nous proposons d’examiner pour les éviter une fois la transition déclenchée
Commenter  J’apprécie          30
dede   17 mars 2016
L’hégémonie du droit du commerce est donc une attaque frontale contre la capacité des populations à s’orienter vers « des sociétés plus agréables à vivre, plus conviviales, plus solidaires, plus justes et plus humaines ».
Commenter  J’apprécie          30
dede   17 mars 2016
Les inégalités écologiques redoublent les inégalités sociales et font du réchauffement climatique un enjeu majeur de justice, d’égalité et de solidarité entre les populations
Commenter  J’apprécie          20
dede   17 mars 2016
il n’existe pas une communauté d’intérêt et de destin qui abolirait les catégories de responsables et de victimes
Commenter  J’apprécie          30

Video de Maxime Combes (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maxime Combes
Mediapart s'est délocalisé à Lyon pour débattre du « jour d?après » des élections européennes. Avec : - Marie-Laure Basilien-Gainche, professeure de droit public à l?université Jean-Moulin-Lyon 3. Ses travaux portent sur le droit des migrations et la protection des droits fondamentaux, notamment dans le cadre européen. - Maxime Combes, économiste de formation et militant pour la justice climatique, notamment à Attac. Il écrit régulièrement dans son blog du Club de Mediapart, et a notamment publié Sortons de l?âge des fossiles (Seuil, 2015). Nous échangerons avec lui sur les traités de libre-échange à venir. - Cécile Marchand, chargée de campagne « climat et acteurs publics » pour l'ONG Les Amis de la Terre. Elle est également porte-parole d?Action non violente-COP21. Nous reviendrons avec elle, en particulier, sur cette proposition d'une Banque européenne du climat.
? Abonnez-vous à Mediapart : https://www.mediapart.fr/abonnement ? Abonnez-vous à la chaîne YouTube de Mediapart : https://www.youtube.com/user/mediapart
+ Lire la suite
autres livres classés : fossilesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Maxime Combes (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Possible, ou impossible ?

L’impératrice Victoria, qui a vécu de 1840 à 1901, a-t-elle eu la possibilité d’utiliser un téléphone ?

oui
non

12 questions
5 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre